Publicité

Zeiss Victory SF 8x42

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Identification > Distinguer les Sizerins cabaret et flammé

Identification

Retour à la liste des articles de Identification

Distinguer les Sizerins cabaret et flammé

Les critères pour différencier le Sizerin cabaret et la sous-espèce nominale du Sizerin flammé.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Distinguer les Sizerins cabaret et flammé

Troupe de Sizerins cabarets (Acanthis cabaret), Nassogne, Belgique, hiver 2012-2013.
Photographie : Didier Vieuxtemps

En hiver, il est parfois possible de voir des troupes de sizerins, de petits passereaux beige-gris striés se nourrissant de façon acrobatique dans les bouleaux et les aulnes. Ils sont aussi agiles que les Tarins des aulnes ou les Mésanges bleues et ils arrivent à se suspendre aux rameaux les plus fins, parfois avec la tête complètement en bas. Ils peuvent aussi se poser au sommet des plantes herbacées.
Mais leur identification n’est pas toujours simple : en effet, la taxonomie des sizerins est complexe. Ils sont désormais classés dans le genre Acanthis (Carduelis précédemment). On considère actuellement qu’il existe deux espèces, le Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) (considéré encore par certains comme une sous-espèce du Sizerin flammé) et le Sizerin flammé (Acanthis flammea), cette dernière étant elle-même divisée en plusieurs sous-espèces. Seule la sous-espèce nominale Acanthis f. flammea est vraiment susceptible d’être observée en France (et en Belgique et en Suisse), et c’est celle-ci que nous décrirons dans notre article.
Le Sizerin cabaret niche en Europe de l’Ouest, y compris en France (nord-est, Alpes), où il est sédentaire, tandis que le Sizerin flammé se reproduit de la Scandinavie au nord de l’Amérique du Nord. En automne et en hiver, des troupes d'oiseaux nordiques, composées d’adultes et de jeunes, peuvent arriver en Europe de l’Ouest, centrale et du Sud-est lorsqu’une bonne reproduction est suivie par une diminution de la fructification des bouleaux dans les zones normales d’hivernage. Ils repartent en mars et en avril.
Dans cet article, nous vous rappelons les critères importants pour différencier ces deux espèces. Nous remercions Jules Fouarge, Didier Vieuxtemps, Ulf Gotthardsson, Mike et Brenda Gough et Stefan Gerrits pour leurs photos.

Abstract

In winter, it is sometimes possible to find a flock of Redpolls, small striated grey-brown passerines feeding acrobatically in birches and alders. They are as agile as Siskins and Blue Tits to reach seeds. In other cases, they can perch at the top of herbaceous plants. But their identification is not always simple. Indeed, their taxonomy is complex: it is currently admitted that there are two species, the Lesser Redpoll (Acanthis cabaret) (sometimes considered as a subspecies of A. flammea) and the Common or Mealy Redpoll (Acanthis flammea), the latter being divided into several subspecies.
The Lesser Redpoll nests in Western Europe, including France (North-east, Alps) and it is sedentary, while the  nominal subspecies A. f. flammea of the Common Redpoll breeds from Scandinavia to Northern North America. In autumn and winter, flocks of Northern birds, composed of adults and juveniles, can reach Central and Southeastern Europe, sometimes in large numbers when a good reproduction is followed by a weak fructification of birches in their normal wintering areas. They leave their wintering grounds in March or April.  Among the different subspecies of the Common Redpoll, A. f. flammea is the only one that can be reasonnably expected in France, Belgium and Switzerland.
In this article, we present you some important tips to separate Acanthis cabaret and A. f. flammea.

Une taxonomie complexe

Aires de répartition des Sizerins cabaret et flammé

Aires de nidification européenne des Sizerins cabaret (en violet), flammé de la sous-espèce nominale (en rose), et flammé de la sous-espèce A. f. islandica (en rouge). En bleu, la zone d'hivernage de la sous-espèce nominale du Sizerin flammé.
Carte : Ornithomedia.com

On considère actuellement qu’il existe deux espèces, le Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) (encore considéré par certains comme une sous-espèce du Sizerin flammé) et le Sizerin flammé (Acanthis flammea) (ces passereaux étaient autrefois classés dans le genre Carduelis).
Le Sizerin cabaret niche dans les îles Britanniques, en Belgique, en France, en Suisse, dans le sud de la Scandinavie, au Danemark, en Allemagne, en Tchéquie, en Slovaquie, dans le sud de la Pologne et dans le nord de la Roumanie (il est en expansion depuis quelques dizaines d'années en Europe centrale).

Le Sizerin flammé est divisé en plusieurs sous-espèces :

  • Acanthis flammea flammea de la Scandinavie à la Sibérie orientale en passant par la Mongolie, et de l’Alaska (Etats-Unis) à Terre-Neuve (Canada);
  • Acanthis flammea exilipes (non reconnue par tous les auteurs) de l’extrême nord de la Norvège au nord de la Sibérie orientale;
  • Acanthis flammea rostrata de l’est de l’île de Baffin (Canada) à l’est du Groenland;
  • Acanthis flammea islandica en Islande (rattachée par certains auteurs à Acanthis flammea rostrata).

Le Sizerin blanchâtre (Acanthis hornemanni), qui niche dans les saules et les forêts basses de bouleaux dans l'extrême nord de la Scandinavie et de la Russie et qui est rarissime en Europe de l'Ouest en hiver, ressemble à la sous-espèce nominale du Sizerin flammé mais il est globalement plus pâle, avec un croupion très blanc non strié et visible de loin.

Présentation générale du Sizerin cabaret (Acanthis (f.) cabaret)

Longueur : 11,5 – 12,5 cm.

Description : oiseau plus petit et plus sombre (chamois-brun) que la sous-espèce nominale du Sizerin flammé. Très strié, brun-chaud dessus avec des rayures brun sombre. Il possède deux barres alaires chamois et un croupion brun-chamois de la même couleur que le dos. Les flancs sont chamois chaud et  striés de sombre. Le cercle oculaire pâle est souvent assez net et presque complet. Le mâle adulte a les joues et la poitrine rouge brique, cette teinte pouvant s'étendre jusqu'au début des flancs. Le croupion est parfois teinté de rose. La femelle adulte est identique au mâle mais sans teinte rouge sur les joues, la poitrine et les flancs. Le juvénile est très strié et plus sombre, et son bec est de couleur chair. L'oiseau de premier hiver ressemble beaucoup à la femelle.

Sizerin cabaret (Carduelis cabaret) mâle adulte

Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) mâle adulte. Notez (1) le cercle oculaire blanc au-dessus et en-dessous  de l'oeil et (2) les joues, la poitrine et les flancs rouge brique.
Photographie : Mark Medcalf / Wikimedia Commons
Sizerin cabaret (Carduelis cabaret) femelle/1er hiver 

Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) femelle/1er hiver, Belgique, 19 février 2010. Notez (1) le rouge limité au front, (2) le cercle oculaire blanc au-dessus et en-dessous  de l'oeil, (3) le dessus brun-chamois strié de sombre, (4) et (5) les barres alaires chamois, (6) les flancs chamois striés de sombre. (7) Le croupion et les sus-caudales sont chamois-brun (mais la photo est trop sombre) (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jules Fouarge
Sizerin cabaret (Carduelis cabaret) 1er hiver

Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) de 1er hiver, Belgique, 25 octobre 2012. Notez (1) le cercle oculaire blanc au-dessus et en-dessous  de l'oeil, (2) le dessus chamois strié de sombre, (3) et (4) les barres alaires chamois (celle des petites couvertures est plus petite et moins visible), (6) le croupion chamois-brun (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jules Fouarge
Sizerin cabaret (Carduelis cabaret) femelle/1er hiver 

Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) femelle/1er hiver, Nassogne, Belgique, hiver 2012-2013. Notez (1) le cercle oculaire pâle net, (2) les joues peu marquées, (3) les flancs chamois (clairs sur cette photo) et striés, (4) le manteau brun-chamois, (4) les barres alaires chamois, (6) le ventre blanc (chez les deux espèces), (7) les sus-caudales brunes striées de sombre, (8) les marques sombres sous la queue (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Didier Vieuxtemps

Présentation générale du Sizerin flammé (Acanthis flammea)

