Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Voyages > Fair Isle, l’île mythique des ornithos

Voyages

Retour à la liste des articles de Voyages

Fair Isle, l’île mythique des ornithos

Après un séjour en octobre 2016 sur cette île écossaise renommée parmi les ornithologues, Marc Fasol y est retourné du 30 septembre au 8 octobre 2017, et il nous transmis de nouvelles photos.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Fair Isle, l’île mythique des ornithos

Pipit à gorge rousse (Anthus cervinus), Fair Isle (Royaume-Uni), octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol

Avec quelques chaumières disséminées dans la lande, moins de 70 habitants, l’océan Atlantique pour tout horizon à l'Ouest et la mer du Nord à l'Est, Fair Isle (moins de 8 km²) est la plus petite île peuplée du Royaume-Uni. Perdue au large de l’Écosse, à mi-chemin entre les archipels des Orcades et des Shetlands, elle ne recèle, en dehors de ses falaises abruptes, que quelques pâtures où paissent des moutons blancs. Avec leurs minuscules jardins potagers retranchés derrière de frêles murs de pierre, on se demande bien de quoi peuvent vivre les gens de cette île. Le paysage est si sobre que la survie du moindre arbuste tient du miracle ! Si la vie y a été très rude durant les siècles précédents, aujourd’hui, l’étude scientifique des oiseaux et l’écotourisme assurent des recettes salutaires à ses habitants.
En effet, plus de 385 espèces d'oiseaux, essentiellement des migrateurs, réguliers ou accidentels, y ont déjà été observées, un chiffre remarquable pour une si petite surface. Des raretés y sont vues chaque année, et des observateurs venus de toute l'Europe y séjournent au printemps et surtout en automne. Fair Isle est aussi connue pour ses grandes colonies d'oiseaux marins et pour sa sous-espèce endémique du Troglodyte mignon.
Marc Fasol s'y est rendu au début du mois d'octobre 2016, et il a pu prendre de nombreuses photographies. Dans cet article, il nous présente cette île mythique pour les ornithologues, et il nous donne en particulier des conseils pratiques pour la visiter et y séjourner. Il y est retourné du 30 septembre au 8 octobre 2017 et il nous transmis de nouvelles photos. 

Abstract

With a few cottages scattered in the moorland, fewer than 70 inhabitants, the Atlantic Ocean for any horizon to the west and the North Sea to the east, FFair Isle (less than 8 km²) is the most populated of the British Isles. Off Scotland, halfway between the Orkney and Shetland archipelagos, it is composed, besides steep cliffs, by a few grazing lands where white sheep graze. The landscape is almost devoid of trees. If life has been very rough during the centuries, ecotourism now provides beneficial recipes to its inhabitants.
Indeed, more than 385 species of birds, mainly migrants, have already been watched, a remarkable result for such a small area. Rarities are watched there every year, and birders from all over Europe visit the island in spring and especially in autumn. Fair Isle is also known for its large colonies of seabirds and for its endemic subspecies of the Winter Wren.
Marc Fasol visited Fair Isle at the beginning of october 2016, and he presents us this mythical island for birders. He gives us some practical tips for visiting and staying in this island. He visited again Fair Isle from the 30th of September to the 8th of october 2017, and he sent us new photos.

Se rendre sur Fair Isle

Situation de Fair Isle (Royaume-Uni)

