Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Analyses > Trois Fous bruns dans les eaux françaises et anglaises durant l'été 2019

Analyses

Retour à la liste des articles de Analyses

Trois Fous bruns dans les eaux françaises et anglaises durant l'été 2019

Le Fou brun est un oiseau marin tropical accidentel en Europe, mais au cours de l'été 2019, au moins trois oiseaux ont été vus près des côtes de Cornouailles et de Bretagne.

| En cours de soumission au comité de lecture

Partager
Translate

Trois Fous bruns dans les eaux françaises et anglaises durant l'été 2019

Fou brun (Sula leucogaster), probablement de second été, St Ives, Cornouailles (Grande-Bretagne), le 31 août 2019.
Photographie : Richard Bonser

Un observateur doit rester attentif même lorsqu'il se détend sur une plage. Le 28 août 2019, Kester Wilson se reposait avec sa famille à St Ives en Cornouailles (Grande-Bretagne), et il a remarqué au loin un oiseau inhabituel qui pêchait, mais il n'avait pas pris ses jumelles. Il a toute de même remarqué qu'il avait une silhouette de Fou de Bassan (Morus bassanus), mais qu'il ne ressemblait pas à un immature classique de cette espèce. Sa poitrine et sa tête sombres contrastaient fortement avec son ventre blanc, et son motif sous-alaire était différent. Il ressemblait fortement à un Fou brun (Sula leucogaster), un oiseau marin tropical rarissime en Europe ! Il volait bas et plongeait fréquemment. Au bout d'un moment, il s'est éloigné.
Kester a aussitôt envoyé un message à un groupe WhatsApp d'observateurs locaux, et plus tard dans la journée, quelques-uns l'ont contacté pour avoir plus d'informations. Le lendemain, il a entendu qu'un Fou brun avait été photographié dans le secteur ! Cet oiseau, probablement de second été, est resté quelques jours.
Le 30 août, un adulte, donc a priori un second individu, a été observé et photographié par Armel Deniau et Pascal Provost au large de Perros-Guirec, dans le département des Côtes-d'Armor (France). Le 2 septembre, un jeune Fou brun (de premier été) a aussi été trouvé en Cornouailles !
Cette série rapprochée d'observations ouest-européennes d'une espèce dont les colonies les plus proches sont situées dans l'archipel du Cap-Vert, est remarquable. Dans cet article, nous revenons sur ces données et nous présentons quelques éléments de réflexions. Nous remercions Richard Bonser pour ses photos.

Abstract

Even when on a beach with his children, a birder must remain attentive. The 28th of August 2019, Kester Wilson was resting with his family in St. Ives, Cornwall, Great Britain: he noticed in the distance an unusual bird that was fishing, but he didn't take his binoculars ... It had the jizz of a Northern Gannet (Morus bassanus), but it did not look like an immature of this species. Its dark chest and head contrasted strongly with his white belly, and the underwing pattern was different. It was very similar to a Brown Booby (Sula leucogaster), a tropical seabird vagrant in Europe! It flew low and dived frequently. After a while, it flew away. Kester immediately sent a message to a WhatsApp local group of birders, and later in the day, some of them contacted him for more information. The next day, Kester heard that a Brown Booby had been photographed in the area! This bird, probably a second summer bird, remained a few days.
The 30th of August 2019, an adult, so probably a second individual, was watched and photographed by Armel Deniau and Pascal Provost off Perros-Guirec, in the French department of Côtes-d'Armor (France). The 2nd of September 2019, a first-summer bird was also watched in Cornwall!
This series of West-European data of a species whose nearest colonies are located in the Cape Verde archipelago is remarkable.. In this article, we return to this data and we present some elements of reflection. We thank Richard Bonser for his photos.

Le Fou brun (Sula leucogaster)

Fou brun (Sula leucogaster)

Fou brun (Sula leucogaster), probablement de second été, St Ives, Cornouailles (Grande-Bretagne), le 31 août 2019 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Richard Bonser

Longueur : 64 – 74 cm.

Envergure : 132 – 150 cm.

Description : le Fou brun fait partie de la famille des Sulidés. Il est environ 30 % plus petit que le Fou de Bassan (Morus bassanus). L'adulte est brun-chocolat, avec le ventre blanc et le dessous des ailes blanchâtre bordé de brun. Le juvénile est brun foncé, avec peu de contraste entre la poitrine et l’abdomen teinté de brun. 
Son bec est grand et pointu. Ses pattes et ses doigts sont jaunes chez l'adulte et grisâtres chez le juvénile.
 
Quatre sous-espèces sont reconnues :

  • S. l. leucogaster : îles au sud du golfe du Mexique, des Antilles et de l'Atlantique tropical.
  • S. l. plotus : mer Rouge et océan Indien tropical de l'est de l'Afrique au nord de l'Australie et au centre de l'océan Pacifique. 
  • S. l. brewsteri : extrémité orientale de l'océan Pacifique (îles du golfe de Californie, îles de Tres Marías et de Clipperton, et peut-être ailleurs).
  • S. l. etesiaca : côtes du Pacifique de l'Amérique centrale et du nord de l'Amérique du Sud (jusqu'au sud de la Colombie).

Habitats : le Fou brun se reproduit sur des îles rocheuses et sur des atolls coralliens et passe le reste de l'année en mer.

Une espèce accidentelle en Europe

En Europe, un oiseau a été vu au Portugal (Algarve), un autre en Italie et quatre en Espagne (deux entre mai 1983 et septembre 1986 en Andalousie et deux entre décembre 2002 et septembre 2003 en Galice).  

Au moins trois Fous bruns dans les eaux anglaises et françaises en août et en septembre 2019

Colonies et sites d'observation de Fous bruns

Emplacements des colonies (points violets) de Fous bruns (Sula leucogaster) les plus proches de l'Europe et des sites de découverte d'individus en août et en septembre 2019 dans les eaux anglaises et françaises : (1) un probable oiseau de second été depuis la plage de Porthgwidden à St Ives en Cornouailles (Grande-Bretagne), (2) un probable adulte au large de Perros-Guirec dans les Côtes-d'Armor (France) et (3) un oiseau de premier été à Kynance Cove, le long de la côte de la péninsule de Lizard en Cornouailles (Grande-Bretagne), et (4) un très probable Fou brun à Swalecliffe, dans le Kent (Grande-Bretagne).
Carte : Ornithomedia.com

Un Fou brun, probablement de second été selon Richard Bonser, qui nous a transmis les photos de cet article, a été découvert le lundi 26 août 2019 par Kester Wilson alors qu'il se reposait sur la plage de Porthgwidden à St Ives en Cornouailles (Grande-Bretagne). Il a été revu dans ce secteur jusqu'au samedi 31 août au moins, mais il n'a plus été noté à partir du dimanche 1er septembre. Il a attiré des centaines d'observateurs et de photographes.
Le vendredi 30 août 2019, un adulte (très probablement d'après la photo qui a été publiée) a été observé et photographié par Armel Deniau et Pascal Provost, deux salariés de la réserve naturelle des Sept-Îles (lire Visite de la réserve naturelle des Sept-Îles) depuis un bateau au large de Perros-Guirec (Côtes-d'Armor), à environ 7 km de la côte. Il suivait, avec des centaines de Fous de Bassan, des Thons rouges (Thunnus sp.) chassant. D'après son plumage et la date d'observation, il s'agissait d'un adulte, et donc d'un oiseau différent de celui de St Ives.
Le 2 septembre 2019, un Fou brun de première année, aux plumes de vol très usées, a été découvert à Kynance Cove, dans la péninsule de Lizard, également en Cornouailles, et il était encore présent le 4 septembre au moins (voir une vidéo plus bas). Il ne semblait pas suivre de direction précise, faisant des incursions dans différentes baies, puis se perchant sur le même rocher. 
Signalons enfin qu'un très probable Fou brun (différent ?) avait été vu et photographié (de loin) le 19 août à Swalecliffe, dans le Kent (voir des photos).

Une vidéo du Fou brun de première année découvert à Kynance Cove (Cornouailles) le 2 septembre 2019

Voici ci-dessous une vidéo du Fou brun de première année, aux plumes de vol très usées découvert le 2 septembre 2019 à Kynance Cove, dans la péninsule de Lizard, en Cornouailles (Grande-Bretagne).



Fou brun (Sula leucogaster) de première année, Kynance Cove, péninsule de Lizard, Cornouailles (Grande-Bretagne), le 3 septembre 2019. Il était souvent perché sur le même rocher. 
Source : Dave Carter




Une confusion possible avec un Fou de Bassan immature

Fous de Bassan (Morus bassanus) adulte et immature

Fous de Bassan (Morus bassanus) adulte et immature, réserve naturelle des Sept-Îles (Côtes-d'Armor), le 23 juin 2017 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Marc Le Moal

Un Fou de Bassan de premier été, dont le plumage brun et blanc ressemblait de loin à celui d'un Fou brun, a été photographié le 9 juillet 2019 au large d'Arnao, dans les Asturies (Espagne), ce qui a provoqué dans un premier temps une erreur d'identification : son croupion blanc et le dessous sombre de ses ailes ont finalement permis de lever la confusion (des photos ont été présentées sur le blog Rare Birds Spain). Cela signifie donc qu'il faut être assez prudent quand on pense voir un Fou brun dans l'aire de répartition du Fou de Bassan. Les observations faites en Cornouailles et en Bretagne en août et en septembre 2019 seront certainement reconnues par les comités d'homologation des deux pays, et il s'agira donc des premières observations de Fous bruns pour les territoires métropolitains de la France et de la Grande-Bretagne.

Les mouvements de fin d'été des oiseaux marins tropicaux

Malgré le caractère exceptionnel des observations de Fous bruns dans les eaux anglaises et françaises, leur période d'observation (août et septembre) est classique pour des oiseaux marins d'origine tropicale, car il s'agit de leur période de dispersion : après leur saison de reproduction, de nombreuses espèces pélagiques quittent en effet leurs sites de nidification à la fin de l'été et au début de l'automne. Par exemple, des Noddis bruns (Anous stolidus), des sternes sombres qui nichent (entre autres) dans les Caraïbes, sont vus chaque année en août et en septembre le long des côtes de Géorgie, de Caroline du Sud et de Floride, certains oiseaux étant par ailleurs entraînés vers le Nord par les vents qui accompagnent les ouragans frappant l'est de l'Amérique et les Caraïbes entre août et octobre.
Les Fous bruns qui ont niché s'éloignent généralement peu de leurs sites de nidification, mais les jeunes et les non-nicheurs peuvent parcourir de grandes distances dans différentes directions, y compris vers le Nord : les Fous bruns provenant des colonies du sud de la mer Rouge remontent ainsi vers le Nord à la fin de l'été et atteignent le golfe d’Eilat (Israël et Jordanie).

Une origine probable : l'archipel du Cap-Vert

Fou brun (Sula leucogaster) adulte

Fou brun (Sula leucogaster) adulte, baie de São Francisco, île de Santiago, archipel du Cap-Vert, février 2017 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Gilles Bourrioux

Des Fous bruns en dispersion postnuptiale sont signalés assez régulièrement au banc d'Arguin, dans le sud de la Mauritanie, en provenance certainement de leurs colonies du Cap-Vert, qui comptent environ 1 000 couples (lire Observer les oiseaux dans l'archipel du Cap-Vert). Quelques observations ont aussi été réalisées au Maroc (au moins cinq) et aux Açores (au moins une). Les Fous bruns vus en août et en septembre 2019 dans les eaux anglaises et françaises proviennent aussi certainement du Cap-Vert.

Une observation comparable : un Fou à pieds rouges en juin 2017 dans les Côtes-d'Armor

L'observation d'un adulte le 30 août 2019 au large de Perros-Guirec (Côtes-d'Armor), non loin de la réserve naturelle des Sept-Îles, rappelle celle d'un Fou à pieds rouges (Sula sula) immature, une autre espèce tropicale, dans cette même réserve le 26 juin 2017 (lire Une histoire de fous : un Fou à pieds rouges visite la colonie de Fous de Bassan des Sept-Îles). Ce site protège la plus grande (et seule colonie) de Fous de Bassan (Morus bassanus) de France (18 919 couples en 2017 contre 20 155 couples en 2016). Le Fou à pieds rouges s’était posé quelques instants au sommet de l’île Rouzic, et il n'a pas été revu par la suite, malgré les recherches. Comme le Fou brun, le Fou à pieds rouges niche (probablement) dans l'archipel du Cap-Vert (lire Le Fou à pieds rouges a-t-il niché dans l'archipel du Cap-Vert au printemps 2016 ?).

Comment expliquer ces arrivées de Fous bruns loin de leur aire de distribution normale ?

Fou brun (Sula leucogaster)

Fou brun (Sula leucogaster), probablement de second été, St Ives, Cornouailles (Grande-Bretagne), le 31 août 2019 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Richard Bonser

Comme nous l'avons évoqué plus haut, les Fous bruns se dispersent à la fin de l'été à partir de leurs colonies, et ils peuvent parcourir de grandes distances, surtout s'ils sont poussés par des vents favorables. Des Fous bruns bagués poussins sur l'île japonaise de Nakanokamishima ont ainsi parcouru 2 000 km et atteint les Philippines.
Les immatures (cas des deux oiseaux vus en Cornouailles en août et en septembre 2019) sont davantage susceptibles que les adultes de s'aventurer loin de l'aire de répartition normale de l'espèce : en août et en octobre 2013, plus de 30 Fous à pieds bleus (Sula nebouxii), principalement des jeunes, avaient par exemple été observés en Californie, loin au nord de l'aire de reproduction classique (lire Spectaculaire afflux de Fous à pieds bleus en Californie à la fin de l'été 2013).   
Pour Mark Grantham, de la Cornwall Bird Watching and Preservation Society, les Fous bruns trouvés en Cornouailles ont de bonnes chances de survivre car ils sont "dans leur élément" et ils peuvent pêcher tout en se déplaçant. Ils peuvent voler sur de longues distances et parcourir plusieurs centaines de kilomètres par jour : il leur est donc assez facile de rejoindre l'Atlantique tropical. Les conditions climatiques moins clémentes de l'Atlantique Nord en automne pourraient les inciter à entamer leur retour vers le Sud.
Les Fous de Bassan peuvent s'aventurer en hiver jusqu'au large des côtes africaines, et des Fous bruns les ont peut-être suivis lors de leur retour dans les colonies des Sept-Îles, d'Alderney (dans l'archipel anglo-normand) et de Grassholm (Pays-de-Galles). L'observation d'un Fou brun adulte le 30 août 2019 parmi des centaines de Fous de Bassan est intéressante car elle rappelle que les différentes espèces de Sulidés ont tendance à se rassembler : par exemple, de jeunes Fous masqués (Sula dactylatra) et à pieds rouges sont vus chaque année dans la colonie de Fous bruns de l'île de Nakanokamishima au Japon entre mars et novembre, avec un pic en juin et en juillet.
Enfin, les Fous bruns découverts en août et en septembre 2019 se sont-ils posés sur des bateaux, ce qui les aurait aidés à atteindre les eaux de Cornouailles et de Bretagne ? Les fous tropicaux se posent effet souvent sur les navires et les chalutiers, s'en servant comme postes d'observation (lire Ces oiseaux qui voyagent sur des bateaux).

Et le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique, en entraînant une hausse de la température des eaux de surface de l'Atlantique du Nord, de la Méditerranée et de la Manche, favorise l'installation progressive d'organismes marins (poissons, crustacés, algues...) qui étaient autrefois uniquement présents dans les zones plus chaudes. Ce phénomène favorise-t-il aussi les arrivées d'oiseaux marins tropicaux ?

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la galerie photos d'Ornithomedia.com

Fou de Bassan (Morus bassanus)

À lire aussi sur le web

Le site web de la réserve naturelle nationale des Sept-Îles : https://sept-iles.lpo.fr/

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Trois Fous bruns dans les eaux françaises et anglaises durant l'été 2019 "

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest