Les jardiniers, appelés aussi oiseaux à berceau (famille des Ptilonorhynchidés), sont des passereaux des forêts tropicales sèches ou humides d’Australie et de Nouvelle-Guinée (lire Michel Ottaviani nous dit tout sur les oiseaux à berceau(x) ou jardiniers). Ce sont des oiseaux vraiment curieux et extraordinaires, qui sont surtout connus pour leur parade nuptiale unique et élaborée : pour attirer des femelles, les mâles construisent des tonnelles ou des berceaux faits d’herbes sèches et de brindilles ou accumulent des brindilles autour d’un support vertical (« mâts »), certaines espèces allant même jusqu’à édifier un toit. Ils accumulent à l’entrée ou à l’intérieur de ces structures des objets de couleur et de forme variables selon les espèces (coquillages, feuilles, fleurs, plumes, pierres, baies, articles en plastique, pièces de monnaie, clous, coquilles, morceaux de verre…). Ils passent beaucoup de temps à mettre en place et à entretenir cette ornementation.

Le Jardinier à nuque rose (Chlamydera nuchalis) vit dans le nord de l’Australie, à la lisière des forêts d’eucalyptus, de mousson et de mangroves, parfois aussi dans les jardins. Le mâle construit généralement sa tonnelle sous un arbres ou un buisson épais. Il rassemble des objets décoratifs variés (coquilles d’escargots, os de mammifères, feuilles, fruits verts, objets souvent rouges…) qu’il dispose selon un gradient de taille, créant ainsi un effet de perspective forcée et une illusion d’optique intéressante pour la femelle : les plus petits sont placés à l’entrée de la tonnelle, et les plus gros vers l’arrière.

Comme c’est souvent le cas chez les Ptilonorhynchidés, les vols de décorations et les destructions des constructions des autres mâles sont fréquents chez le Jardinier à nuque rose et sont liés à des rivalités hiérarchiques et parfois aussi à une pénurie d’objets intéressants. Dans un article publié en 2018 dans la revue Emu-Austral Ornithology, Natalie R. Doerr a montré que certains mâles avaient trouvé un moyen pour éviter les risques de destruction : il paradent simplement autour d’un tronc d’arbre. Ils le choisissent d’un diamètre similaire à la largeur d’une tonnelle, ce qui leur permet de parader de la même manière.

Les mâles qui choisissent ce type de site de parade alternatif seraient les moins compétitifs ou les plus inexpérimentés (jeunes) : la biologiste a remarqué que la plupart de leurs tentatives de construction de tonnelles échouaient à cause des autres mâles, et que leurs décorations étaient souvent volées. Ces troncs leur donneraient quand même une petite chance d’attirer des femelles, et surtout d’acquérir de l’expérience en matière de séduction.

Jeune Jardinier à nuque rose (Chlamydera nuchalis) mâle paradant autour d’un tronc d’arbre en Australie.
Vidéo : Natalie R Doerr