Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Études > Suivi ornithologique dans le parc de Muraviovka (Russie) en 2015

Études

Retour à la liste des articles de Études

Suivi ornithologique dans le parc de Muraviovka (Russie) en 2015

Cette zone humide protégée située près du fleuve Amour accueille des oiseaux nicheurs menacés comme le Bruant auréole, la Grue du Japon et la Cigogne orientale, et de nombreux migrateurs.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Suivi ornithologique dans le parc de Muraviovka (Russie) en 2015

Prairie humide dans le parc de Muraviovka (Russie).
Photographie : Roland Speck

Le district fédéral extrême-oriental, appelé aussi l'Extrême-Orient russe, est la partie la plus orientale de la Russie. Cette vaste région très peu peuplée est composée de plusieurs unités administratives dont l'Oblast d'Amour (qui tient son nom du fleuve Amour qui forme la frontière entre la Russie et la Chine), aux zones montagneuses boisées et aux plaines riches en zones humides. Son avifaune est très riche et variée et est composée d'espèces européennes, sibériennes, chinoises et japonaises.
Le parc de Muraviovka a été créé en 1996 dans la plaine inondable de Zea-Burea, le long du fleuve Amour. Il protège plus de 5 400 hectares de zones humides, des oiseaux  rares comme les Grues du Japon et à cou blanc et la Cigogne orientale y nichent, et de nombreux migrateurs y stationnnent au printemps et en automne. Le parc et les territoires adjacents ont été inscrits en 1995 sur la liste Ramsar des zones humides d'importance internationale. C'est le premier territoire protégé de Russie géré par des structures non gouvernementales.
L'Amur Bird Project a pour but d'étudier l'avifaune le long du fleuve Amour et de sensibiliser les populations locales à la protection de la nature. Wieland Heim, son fondateur, a publié le rapport du suivi ornithologique 2015 du parc de Muraviovka et nous vous en proposons une version française.

Abstract

The Far Eastern Federal District is the easternmost part of Russia, at the east of the Lena River. This vast and sparsely populated region is composed of several federal units, including the Amur Oblast, located 5,620 km east of Moscow. It covers an area of ​​363,700 km2 and is named after the Amur River which borders it (and which also forms the border between Russia and China). This territorial division includes mountainous areas partly covered with vast coniferous and mixed forests (threatened by a massive deforestation) and plains with vast wetlands. The birdlife in this part of Russia is rich and varied and is composed of European, Siberian, Chinese and Japanese species.
The Muraviovka park was created in 1996 in the Zea-Burea floodplain along the Amur River. It protects more than 5,400 hectares of wetlands and Mongolian oak forests and is home to rare breeding birds such as the Red-crowned Crane, the White-naped Crane and the Oriental White Stork, and numerous migrants including the rare Siberian Crane. This protected area and the adjacent territories were registered in 1995 on the Ramsar list. It is the first Russian protected area managed by non-governmental structures.
The aim of the Amur Bird Project is to study the birdlife along the Amur River and to promote environmental education. Its 2015 Muraviovka park
birding report is now available and we publish there a French version.

Présentation du parc et accès

Situation du parc de Muraviovka (Russie) 
Situation du parc de Muraviovka (Russie).
Carte : Ornithomedia.com

Le parc de Muraviovka est situé à 50 km au sud-est de la ville de Blagoveshchens, le long du fleuve Amour (voir la localisation du centre d'accueil du parc sur Google Maps), dans la plaine inondable de Zea-Burea. Autrefois le fleuve Amour traversait le parc, mais son lit s'est déplacé et il a laissé derrière lui un réseau de chenaux, de petits lacs et de prairies inondées. Ces zones humides sont alimentées lors des crues, mais depuis le milieu des années 1970, les rivières Zea et Burea ont été endiguées et les inondations sont contrôlées. Ces aménagements ont entraîné des changements profonds dans le fonctionnement de ces écosystèmes, dont une partie a été asséchée et cultivée. Sur les hauteurs du parc poussent des forêts de feuillus dominées par le Chêne de Mongolie (Quercus mongolica). Plusieurs petits villages ruraux traditionnels sont situés dans les environs du parc.
L'hiver dans la région est froid mais souvent sec et ensoleillé (les chutes de neige sont rares). Le printemps et l'automne sont courts et l'été (juin-septembre) est chaud et humide. En juin et en juillet, les prairies sont couvertes de fleurs.  