Situation de Fair Isle (Royaume-Uni).
Carte : Ornithomedia.com

Atteindre Fair Isle n'est pas facile et est même parfois aléatoire en raison des conditions météorologiques. Le plus rapide au départ de la France ou des pays voisins est de réserver un vol pour Édimbourg, Inverness, Aberdeen ou Glasgow en Écosse. De là, il faut prendre une correspondance pour Sumburgh dans les îles Shetlands via les compagnies Loganair ou Flybe. Le petit aéroport de Sumburgh est idéalement situé à l’extrême sud de l’archipel des Shetland, sur l'île de Mainland, juste en face de Fair Isle. C’est en plus un excellent site ornithologique à explorer en cas d’attente. Moins cher, mais plus lent, le Northlink ferry assure également la liaison entre Aberdeen en Écosse "continentale" avec Lerwick, la plus grande "ville" de l'archipel, située sur Mainland, l'île principale des Shetland. Il y ensuite deux possibilités pour gagner Fair Isle : soit un petit avion ("avionnette") de 7 à 10 places, soit le bateau.
Si vous n’êtes pas trop sujet au mal de mer, le bateau Good Shephered IV (site web : www.fairislebirdobs.co.uk - Téléphone : 011 44 1595 760 363) est la solution la moins chère, 15 livres sterling (GBP) l’aller simple. Mais dans le genre "coquille de noix", il n’a en fait pas grand-chose à envier aux drakkars vikings qui débarquèrent sur l’île au 9ème siècle. Le départ se fait depuis Grutness (Sumburgh) le mardi et le samedi matin à 11 h 30 (GMT). Il est conseillé de loger la veille à l’hôtel Sumburgh, situé non loin de l’embarcadère. C’est encore possible le jeudi, mais seulement une semaine sur deux. L’autre départ se fait depuis Lerwick, la "capitale" des Shetland, à une heure de bus de Sumburgh. On peut consulter les horaires sur internet. La traversée dure deux heures et demie qui peuvent néanmoins paraître une éternité pour certains en raison du roulis, même par mer d’huile…   
La compagnie Directflight (site web : Airtask.co.uk et téléphone : 011 44 1595 840 246) assure la liaison aérienne entre l’aéroport de Tingwall, situé à 15 minutes en taxi de la ville de Lerwick, et Fair Isle. Le vol dure environ 25 minutes. Il y a des vols tous les jours sauf le dimanche. Attention, le poids autorisé des bagages en cabine est très limité (seule la paire de jumelles et l’appareil photo passent en bagage à main !). Dans la pratique, il est important d'acheter son vol ("travel arrangement") Shetland - Fair Isle – Shetland dès que votre hébergement est confirmé et non l’inverse.
Sachez aussi qu’en cas de brouillard, les vols sont souvent annulés et qu’en cas de tempête, le petit bateau reste à quai. Comme les vols entre Fair Isle et les Shetland affichent presque toujours "complet", il y a un risque non négligeable de rester bloqué et donc de rater sa ou ses correspondance(s) internationale(s). Il est donc conseillé de faire preuve de flexibilité et de prolonger éventuellement son séjour à Fair Isle par quelques jours dans le reste des Shetland, si vous ne voulez pas repayer le prix du billet retour pour Paris ou Amsterdam.

Avion de liaison

L'avion de liaison entre Lerwick (Mainland, îles Shetland) et Fair isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Bateau Good Shephered IV

Le bateau Good Shephered IV qui relie Fair Isle au reste des îles Shetland, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol

Séjourner sur Fair Isle

Fair Isle Bird Observatory (FIBO)

Vue en octobre 2016 du Fair Isle Bird Observatory (FIBO), où l'on peut séjourner.
Photographie : Marc Fasol

Fair Isle est un "must" pour les observateurs britanniques, mais aussi pour ceux du reste de l'Europe, et sa réputation a depuis longtemps franchi ses côtes. Comme les possibilités d’hébergement sont comptées, les réservations durant la "haute saison" ornithologique (septembre à novembre) sont problématiques et doivent être planifiées longtemps à l’avance. Autant dire qu’y aller en groupe organisé est pratiquement impossible, même pour les agences de tourisme écologique locales comme Shetland Nature, qui doivent y renoncer. Personnellement, je n’ai réussi à m’y rendre qu’en restant sur une liste d'attente afin de profiter d’un désistement de dernière minute.
Comme évoqué plus haut, il est indispensable de réserver son logement avant de s’embarquer dans l’aventure. Il y a deux possibilités de logement en "Bed and Breakfast" :

Du fait de sa position géographique, Fair Isle constitue un excellent site pour l'étude de la migration des oiseaux : dès 1948, George Waterston y a créé le Fair Isle Bird Observatory (FIBO), la plus ancienne station ornithologique de Grande-Bretagne, l'île a été rachetée par The National Trust for Scotland en 1958. Modernisé de fond en comble en 2010, le FIBO peut accueillir, outre des équipes de scientifiques, quelques dizaines de visiteurs. Le confort des installations y est plus qu’honorable (pension complète, chambres avec salle de bain privée, connexion internet, bar, salon, bibliothèque, activités…).  Le prix d'une chambre individuelle est de 80 GBP (pension complète).
Pour réserver, il faut écrire à l'administratrice, Susannah Parnaby, et payer 50 % d’acompte en GBP en cas de disponibilité, le restant se faisant à l’arrivée. Susannah se plie en quatre pour vous donner les informations nécessaires et faciliter toutes vos démarches une fois sur place. Notons qu’elle ne s’exprime guère dans la langue de Molière, mais c’est une occasion unique de vous mettre à l’anglais. Par ailleurs, une pomme de terre chaude en bouche facilitera la prononciation correcte de l’accent des Shetland réputé pour être difficilement compréhensible…
Informations pratiques : FIBO - Fair Isle - Shetland ZE2 9JU - Royaume-Uni - Site web : www.fairislebirdobs.co.uk - Courriel : fibo@btconnect.com - Téléphone : 01595 760 258 (depuis le Royaume-Uni) ou 00 44 1595 760 258 (depuis l’étranger).

