Publicité

Zeiss Victory SF 8x42

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Identification > Identification d'une probable jeune Pie-grièche isabelle en Vendée en novembre 2017

Identification

Retour à la liste des articles de Identification

Identification d'une probable jeune Pie-grièche isabelle en Vendée en novembre 2017

Un probable oiseau de 1ère année a été trouvé près de Saint-Hilaire-de-Riez le 6/11 et était encore présent le 13 au moins.

| En cours de soumission au comité de lecture

Partager
Translate

Identification d'une probable jeune Pie-grièche isabelle en Vendée en novembre 2017

Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année, Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), le 6/11/2017.
Photographie : Alexandre Jolly

La taxonomie est la branche de la biologie qui a pour objet de décrire, d'identifier et de regrouper en taxons (entités d'êtres vivants aux caractéristiques communes) les organismes vivants, dont les oiseaux. Cette classification peut être complexe dans le cas d'espèces apparentées, dont les limites des aires de nidification sont mal définies et pouvant s'hybrider entre elles : c'est le cas des Pies-grièches écorcheur (Lanius collurio), isabelle (Lanius isabellinus), du Turkestan (L. phoenicuroides) et brune (L. cristatus), qui étaient autrefois considérées comme conspécifiques, puis qui ont progressivement été élevées au rang d'espèces distinctes suite aux résultats d'études phylogénétiques et vocales. Si les mâles adultes sont relativement distincts et faciles à distinguer les uns des autres, l'identification est plus délicate pour les femelles et les oiseaux de première année.
Le 6 novembre 2017, alors qu'il visitait un marais près de Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), Alexandre Jolly a repéré une pie-grièche au plumage pâle perchée dans les ronces. Après des discussions avec d'autres observateurs, cet oiseau a été identifié en tant que probable jeune Pie-grièche isabelle, une espèce asiatique accidentelle très rare en Europe de l'Ouest. Elle était encore présente le 13 novembre 2017 au moins.
Après une présentation simplifiée de la taxonomie de L. isabellinus, nous vous donnons des précisions sur cette observation remarquable et nous recensons les critères permettant de distinguer les jeunes (= de première année) Pies-grièches écorcheur, isabelle et du Turkestan. Nous remercions les photographes qui nous ont aidés à illustrer cet article et dont les noms apparaissent sous leurs clichés.

Abstract

Taxonomy is the branch of biology whose purpose is to describe, identify and classify living organisms, including birds. In the case of apparented species, for which the boundaries of breeding areas are poorly defined and can hybridize, the classification can be complex and subject to modifications. This is the case of the Red-backed (Lanius collurio), Daurian (Lanius isabellinus), Turkestan (L. phoenicuroides) and Brown (L. cristatus) Shrikes, formerly considered as conspecifics, then progressively elevated to the rank of distinct species, following the results of different phylogenetic and vocal researches. If the adult males are relatively distinctive and thus easy to identify, the identification of females and first-year birds is more difficult.
The 6th of November 2017, while visiting a marsh near Saint-Hilaire-de-Riez in Vendée (Western France), Alexandre Jolly found a shrike with a pale plumage perched in brambles. After several discussions and exchanges with other birders based on photos and field visits, this bird was identified as a probable first year Daurian Shrike, an Asian species which is accidental and very rare in Western Europe. It was still there the 13rd of November 2017 at least.
After a simplified presentation of the taxonomy of L. isabellinus, we give you some details about the finding of a bird in Western France in November 2017 and we list the criteria for distinguishing first year Red-backed, Daurian and Turkestan Shrikes. We thank the photographers who helped us illustrate this article and whose names appear under their photos.

Une nomenclature complexe

Aires de nidification des Pies-grièches écorcheur, isabelle et du Turkestan

Aires de nidification des Pies-grièches écorcheur (Lanius collurio) (A), isabelle (L. isabellinus) (B), du Turkestan (L. phoenicuroides) (C), de Chine (L. i. tsaidamensis ) (D) et L. i. tsaidamensis (E).
Carte : Ornithomedia.com d'après Tim Worfolk

La taxonomie des pies-grièches (genre Lanius) est complexe : on le savait déjà pour la Pie-grièche grise (Lanius excubitor) (lire Identifier deux sous-espèces de la Pie-grièche grise, les Pies-grièches méridionale et des steppes), mais c'est aussi le cas pour la Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus), une espèce asiatique apparentée aux Pies-grièches écorcheur (Lanius collurio) et brune (Lanius cristatus).
Jusqu'à récemment encore, quatre sous-espèces de L. isabellinus étaient reconnues :