Historique de la création du parc

Le fondateur du parc, Sergeï Smirenski, rêvait de créer une aire protégée privée ouverte au public conciliant les activités agricoles traditionnelles et la conservation de la faune et de la flore. Son projet est devenu une réalité en 1994 quand une société japonaise lui a fourni les fonds financiers pour louer 5 090 hectares de marais et de plaines inondables aux autorités du district de Tambovka pendant 50 ans. Des terres arables ont été acquises par la suite. Le parc de Muraviovka est né en 1996. Il est composé actuellement de 5 400 hectares de zones naturelles et de 1 011 hectares de terres cultivées, dont la location dégage des revenus. Il est géré par un conseil d'administration et un comité consultatif composé de biologistes originaires de plusieurs pays (Russie, États-Unis, Japon, Chine).
L'équipe de direction cherche à rétablir les populations historiques nicheuses de plusieurs oiseaux menacés : jusqu'à huit couples de Grues du Japon (Grus japonensis), cinq à onze de Grues à cou blanc (Grus vipio) et huit à dix de Cigognes orientales (Ciconia boyciana) s'y reproduisent chaque année.
Plusieurs mesures de gestion sont menées : feux contrôlés pour empêcher la fermeture des zones humides, plantations de céréales pour les grues et les oies de passage, restauration de la forêt feuillue mixte originelle et lutte contre l'érosion des pentes. Des programmes de sensibilisation du public sont aussi menés.
Depuis 1994, près de 2 000 élèves, enseignants, experts et étudiants venus de Russie et d'autres pays ont été accueillis et ont participé à des activités variées (gestion durable des terres agricoles, lutte contre les incendies de forêts, étude et  protection de la nature...).
Vous pouvez contacter le parc via le site web www.muraviovkapark.ru ou en passant par l'équipe de l'Amur Bird Project.

Cigogne orientale (Ciconia boyciana)

Cigogne orientale (Ciconia boyciana)dans le parc de Muraviovka (Russie) en 2015.
Photographie : Roland Speck
Dictames de Crète (Origanum dictamnus) dans le parc de Muraviovka (Russie)

Dictames de Crète (Origanum dictamnus) dans le parc de Muraviovka (Russie) en 2015.
Photographie : Wieland Heim

Une zone importante pour les grues

Grues à cou blanc (Grus vipio)

Grues à cou blanc (Grus vipio) nicheuses dans le parc de Muraviovka (Russie) en 2015.
Photographie : Roland Speck

Les zones humides du parc constituent des lieux de reproduction privilégiés pour les Grues du Japon et à cou blanc et la Cigogne orientale (Ciconia boyciana) et une halte migratoire importante pour les Grues de Sibérie (Grus leucogeranus) et moines (Grus monacha). Des milliers de grues y stationnent en automne en compagnie d'Oies des moissons (A. fabalis fabalis) et rieuses (Anser albifrons) (lire Identifier les Oies cendrée, rieuse, des moissons (de la taïga), de la toundra et à bec court). Au total, plus de 500 espèces de plantes, 200 d'oiseaux, 20 de mammifères et 4 d'amphibiens ont été recensées.