Vue de Fair Isle

Vue de Fair Isle depuis les falaises, octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol
Vue de la cote sud de Fair Isle

Vue de la côte sud de Fair Isle, octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol

Les oiseaux nicheurs

Colonie de Fous de Bassan (Morus bassanus) sur Fair Isle

Colonie de Fous de Bassan (Morus bassanus) sur Fair Isle, octobre 2016 : elle est toujours active en automne !
Photographie : Marc Fasol

Fair Isle, classée par le Lonely Planet dans le "top 10" des plus belles îles à visiter au monde, est réputée pour ses impressionnantes colonies d’oiseaux de mer actives au printemps et en été. Parmi les espèces nicheuses sur le long des côtes, citons le Fou de Bassan (Morus bassanus) (3 591 couples en 2014), le Fulmar boréal (Fulmarus glacialis) (30 000 couples, contre 0 avant 1903 !), l'Océanite tempête (Hydrobates pelagicus) (nombre de couples difficile à estimer), le Pingouin torda (Alca torda) (1 365 couples en 2010), les Guillemots de Troïl (Uriaa alge) (15 000 oiseaux en 2014) et à miroir (Cepphus grylle) (presque 200 couples), le Macareux moine (Fratercula arctica) (15 000 couples), le Cormoran huppé (Phalacrocorax aristotelis) (204 couples en 2013), la Mouette tridactyle (Rissa tridactyla) (en déclin sévère depuis de nombreuses années, 771 couples en 2013) et les Goélands argenté (Larus argentatus), brun (Larus fuscus) et marin (Larus marinus).
Dans la lande ou dans les espaces dégagés nichent également les Sternes arctique (Sterna paradisaea) (population très fluctuante, de 2 836 couples en 2001 à 0 en 2008) et pierregarin (Sterna hirundo) (quelques couples), le Grand Labbe (Stercorarius skua) (424 couples en 2014, en constante augmentation) et le Labbe parasite (Stercorarius parasiticus) (19 couples en 2013).
La Linotte à bec jaune (Linaria flavirostris) est une nicheuse commune sur l'île dans les espaces dégagés. Mais la "vedette" de l'avifaune nicheuse de Fair Isle, c'est la sous-espèce endémique sédentaire fridarensis du Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes). Elle est distincte des sous-espèces des Shetland (T. t. zetlandicus) et du reste de la Grande-Bretagne (T. t. indigenus). Par rapport à la sous-espèce zetlandicus, T. t. fridarensis est plus pâle dessus, plus roux sur le bas du dos et le croupion, il présente plus de gris sur la tête et le cou en plumage frais, et plus de blanc dessous. Son chant comprend une phrase typique "weedle-weedle-weedle" répétée deux fois, au début et vers la fin.

Écoutez ci-dessous un enregistrement du chant du Troglodyte mignon de Fair Isle (Troglodytes troglodytes fridarensis) réalisé le 23/05/2016 par Tim de Boer (source : Xeno-Canto) :



Le Troglodyte mignon de Fair Isle se reproduit le long des côtes de l'île, mais sa population est faible et fluctuante : en moyenne, 30 chanteurs sont comptés chaque année. L'augmentation du nombre de Fulmars boréaux nichant sur les falaises de l'île aurait un impact négatif sur ce passereau.

