Le Bruant des sierras (Xenospiza baileyi) est un passereau discret, de 14 à 15 cm de long, aux ailes courtes, au dessus brun rayé de roux et aux flancs et à la gorge striés de noirs. Il est endémique du centre du Mexique, où il n’est connu que dans deux zones distinctes séparées d’environ 800 km : les terres volcaniques proches de La Cima, près de la capitale Mexico, et les terrains communaux d’Ojo de Agua El Cazador près de la ville de Durango, dans le sud de la Sierra Madre occidentale.

C’est une espèce rare et très menacée vivant sur les hauts plateaux couverts de poacées (genres Mulhenbergia, Festuca et Stipa) parcourus de petits cours d’eau et entourés de bois de Pins de l’Arizona (Pinus cooperi) entre 2 285 et 3 050 mètres d’altitude, un habitat menacé par l’agriculture et le pâturage. Il s’agirait d’une espèce essentiellement sédentaire, avec une possible dispersion postnuptiale sur de courtes distances.

Situation de Doce de Mayo (Mexique)

Situations de Doce de Mayo (Mexique) et des deux autres localités connues.
Carte : Ornithomedia.com

Dans un article publié en 2018 dans le journal Acta Zoológica Mexicana, des observateurs ont annoncé la découverte en juin 2016 d’une nouvelle localité au cours d’une recherche du Bruant des sierras dans l’État de Durango : 28 mâles chanteurs ont été recensés dans la petite vallée peu profonde d’El Bajío la Cantera, à une altitude de 2 349 mètres, sur le terrain communal (« Ejido ») de Doce de Mayo, dans la municipalité de San Dimas. Ce site, parsemé de touffes de Mulhenbergia macroura, est actuellement utilisé pour l’agriculture. Les mâles observés étaient actifs vocalement et se poursuivaient, ce qui suggère qu’ils défendaient leur territoire.

Cette découverte est très importante car il s’agirait de la population la plus viable connue actuellement. Cet endroit est situé à 64,5 km d’Ejido Ojo de Agua El Cazador, la seule autre localité connue dans l’Etat de Durango, où la situation de l’espèce est fragile à cause du pâturage de son habitat, malgré la pose d’une clôture.

Pour  assurer l’avenir de la population nouvellement découverte, une stratégie de conservation efficace doit être mise en place, incluant la protection des peuplements de Mulhenbergia macroura et l’implication et la sensibilisation des habitants locaux (270 personnes). Le terrain communal de Doce de Mayo devrait idéalement faire l’objet d’une protection fédérale.