Les faucons sont généralement des prédateurs mangeant exclusivement des proies vivantes et dédaignant les charognes. Pourtant, ils savent faire preuve d’opportunisme : ainsi, même le Faucon pèlerin (Falco peregrinus), surtout célèbre pour sa rapidité quand il poursuit ou fonce sur ses proies (lire La technique de chasse du Faucon pèlerin), peut manger à l’occasion des cadavres (lire Le Faucon pèlerin n’hésite pas à manger des charognes à l’occasion).

La Crécerelle d’Amérique (F. sparverius) est un rapace commun et répandu en Amérique du Nord, où il peut être considéré comme l’équivalent de notre Faucon crécérelle (F. tinninculus). C’est un petit prédateur, approximativement de la taille d’une grosse grive, la femelle étant toutefois légèrement plus grande et plus lourde que le mâle (lire Le dimorphisme sexuel inversé chez les rapaces).

Crécerelle d'Amérique sur un cadavre de dinde

Une femelle sur un cadavre de Dinde domestique (Meleagris gallopavo) près de Boise, dans l’Idaho (États-Unis) en 2018.
Photographies : Sarah E. Schulwitz et al / The Wilson Journal of Ornithology 

Il chasse dans des zones dégagées, où il se poste à l’affût sur des perchoirs surélevés lui offrant une bonne visibilité sur les alentours. Contrairement au Faucon crécerelle, il pratique assez peu le vol stationnaire, réservant cette technique dans les endroits dépourvus de perchoirs. Ses principales proies sont les gros insectes, suivis des micro-mammifères et des petits oiseaux, puis des lézards et des amphibiens (les pourcentages peuvent varier en fonction des régions et les habitats). Il les capture au sol ou en vol, et les mange en hauteur, à l’abri des intrus. Il peut cacher la nourriture excédentaire disponible pour la consommer plus tard, surtout en automne et en hiver.

Bien que la Crécerelle américaine soit l’un des rapaces les plus étudiés d’Amérique du Nord, un seul cas de nécrophagie avait été présenté dans la littérature ornithologique jusqu’à présent, mais dans un article publié en 2019 dans le Wilson Journal of Ornithology, Sarah E. Schulwitz, Michael C. Griffith et Christopher J. W. McClure ont observé une femelle se nourrissant de la carcasse d’une Dinde domestique (Meleagris gallopavo) près de Boise, dans l’Idaho (États-Unis) pendant cinq jours consécutifs à cheval sur les mois de janvier et de février 2018, chaque séance d’alimentation durant environ 15 minutes. Elle devait partager cette nourriture avec des Pies d’Amérique (Pica hudsonia). Cette observation remarquable fournit la preuve supplémentaire que les faucons savent adapter leur stratégie alimentaire en fonction des opportunités. Plus généralement, la consommation occasionnelle de charognes pourrait être plus répandue que l’on ne le croyait chez les rapaces tuant normalement eux-mêmes leurs proies (lire Une Chouette épervière mange et défend une carcasse de Lynx du Canada).