  • L. i. isabellinus nichant des monts Altaï (Russie) au nord de la Chine et à la Mongolie. Elle hiverne du sud de la péninsule Arabe à l'est et au centre de l'Afrique, et peut-être aussi en Afrique de l'Ouest. Elle est rare mais régulière en automne et en hiver en Israël.
  • L. i. arenarius nichant du versant oriental des monts Tien Shan et du bassin du Tarim au nord-ouest de la province de Gansu et à l'ouest de la Mongolie intérieure, jusqu'au Ningxia. Elle hiverne principalement de l'Iran au nord-ouest de l'Inde en passant par le Pakistan. Elle aurait été notée en Irak.
  • L. i. phoenicuroides nichant de l'Iran et de l'Afghanistan au sud du Kazakhstan. Elle hiverne dans le sud de la péninsule Arabe et en Afrique orientale, et peut-être aussi dans le nord-ouest de l'Inde.
  • L. i. tsaidamensis nichant dans la dépression de Tsaidam (province chinoise du Qinghai). Sa zone d'hivernage est inconnue.
  • L. i. isabellinus est synonyme de L. s. speculigerus, et L. i. arenarius était autrefois considérée comme étant la sous-espèce nominale L. i. isabellinus.

Suite aux résultats de différentes études phylogénétiques et vocales, la sous-espèce L. i. phoenicuroides a été élevée au rang d'espèce à part entière : la Pie-grièche du Turkestan (L. phoenicuroides) (un changement qui n'est pas encore reconnu par tous les comités d'homologation). 
La sous-espèce nominale L. i. isabellinus est aussi appelée Pie-grièche de Daourie, et la sous-espèce L. i. arenarius est parfois connue sous le nom de Pie-grièche de Chine. La validité de la sous-espèce L. i. tsaidamensis est parfois remise en cause.

Statut de la Pie-grièche isabelle en France

Seules les Pies-grièches isabelle (= de Daourie) et du Turkestan sont réellement susceptibles d'être observées accidentellement en Europe. L'aire de répartition de la Pie-grièche isabelle (ou de Daourie) coïncide en effet avec celles du Pipit de Godlewski (Anthus godlewskii) (lire Un Pipit de Godlewski en Normandie : observation et identification) et des Pouillots de Hume (Phylloscopus humei) et de Schwarz (P schwarzi), trois espèces parfois notées en Europe. L'aire de répartition de la Pie-grièche du Turkestan coïncide avec celles de la Fauvette naine (Sylvia nana) (lire Première française : une Fauvette naine en Vendée) et du Guêpier de Perse (Merops persicus persicus), deux espèces très rares mais qui ont aussi déjà été observées en Europe de l'Ouest. En France, au moins 21 données de Pies-grièches isabelle ou du Turkestan ont été homologuées par le Comité d'Homologation National entre 1982 et 2015.

La découverte d'une probable Pie-grièche isabelle en Vendée en novembre 2017

Situation de Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée)

Situation de Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée).
Carte : Ornithomedia.com

Le 6 novembre 2017, Alexandre Jolly visitait une zone humide située près du lieu-dit Les Aisés, à l'est de Saint-Hilaire-de-Riez en Vendée (France) (voir la localisation du site sur Google Maps), un endroit riche en passereaux. Il s'agit d'un marais avec des ronciers, un étang de chasse et plusieurs étiers et prairies pâturées. Juste avant de quitter le site, il a repéré un oiseau pâle dans un buisson de ronces, à dix mètres de lui : il s'agissait d'une pie-grièche au manteau gris-beige assez clair ne contrastant pas avec la nuque et la calotte. Le croupion et la queue étaient roux dessus et dessous, les flancs étaient teintés de chamois et de fins chevrons roussâtres peu marqués étaient visibles sur la poitrine et les flancs. Le masque était brun sombre et net. Les extrémités de ses rémiges primaires étaient bordées de pâle. Le bec était en partie rose pâle. Sa silhouette et sa taille étaient proches de celles de la Pie-grièche écorcheur, mais elle semblait toutefois plus compacte quand elle était postée à l'affût.
Suite à des discussions avec d'autres observateurs, elle a été identifiée en tant que probable Pie-grièche isabelle (= de Daourie) en se basant sur les critères suivants : un dos beige clair, un masque brun, une queue rousse contrastant bien avec le dessus clair du corps, et un bec avec une base rose pâle. La découverte a été publiée sur le site web collaboratif Faune-vendee.org.
Cette pie-grièche était très active (surtout à partir du milieu de la journée) et chassait fréquemment des insectes (frelons, tipules...) dans la roselière voisine et au sol. Elle était peu farouche, se laissant facilement approcher à quelques mètres : le grillage et la roselière bordant l'étang ont toutefois permis de garder une certaine distance de sécurité entre l'oiseau et les nombreux observateurs venus l'admirer et la photographier les jours suivant la découverte. Elle était encore présente sur le site le 13 novembre 2017 au moins (voir une synthèse des observations).

Un oiseau de première année / de premier hiver

Des Pies-grièches isabelle adultes et de première année (l'âge le plus représenté) peuvent arriver en Europe en automne. L'oiseau de Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée) de novembre 2017 serait un oiseau de première année car :

  • on voit encore des plumes juvéniles (extrémité pâle avec une fine barre subterminale noire) sur ses moyennes et grandes couvertures.
  • Des chevrons fins sont visibles sur ses flancs et sur les côtés de la poitrine.
  • Le miroir alaire blanc à la base des primaires est absent.

La pie-grièche de Saint-Hilaire-de-Riez est d'autre part sûrement un oiseau de premier hiver car ses parties supérieures sont unies et ne sont donc plus barrées de sombre. Il est de toute façon peu probable qu'un oiseau de cette espèce n'arrive en Europe de l'Ouest avant qu'il n'ait acquis son plumage de premier hiver

Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année

Probable Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année, Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), le 6/11/2017. Notez (1) masque brun, (2) le dessus beige-gris pâle et (3) le dessous pâle, aux flancs finement barrés (= vermiculations).
Photographie : Alexandre Jolly
Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année

Probable Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année, Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), le 9/11/2017. Notez (1) le bec à base rose pâle, (2) les sourcils clairs peu marqués, (3) le masque brun, (4) le dessus beige-gris pâle, (5) une trace de blanc à la base des primaires (un miroir blanc est visible chez l'adulte), (6)) les flancs finement barrés et (7) la queue roux clair.
Photographie : Guillaume Calu / Son blog


Distinguer les Pies-grièches isabelle et écorcheur de première année

Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année

Probable Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année, Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), le 9/11/2017. Notez (1) le bec à base rose pâle, (2) les sourcils clairs peu marqués, (3) le masque brun, (4) le dessus beige-gris pâle et uni, (5) les restes de plumes juvéniles sur les couvertures, (6) sept extrémités de rémiges primaires visibles, (7) les flancs finement barrés, (8) la queue roux clair et (9) les rectrices externes bordées de beige.
Photographie : Jean-Claude Croisé

Lorsque l'on observe une possible Pie-grièche isabelle, il faut dans un premier temps éliminer un risque de confusion avec une jeune (= de première année) Pie-grièche écorcheur.
Le mâle adulte de la Pie-grièche écorcheur a un plumage distinctif et ne peut guère être confondu (voir des photos dans notre galerie), mais la femelle et l'immature présentent des ressemblances avec les Pies-grièches isabelle du même âge. Voici ci-dessous une liste de critères pouvant aider à distinguer les Pies-grièches isabelle et écorcheur de première année :

  • chez la jeune Pie-grièche isabelle, on note un contraste net entre les parties supérieures brun-gris clair et le croupion et la queue nettement roussâtres, alors que chez la jeune Pie-grièche écorcheur, le dessus est brun plus ou moins teinté de roux et de gris.
  • Chez la Pie-grièche isabelle de première année, les parties supérieures sont unies dès la fin de l'automne (sa mue-post juvénile se produit à la fin de l'été), alors que chez la jeune Pie-grièche écorcheur du même âge, des barres sombres (= vermiculations) créant un motif écailleux sont visibles (la mue post-juvénile chez cette espèce se déroule plus tard, dans la zone d'hivernage).
  • La queue de la Pie-grièche isabelle est en moyenne légèrement plus longue que celle de la Pie-grièche écorcheur.
  • Le dessus de la queue de la Pie-grièche isabelle est roux clair, alors chez la Pie-grièche écorcheur, le roux est teinté de marron.
  • En vol, les ailes de la Pie-grièche isabelle sont légèrement plus arrondies et plus courtes que celles de la Pie-grièche écorcheur.
  • Six extrémités des rémiges primaires sont généralement visibles sur l'aile fermée de la Pie-grièche isabelle, contre de sept à huit chez la Pie-grièche écorcheur (critère moyennement fiable).
  • Le croupion de la jeune Pie-grièche isabelle est roux uni, alors que celui de la Pie-grièche écorcheur est parfois légèrement barré de sombre.
  • Les "croissants" (chevrons) visibles sur les flancs de la jeune la Pie-grièche isabelle sont moins marqués que ceux de la jeune Pie-grièche écorcheur.
  • Les rectrices externes de la queue de la Pie-grièche isabelle sont bordées de beige, et celles de la Pie-grièche écorcheur sont bordées de blanc : ce critère est surtout visible quand la queue est étalée (et si les plumes ne sont pas usées ou tombées à cause de la mue). L'extrémité de la queue de la Pie-grièche isabelle est blanche.
  • Le dessous de la queue est grisâtre chez la Pie-grièche écorcheur et roussâtre chez la Pie-grièche isabelle.
  • La base du bec de la jeune Pie-grièche isabelle est en grande partie rose chair, alors qu'elle est plutôt jaunâtre ou gris clair chez la jeune Pie-grièche écorcheur.

Deux autres critères  ne sont utilisables que lorsque les oiseaux sont en main : les rémiges primaires P3 à P5 (numérotation ascendante) sont émarginées (= échancrées) chez la jeune Pie-grièche isabelle, tandis que seules les rémiges primaires P3 et P4 de la Pie-grièche écorcheur le sont. La rémige primaire P2 est plus courte que la P5 chez la Pie-grièche isabelle, alors qu'elle est plus longue chez la Pie-grièche écorcheur.

Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année

Probable Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année, Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), le 9/11/2017. Notez (1) le bec à base rose pâle, (2) le masque brun, (3) la calotte et le dessus beige-gris pâles et unis, (4) des restes du plumage juvénile sur les couvertures, (5) les fins chevrons sur les flancs, (6) le croupion roux uni, (7) la queue roux clair et (8) les rectrices externes bordées de beige.
Photographie : Jean-Claude Croisé
Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) de première année

Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) de première année, Saint-Etienne-Cantalès (Cantal), le 10/11/2003. Notez (1) le masque brun, (2) la calotte et le dos brun-gris nettement barrés de sombre, (3) le dessous barré, (4) le croupion roux écailleux, (5) la queue marron-roux et (6) les rectrices externes bordées de blanc.
Photographie : Henri Verne
Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année

Probable Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année, Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), le 9/11/2017. Notez (1) le dessus beige-gris pâle et uni, (2) la trace de blanc à la base des primaires (un miroir blanc sera normalement visible dans le plumage adulte), (3) le croupion et la queue roux uni, (4) six à sept extrémités de rémiges primaires visibles et (5) les fines barres sur les flancs.
Photographie : Jean-Claude Croisé
Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) de première année

Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) de première année, delta du Göksu (Turquie), le 01/10/2016. Notez (1) le bec à base gris-jaunâtre, (2) le masque brun net, (3) la calotte brun-roux finement barrée de sombre, (4) le dessus brun barré de sombre, (5) la queue marron-roux, (6) les rectrices bordées de blanc et (7) le dessous nettement barré de sombre.
Photographie : Zeunel Cebeci / Wikimedia Commons


L'oiseau découvert en Vendée est-il une jeune Pie-grièche isabelle ou du Turkestan ?

Pie-grièche du Turkestan (Lanius phoenicuroides) de première année

Pie-grièche du Turkestan (Lanius phoenicuroides) de première année, Zeebruges (Belgique), le 11/11/2013. Notez (1) la calotte brun-roux finement barrée, (2) les fins sourcils blancs (parfois peu visibles), (3) le masque brun, (4) le dessus brun terne, (5) le dessous blanc avec de fines barres sur les flancs, (6) le croupion roux barré et (7) la queue roux-brun.
Photographie : Marc Fasol

Lorsque l'on a pu éliminer la possibilité d'une Pie-grièche écorcheur de première année, il faut essayer de déterminer si l'oiseau à identifier est une Pie-grièche isabelle (de Daourie) (Lanius isabellinus) ou du Turkestan (Lanius phoenicuroides). Cette dernière n'a été que récemment élevée au rang d'espèce (elle était autrefois considérée comme une sous-espèce de la Pie-grièche isabelle) et les risques de confusion sont très élevés : il ne sera d'ailleurs pas toujours possible de se prononcer (on estime que 10 % des oiseaux ont un plumage intermédiaire entre les deux espèces).
Globalement, la Pie-grièche du Turkestan de première année est plus sombre et plus contrastée que la Pie-grièche isabelle du même âge, et elle ressemble donc légèrement davantage à une jeune Pie-grièche écorcheur.

Voici une liste de critères pouvant être utilisés pour distinguer les Pies-grièches isabelle et du Turkestan de première année :

  • la calotte de la jeune Pie-grièche isabelle est unie, alors que celle de la jeune Pie-grièche du Turkestan est un peu plus rousse et présente souvent un dessin écailleux sombre.
  • Le masque de la jeune Pie-grièche isabelle est souvent d'un brun un peu plus clair..
  • Les sourcils pâles de la jeune Pie-grièche isabelle sont moins nets que ceux de la Pie-grièche du Turkestan (un critère peu fiable).
  • La Pie-grièche isabelle de première année a le dessus gris-sable pâle, tandis que la Pie-grièche du Turkestan a un dessus brun terreux et terne.
  • Les flancs de la Pie-grièche isabelle de première année sont finement barrés et plus ou moins teintés de chamois, alors qu'ils sont souvent plus pâles chez la jeune Pie-grièche du Turkestan.
  • Globalement, les parties inférieures (gorge, poitrine, ventre, flancs) de la jeune Pie-grièche du Turkestan sont plus blanches et plus "froides" que celles de la jeune Pie-grièche isabelle, et le contraste avec les parties supérieures est donc plus net.
  • Le croupion et la queue de la Pie-grièche isabelle sont roux et unis, alors qu'ils sont plutôt roux-brun chez la Pie-grièche du Turkestan. Le croupion de cette dernière est parfois barré de sombre.

Sur les photos de la pie-grièche découverte près de Saint-Hilaire-de-Riez et identifiée en tant que Pie-grièche isabelle, certains éléments évoquent aussi une Pie-grièche du Turkestan : un dessous assez pâle, un dos beige-gris mais légèrement teinté de brun, un masque brun assez sombre... L'avis final du Comité National d'Homologation sera donc intéressant.

Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année

Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année, Stang Meur, île d'Ouessant (Finistère), le 31/10/2004. Notez (1) le bec pâle, (2) les sourcils pâles peu visibles, (3) le masque brun pâle, (4) le dessus gris-beige pâle et uni, (5) les flancs chamois et (6) la queue roux clair.
Photographie : Richard Muguet
Pie-grièche du Turkestan (Lanius phoenicuroides) de première année

Pie-grièche du Turkestan (Lanius phoenicuroides) de première année, Zeebruges (Belgique), le 11/11/2013. Notez (1) la calotte brun-roux finement barrée, (2) les sourcils blanchâtres, (3) le masque brun, (4) dessus brun terne et (5) le dessous blanchâtre contrastant nettement avec le dessus brun.
Photographie : Marc Fasol


Et une jeune Pie-grièche brune ?

Une espèce asiatique encore plus rare que les Pies-grièches isabelle et du Turkestan peut être notée en Europe, la Pie-grièche brune (Lanius cristatus), mais celle-ci est globalement plus sombre que L. phoenicuroides, son masque est plus sombre, sa queue brune contraste peu avec le reste du corps, sa calotte est plus brune, ses ailes sont plus courtes et sa queue est proportionnellement plus longue.

Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année

Pie-grièche isabelle (Lanius isabellinus) de première année, Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), le 9/11/2017. Notez (1) le masque brun, (2) le dessus beige-gris pâle et uni, (3) le reste de plumage juvénile au niveau des couvertures, (4) la queue rousse et (5) les fines barres sur les flancs.
Photographie : Jean-Claude Croisé
Pie-grièche brune (Lanius cristatus) de première année

Pie-grièche brune (Lanius cristatus) de première année, Mainland, île Shetland (Grande-Bretagne), octobre 2016. Notez (1) la calotte brunz, (2)  le masque noir, (3) le dessus brun au dessin écailleux, (4) le dessous clair avec les flancs et la poitrine finement barrés, (5) les ailes courtes et (6) la longue queue.
Photographie : Marc Fasol

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la rubrique Observations d'Ornithomedia.com

Une synthèse d'observations récentes de Pies-grièches isabelle en France

Dans la galerie d'Ornithomedia.com

Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio)

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Identification d'une probable jeune Pie-grièche isabelle en Vendée en novembre 2017"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest