Publicité

Longue-vue Zeiss Victory Harpia

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Identification > Identification d'une Sterne voyageuse en Camargue (Bouches-du-Rhône) en mai 2018

Identification

Retour à la liste des articles de Identification

Identification d'une Sterne voyageuse en Camargue (Bouches-du-Rhône) en mai 2018

Un adulte a été découvert le 8 mai parmi des Sternes caugeks : quels sont les critères permettant d'identifier cette espèce ?

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Identification d'une Sterne voyageuse en Camargue (Bouches-du-Rhône) en mai 2018

Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis) adulte, They de Sainte-Ursule, Camargue (Bouches-du-Rhône), le 8/05/2018.
Photographie : Titouan Roguet / Fandefaune.free.fr

La Camargue (Bouches-du-Rhône) est une zone humide d'importance internationale pour la reproduction, l'hivernage et le stationnement de nombreuses espèces d'oiseaux, grâce à sa position géographique le long d'une importante voie de migration et de la variété de ses habitats (lagunes, marais, roselières, sansouires, dunes, rizières, bosquets, ripisylves). Le delta du Rhône est en particulier connu pour ses colonies de laro-limicoles, un terme regroupant les laridés (goélands et mouettes), les limicoles et les sternidés (sternes et guifettes). La Sterne caugek (Thalasseus sandvicensis) y est commune durant les passages et la période de nidification. Une Sterne voyageuse (T. bengalensis) adulte, une espèce accidentelle en Europe d'origine subtropicale et tropicale ressemblant à une Sterne caugek au bec orangé, a été découverte le 8 mai 2018 sur le They de Sainte-Ursule, non loin de la plage de Piémension. Cette observation n'a pas encore été validée par le Comité d'Homologation National, mais les nombreux observateurs venus pour la voir et la photographier ont été semble-t-il unanimes concernant son identification.
Dans cet article, nous rappelons les critères permettant d'identifier cette espèce et de la distinguer des Sternes royale (Thalasseus maximus), élégante (T. elegans) et huppée (T. bergii). Nous remercions Laurent Thierry et Titouan Roguet (site web : Fan de Faune) pour leurs photographies.

Abstract

The Camargue (Bouches-du-Rhône) is the largest French Mediterranean wetland: it is of international importance for numerous breeding wintering and migrating bird species thanks to its geographical position along an important migration flyway and the variety of its habitats (lagoons, marshes, reed beds, sansouires, dunes, rice fields, groves, riverine forest). This Rhone delta is particularly known for its colonies of laro-limicoles, a term including laridae (gulls and seagulls), waders and sternidae (terns and guilds).
The Sandwich Tern (Thalasseus sandvicensis) is common during the passages and the breeding period. An adult Lesser Crested Tern (T. bengalensis), an accidental species in Europe of subtropical and tropical origin resembling an orange-tipped Sandwich Tern, was discovered on the 8th of May 2018 in the They de Sainte-Ursule, near the Piemension beach. This data has not yet been validated by the National Homologation Committee, but the many birders who came to see and photograph it seems to be unanimous regarding its identification. In this article, we present the criteria to distinguish it from the Royal (Thalasseus maximus), elegant (T. elegans) and crested (T. bergii) Terns. We thank Laurent Thierry and Titouan Roguet (website : Fan de Faune) for their photographs.

La Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis)

Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis)

Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis) adulte, They de Sainte-Ursule, Camargue (Bouches-du-Rhône), le 8/05/2018. Notez (1) le bec orangé, (2) le dessus des ailes gris moyen, (3) le croupion gris et (4) les rémiges primaires plus pâles que le reste du dessus des ailes.
Photographie : Titouan Roguet / Fandefaune.free.fr

Longueur : 33 -45 cm.

Envergure : 76 - 90 cm.

Description : la Sterne voyageuse ressemble à une Sterne caugek (T. sandvicensis) avec un bec jaune-orange à orange vif. Sa taille et sa silhouette sont similaires.
Le dessus des ailes, le manteau, le croupion et le dessus de la queue sont gris uniforme un peu plus foncé. L'absence de contraste entre le dos et le croupion (légèrement plus pâle que le reste des parties supérieures) constitue un critère d'identification important. Les ailes sont plus longues que la queue au repos. Le dessous des ailes est blanchâtre, avec un bord de fuite sombre entre les 5ème et 7ème rémiges primaires. Les parties inférieures sont blanches. Les pattes sont noires.
L'adulte en plumage nuptial (d'avril à août) a une calotte noire. Sa huppe est plus longue et plus ébouriffée que celle de la Sterne caugek. Dès la fin de la période de reproduction, la calotte blanchit pour laisser place à un front partiellement blanc. Au printemps, les rémiges primaires sont gris argenté et sont donc plus pâles que le reste du dessus des ailes.
L'adulte en hiver a le front blanc et l'arrière de la tête et la huppe noirs. Le cercle oculaire blanc est alors distinct derrière l'oeil.
Le juvénile ressemble à l'adulte en plumage d'hiver, mais les plumes du manteau et du dessus des ailes ont le centre sombre et une bordure pâle. Trois barres alaires sombres sont visibles au niveau des petites et grandes couvertures et des rémiges secondaires. Les rémiges primaires sont noires. Le croupion et le dessus de la queue sont plus pâles que chez l'adulte. Le bec est d'un jaune-orangé moins vif.
L'oiseau de premier hiver ressemble au juvénile, mais le dos est gris uniforme dès novembre, ainsi que les grandes couvertures. La queue est plus sombre que le dos et le croupion.

Voix : les cris sont des "kear-ik..kear-ik" aigres et grinçants similaires à ceux de la Sterne caugek, mais plus lents.

Habitats

La Sterne voyageuse niche sur des rivages et des îlots rocheux et sablonneux et stationne dans les habitats côtiers variés : vasières, plages, lagunes, récifs coralliens...

Comportement

La Sterne voyageuse est migratrice. Elle cherche sa nourriture comme la Sterne caugek, le bec vers le bas, plongeant de haut ou affleurant la surface de l'eau. Elle niche en colonies. Le nid est une simple dépression creusée dans le sable : il accueille en général deux œufs, couvés alternativement par les deux parents durant 26 jours. Les poussins sont rapidement mobiles dès l’âge de quatre jours et prendront leur envol au bout d’un mois. Ils sont nourris de petits poissons, mais aussi de petites crevettes.

Aire de répartition

Aire de la répartition de la Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis)

Aire de la répartition de la Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis) : en rouge, zones de nidification et en bleu, zones d'hivernage.
Carte : Ornithomedia.com

La Sterne voyageuse niche de façon discontinue en Méditerranée, en mer Rouge, dans l'océan Indien (Afrique orientale et Madagascar), en Asie du Sud et du Sud-est, dans le nord de l'Australie, en Indonésie et en Nouvelle-Guinée.

Taxonomie

Trois sous-espèces sont reconnues :

  • Thalasseus bengalensis bengalensis : niche le long des côtes de la mer Rouge, du golfe Persique et de l'océan Indien et hiverne en Afrique australe, à Madagascar et en Asie du Sud;
  • Thalasseus bengalensis emigratus : niche le long des côtes de Libye. Cette sous-espèce est un peu plus sombre que bengalensis (lire John J. Borg (Birdlife Malta) nous répond sur les Sternes voyageuses en Libye);
  • Thalasseus bengalensis torresii : niche en Indonésie, en Nouvelle-Guinée et en Australie.

Hybridation avec la Sterne caugek

Les Sternes caugek et voyageuse sont très proches et forment parfois des couples mixtes. Les jeunes issus de ces croisements sont de la même taille ou un peu plus grands que les Sternes caugeks du même âge, leur bec présente plus de jaune, leur front est plus sombre, le croupion est gris-blanc, leurs couvertures alaires sont plus pâles et les chevrons du manteau sont plus fins et plus restreints.

Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis)

Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis) adulte  et Sternes caugeks (T. sandvicensis) They de Sainte-Ursule, Camargue (Bouches-du-Rhône), le 8/05/2018. Notez (1) le bec orangé, (2) la calotte noire et la huppe, (3) le dessus d'un gris plus sombre que (5) celui de la Sterne caugek et (4) les pattes noires.
Photographie : Thierry Laurent
Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis)

Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis) adulte et Sternes caugeks (T. sandvicensis), They de Sainte-Ursule, Camargue (Bouches-du-Rhône), le 8/05/2018. Notez (1) le bec orangé, (2) le dessus d'un gris assez sombre et (3) les pattes noires.
Photographie : Thierry Laurent


Statut en France

Situation de la Plaine de la Crau (Bouches-du-Rhône)

Situation de la Camargue (Bouches-du-Rhône).
Carte : Ornithomedia.com

La Sterne voyageuse est une espèce rare en Europe, mais elle a déjà niché à plusieurs reprises dans les deltas de l'Èbre en Espagne (lire Observer les oiseaux dans le Delta de l'Èbre) et du Pô en Italie (lire Séjour dans le delta du Pô et les Valli di Comacchio (Italie) en mars 2003). Elle est régulière en petit nombre en migration et en hiver en Andalousie, notamment sur la plage de Los Lances près de Tarifa (lire Séjour ornithologique dans le parc naturel du détroit de Gibraltar en octobre 2017).
Selon le site web du Comité d'Homologation National, 51 données ont été validées en France entre 1981 et 2015, essentiellement le long des littoraux méditerranéen et atlantique et entre avril et septembre, mais d'autres oiseaux ont été vus depuis (voir une synthèse de données récentes dans notre rubrique Observations).
Une Sterne voyageuse femelle a fréquenté à partir de 1998 et jusqu'en 2007 la colonie de Sternes caugeks de la réserve naturelle du banc d'Arguin en Gironde (lire Observer les oiseaux dans la réserve naturelle nationale du Banc d'Arguin) : bien suivie à partir de 2001, elle s'est appariée à trois reprises à une Sterne caugek en 2001, 2004 et 2006 et  produit deux poussins en l'envol (en 2001 et 2006), qui ont été bagués. Un autre cas de couple mixte a été noté en  1999 sur l'île d'Oléron en Charente-Maritime (lire Découvrir les oiseaux de l'île d'Oléron).

L'observation d'un adulte en Camargue en mai 2018

Une Sterne voyageuse adulte a été découverte le 8 mai 2018 sur le They (= langue de sable) de Sainte-Ursule (voir la localisation du site d'observation) en Camargue (Bouches-du-Rhône) (téléchargez notre carte des bons coins ornithos du centre de la Camargue), et elle était encore présente le 10 mai au moins (source : faune-france.org). Elle n'était pas baguée et était posée parmi les Sternes caugeks, paradant même parfois.

Différencier la Sterne voyageuse des autres sternes "à bec orange"

Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis)

Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis) adulte, Camargue (Bouches-du-Rhône), le 8/05/2018. Notez (1) le bec orangé, (2) l'extrémité noire des primaires et (3) le dessous blanc des ailes.
Photographie : Titouan Roguet / Fandefaune.free.fr

L'identification d'une sterne au bec orangé n'est pas toujours facile car les conditions d'observation ne sont pas toujours idéales et il existe des variations intraspécifiques et des hybrides. La détermination doit donc être basée sur une observation critique aussi précise que possible : il faut essayer de noter la taille de l'oiseau (et la comparer à celle d'une espèce plus commune), la forme, la longueur et la couleur du bec, la nuance de gris du dessus (lire Un outil pour identifier les Laridés adultes : la "Kodak Gray Scale") et la couleur du croupion (entre autres).
Dans le paléarctique occidental (lire Qu'est-ce que le Paléarctique occidental ?), la Sterne voyageuse peut être confondue avec les Sternes royale (Thalasseus maximus) (lire Identifier les Sternes royales d'Amérique et d'Afrique), élégante (T. elegans) et huppée (T. bergii). La Sterne voyageuse est plus petite que ces trois espèces.

  • Par rapport à la Sterne royale, la Sterne voyageuse a le croupion gris et non pas blanc, une taille inférieure, le front moins abrupt, le dessus d'un gris plus sombre, un bec moins fort; et des pattes plus courtes.
  • Par rapport à la Sterne élégante, la Sterne voyageuse a le croupion gris et non pas blanc, un bec plus court, moins arqué, avec un angle au gonys (= arête ventrale de la mandibule inférieure) plus marqué et orangé (et non pas rouge-orange), une crête moins longue et moins hirsute, et le noir de la calotte n'atteint pas le bec.
  • Par rapport à la Sterne huppée, la Sterne voyageuse a le dessus d'un gris plus clair, un bec moins arqué et orangé et non pas jaune, une taille et une corpulence inférieures, et une crête moins longue et moins fournie.
Sterne royale d'Afrique (Thalasseus maximus albididorsalis)

Sterne royale d'Afrique (Thalasseus maximus albididorsalis), Grand Popo (Sénégal), février 2010. Notez (1) le bec orangé plus fort que celui de la Sterne voyageuse et (2) le dessus d'un gris plus clair. Les pattes sont aussi plus longues, mais elles sont ici en partie cachées.
Photographie : Alain Fossé / Digimages.info
Sternes royales d'Amérique (Thalasseus maximus maximus)

Sternes royales d'Amérique (Thalasseus maximus maximus), Sunset Beach, Caroline du Nord (États-Unis), mai 2015. Notez (1) le bec orange assez fort, (2) le dessus d'un gris plus clair et (3) le croupion blanchâtre.
Photographie : Dick Daniels / Wikimedia Commons
Sterne élégante (Thalasseus elegans)

Sterne élégante (Thalasseus elegans) adulte en plumage nuptial, Bolsa Chica Ecological Reserve, Basse-Californie (Mexique). Notez (1) le bec fin et arqué rouge vif à pointe jaune (4), (2) le dessus gris pâle et (3) le croupion blanc.
Photographie : Regular Daddy / Wikimedia Commons
Sterne huppée (Thalasseus bergii)

Sterne huppée (Thalasseus bergii) adulte, Flinders, état de Victoria (Australie), le 25/11/2011. Notez (1) le bec arqué jaune-vert, (2) le dessus gris sombre et (3) le croupion gris.
Photographie : Frankzed  / Wikimedia Commons

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la rubrique Observations d'Ornithomedia.com

Sterne voyageuse (Thalasseus bengalensis)

À lire dans les forums d'Ornithomedia.com

Participez à une discussion sur l'identification des "sternes à bec orange"

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

  • Nidal Issa et Yves Muller (2015). Atlas des oiseaux de France métropilitaine. Volume 2 : des Ptéroclididés aux Emberizidés. Le cas particulier des sternes "à bec orange".Page : 1352. Delachaux et Niestlé.
  • Hans Larsson et Klaus Malling Olsen (2010). Terns of Europe and North America. Editeur : Bloomsbury.
  • S. J. M. Gantlett (1988). identification of large terns. British Birds. Numéro : 8. Pages : 211-222. britishbirds.co.uk

Vos commentaires sur :
"Identification d'une Sterne voyageuse en Camargue (Bouches-du-Rhône) en mai 2018"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest