Publicité

Longue-vue Zeiss Victory Harpia

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Identification > Choucas des tours : de possibles oiseaux orientaux ?

Identification

Retour à la liste des articles de Identification

Choucas des tours : de possibles oiseaux orientaux ?

Deux oiseaux présentant certaines caractéristiques de la sous-espèce orientale soemmerringii ont été observés à Killem (Nord) en novembre 2018.

| En cours de soumission au comité de lecture

Partager
Translate

Choucas des tours : de possibles oiseaux orientaux ?

Possible Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii), Killem (Nord), le 24/11/2018.
Photographie : Hervé Moffelein

Les Choucas des tours (Coloeus monedula) sont de petits corvidés bruyants et sociables vivant dans des habitats variés (villes, villlages, parcs, forêts...) leur offrant des sites  (cavités et anfractuosités) pour nicher. Trois sous-espèces sont présentes en Europe : C. m. spermologus, C. m. monedula et C. m. soemmerringii. La sous-espèce spermologus niche en France et dans les pays voisins et est sédentaire, mais en automne et en hiver, des oiseaux nordiques et orientaux des deux autres sous-espèces peuvent aussi être observés. Si la sous-espèce nominale, qui niche en Scandinavie, est assez difficile à distinguer des oiseaux ouest-européens, la sous-espèce orientale soemmerringii, qui se reproduit du sud-est de la Finlande et de la Roumanie à l'ouest de la Chine, est plus distincte, avec notamment un demi-collier blanc bien visible. Deux possibles oiseaux orientaux ont été signalés depuis le 4 novembre 2018 à Killem (département du Nord), et au moins l'un des deux était encore présent le 24 novembre : ils se nourrissaient avec des Choucas des tours "locaux".
Dans cet article, nous rappelons les critères permettant d'identifier la sous-espèce soemmerringii, nous revenons sur les observations de Killem, et nous vous donnons quelques conseils pour chercher les Choucas des tours orientaux en France. Nous remercions Hervé Moffelein pour ses photos.

Abstract

Jackdaws (Coloeus monedula) are small, noisy and sociable corvids living in various habitats (towns, villages, parks, forests ...) offering them sites (cavities and infractuosities) to breed. Three subspecies are present in Europe: C. m. spermologus, C. m. monedula and C. m. soemmerringii. The spermologus subspecies breeds in France and neighboring countries and sedentary, but in autumn and winter, northern and eastern birds belonging to the other two subspecies can be watched. If the nominal subspecies, which breeds in Scandinavia, is quite difficult to distinguish from the western european birds, the eastern soemmerringii subspecies, which breeds from southeastern Finland and Romania to western China, is more distinct, with in particular a white clear white patch on each side of the neck. Two possible oriental birds were sighted the 4th of November 2018 in Killem (French Department of Nord), and one at least was still present the 24th of November 2018: they fed with local Jackdaws. In this article, we present the criteria for identifying the soemmerringii subspecies, we focus on the birds of Killem and we give you a piece of advice to search for Oriental Jackdaws in France. We thank Hervé Moffelein for his photos.

Le Choucas des tours et ses sous-espèces

Choucas des tours occidental (Coloeus monedula spermologus)

Choucas des tours occidental (Coloeus monedula spermologus), Saint-Pair-sur-Mer (Manche), le 08/04/2015. Notez l'absence de demi-collier blanc, le gris de la tête à peine plus clair que le dos et les parties inférieures sombres contrastant peu avec la gorge et le masque facial.
Photographie : Martial Tancoigne
Longueur : 33–39 cm.

Description : le Choucas des tours est un petit corvidé noirâtre avec la nuque et les côtés de la tête gris argenté. L'iris de ses yeux est d'un blanc très visible (lire Les yeux clairs des choucas limiteraient les conflits entre individus). Le mâle et la femelle sont identiques.

Voix : les cris de contact aigus sont bien différents de ceux des autres corvidés. Ils sont brefs et répétés : "kya", "kyak" ou "kyaar".
 
Quatre sous-espèces sont reconnues :
  • Coloeus monedula monedula : en Scandinavie;
  • Coloeus monedula spermologus : dans l'ouest et le sud de l'Europe et dans le nord-ouest de l'Afrique;
  • Coloeus monedula soemmerringii : du nord-est et le sud-est de l'Europe, y compris la Turquie (il atteint à l'ouest le sud-est de la Finlande et le sud des Balkans) au sud de la Sibérie et l'ouest de la Chine;
  • Coloeus monedula cirtensis : dans le nord de l'Algérie.

Le Choucas des tours est un oiseau sociable, vif et bruyant. Il niche en petits colonies dans les falaises et les bâtiments (lire Le Faucon crécerellette et le Choucas des tours peuvent coopérer pour nicher). En dehors de la période de nidification, il recherche sa nourriture dans les espaces dégagés (champs, prairies), parfois en compagnie d'autres corvidés. Le soir, plusieurs centaines de choucas peuvent se rassembler dans les arbres pour y passer la nuit.
C'est un migrateur partiel dans le nord et l'est de l'Europe : dès la fin de l'automne, des oiseaux nordiques et orientaux viennent renforcer les populations locales.

Identifier le Choucas des tours oriental : attention aux pièges

Zones de nidification des sous-espèces du Choucas des tours (Coloeus monedula)

Zones de nidification européenne et nord-africaine des sous-espèces du Choucas des tours (Coleus monedula) : (1) C. m. spermologus, (2) C. m. monedula, (3) C. m. soemmerringii) et (4) C. m. cirtensis).
Populations intermédiaires : (A) turrium et (B) "Choucas de Pologne".
Source : Igor Festari
Le Choucas des tours de la sous-espèce soemmerringii  ressemble aux oiseaux des sous-espèces monedula et spermologus, mais son plumage est plus contrasté (lire Identifier les sous-espèces du Choucas des tours visibles en Europe) : les zones grises de la tête sont plus claires, notamment au niveau de la nuque, le manteau est noir mais moins sombre que les ailes, et les parties inférieures sont aussi un peu moins noires que les ailes. La calotte noire est légèrement bleutée, un critère assez difficile à noter et qui nécessite un bon éclairage. La caractéristique la plus visible est le demi-collier blanc net. 
Il n'est pas toujours facile d'identifier avec certitude les oiseaux de cette sous-espèce car le plumage des femelles et des oiseaux de premier hiver est moins contrasté que celui des mâles adultes en plumage frais. En outre, l'usure du plumage en automne éclaircit le plumage de tous les choucas.
Le reflet de la lumière sur les parties grises de la tête peut donner l'impression de la présence de taches blanches au niveau du cou chez les sous-espèces monedula et spermologus. Quand le vent souffle, la base claire des plumes est exposée et une tache claire oblongue aux contours indéfinis et variables en fonction de la direction du vent et la position de la tête est parfois visible.
Il existe par ailleurs des oiseaux au plumage intermédiaire entre C. m. monedula et C. m.  soemmerringii : Volpio (1969) avait mis en évidence l'existence d'une zone de "rencontre" mal définie entre ces deux sous-espèces, d'au moins 270 km de large, allant du nord-est de la Scandinavie au nord des Balkans. Dans ce secteur, les oiseaux ont un plumage moins typique, avec par exemple les parties inférieures et le manteau noirs et contrastant peu avec les ailes. Lors d'une étude menée par Voous (1960) dans les bassins des rivières Boeg et Njemen dans l'est de la Pologne, il a observé des choucas aux plumages variables : certains avaient un demi-collier pâle absent ou peu marqué (16 %), d'autres une nuque et des côtés de la tête noirs (16 %), et d'autres encore des parties inférieures très sombres (8 %).. Ils ressemblent même parfois aux oiseaux de la sous-espèce occidentale spermologus.
Il existe aussi des variations au sein de la sous-espèce soemmergingii, les individus nichant à l'est et au sud-est de son aire de répartition ayant les parties inférieures très sombres (les plumes sont toutefois bordées de pâle quand le plumage est usé), un manteau et des scapulaires sombres comme C. m. spermologus, et un demi-collier blanc large et net, tandis que les oiseaux occidentaux ont les parties inférieures plus pâles, rappelant les oiseaux de la sous-espèce nominale monedula.
Lorsque l'on repère un possible Choucas des tours oriental, il faut donc l'observer sous différents angles, le comparer aux autres oiseaux présents et noter le maximum de détails. Seuls les oiseaux les plus typiques pourront être identifiés.
Choucas des tours orientaux (Coloeus monedula soemmerringii)

Choucas des tours orientaux (Coloeus monedula soemmerringii) en Bulgarie. Notez le demi-collier blanc net et la nuque et les côtés de la tête gris clair contrastant bien avec le masque et les ailes noires.
Photographie : François Chaib
Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii)

Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii) en Bulgarie. Notez le demi-collier blanc net et la nuque et les côtés de la tête gris clair contrastant bien avec le masque et les ailes noires.
Photographie : François Chaib


Deux possibles Choucas des tours orientaux à Killem (Nord) en novembre 2018

Situation de Killem (Nord)

Situation de Killem (Nord).
Carte : Ornithomedia.com

Deux possibles oiseaux de la sous-espèce orientale ont été signalés sur le site web Ornitho Nord/Pas-de-Calais à Killem (Nord) à partir du 4 novembre 2018, et au moins l'un des deux était encore présent le 24 novembre. Ils se nourrissaient dans des champs et des prairies avec des Choucas des tours "locaux", a priori de la sous-espèce sédentaire spermolgus.

Voici les détails des observations près de Killem en novembre 2018 :

  • le 4/11 : deux oiseaux se nourrissent dans des chaumes de maïs;
  • le 10/11 : un oiseau se nourrit dans une prairie avec un groupe assez mobile d'une centaine de Choucas des tours et quelques Mouettes rieuses. Sur l'une des photos, un discret liseré blanc est visible au sommet de la tête;
  • Le 14/11, un oiseau se nourrit dans un labour;
  • Le 17/11, un oiseau se nourrit dans dans des chaumes de maïs.

Sur les photos prises par Hervé Moffelein, on distingue un net demi-collier blanc et une nuque et les côtés de la tête gris assez clair. Par contre, le manteau et le ventre semblent aussi sombres que ceux des autres choucas et contrastent peu avec les ailes noires. Il est donc difficile d'affirmer qu'il s'agit bien d'oiseaux orientaux "purs".
Sur le même site web Ornitho Nord/Pas-de-Calai, d'autres observations de possibles Choucas des tours orientaux ont été publiées dans le département du Nord :

  • le 10/02/2018 : un oiseau se nourrissant à Rexpoëde (Nord)
  • le 27/01/2018 : un oiseau (le même ?) se nourrissant à Rexpoëde (Nord)
  • le 14/04/2017 : un oiseau  avec un demi-collier blanc bien net à Eppe-Sauvage (Nord)
  • le 17/02/2017 : un oiseau se nourrissant à Rexpoëde (Nord)
  • le 17/03/2016 : un oiseau se nourrissant sur une pelouse de la zone commerciale de Quaëdypre (Nord).

François Chaib, un autre observateur du département du Nord, nous précise que des oiseaux présentant des caractéristiques de la sous-espèce soemmergingii étaient notés assez souvent en Flandre maritime française, en Flandre belge ou en Zélande hollandaise, mais que ces observations n'étaient que très rarement validées par les comités d'homologation, car il est impossible de déterminer avec certitude la sous-espèce  d'un choucas en dehors de son aire de reproduction normale. Il faudrait faire des prélèvements génétiques pour en savoir plus.

Possibles Choucas des tours orientaux (Coloeus monedula soemmerringii)

Deux possibles Choucas des tours orientaux (Coloeus monedula soemmerringii), Killem (Nord), le 4/11/2018. Notez le demi-collier blanc et la nuque et les côtés de la tête gris clair.
Photographie : Hervé Moffelein
Possible Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii)

Possible Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii) et Choucas des tours, certainement occidentaux (C. m. spermologus), Killem (Nord), le 24/11/2018. Notez le demi-collier blanc et la nuque et les côtés de la tête gris clair.
Photographie : Hervé Moffelein
Possible Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii)

Possible Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii) entre deux Choucas des tours, certainement occidentaux (C. m. spermologus), Killem (Nord), le 24/11/2018.  Notez le demi-collier blanc et l'arrière de la tête d'un gris plus pâle.
Photographie : Hervé Moffelein
Possible Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii)

Possible Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii), Killem (Nord), le 11/11/2018. Notez le demi-collier blanc.
Photographie : Hervé Moffelein


Le Choucas des tours oriental, un oiseau rare en Europe de l'Ouest

Possible Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii)

Possible Choucas des tours oriental (Coloeus monedula soemmerringii) et deux Choucas des tours, certainement occidentaux (C. m. spermologus), Rexpoëde (Nord), le 17/02/2017. Notez le demi-collier blanc et la nuque et les côtés de la tête gris clair.
Photographie : Hervé Moffelein

Les Choucas de tours orientaux sont très rares en Europe de l'Ouest, même si leur présence est certainement sous-estimée, les observateurs prêtant généralement peu d'attention aux groupes de corvidés. L'automne (de la mi-octobre à la fin novembre surtout) et l'hiver (jusqu'au mois de mars) sont les meilleurs périodes pour les chercher, quand des oiseaux isolés sont susceptibles de suivre et/ou de se mêler aux choucas locaux et hivernants. Les lieux de rassemblement (dortoirs et zones de nourrissage) sont à inspecter  particulièrement.
Lors d'une étude menée durant deux hivers de suite (2007-2008 et 2008-2009) dans plusieurs villes de Pologne, des ornithologues avaient constaté que près de 20 % des oiseaux observés appartenaient à la sous-espèce soemmerringii, la sous-espèce nominale nicheuse monedula étant très largement majoritaire. Lors de conditions météorologiques difficiles ou particulières, des oiseaux nordiques et orientaux peuvent s'aventurer à l'ouest  : un oiseau bagué en Lituanie avait par exemple été repris près  de Poitiers (France), soit une distance de plus de 2 000 km.
Durant l'hiver 2007-2008, un petit afflux de possibles choucas de la sous-espèce soemmerringii a par exemple été signalé en Grande-Bretagne, notamment dans l'archipel écossais des Shetland. Rudy Offereins (2003) avait précisé que la sous-espèce hivernait rarement dans le sud et l'est des Pays-Bas. 

Chercher le Choucas des tours oriental en France

Comme dans le reste de l'Europe de l'Ouest, le Choucas des tours oriental est très rare en France (les données sont soumises à homologation) et son identification certaine est très délicate. La plupart des observations sont faites en automne et en hiver, principalement dans le nord, l'est et le centre de l'hexagone. Les Choucas des tours qui hivernent en France appartiennent principalement à la sous-espèce spermologus, et leurs  dortoirs pouvant compter des milliers d’individus. Les oiseaux de la sous-espèce nominale monedula nordique peuvent toutefois parfois représenter jusqu’à 30 % des effectifs, par exemple dans les départements de la Marne et de la Haute-Marne. Des oiseaux isolés de la sous-espèce soemmerringii sont régulièrement notés, mais leur nombre est faible : une centaine d’individus au maximum séjournerait dans l'hexagone durant la mauvaise saison.
Voici quelques exemples de données publiées :

  • un individu bagué poussin le 09/06/1956 à Kasna Dolan (Pologne), dans la province de Tarnow, repris le 24/11/1959 à Baudrières (Saône-et-Loire)
  • deux adultes le 3/02/2008 dans le Puy-de-Dôme (T. Brugerolle/Comité d'Homologation Régional)
  • plusieurs individus dans l’Ain en 1994-1995 (Crouzier et Comité d’Homologation National)
  • un adulte présentant les caractéristiques sous-espèce soemmerringii dans la Réserve  Naturelle des Marais de Müllembourg à Noirmoutier-en-l'Île (Vendée) le 15/12/2005 (M. Vaslin).

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la galerie d'Ornithomedia.com

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Le site web participatif Ornitho Nord/Pas-de-Calais : https://nordpasdecalais.observation.org

Sources

Vos commentaires sur :
"Choucas des tours : de possibles oiseaux orientaux ?"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest