Les membres de la famille des Picidés se nourrissent essentiellement d’insectes capturés sous l’écorce des arbres (lire Le Pic noir a une connaissance « intime » du bois enviée des forestiers) ou dans leur feuillage, mais certaines espèces, par exemple des genres Melanerpes et Celeus, sont occasionnellement frugivores et même nectarivores (lire Certains pics apprécient le nectar des fleurs).

Le Pic à ventre roux (Melanerpes carolinus) est surtout insectivore, mais il capture parfois des petits vertébrés et à de rares occasions, il peut même devenir charognard. Dans un article publié en 2019 dans le Wilson Journal of Ornithology, Mark P. Leonard et Benjamin P. Pauli ont décrit les premiers cas de visites répétées de Pics à ventre roux sur une carcasse de cerf, vraisemblablement pour compléter leur régime alimentaire. Entre décembre 2016 et mars 2017, un piège photographique (lire Utiliser les pièges photographiques pour étudier et observer les oiseaux) installé dans un arbre et orienté vers un cervidé mort à Winona dans le Minnesota (États-Unis) avait produit 1 815 clichés de Pics à ventre roux lors de 381 visites. Les deux auteurs ont analysé ces photos pour déterminer si l’heure ou le mois avaient une influence sur la fréquence de ces passages, et ils ont constaté qu’ils étaient plus fréquents au milieu de la journée mais qu’ils ne dépendaient pas du mois. 

Ces données montrent que chez cette espèce majoritairement insectivore, la consommation de charognes peut jouer un rôle alimentaire important durant la mauvaise saison. Sur notre page Facebook, Denis Matthey nous a d’ailleurs indiqué que les Pics mar (Dendrocopos medius) et épeiche (D. major) étaient aussi charognards à l’occasion. Un constat comparable a été fait chez la Chouette épervière (Surnia ulula), un rapace qui chasse normalement ses proies : un individu avait été filmé mangeant et défendant un lynx mort en février 2016 aux États-Unis (lire Une Chouette épervière mange et défend une carcasse de Lynx du Canada).