Longueur : 14 - 15 centimètres.
Description : Sizerin flammé ressemble au Sizerin cabaret mais il est légèrement plus grand et globalement plus pâle et plus gris. Ses ailes (la projection primaire) sont légèrement plus longues.
Les parties supérieures sont brun grisâtre rayées de noir et souvent de blanc (une à deux grandes stries claires). Présence de deux barres alaires pâles, plus blanches à la fin de l'hiver ou au début du printemps. Le croupion est pâle et plus ou moins strié de sombre. Le dessous est strié et il est globalement plus pâle que le Sizerin cabaret (les flancs sont chamois pâle).
Le mâle adulte a les joues et la poitrine rose-rouge et non pas rouge brique comme chez le Sizerin cabaret.
La femelle adulte est identique au mâle mais sans la teinte rose rouge des joues et des parties inférieures.
Le juvénile est très strié et sombre.
L'oiseau de premier hiver ressemble beaucoup à la femelle. Certains jeunes sont parfois presque aussi bruns et striés que les Sizerins cabarets, et la distinction est alors quasiment impossible.

Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) mâle adulte 

Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) mâle adulte, Belgique, février 2005. Notez (1) la tête grisâtre, (2) les joues et la poitrine rosées, (3) les flancs striés de sombre légèrement teintés de chamois (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jules Fouarge
Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) femelle/1er hiver 

Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) femelle/1er hiver, Suède, avril 2010. Notez (1) le cercle oculaire généralement limité au-dessous de l'oeil, (2) le dos gris-brun strié de sombre, (3) et (4) les barres alaires pâles, (5) les flancs légèrement chamois striés de sombre, (6) le croupion clair, (7) les ailes longues.
Photographie : Ulf Gotthardsson / Sa galerie dans Flickr

Voix

Les deux espèces ont des répertoires vocaux quasiment identiques.

Les cris de contact en vol sont des "tyett-tyett-tyett" durs, métalliques et répétés. Écoutez ci-dessous un enregistrement (source : Xeno-Canto) :



Les sizerins lancent aussi des "duiyi". Écoutez ci-dessous un enregistrement  (source : Xeno-Canto) :



Leur chant est une suite de cris métalliques mêlés d'un bourdonnement sec. Écoutez ci-dessous un enregistrement (source : Xeno-Canto) :

Habitat

Dans les Alpes, le Sizerin cabaret niche entre 1 200 et 2 400 mètres d’altitude où il recherche particulièrement les boisements clairs de mélèzes (mais aussi de sapins et d’aroles). Il parcourt aussi les prairies et pierriers pour se nourrir, atteignant parfois plus de 3 000 mètres d'altitude en été. Dans le Jura, il se reproduit à la limite supérieure des forêts et  dans les marais et tourbières au-dessus de 840 mètres d'altitude. En plaine (Grande-Bretagne, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, nord-est de la France), il niche dans les bois de bouleaux, d'aulnes et de conifères.
Le Sizerin flammé est inféodé aux forêts de bouleaux et aux bosquets de saules, essentiellement dans les marais et les tourbières.

Biologie

Sizerins cabarets (Acanthis cabaret) avec un Chardonneret élégant (Acanthis carduelis)

Sizerins cabarets (Acanthis cabaret) avec un Chardonneret élégant (Carduelis carduelis), Belgique, 18 février 2013 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jules Fouarge

Les sizerins nichent en colonies lâches et font preuve d’un comportement territorial peu marqué. En dehors de la saison de reproduction, ils se rassemblent en troupes à la recherche de leur nourriture, dans les arbres ou sur les fleurs fournissant des graines. Souvent, ils s'envolent brusquement, font un tour en groupe puis se posent à nouveau.
Ils s’associent volontiers en hiver avec d’autres fringilles (des Tarins des aulnes notamment) et ils forment parfois des bandes importantes.
Les Sizerins cabarets qui nichent en altitude descendent en plaine en hiver, et ils sont alors parfois rejoints par des Sizerins flammés venus du nord de l'Europe. Les premiers migrateurs arrivent en octobre et stationnent encore en mars, souvent en avril. Des afflux importants de Sizerins flammés, impliquant parfois des centaines d’individus, sont parfois notés en France, comme ce fut par exemple le cas au cours des hivers 1964-1965 et 1972-1973. 
Dans leur aire de répartition nordique, les Sizerins flammés font preuve d'une grande résistance au froid : on en a en effet déjà vu prendre des "bains de neige", tandis que d’autres, à la tombée de la nuit, ont été vus creusant une cavité dans la neige avec le bec et les pattes pour y passer la nuit et digérer des graines stockées dans des poches alimentaires.