Les activités de baguage

L'Amur Bird Project a pour but d'étudier l'avifaune le long du fleuve Amour. Depuis 2011, des volontaires allemands, autrichiens et russes (15 personnes en 2015) collectent des données sur la distribution et l'écologie de plusieurs espèces d'oiseaux dans le parc de Muraviovka et évaluent les menaces qui pèsent sur elles. L'éducation des communautés locales constitue une autre partie importante de leurs activités. Des camps de baguage des oiseaux migrateurs sont organisés dans le parc de Muraviovka depuis 2011. Entre 2011 et 2013, plus de 9 000 oiseaux ont été capturés et bagués, les espèces les plus nombreuses étant les Bruants masqué (Emberiza spodocephala) (881 oiseaux), de Pallas (Emberiza pallasi) (603), nain (Emberiza pusilla) (582) et rustique (Emberiza rustica) (417), la Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus caudatus) (620), le Pouillot à grands sourcils (Phylloscopus inornatus) (558), le Moineau friquet (Passer montanus) (542), le Roselin à longue queue (Uragus sibiricus) (491), la Calliope sibérienne (Luscinia calliope) (475) et le Pouillot brun (Phylloscopus fuscatus) (426). Des espèces peu communes ont aussi été attrapées, comme les Bouscarles tachetée (Bradypterus thoracicus) et de Swinhoe (Urosphena squameiceps). Ces captures ont permis de confirmer l'importance du parc comme halte pour les oiseaux migrateurs d'Asie de l'Est.

Le bilan du programme de baguage 2015

Engoulevent jotaka (Caprimulgus jotaka) capturé en 2015

Engoulevent jotaka (Caprimulgus jotaka) capturé en 2015 dans le parc de Muraviovka (Russie).
Photographie : Paul Bauer

Pour la deuxième fois, un suivi de la migration printanière a été organisé dans le parc de Muraviovka par l'équipe de l'Amur Bird Project. Des filets ont été posés aux mêmes endroits qu'en 2013. 3 340 oiseaux de 91 espèces ont été capturés et bagués entre avril et juin 2015. Parmi les faits marquants, citons les premières captures printanières de la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto), de la Bouscarle de David (Bradypterus davidi), de l'Épervier du Japon (Accipiter gularis), du Hibou des marais (Asio flammeus), de l'Engoulevent jotaka (Caprimulgus jotaka), du Merle pâle (Turdus pallidus) et du Bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra)l. L'un des projets de recherche de la saison 2015 était d'étudier les caractéristiques de la  migration en fonction du sexe.
Le suivi de la migration d'automne a débuté dès 2011. Durant l'automne 2015, 3 555 oiseaux de 99 espèces ont été capturés et 841 recapturés. Pour la première fois, le Pipit de la Petchora (Anthus gustavi), les Hirondelles de rivage (Riparia riparia) et rousseline (Cecropis daurica), le Pic tridactyle (Picoides tridactylus) et la Chouette épervière (Surnia ulula) ont été attrapés. Un Jaseur du Japon (Bombycilla japonica) a été capturé pour la seconde fois et un Pic à coiffe grise (Yungipicus canicapillus) pour la seconde et la troisième fois. Un Pipit à dos olive (Anthus hodgsoni) bagué en 2015 a été recapturé le 16 octobre de la même année à Asan en Corée du Sud, et un Robin à flancs roux (Tarsiger cyanurus) a été repris dans la station de baguage du lac Baïkal, soit 1 600 km plus à l'Ouest !
Vous pouvez télécharger les listes (au format PDF) des espèces observées et des oiseaux bagués en 2015 dans le parc de Muraviovka.

Pic tridactyle (Picoides tridactylus) capturé en 2015

Pic tridactyle (Picoides tridactylus) capturé en 2015 dans le parc de Muraviovka (Russie).
Photographie : Martin Suanjak
L'équipe de l'Amur Bird project durant l'automne 2015

L'équipe de l'Amur Bird project durant l'automne 2015 : cette Chouette épervière (Surnia ulula) a été capturée puis baguée (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Nadja Schäfer

Résultats 2015 des comptages des grues

Grues de Sibérie (Grus leucogeranus)

Grues de Sibérie (Grus leucogeranus) en halte durant l'automne 2015 dans le parc de Muraviovka (Russie) (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Martin Suanjak

Le parc de Muraviovka est d'une grande importance pour les grues nicheuses et de passage : durant l'automne 2015, des effectifs records (depuis 2009) de Grues à cou blanc (près de 500 oiseaux) et de Grues moines (plus de 1 000) ont été observés. Le nombre de Grues cendrées (Grus grus) comptées était aussi conséquent et plusieurs groupes de Grues de Sibérie ont été observés entre la fin septembre et les premiers jours d'octobre, dont un composé de 30 adultes et de 3 juvéniles, un record pour le parc.