Linottes à bec jaune (Linaria flavirostris)

Linottes à bec jaune (Linaria flavirostris) se baignant, Fair Isle, octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol
Troglodyte mignon de Fair Isle (Troglodytes troglodytes fridarensis)

Troglodyte mignon de Fair Isle (Troglodytes troglodytes fridarensis), Fair Isle, octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol
Grand Labbe (Stercorarius skua)

Grand Labbe (Stercorarius skua), Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Grand Labbe (Stercorarius skua) juvénile

Grand Labbe (Stercorarius skua) juvénile, Fair Isle, octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol

Les oiseaux migrateurs

Pouillot boréal (Phylloscopus borealis)

Pouillot boréal (Phylloscopus borealis), village de Stonybreck, Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol

Fair Isle est certainement le meilleur site de Grande-Bretagne pour observer des oiseaux rares accidentels, avec au moins 27 premières données pour le pays. Plus de 385 espèces ont déjà été observées au total. Depuis 1948, les ornithologues du FIBO suivent la migration de façon méthodique (observations directes, baguages) et publient chaque année un rapport.
Au printemps, entre avril et juin, l'île est envahie par des passereaux migrateurs communs comme le Gobemouche gris (Muscicapa striata) et noir (Ficedula hypoleuca), le Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) ou le Pipit farlouse (Anthus pratensis). Des espèces peu communes venues d'Europe du Sud ou de l'Est peuvent aussi être vues, ces arrivées pouvant s'expliquer par le phénomène du dépassement d'aire ou "overshooting" (lire Comment arrivent les oiseaux rares ?) : citons entre autres le Busard pâle (Circus macrourus), le Pluvier asiatique (Charadrius asiaticus), le Roselin cramoisi (Carpodacus erythrinus), la Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica), le Bruant ortolan (Emberiza hortulana), le Venturon montagnard (Carduelis citrinella), le Torcol fourmilier (Jynx torquilla), l'Alouette calandre (Melanocorypha calandra), le Gobemouche à collier (Ficedula albicollis), l'Hirondelle rousseline (Cecropis daurica) ou la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio). Des oiseaux venus d'Amérique du Nord, comme la Paruline à croupion jaune (Setophaga coronata) ou le Vacher à tête brune (Molothrus ater), ont aussi déjà été vus au printemps.
Mais Fair Isle est surtout renommée en automne, principalement entre la mi-septembre et la fin octobre. À cette période, elle se transforme en l'un des endroits les plus passionnants d'Europe pour l’observation des oiseaux rares, souvent réalisée dans d’excellentes conditions étant donné la rareté de la végétation. C'est l'un des lieux les plus renommés de l'ouest du continent pour observer des passereaux sibériens très rares comme le Pipit de la Petchora (Anthus gustavi) ou les Locustelles lancéolée (Locustella lanceolata) et de Pallas (Locustella certhiola).

Bruant nain (Emberiza pusilla)

Bruant nain (Emberiza pusilla), Fair Isle, octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol

L'île est alors parcourue dans tous les sens par des observateurs à la recherche de raretés américaines ou orientales. Pour avoir une petite idée du potentiel de l'île à cette période, voici la liste des oiseaux remarquables observés uniquement le 2 octobre 2016 : un Pipit de la Petchora, un Pipit à gorge rousse (Anthus cervinus), un Robin à flancs roux (Tarsiger cyanurus), une Locustelle lancéolée, un Pouillot de Schwarz (Phylloscopus schwarzi), un Pouillot boréal (Phylloscopus borealis), 72 Pouillots à grands sourcils (Phylloscopus inornatus) (dans tout l'archipel des Shetland, il s'agissait alors et de loin du pouillot le plus commun), sept Pouillots de Sibérie (Phylloscopus tristis) (lire Afflux de Pouillots à grands sourcils et réchauffement climatique), une Rousserolle des buissons (Acrocephalus dumetorum), quatre Gobemouches nains (Ficedula parva), trois Fauvettes épervières (Sylvia nisoria), trois Roselins cramoisis, deux Gorgebleues à miroir, une Alouette calandrelle (Calandrella brachydactyla), un Bruant nain (Emberiza pusilla) et 16 Bruants lapons (Calcarius lapponicus). Quelques jours plus tard, les espèces suivantes ont été trouvées : une Bécassine double (Gallinago media), un deuxième Robin à flancs roux, un Accenteur montanelle (Prunella montanella) (lire "Afflux" d'Accenteurs montanelles en Europe du Nord en octobre 2016), trois Bruants à calotte blanche (Emberiza leucocephalos), deux Pipits à dos olive (Anthus hodgsoni) et un Tarier de Sibérie (Saxicola maurus) (lire Identifier les Tariers pâtre, de Sibérie, de la Caspienne et de Stejneger).
En octobre 2017, Marc Fasol a pu photographier entre autres un Bruant nain (Emberiza pusilla) se montrant bien, un jeune Roselin cramoisi (Carpodacus erythrinus) se nourrissant des baies d'un Rosier rugueux (Rosa rugosa) dans un jardin et un Pipit à gorge rousse (Anthus cervinus) dans le seul massif de chardons de l'île.

