Nature Experience
Starling
Kite Optics

Pratique | Débuter

La géophagie chez les becs-croisés et les autres passereaux

Deux Becs-croisés des sapins ont été observés grattant un mur de ciment avec leur bec dans le parc national des Écrins (Alpes françaises).
09/02/2017 | Validé par le comité de lecture

Introduction

La géophagie est la pratique consistant à avaler de la terre de différente nature (argileuse, calcaire…) afin d’ingérer certaines substances minérales (calcium, fer…). Elle concerne une grande variété d’animaux, dont les oiseaux. Ce comportement a largement été décrit chez les perroquets néotropicaux, mais il est également connu chez des espèces des régions tempérées, notamment chez plusieurs passereaux granivores comme les Becs-croisés des sapins (Loxia curvirostra) et leucoptère (L. leucoptera). Chez ces deux espèces, on a déjà observé l’ingestion de particules minérales à la base des arbres et au bord des routes, mais les explications possibles sont encore mal connues. En février 2017, Marc Fasol a observé un mâle et une femelle de Bec-croisé des sapins arrachant des petits morceaux d’un mur couvert de salpêtre dans le parc national des Écrins, dans les Alpes françaises. Dans cet article, nous analysons les raisons possibles de ce comportement chez les becs-croisés et plus largement chez les passereaux.

Abstract

Geophagia or geophagy is the practice of eating earth or soil-like substrates such as clay or chalk in order to ingest some minerals (calcium, iron…). It concerns a wide variety of animals, including birds. This behavior has largely been described in neotropical parrots, but it is also known in temperate regions, particularly among several grain-eating passerines such as the Red Crossbill (Loxia curvirostra) and the White-winged Crossbill (L. leucoptera). Both species have been watched at the base of trees and on the roadside eating earth, but the possible explanations are still poorly understood. In February 2017, Marc Fasol watched a male and a female Red Crossbill pulling small pieces of a wall covered with saltpetre in the Ecrins National Park in the French Alps. In this article, we analyze the possible reasons for this behavior among passerines.

Vous devez vous connecter pour consulter cet article Se connecter

Poursuivez la lecture de cet article, en vous abonnant dès maintenant !

Découvrez les Archives d’Ornithomedia.com

Pour seulement 10,00 €TTC/an (ou 6,00 € les 6 mois)

Profitez de plusieurs centaines d’articles en accès illimité et sans aucun engagement.

Compléments

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sources

  • Mercedes S. Foster (2014). Can fruit pulp meet the calcium needs of tropical frugivorous passerines during reproduction? Journal of Tropical Ecology. Volume : 30. Numéro : 1. Pages : 79-88. www.cambridge.org
  • Steven C. Latta (2012). Observation of geophagy by Hispaniolan Crossbill (Loxia megaplaga) at an abandoned bauxite mine. Journal of Caribbean Ornithology. Volume : 25. Numéro : 2. Pages : 98-101.http://birdscaribbean.org/jco/index.php/jco/article/view/27/28
  • AFP (2004). White-winged Crossbills Obtain Forage from River Otter Feces. The Wilson Bulletin. Volume : 116. Numéro : 2. Pages : 181-184. http://www.bioone.org/doi/abs/10.1676/03-109

1 commentaire(s) sur ce sujet

Participer à la discussion !

Je suis surpris de lire cet article pensant que c’était une pratique courante. Pour ma part, chaque hiver, j’observe les becs croisés sur les vieux murs mais aussi sur les routes.