Starling
Kite Optics
Nature Experience

Magazine | Interviews

I. Chatoux, E. Borujerdi et L. Sciascia nous parlent du projet « SeineCityPark » (Yvelines)

Ce projet d’aménagement de la boucle de Chanteloup est censé concilier développement et protection de la biodiversité.
27/02/2016 | Validé par le comité de lecture

Introduction

À 30 km à l’ouest de Paris, dans le département des Yvelines, la Seine forme un vaste méandre appelé boucle de Chanteloup. Au début du 20ème siècle, ce territoire était le lieu d’une activité maraîchère importante. À partir des années 1950, le secteur a commencé à s’urbaniser et des carrières d’extraction de granulats ont été ouvertes le long du fleuve, modifiant profondément le paysage autrefois agricole. Dans les années 1980-1990, une partie des carrières a été remblayée et deux plans d’eau ont été créés. La majeure partie de l’ouest de la boucle est devenue une vaste friche ayant un certain intérêt ornithologique et faunistique bordée par la Seine et par des zones résidentielles, commerciales et industrielles.
En 2010, le Conseil Départemental des Yvelines, la Communauté d’Agglomération des Deux Rives de Seine, les Établissements Publics des Ports de Paris et du Mantois Seine Aval, le Syndicat Mixte d’Aménagement et de Gestion des Berges de la Seine et de l’Oise et les communes de la boucle de Chanteloup ont décidé de lancer un vaste projet de développement socio-économique appelé « SeineCityPark » visant à valoriser et à relier les espaces naturels et agricoles existants et à contenir les développements urbains. Il a été retenu en 2011 par le comité de gestion du programme européen LIFE+ pour le volet « politique et gouvernance » et bénéficiera donc de subventions jusqu’en 2017. Le projet SeineCityPark est composé du parc départemental du Peuple de l’Herbe (dont la réalisation est contestée par certaines associations et ornithologues), de l’écoquartier « Nouvelle Centralité », de la zone « Cœur Vert » (visant à réhabiliter plus de 100 hectares d’anciens terrains maraîchers et de vergers), du parc d’activités économiques « Écopôle Seine Aval » et de l’écoport de Triel-sur-Seine (qui doit offrir une desserte fluviale aux entreprises installées dans la boucle de Chanteloup).
Isabelle Chatoux (chef de projet « Parc du Peuple de l’herbe » au Conseil départemental des Yvelines), Elsa Borujerdi (chargée de mission développement agricole et forestier à la Communauté urbaine du Grand Paris Seine et Oise) et Laurence Sciascia (responsable d’opérations aménagement et paysage aux Ports de Paris) ont répondu à nos questions concernant les aspects écologiques et ornithologiques du projet « SeineCityPark ».

Abstract

30 km west of Paris, in the Yvelines department, the Seine forms a vast meander called the boucle de Chanteloup. In the early 20th century, this area was the site of a major market gardening activity. From 1950, the meander began to be urbanized and gravel pits were opened along the river, profoundly altering the formerly agricultural landscape. In 1980-1990, some of the gravel pits were backfilled and two lakes were created The étang de la Galiotte (22 hectares) and the étang de la Vieille Ferme (11 hectares) and most of the western part of the meander became a vast semi-natural area bordered by the Seine River and residential, commercial and industrial areas.
In 2010, the Council of the Department of the Yvelines, the urban community of Deux Rives de Seine, the Public Institutions of the Ports de Paris and the Mantois Seine Aval, the Syndicat Mixte d’aménagement et de Gestion des Berges de la Seine et de l’Oise and the municipalities of the boucle of Chanteloup decided to launch a major socio-economic and environmental project called « SeineCityPark » to enhance and connect the existing natural and agricultural areas and to contain urban developments. It was approved in 2011 by the LIFE+ fund in the « policy governance » category and therefore will benefit from subsidies until 2017. The different parts of the project are the park of the Peuple de l’herbe, the « Nouvelle Centralité » ecodistrict, the « Coeur Vert » area which aim is to rehabilitate more than 100 hectares of old orchards, the « Ecopole Seine Aval » business park and the Triel-sur-Seine ecoport..
Isabelle Chatoux, Elsa Borujerdi and Laurence Sciascia, from the environmental service of the park of the Peuple de l’herbe, answered our questions about the ecological and ornithological aspects of the « SeineCityPark » project.

Vous devez vous connecter pour consulter cet article Se connecter

Poursuivez la lecture de cet article, en vous abonnant dès maintenant !

Découvrez les Archives d’Ornithomedia.com

Pour seulement 10,00 €TTC/an (ou 6,00 € les 6 mois)

Profitez de plusieurs centaines d’articles en accès illimité et sans aucun engagement.

Compléments

À lire aussi sur Ornithomedia.com

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Aucun commentaire sur ce sujet

Participer à la discussion !