Nature Experience
Starling
Kite Optics

Magazine | Études

Reconstituer l’évolution des gouras à partir d’analyses génétiques

Une étude génétique récente a permis de mieux comprendre les liens de parenté entre les espèces de gouras, de reconstituer leur diversification dans l'espace et dans le temps et de préciser la taxonomie du genre Goura.
19/01/2018 | Validé par le comité de lecture

Introduction

La Nouvelle-Guinée est la troisième plus grande île du monde après l’Australie et le Groenland. Son avifaune est riche et compte de nombreux endémiques, dont beaucoup vivent dans les forêts. L’origine de ces oiseaux est mal connue : si plusieurs familles comme les ptilonorhynchidés (jardiniers) et les méliphagidés (méliphages) proviennent certainement d’Australie, cela reste plus mystérieux pour d’autres comme les pitohuis (genre Pitohui), les piquebaies (genre Melanocharis) et les gouras (genre Goura).
Les gouras sont de grands pigeons forestiers endémiques de Nouvelle-Guinée et des îles voisines (Aru, Misool, Salawati, Batanta, Waigeo et Yapen) qui se caractérisent par la présence d’une huppe érectile et l’absence de glande uropygienne. Ils vivent dans les vastes forêts humides de plaine. Quatre espèces sont reconnues actuellement : les Gouras couronné (Goura cristata), de Victoria (G. victoria), de Sclater (G. sclaterii) et de Scheepmaker (G. scheepmakeri). Leurs liens de parenté ne sont pas encore clairement connus : en particulier, les Gouras de Sclater et de Scheepmaker étaient encore récemment considérés comme des sous-espèces des Gouras couronné et de Victoria.
Dans un article publié en 2018 dans le journal Molecular Phylogenetics and Evolution, Jade Bruxaux, Maëva Gabrielli, Hidayat Ashari, Robert Prŷs-Jones, Leo Joseph, Borja Milá, Guillaume Besnard et Christophe Thébaud ont présenté les résultats d’études phylogénétiques permettant de mieux comprendre les relations entre les espèces connues de gouras, de reconstituer leur diversification dans l’espace et dans le temps et de préciser la taxonomie du genre Goura.

Abstract

New Guinea is the third largest island area in the world after Australia and Greenland. Its avifauna is rich and includes lots of endemics, many of which live in forests. The origin of these birds is poorly known: although several families such as ptilonorhynchidae and meliphagidae certainly come from Australia, the process remains more mysterious for others such as pitohuis, melanocharis and gouras.
The gouras are large and beautiful forest pigeons endemic to New Guinea and neighboring islands (Aru, Misool, Salawati, Batanta, Waigeo and Yapen) which are characterized by their erected crest and the absence of gland oil. They live in vast lowland rainforests. Four allopatric or parapatric species are currently recognized: Goura cristata, G. victoria, G. sclaterii and G. scheepmakeri. However, their links have not yet been well studied: in particular, G. sclaterii and G. scheepmakeri were still recently considered as subspecies of the G. cristata and G. victoria.
In an article published in 2018 in the journal Molecular Phylogenetics and Evolution, Jade Bruxaux, Maëva Gabrielli, Hidayat Ashari, Robert Prŷs-Jones, Leo Joseph, Borja Milá, Guillaume Besnard and Christophe Thébaud have presented the results of phylogenomic studies explaining the relationships between the known species of gouras, reconstructing their past diversification and precising the taxonomy of the Goura genus.

Vous devez vous connecter pour consulter cet article Se connecter

Poursuivez la lecture de cet article, en vous abonnant dès maintenant !

Découvrez les Archives d’Ornithomedia.com

Pour seulement 10,00 €TTC/an (ou 6,00 € les 6 mois)

Profitez de plusieurs centaines d’articles en accès illimité et sans aucun engagement.

Compléments

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Ouvrages recommandés

Source

Jade Bruxaux, Maëva Gabrielli, Hidayat Ashari, Robert Prŷs-Jones, Leo Joseph, Borja Milá, Guillaume Besnard et Christophe Thébaud (2018). Recovering the evolutionary history of crowned pigeons (Columbidae: Goura): Implications for the biogeography and conservation of New Guinean lowland birds. Molecular Phylogenetics and Evolution. Numéro : 120. Pages : 248–258. www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1055790317308679?via%3Dihub

Aucun commentaire sur ce sujet

Participer à la discussion !