Résultats 2015 de l'étude des oiseaux nicheurs terrestres

La première étude sur l'abondance des oiseaux nicheurs du parc de Muraviovka avait été menée en 2013. Un inventaire normalisé utilisant la méthode de comptage par points d'arrêt (lire Compter les oiseaux) est utilisé. 75 points ont été visités trois fois chacun entre la fin avril et le début juillet 2015. Un total de 2 053 territoires de 73 espèces ont été cartographiés. Le Faisan de Colchide (Phasanius colchicus), la Caille du Japon (Coturnix japonica) et la Rousserolle de Schrenck (Acrocephalus bistrigiceps) ont été les oiseaux les plus couramment observés. La nidification de plusieurs espèces, comme la Mésange à longue queue nordique (Aegithalos caudatus caudatus) et le Geai des chênes (Garrulus glandarius brandtii), a été observée pour la première fois depuis 2013. Jusqu'à quatre couples de Grues du Japon ont été trouvés et au moins un couple a élevé deux jeunes avec succès. Un adulte avait été bagué dans la réserve naturelle d'état de Khinganski en 1993.

Incendie
Cigogne orientale (Ciconia boyciana) quittant son nid durant un incendie dans le parc de Muraviovka (Russie) en 2015 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Wieland Heim

Malheureusement, un incendie a frappé le parc le 11 mai et a détruit plusieurs couvées de grues, de canards et de Cigognes orientales. Mais les bâtiments et de vastes zones humides ont été sauvés grâce aux efforts du personnel et des amis du parc, des pompiers locaux et des volontaires. L'étude de l'impact des incendies sur les zones humides du parc de Muraviovka est l'un des objectifs des recherches de 2016 de l'équipe de l'Amur Bird Project.

La recherche du Fuligule de Baer

L'un des objectifs de 2015 de l'équipe de l'Amur Bird Project était de rechercher la nidification du Fuligule de Baer (Aythya baeri), une espèce qui se reproduisait dans le parc de Muraviovka dans les années 1980 et peut-être en 2013. Plus de 80 lacs ont été prospectés, mais les recherches n'ont rien donné. Toutefois de nombreuses données ont été collectées, et 32 espèces ont été recensées, dont des oiseaux rares comme la Sarcelle à faucilles (Anas falcata) et la Marouette mandarin (Porzana paykullii).

Téléchargez les listes des espèces observées et des oiseaux bagués en 2015.

Vous pouvez télécharger les listes (au format PDF) des espèces observées et des oiseaux bagués en 2015 dans le parc de Muraviovka.

Pose de géolocalisateurs sur des Calliopes sibériennes

Les trajets des oiseaux migrateurs de l'Asie de l'Est sont encore mal connus. En 2015, l'équipe de l'Amur Bird Project a posé des géolocalisateurs sur 12 mâles de Calliopes sibériennes (Calliope calliope) avec le soutien du CanMove Project de l'Université de Lund (Suède). Quand ils rentreront de migration en 2016, les émetteurs seront retirés et les données récupérées.

Le Bruant auréole dans le parc de Muraviovka

Le Bruant auréole (Emberiza aureola) était autrefois l'un des passereaux les plus communs d'Asie de l'Est, mais il est maintenant en voie de disparition et est inscrit sur la Liste Rouge de l'Union International pour la Conservation de la Nature. Les raisons de son déclin sont encore mal comprises. Comme il est encore assez répandu dans le parc de Muraviovka, l'équipe de l'Amur Bird Project a décidé de lancer en 2015 une étude sur sa biologie et son habitat. Tous les territoires ont été cartographiés et neuf adultes ont été bagués. Ces recherches seront poursuivies en 2016.

Calliope sibérienne (Calliope calliope) capturée

Calliope sibérienne (Calliope calliope) munie d'un géolocalisateur dans le parc de Muraviovka (Russie).
Photographie : Paul Bauer
Bruant auréole (Emberiza aureola) bagué

Bruant auréole (Emberiza aureola) bagué dans le parc de Muraviovka (Russie).
Photographie : Wieland Heim

Observations ornithologiques remarquables en 2015

Vue du lac Peschanoie

Vue du lac Peschanoie dans le parc de Muraviovka (Russie).
Photographie : Paul Bauer

L'équipe de l'Amur Bird Project a fait de nombreuses observations intéressantes en 2015. Un Faucon gerfaut (Falco rusticolus) a  été observé le 2 avril, et c'est la première donnée printanière pour l'espèce. 18 Cygnes chanteurs (Cygnus cygnus), une espèce rare dans l'Oblast d'Amour, ont été vus au début du mois de mai. Jusqu'à 15 Oies naines (Anser erythropus) ont été notées dans le nord du parc et une grande troupe de 300 Sarcelles élégantes (Anas formosa) a été repérée. Pour la première fois, un Aigle des steppes (Aquila nipalensis) a été vu (le 8 mai). Une Ninoxe hirsute (Ninox scutulata) a été découverte dans une petite forêt de pins le 9 mai. Sur le lac Peschanoie, dans le nord du parc, un Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis) a été repéré le 19 mai, une première donnée pour le site. Un Courlis cendré (Numenius arquata) a été repéré avec des Courlis de Sibérie (Numenius madagascariensis) le 20 mai près de la rivière Argusicha : c'était la première fois que ce limicole  était vu dans l'Oblast d'Amour. Pour la première fois également, des Sternes naines (Sternula albifrons) ont niché sur le lac Peschanoie. Deux Bihoreaux gris (Nycticorax nycticorax), une espèce qui n'avait jamais été notée dans le parc, ont été notés sur le lac Kapustikha le 3 septembre. Un intéressant hybride de Grue moine et de Grue cendrée a enfin été repéré en vol le 22 septembre.
Vous pouvez télécharger la liste (au format PDF) de la liste des espèces observées et des oiseaux bagués en 2015.

Actions pédagogiques menées en 2015

Du 8 au 12 juin 2015, 32 enfants de l'Oblast d'Amour ont participé à un camp d'été (le second organisé par l'Amur Bird Project) en coopération avec Svetlana Yakovenko (membre de l'équipe du parc de Muraviovka) et des enseignants russes. Ils ont appris beaucoup de choses sur l'écologie, la migration, l'identification et la protection des oiseaux. Ils étaient très motivés et ont pu voir des oiseaux de près dans la station de baguage. 

Soutenez l'Amur Bird Project

En 2015, l'Amur Bird Project a reçu des soutiens du Mohamed bin Zayed Species Conservation Fund, du Förderkreis Allgemeine Biologie e.V., des sociétés Sound Approach et Carl Zeiss Sports Optics, du Naturschutzbund Regionalverband Erzgebirge (NABU RVE) et de donateurs privés. Les projets sont nombreux, en particulier la construction d'un bâtiment qui comprendra un laboratoire, des chambres, une salle à manger et des toilettes. 9 000 euros seraient nécessaires.
Vous pouvez soutenir financièrement l'Amur Bird Project (tous les fonds reçus sont collectés par l'association NABU RVE). Voici les coordonnées bancaires pour un virement : NABU RVE e.V. - IBAN : DE24 8705 0000 3502 0023 38 - BIC/SWIFT : CHEKDE81XXX (Sparkasse Chemnitz) - Référence : "Amur Bird Project research station" ou "Amur Bird Project field work". Contact : Wieland Heim - Courriel : amurbirding@gmx.de - Blog : Amurbirding.blogspot.fr

Contact

Wieland Heim - Courriel : amurbirding@gmx.de - Blog : http://amurbirding.blogspot.fr

À lire aussi sur Ornithomedia.com

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Suivi ornithologique dans le parc de Muraviovka (Russie) en 2015"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest