Starling
Nature Experience
Kite Optics

Pratique | Identification

Différencier les Pipits maritime (dont la sous-espèce littoralis), spioncelle et farlouse en hiver

L'identification des pipits se nourrissant en hiver sur les côtes du nord-ouest de la France constitue un problème classique.
16/10/2013 | Validé par le comité de lecture

Introduction

Les pipits font partie des oiseaux les plus difficiles à identifier, et c’est en particulier le cas des Pipits maritime (Anthus petrosus) et spioncelle (A. spinoletta). Ces deux espèces peuvent être observées en hiver le long des rivages français de la Manche et de l’Atlantique. Les observateurs portent généralement peu d’attention à ces petits passereaux vifs et agiles, à tort : en effet, les activités de baguage ont montré (au Royaume-Uni en tout cas, mais c’est certainement aussi le cas en France) qu’un pourcentage significatif des Pipits maritimes présents sur les côtes entre octobre et mars appartenaient à la sous-espèce nordique A. p. littoralis, légèrement différente de la sous-espèce nominale nicheuse et sédentaire en France (du Pas-de-Calais à la Charente-Maritime), en Irlande et dans les îles britanniques. Pour compliquer encore un peu les choses, il faut préciser que le Pipit farlouse (Anthus pratensis) est également souvent présent dans les habitats ouverts (prairies, prés humides, marais salants..) proches de la mer, y compris en hiver.
Nous vous proposons dans cet article une synthèse des critères permettant de différencier en hiver le Pipit maritime des Pipits spioncelle et farlouse, et d’essayer de repérer les oiseaux nordiques appartenant à la sous-espèce Anthus petrosus littoralis.
Nous remercions Karen, du site web Isle of Man Birding, pour nous avoir aidés à rédiger la partie consacrée à la sous-espèce littoralis du Pipit maritime, et Daniel Gillereau, François Lelièvre, Alain Fossé et Joël Bruezière pour leurs photos.

Abstract

Pipits are among the most difficult birds to identify, and this is particularly the case of the Rock Pipit (Anthus petrosus) and the Water Pipit (A. spinoletta). These two species can be found in winter along the French shores of the Channel and the Atlantic. Birdwatchers pay generally little attention to these little agile birds: but ringing activities in the U.K. (but this is certainly also the case in France) have showed that a significant percentage of the Rock Pipits wintering on the coasts belong to the northern subspecies A. p. littoralis, slightly different from the nominal subspecies that breeds in France (locally from the Pas- de- Calais to the Charente -Maritime) and in the British Isles. Another species that can be confused with these two species, the Meadow Pipit (Anthus pratensis) is also frequently found in open habitats close to the sea (meadows, wet meadows, marshes ..).
We propose you a synthesis of the field features that can be used to distinguish in winter the Rock Pipit, the Water Pipit and the Meadow Pipit, and to find birds belonging to the northern subspecies Anthus petrosus littoralis.
We thank Karen, from the website Isle of Man Birding, for having allowed us to publish a French version of the article « Scandinavian Rock Pipits (Anthus petrosus littoralis) on the Isle of Man » , and Daniel Gillereau, François Lelièvre, Alain Fossé and Joël Bruezière for their photos.

Vous devez vous connecter pour consulter cet article Se connecter

Poursuivez la lecture de cet article, en vous abonnant dès maintenant !

Découvrez les Archives d’Ornithomedia.com

Pour seulement 10,00 €TTC/an (ou 6,00 € les 6 mois)

Profitez de plusieurs centaines d’articles en accès illimité et sans aucun engagement.

Compléments

À lire aussi sur Ornithomedia.com

À lire aussi sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Aucun commentaire sur ce sujet

Participer à la discussion !