Pipit de la Petchora (Anthus gustavi)

Pipit de la Petchora (Anthus gustavi), jardin potager du village de Stonybreck, Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Pouillot à grands sourcils (Phylloscopus inornatus)

Pouillot à grands sourcils (Phylloscopus inornatus), Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Fauvette épervière (Sylvia nisoria)

Fauvette épervière (Sylvia nisoria), jardin arbustif du Fair Isle Bird Observatory, Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Bruant nain (Emberiza pusilla)

Bruant nain (Emberiza pusilla), culture en friche, Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Jeune Roselin cramoisi (Carpodacus erythrinus)

Jeune Roselin cramoisi (Carpodacus erythrinus), Fair Isle, octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol
Gobemouche nain (Ficedula parva)

Gobemouche nain (Ficedula parva), buissons près du village de Stonybrecke, Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol

Les mammifères marins

Phoque gris (Halichoerus grypus)

Phoque gris (Halichoerus grypus), Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol

Les eaux baignant Fair Isle et les Shetland sont parmi les plus riches d'Europe pour voir les mammifères marins, avec 21 espèces de cétacés et cinq de phoques déjà observées. La majorité des observations sont faites entre mai et octobre, car les conditions météorologiques sont plus favorables et les ressources alimentaires augmentent dans les eaux peu profondes. Les caps de Buness et Meoness et les falaises de North Light constituent de bons sites d'observation des cétacés : lors de journées calmes, les espèces les plus couramment observées sont le Marsouin commun (Phocoena phocoena), la Baleine de Minke (Balaenoptera acutorostrata) et l'Orque épaulard (Orcinus orca). Il est également possible d'observer des troupes de Dauphins de Risso (Grampus griseus), à nez blanc (Lagenorhynchus albirostris) et à flancs blancs (Lagenorhynchus obliquidens).
Fair Isle accueille également une petite population reproductrice de Phoques gris (Halichoerus grypus), qui peuvent facilement être vus à North Haven, South Harbour et depuis le South Lighthouse. Des jeunes sont visibles en octobre sur les plages isolées le long des côtes nord et ouest. Le Phoque veau-marin (Phoca vitulina) peut aussi être observé, notamment à South Harbour, mais il ne se reproduit pas sur l'île.

Où observer les oiseaux sur Fair Isle ?

En mer

À la fin de l'été, la traversée en bateau depuis Mainland, l'île principale des Shetland, sera l'occasion d'observer un certain nombre d'oiseaux marins : Fou de Bassan, Grand Labbe et Labbe parasite, Puffin majeur (Puffinus griseus), Fulmar boréal, Océanite tempête)... Il faudra aussi surveiller la présence éventuelle de cétacés (Baleine de Minke, Marsouin commun, Dauphin à nez blanc...) (lire Observer et identifier les oiseaux en haute mer).

North Lighthouse

Carte de Fair Isle et emplacements de quelques bons sites d'observation

Carte de Fair Isle et emplacements de quelques bons sites d'observation (cliquez sur la carte pour l'agrandir).
Carte : Ornithomedia.com

La falaise proche de ce phare construit à l'extrémité nord de Fair Isle est l'un des meilleurs sites d'observation des oiseaux marins en automne. On peut aussi voir de nombreux Phoques gris. Non loin de là, les rochers de Skroo Stack accueillent au printemps une belle colonie de Fous de Bassan. En octobre et novembre, des groupes de Bruants des neiges (Plectrophenax nivalis) se nourrissent sur les pelouses côtières.

Près du Fair Isle Bird Observatory

La station ornithologique occupe une position idéale sur la côte et il offre une belle vue sur les colonies d'oiseaux marins installées sur les falaises de Sheep Rock et du cap de Buness, notamment de Macareux moines (visibles de très près). Dans les baies calmes de North Haven et de South Haven, des Guillemots à miroir se reposent souvent. En automne, on pourra admirer depuis le cap de Buness l'habileté des labbes dérobant des poissons aux mouettes, labbes et sternes. Et observez toujours le passage éventuel de cétacés.
Les jardins et les plantations proches du FIBO accueillent de nombreux passereaux lors des migrations, et des raretés sont vues chaque année (Locustelles lancéolée et de Pallas, Pipit de la Petchora...). Vous pouvez accompagner les ornithologues de la station lors de leur tournée matinale pour contrôler les oiseaux emprisonnés dans les filets.
Non loin de là, des groupes de limicoles, incluant les Bécasseaux maubèche (Calidris canutus), sanderling (C. alba) et variable (C. alpina) et le Tournepierre à collier (Arenaria interpres) se nourrissent lors des passages le long des plages des baies de North Haven et de South Haven. Il faut rechercher un éventuel limicole nord-américain...

Champs et jardins autour de Stonybreck

Les jardins et les potagers bordés de murets de pierres du village de Stonybreck accueillent de nombreux passereaux lors des migrations, parmi lesquels il faut chercher des raretés. Des groupes de Vanneaux huppés (Vanellus vanellus), de Pluviers dorés (Pluvialis apricaria), de Combattants variés (Philomachus pugnax), de Bernaches nonnettes (Branta leucopsis) et d'Oies à bec court (Anser brachyrhynchos) peuvent être notés dans les champs en automne.

South Lighthouse

South Lighthouse, Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol

Landes de Ward Hill et Easbrecks

Ces secteurs de landes constituent un site de nidification pour le Grand Labbe, le Labbe parasite et la Linotte à bec jaune.

South Lighthouse

Durant les migrations, la côte rocheuse proche de South Lighthouse accueille des limicoles, dont le Bécasseau violet (Calidris maritima).

South Harbour

South Harbour est un très bon site pour observer les limicoles durant les passages. La sous-espèce endémique du Troglodyte mignon se nourrit souvent parmi les rochers et sur les laisses de mer. Des groupes d'Eiders à duvet (Somateria mollissima) et de Guillemots à miroir, et parfois la Harelde boréale (Clangula hyemalis) (une juvénile vue en octobre 2016) se joint à eux.

Zones humides

Fair Isle compte quelques petites zones humides (Golden Water, Da Water, Sukka Mire et Easter Lother), dans lesquelles peuvent stationner des anatidés comme le Canard siffleur (Anas penelope) ou la Sarcelle d'hiver (Anas crecca) et des limicoles. Parmi les espèces plus communes, des raretés comme les Bécasseaux tacheté (Calidris melanotos) et rousset (Tryngites subruficollis) ont déjà été vues. Au sud de l'île, non loin du South Lighthouse, une tourbière accueille parfois le Hibou des marais (Asio flammeus) en automne (deux vus en octobre 2016).

Quelques photographies prises en octobre 2016 et en octobre 2017

Grand Labbe (Stercorarius skua) harcelant un Goéland argenté (Larus argentatus)

Grand Labbe (Stercorarius skua) harcelant un Goéland argenté (Larus argentatus), Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Harelde boréale (Clangula hyemalis)

Harelde boréale (Clangula hyemalis) juvénile, South Harbour, Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Hiboux des marais (Asio flammeus)

Hiboux des marais (Asio flammeus), Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Oies à bec court (Anser brachyrhynchus)

Oies à bec court (Anser brachyrhynchus), Fair Isle, octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol
Locustelle tachetée  (Locustella naevia) capturée

Locustelle tachetée  (Locustella naevia) capturée au FIBO, Fair Isle, le 30 septembre 2017.
Photographie : Marc Fasol
Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicuris) mâle

Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicuris) mâle se nourrissant dans les laisses de mer (un habitat souvent négligé mais à prospecter durant les migrations), Fair Isle, octobre 2017.
Photographie : Marc Fasol
Linotte à bec jaune (Linaria flavirostris)

La Linotte à bec jaune (Linaria flavirostris) est l'un des passereaux les plus communs de Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol
Bruant des neiges (Plectrophenax nivalis)

Bruant des neiges (Plectrophenax nivalis), North Lighthouse, Fair Isle, octobre 2016.
Photographie : Marc Fasol

Auteur

Marc Fasol : marc.fasol@icloud.com - Galerie : www.oiseaux.net/photos/marc.fasol/

À lire aussi sur Ornithomedia.com

À lire sur le web

Le site web du Fair Isle Bird Observatory (FIBO) : www.fairislebirdobs.co.uk

Ouvrages recommandés

Vos commentaires sur :
"Fair Isle, l’île mythique des ornithos"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest