Les cas décrits d’oiseaux (et de chauves-souris) retrouvés prisonniers par des plantes sont rares, mais ils concernent plusieurs espèces et continents.

En Amérique du Nord, 25 espèces végétales, aux tiges, fleurs et/ou graines gluantes ou munies de crochets, ont été identifiées. Deux espèces invasives, la Grande (Arctium lappa) et la Petite Bardane (A. minus), originaires d’Europe et d’Asie, et dont les capitules rose-violet sont entourées de bractées crochetées qui ont des propriétés adhésives à l’origine de l’invention des bandes Velcro, sont responsables de la majorité de ces cas : au moins 13 espèces de passereaux, dont le poids est compris entre 3 et 16 grammes, ont ainsi été leurs victimes. Dans le marais Delta, au Manitoba (Canada), onze Colibris à gorge rubis (Archilochus colubriset quatre passereaux, dont le Viréo à tête bleue (Vireo solitarius) ont été trouvés piégés par des bardanes en 20 ans. Les migrateurs « naïfs », connaissant mal ces plantes et à la recherche d’insectes dans leurs massifs, seraient les principales victimes lors de leur trajet postnuptial. L’association BirdStudies Canada incite ainsi ses adhérents à détruire ces plantes dans leur jardin en automne, pour éviter que des passereaux migrateurs ne finissent accrochés sur leurs inflorescences. 

En Europe, les cas sont beaucoup plus rares, les Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) se perchant même sur les capitules des bardanes pour manger les graines. L’auteur du blog Zoom Nature a toutefois découvert le 8 septembre 2004 le long de la rivière Allier une Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) avec une aile « scotchée » sur un fruit de bardane. Sur notre page Facebook, Pascal Bellion nous a signalé les cas d’un Pinson du Nord (Fringilla montifringilla) piégé sur des  bardanes sur l’île d’Ouessant (Finistère) en 2014 et de deux Pipistrelles communes (Pipistrellus pipistrellus) dans le Maine-et-Loire en 2014 et en Loire-Atlantique en 2015, et Nathalie Picard celui d’une Mésange nonnette (Poecile palustris) en Belgique (et qui a été libérée). 

Troglodyte mignon prisonnier

jeune Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) « prisonnier » d’une capitule de bardane près de Lille (Nord) en juillet 2016 (cliquez sur la photo pour l’agrandir).
Photographie : Pascal Desfossez

Pascal Desfossez a trouvé en juillet 2016 dans une friche près de Lille (Nord) un jeune Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) « prisonnier » d’une capitule de bardane (voir photo), et il l’a libéré.

Pierre Fiquet avait décrit dans la publication « CRPBO Actualités » de 2011 la découverte en septembre 2010 d’une vingtaine d’Hirondelles de rivage (Riparia riparia) trouvées mortes ou agonisantes sur des capitules secs de Grandes Bardanes sur un talus près de la station de baguage de Rochefort (Charente-Maritime).

En Amérique du Nord, une Grive à dos olive (Catharus ustalatus), dont le poids dépasse les 30 grammes, s’est retrouvée piégée par les gousses gluantes de la circée Circaea quadrisulcata. Dans l’archipel de Trinité-et-Tobago, un Ermite vert (Phaethornis guy) et un Sucrier à ventre jaune (Coereba flaveola) ont été découverts  emprisonnés dans les inflorescences à crochets de la graminée Pharus latifolius.

Dans le centre de réhabilitation de la faune sauvage de l’île de Tenerife (Canaries), au moins 66 Hiboux moyens-ducs (Asio otus) et cinq Effraies des clochers (Tyto alba) ont été récupérés avec un plumage recouvert des soies crochues des épillets de la poacée (graminée) Setaria adhaerens : 13 rapaces n’ont pas pu être dégagés et sont morts. Le risque le plus élevé se produit pendant l’été, quand mûrissent les épillets et quand les jeunes rapaces quittent leur nid.

Une Mésange bicolore (Baeolophus bicolor) empêtrée dans les tiges d’un Poux de mendiant (Hackelia virginiana) a été découverte le 28 septembre 2012 à Kutztown, en Pennsylvanie (États-Unis). Elle semblait incapable de se libérer.

Noddis noirs (Anous minutus) piégés

Noddis noirs (Anous minutus) piégés par les graines collantes de l’Arbre à choux (Pisonia grandis) sur Heron Island, dans la Grande Barrière de corail (Australie).
Photographie : Paul Gierszewski / Wikimedia Commons

Dans les îles de l’océan Indien et du Pacifique, les Noddis noirs (Anous minutus) et d’autres oiseaux sont régulièrement trouvés morts collés aux branches et aux fruits de l’Arbre à choux (Pisonia grandis).

Sur l’île croate d’Olib, des Roitelets huppés (Regulus regulus), immobilisés après avoir été en contact avec les fleurs gluantes de la Dentelaire d’Europe (Plumbago europaea), ont été découverts en octobre 2018 (lire La dentelaire, un piège naturel pour les Roitelets huppés).

Dans un canyon aride du nord de l’Arizona (États-Unis), un biologiste a observé 39 cas d’oiseaux piégés, dont trois ayant entraîné leur mort, impliquant la Nyctaginacée Boerhavia torreyana, dont les tiges sont munies d’anneaux collants, et qui prospère dans les zones pâturées. Au moins neuf espèces d’oiseaux différentes ont été les victimes de cette plante annuelle. B.  torreyana germe avec l’arrivée de la pluie au milieu de l’été, à une période qui coïncide avec la migration des oiseaux en automne. Les petits passereaux et insectivores vivant au sol semblent particulièrement exposés, mais un Petit-duc des montagnes (Megascops kennicottii) a également été piégé par cette plante.

On connaît peu les circonstances ayant conduit à ces cas : les victimes peuvent avoir été attirées par les fleurs de ces plantes (les colibris et les fleurs violettes des bardanes), avoir essayé d’extraire leurs graines (les chardonnerets et les bardanes), de poursuivre des proies entre leurs feuilles et leurs tiges ou s’être battus à proximité. Elles peuvent se retrouver immobilisées et parfois mourir finalement de faim en essayant de se dégager.