Répartition du Sizerin cabaret en France

Le Sizerin cabaret se reproduit en Europe dans les Îles britanniques, le Benelux, la France, la Suisse, l’Allemagne, la République tchèque, la Roumanie et le sud  de la Scandinavie. En France, il niche dans les Alpes et dans le Jura depuis le début des années 1980, et localement dans le Nord-Pas-de-Calais et dans les Ardennes.

Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) mâle adulte

Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) mâle adulte. Notez (1) le front rouge brique, (2) le cercle oculaire pâle net, (3) la poitrine rouge brique, (4) les marques sombres sur les sous-caudales.
Photographie : Didier Vieuxtemps

En hiver, des Sizerins cabarets sont visibles à peu près partout sur l’ensemble du territoire français, sauf en Bretagne et dans le Sud-Ouest. 

Principales différences entre les Sizerins cabaret et flammé

La distinction des Sizerins cabaret et flammé doit être basée sur une combinaison de critères : silhouette, couleur du plumage (parties supérieures, flancs, tête) et dessin du cercle oculaire. Toutefois l'identification spécifique n'est pas toujours possible, notamment pour les oiseaux de premier hiver, et certains individus devront être classés comme "non identifiés". Des hybrides (oiseaux intermédiaires) existent en outre également. Ainsi, souvent, seuls les oiseaux typiques pourront être distingués.
Globalement,  le Sizerin flammé est plus gris, plus pâle et un peu plus grand que le Sizerin cabaret. Sa tête est plus grise que le dos, le dessous est blanchâtre faiblement teinté de chamois sur les flancs, les ailes sont plus longues (projection primaire plus longue), le croupion est plus pâle, et souvent les plumes du cou et des tarses sont plus "ébouriffées".

Autres critères utiles pour repérer un Sizerin flammé :

  • les deux barres alaires sont claires, parfois blanc pur à la fin de l'hiver (avec rarement une légère teinte chamois), tandis que chez le Sizerin cabaret, elles sont chamois;
  • les bordures des rémiges secondaires et tertiaires sont plutôt blanchâtres et non pas chamois;
  • le croupion est blanchâtre, plus ou moins strié de sombre, et non pas chamois-brun;
  • les joues sont délimitées par une "virgule" sombre (elles ne se "démarquent" presque pas du reste de la tête chez le Sizerin cabaret).
Sizerins flammé et cabaret femelles/1er hiver 

Sizerins flammé et cabaret femelles/1er hiver. Notez (1) le dos gris-brun strié de blanc (chamois brun chez le Sizerin cabaret), (2) le croupion pâle plus ou moins strié (chamois-brun strié chez le Sizerin cabaret), (3) les sus-caudales un peu plus claires que les scapulaires (de la même couleur chez le Sizerin cabaret), (4) les bandes alaires blanchâtres (plutôt chamois chez le Sizerin cabaret), (5) les tertiaires et les primaires bordées de blanc (plutôt de chamois  chez le Sizerin cabaret), (6) les joues délimitées par une "virgule" sombre (elles se démarquent moins chez le Sizerin cabaret), (7) la tête plus claire, plus grise que le dos (sensiblement de la même couleur chez le Sizerin cabaret), (8) le cercle oculaire pâle incomplet ou absent (généralement plus complet et plus net chez le Sizerin cabaret), (9) le bec assez gros (plus petit chez le Sizerin cabaret).
Schéma : Ornithomedia.com d'après K. Mullarney et al

Sizerins flammé et cabaret femelles/1er hiver 

Sizerins flammé et cabaret femelles/1er hiver.
Notez (1) le dos gris strié de blanc (chamois brun chez le Sizerin cabaret), (2) le croupion pâle plus ou moins strié (chamois-brun strié chez le Sizerin cabaret), (3) les ailes assez longues (plus courtes chez le Sizerin cabaret), (4) les flancs chamois assez clair (teinte chamois plus chaude et plus étendue chez le Sizerin cabaret), (5) les bandes alaires blanchâtres (plutôt chamois chez le Sizerin cabaret), (5) les tertiaires et les primaires bordées de blanc (plutôt de chamois  chez le Sizerin cabaret), (6) le dessous de la queue plus ou moins marqué de motifs sombres chez les deux espèces (7) les joues délimitées par une "virgule" sombre ("fondues" dans la teinte générale de la tête chez le Sizerin cabaret), (8) le cercle oculaire pâle incomplet  et parfois peu visible (généralement plus complet chez le Sizerin cabaret).
Schéma : Ornithomedia.com d'après K. Mullarney et al

Tableau récapitulatif des critères pour distinguer les Sizerins cabaret et flammé

Espèce Taille et structure Dos Croupion Sus-caudales Dessous
Remarques importantes   Présence souvent d'une ou de plusieurs longues stries pâles sur le dos (surtout chez le Sizerin flammé) Ce critère est à prendre en compte quand les plumes ne sont pas ébouriffées   La couleur du dessous est très variable et dépend de la posture de l'oiseau
Sizerin cabaret (Acanthis cabaret)
Silhouette délicate
Taille légèrement inférieure à celle du Sizerin flammé.
Les ailes (la projection primaire) sont plus courtes.
Petite tête arrondie.
Le dessus est brun sombre chaud, fortement strié de sombre, avec des liserés fauves Le croupion est gris-brun-roux strié de brun-noir et sa couleur générale contraste peu avec celle du dos.
Il est très rarement partiellement blanc et peu strié.
Chez le mâle, il est parfois teinté de rose
Plumes brunes plus sombres ou de même couleur que les scapulaires La couleur de fond est chamois ou brun-jaunâtre, plus claire sur la poitrine.
Les flancs sont striés de brun.
Une large bande brun-jaune, de la même couleur générale que celle des flancs et de la tête, s'étend sur la poitrine.
Le centre de la poitrine n'est jamais strié, et il apparaît donc clair.
Seuls les mâles adultes ont la gorge et le haut de la poitrine rouge-brique intense (et non pas rouge-rose comme chez le Sizerin flammé)
Sizerin flammé (A. f. flammea)
Le Sizerin flammé est plus grand, mais il existe des chevauchements.
Les ailes sont un peu plus longues
La tête est plus plate, avec une nuque épaisse
Le dessus est gris-beige ou gris-blanc, parfois d’apparence "givrée".
Le centre du dos est souvent plus clair.
A la fin du printemps, les plumes ont mué et seul leur centre reste sombre
Le croupion est gris-blanc ou blanc chamois strié de gris-brun, parfois teinté de rose.
Il est plus pâle que le reste du dessus du corps, et il peut sembler blanc en vol.
Cette couleur est toutefois variable, et  le croupion n'est parfois presque pas strié
Gris-brun plus claires que les scapulaires et à l'aspect écailleux La poitrine est blanchâtre au centre et beige sur les côtés.
Les flancs sont fortement striés de noir, des côtés de la poitrine à la base de la queue. Certains individus sont moins striés (oiseaux de 1er hiver et mâles adultes).
Les mâles adultes ont la poitrine et les flancs rouges

Espèce Ailes Dessous de la queue Tête Cercle oculaire Bec
Remarques importantes Les barres alaires sont très sensibles à l'usure : elles sont plus typiques en automne, à la fin de l'hiver ou au début du printemps   Ce critère est variable selon la position de la tête, l'âge et le sexe   Les jeunes ont un bec plus court que celui des adultes.
Le mâle a un bec plus long que celui du juvénile
Sizerin cabaret (Acanthis cabaret)
Présence de deux barres alaires sur les grandes couvertures et sur les secondaires :  celle des grandes couvertures est la plus large et présente souvent une teinte chamois. Elle est plus blanche au printemps.
Celle des petites couvertures est plus petite et moins nette.
Les rémiges primaires et secondaires sont finement bordées de chamois
Motifs triangulaires noirs sur un fond pâle teinté de chamois.
Parfois, une seule strie centrale sombre est visible
Les joues et la zone auriculaire sont unies, sensiblement de la même couleur que celles de la nuque et du manteau.
Les joues, sont rouges chez les mâles adultes
Le cercle oculaire est souvent blanc, complet; fin et net, se détachant sur le fond sombre de la joue (ce critère est plus net à partir de février) Le bec est petit, pointu et jaune (plus sombre en été).
Le culmen est droit ou concave
Sizerin flammé (A. f. flammea)
Barres alaires  souvent blanches avec toutefois une légère teinte chamois après la mue.
Les rémiges primaires et secondaires sont finement bordées de pâle
Motifs en forme de flèches ou de dagues sur plusieurs couvertures sous-alaires, mais certains mâles adultes ont un dessous non strié La tête est souvent nettement plus grise que le manteau.
Le cou est plus pâle et contraste avec le manteau plus sombre.
La joue est moins unie que celle du Sizerin cabaret, avec un centre plus clair, bien démarquée du sourcil et des côtés de la nuque par une "virgule" sombre.
Joues rose-rouge et couronne rouge brique chez le mâle adulte
Pas de cercle oculaire complet : on note souvent un croissant blanc diffus en dessous de l’œil, souvent souligné d’un croissant diffus plus sombre Le bec est plus fort et plus long que celui du Sizerin cabaret, avec un culmen droit.
Un petit pourcentage d'oiseaux ont un bec plus long

Identification en photos

Tête du Sizerin cabaret femelle/1er hiver

Tête du Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) femelle/1er hiver. Notez (1) le cercle oculaire clair assez net, (2) les joues d'une couleur uniforme, (3) le bec pointu et petit.
Photographie : Mike Pennington / Wikimedia Commons
Tête de Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) femelle/1er hiver

Tête de Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) femelle, Belgique, 12 décembre 2007.
Notez (1) le cercle oculaire peu visible, (2) les joues délimitées par une "virgule" sombre, (3) le bec plus long et plus gros que celui du Sizerin cabaret.
Photographie : Jules Fouarge
Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) mâle adulte

Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) mâle adulte, Belgique, 13 février 2013. Notez (1) la calotte rouge brique, (2) le cercle oculaire pâle net, (3) la poitrine rouge brique, (4) les flancs chamois striés de sombre (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jules Fouarge
Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) mâle adulte

Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) mâle adulte. Notez (1) les joues délimitées par une "virgule" sombre, (2) le dos gris-brun, (3) et (4) les bandes alaires claires, (5) la poitrine rose généralement plus claire que celle du Sizerin cabaret mâle, (6) le cercle oculaire assez peu visible.
Photographie : Ulf Gotthardsson / Sa galerie dans Flickr
Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) femelle/1er hiver

Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) 1er hiver, Belgique, février 2013.
Notez (1) le cercle oculaire pâle, (2) le dessus brun-chamois strié, (3) et (4) les barres alaires teintées de chamois, (5) les flancs brun-chamois striés, (6) le croupion chamois strié  (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jules Fouarge
Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) femelle/1er hiver

Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) femelle/1er hiver, Finlande, janvier 2012.
Notez (1) le cercle oculaire moins visible,  (2) le dos gris-brun, (3) les barres alaires claires, (4) le dessous blanchâtre (la teinte chamois des flancs est peu marquée), (5) le croupion blanchâtre et strié.
Photographie : Stefan Gerrits / Stefangerrits.com
Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) femelle/1er hiver

Sizerin cabaret (Acanthis cabaret) 1er hiver, Belgique, 31 octobre 2012. Notez (1) le cercle oculaire pâle, (2) les joues peu marquées, (3) et (4) les barres alaires teintées de chamois, (5) les flancs brun-chamois striés (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jules Fouarge
Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) femelle/1er hiver

Sizerin flammé (Acanthis flammea flammea) femelle/1er hiver, Weybourne (Royaume-Uni), mars 2011. Notez (1) le cercle oculaire peu marqué, (2) les joues délimitées par une "virgule" sombre, (3) le dos gris-brun, (4) la barre alaire claire des grandes couvertures, (5) les flancs très faiblement teintés de chamois.
Photographie : Mike et Brenda Gough / Leur galerie sur Flickr

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Distinguer les Sizerins cabaret et flammé"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest