La Champagne humide est une vaste dépression située à l’est de la Paris, dans la région du Grand Est,  à cheval sur plusieurs départements (Ardennes, Marne, Haute-Marne et Aube). Elle est recouverte d’alluvions et parsemée de nombreux plans d’eau, dont les lacs aubois (Amance, du Temple et d’Orient) et du Der-Chantecoq.

Le lac du Der-Chantecoq, le plus grand plan d’eau artificiel de France métropolitaine, situé à cheval sur les départements de la Marne et de la Haute-Marne, est bien connu des observateurs pour les passages migratoires et l’hivernage des Grues cendrées (Grus grus) et pour la présence durant la mauvaise saison de nombreux canards plongeurs et d’oies de différentes espèces, de groupes de Cygnes de Bewick (Cygnus bewicki) et chanteurs (C. cygnus) et de quelques Pygargues à queue blanche (Haliaeetus albicilla) (lire Où observer les oiseaux remarquables en hiver autour du lac du Der-Chantecoq ?).

Sur le site web Faune-champagne-ardenne.org, on apprend qu’après de multiples tentatives, un couple de Pygargues à queue blanche s’est enfin reproduit avec succès au printemps 2019 en Champagne humide, et que deux jeunes se sont envolés. Depuis 2012, plusieurs observations d’adultes en période de nidification avaient été signalées dans des secteurs riches en étangs en Moselle et en Argonne, et une grosse aire (abandonnée) avait été découverte dès 2011 en forêt dans le secteur du lac du Der. Par ailleurs, ce grand rapace se reproduit déjà presque chaque année depuis 2011 sur l’étang de Lindre en Moselle (lire Le Domaine de Lindre, le spot aux aigles pêcheurs),  

Les effectifs européens de ce grand rapace ont pratiquement doublé entre 1990 et 2010, et la population nicheuse allemande, la plus proche de la France, a connu un essor encore plus spectaculaire, passant de 160 à 700 couples sur la même période : des oiseaux provenant de ce pays sont parfois vus en France (lire Lecture de bagues : un pygargue allemand dans le Maine-et-Loire en février 2019).

Situation des étangs d'Outines et d'arrigny (Marne)

Situation des étangs d’Outines et d’Arrigny (Marne).
Carte : Ornithomedia.com

Dans notre rubrique Observations, Thomas Marchal et Samuel Vasseur nous avaient signalé la présence le 21 mai 2019 de deux Pygargues à queue blanche cerclant au-dessus des étangs d’Outines (Marne), dont un avec un oiseau aquatique dans les serres. Ils étaient accompagnés par un Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus). Le 22 mai, Thomas et Samuel avaient aussi vu trois Cigognes noires (Ciconia nigra) au-dessus de ces étangs.

Situés à l’ouest de la digue du lac du Der (voir leur localisation sur Google Maps), les étangs  d’Outines, composés des étangs du Grand Coulon, de la Forêt et des Landres, sont inclus dans la réserve nationale de chasse et de faune sauvage du Der et des étangs d’Outines et d’Arrigny. Ils sont beaucoup moins connus que le grand lac artificiel. Créés au Moyen-Age par les moines cisterciens pour la pisciculture, ils sont peu profonds et bordés de belles roselières, de bois et de champs, et trois observatoires publics permettent de découvrir dans de bonnes conditions leur avifaune.

Les étangs d’Outines accueillent des espèces nicheuses remarquables comme le Butor étoilé (Botaurus stellaris), le Blongios nain (Ixobrychus minutus), le Héron pourpré (Ardea purpurea), le Crabier chevelu (Ardeola ralloides), le Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax), l’Aigrette garzette (Egretta garzetta), la Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) ou la Locustelle luscinioide (Locustella luscinioides). 

Le 26 juin 2019, lors d’une sortie organisée par Gérard David, Franck Ottaviani et Antoine Cubaixo ont vu un Grèbe jougris (Podiceps grisegena) en plumage nuptial depuis l’observatoire sud de l’étang du Grand Coulon. Un couple de cette espèce, qui se reproduit de l’Europe centrale à l’Asie et en Amérique du Nord, avait niché sur le lac d’Orient (Aube) entre 2005 et 2014 au moins (voir des photos du couple) : l’observation d’un individu en juin 2019 est donc intéressante. En France, le Grèbe jougris est un nicheur très irrégulier : Yeatman (1976) l’avait signalé comme nicheur en Lorraine avant 1919, et sa nidification avait été prouvée en 1988 dans l’Argonne, donc pas très loin à l’ouest des étangs d’Outines et d’Arrigny.  

Chantal Pinteaux nous a indiqué la présence en mai-juin 2019 d’une vingtaine de Grues cendrées (Grus grus) sur les étangs d’Outines, un effectif et une date remarquables.

Grèbe jougris (Podiceps grisegena)

Grèbe jougris (Podiceps grisegena) en plumage nuptial sur l’étang du Grand Coulon près d’Outines le 25/06/2019.  
Photographie : Franck Ottaviani

Entre 2008 et 2018, la population de Balbuzards pêcheurs est passée de un à six couples dans la région du Grand Est, répartis au sein deux noyaux en Moselle et en Argonne (lire Les étangs de Belval, joyaux ornithologiques de l’Argonne). Un couple niche avec succès depuis 2009 sur une plateforme construite dans le domaine de Lindre, et un deuxième couple provenant d’Allemagne s’est installé en 2013 sur une autre plateforme placée non loin du Lindre. En 2016, un couple a niché en Argonne marnaise, à la limite avec la Meuse. Sur le site web Faune-champagne-ardenne.org, on apprend que sept couples de Balbulzards pêcheurs se ont reproduits dans le Grand Est en 2019.
En Alsace, l’espèce n’est pas encore nicheuse mais on constate une augmentation du nombre d’oiseaux observés en période de reproduction ces dernières années (mai à juillet), principalement le long du Rhin.

Des dizaines de Cigognes noires stationnent en fin d’été sur les grands réservoirs de Champagne, non seulement sur le lac du Der, mais aussi surtout sur les réservoirs aubois (lire Observer les oiseaux sur les lacs d’Orient, d’Auzon-Temple et Amance), et plusieurs nids (cinq en 2016) occupés sont connus en Haute-Marne (lire Futur parc national des forêts de Champagne-Bourgogne : M.Delcamp et H. Parmentier nous répondent). Le département proche des Ardennes est le bastion français de l’espèce avec neufs nids occupés et six nichées à l’envol en 2016. La population française de la Cigogne noire continue de progresser et le nombre de nids occupés découverts sous-estime le nombre de couples nicheurs car l’espèce est discrète.

La Grue cendrée niche depuis 1990 en Lorraine, un peu à l’est de la Champagne, et la petite population lorraine ne cesse de progresser avec de 15 à 17 couples en 2012. Cette dynamique, alliée au stationnement tardif d’individus, pourraient conduire peut-être la nidification de l’espèce dans les environs du lac du Der.

La combinaison de la présence d’habitats favorables (secteurs d’étangs forestiers) et de l’expansion du Pygargue à queue blanche, du Balbuzard pêcheur et de la Cigogne noire en Europe devrait favoriser à moyen terme leur installation pérenne dans la région du Grand Est. Le cas du Grèbe jougris est différent, car l’espèce semble en déclin sur le continent, et il n’y a donc pas a priori de tendance de progression vers l’ouest.

Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) adulte

Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) adulte, étangs d’Outines (Marne), le 21/05/2019.
Photographie : Thomas Marchal

Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) et Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus)

Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) et Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), étangs d’Outines (Marne), le 21/05/2019.
Photographie : Thomas Marchal