Publicité

Nouvelles Zeiss Conquest HD 32

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Conseils > Protéger les oiseaux des chats

Conseils

Retour à la liste des articles de Conseils

Protéger les oiseaux des chats

Nous avons complété notre article en cette période critique au cours de laquelle nichent de nombreux oiseaux dans les jardins.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Protéger les oiseaux des chats

Chat domestique (Felis silvestris catus) regardant avec intérêt une Pie bavarde (Pica pica)....
Source : Laétitia Ménager

Les chats sont à la fois des animaux de compagnie appréciés, mais aussi de redoutables prédateurs, qui ont contribué à l'extinction de plusieurs oiseaux endémiques sur des îles océaniques. Chaque petit félin tue un nombre variable de proies, certains étant plus efficaces que d'autres., mais globalement leur impact est énorme étant donné leur population : les neuf millions de petits félins britanniques seraient ainsi responsables de la mort d'environ 55 millions d'oiseaux chaque année. Il y a à peu près le même nombre de chats en France, et l'on peut donc supposer que les chiffres sont comparables.
Dans cet article, nous faisons un point sur l'impact des chats sur l'avifaune et nous proposons une série de conseils pour limiter le nombre d'oiseaux pouvant être tués ou blessés.

Abstract

Cats are popular pets but also formidable predators that have contributed to the extinction of many endemic birds on oceanic islands. Each cat kills a variable number of prey, some being more effective than others, but overall their impact is huge. The nine millions of British cats could be responsible for the death of approximately 55 millions of birds annually. There are roughly the same number of cats in France, and we can assume that the numbers of killed birds are comparable.
This article deals about the impact of cats on birds and proposes a piece of advice to reduce the number of birds being killed or wounded.

Des millions de proies tuées chaque année

Chaque chat tue un nombre variable de proies, certains étant plus efficaces que d'autres. Mais globalement leur impact est énorme. Des études ont ainsi suggéré que les petits félins étaient responsables de la mort d'environ 275 millions animaux chaque année au Royaume-Uni. Ce chiffre inclut une grande variété de proies (petits mammifères, reptiles, amphibiens, papillons et oiseaux). Une étude menée en milieu urbain a estimé le nombre moyen de proies par chat était de 21, le mulot étant l'espèce la plus attrapée. On pense que quelques 55 millions d'oiseaux sont tués par des chats en Grande-Bretagne chaque année.
On pense qu'il y a environ neuf millions de chats en Grande-Bretagne aujourd'hui, avec des densités particulièrement élevées dans les zones urbaines : une étude a montré qu'il pouvait y avoir jusqu'à 230 chats sur un kilomètre carré ! Il y a environ 8.5 millions de chats en France, on peut donc supposer que les statistiques sont comparables à celles du Royaume-Uni.

Quel impact sur les populations ?

Moineaux domestiques (Passer domesticus)

Les Moineaux domestiques (Passer domesticus) sont fréquemment tués par les chats.
Photographie : Michel Freulon

Compte tenu du nombre de jardins au Royaume-Uni et de leur importance en tant qu'habitat pour la nidification et l'alimentation de plusieurs espèces, l'impact de la prédation féline sur celles-ci est sûrement fort. Pour certains oiseaux, les populations urbaines représentent en effet une proportion importante de la population totale comme l'Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) (54 % de la population nichant en milieu urbain) et le Moineau domestique (Passer domesticus) (62 %), deux oiseaux communément capturés par les chats.
La prédation est maximum au printemps et en été, car les félins profitent alors de l'inexpérience des juvéniles. Les espèces les plus en danger sont alors le Rougegorge familier (Erithacus rubecula) et l'Accenteur mouchet (Prunella modularis), peut-être à cause de leur habitude de nicher dans les arbustes, de s'alimenter au sol et de leur forte densité dans les jardins.
Les chats tuent probablement dans certains secteurs un pourcentage non négligeable des jeunes qui quittent les nids. Mais ces félins s'attaquent surtout aux oiseaux faibles et malades, contribuant  à réduire la compétition pour la nourriture pour les survivants et augmentant ainsi leurs chances de survie en hiver. Finalement il n'existe pas de preuve précise que les chats aient un impact conséquent sur les populations d'oiseaux, d'autres facteurs comme la destruction des habitats étant bien plus graves. Toutefois, cette prédation pourrait fragiliser des espèces déjà en déclin.

Les chats et les humains

Descendant du Chat sauvage africain (Felis silvestris libyca), notre félin domestique s'est rapproché de l'Homme il y a près de 10 000 ans. Mais ces milliers d'années de domestication n'ont toutefois pas suffi à annuler des millions d'années d'évolution. La sélection naturelle a en effet fait du chat un prédateur précis et très efficace pour la capture de petits animaux. Son comportement de chasseur est inné et il fait partie de son patrimoine génétique.
De nombreux propriétaires de chats sont surpris quand ces derniers leurs apportent des proies non consommées. Ce comportement reste mystérieux et peut fausser notre perception sur les dégâts que peuvent causer les chats, surtout lorsqu'on les compare à d'autres prédateurs.
Des études ont montré que la tendance à chasser n'était pas liée à la faim. En fait, des chats urbains sont tout autant susceptibles de capturer et de tuer des oiseaux que des chats abandonnés ou vivant à la campagne qui comptent sur la chasse pour assurer leur subsistance. Une forte densité de chats bien nourris et bien soignés dans un ensemble de jardins urbains est ainsi tout de même catastrophique pour les oiseaux.

Un prédateur efficace

Le chat est un prédateur très efficace. C'est un spécialiste de l'embuscade grâce à sa petite taille, à sa forme compacte, à sa patience et à ses réflexes rapides. En outre, la composition chimique de sa salive lui permet de "désodoriser" les poils et la peau, ce qui lui permet de chasser sans être trahi par son odeur.

Un danger pour les oiseaux des îles

Son efficacité et sa technique de chasse ont eu des effets particulièrement dévastateurs dans certaines régions du monde, en particulier sur les îles océanique où les espèces endémiques n'ont pas appris à s'en méfier au cours de leur évolution. Les oiseaux endémiques peuvent apprendre à craindre les chats, mais les comportements instinctifs, le fait de nicher au sol ou l'incapacité à voler peuvent les rendre particulièrement sensibles. Le chat est ainsi considéré comme responsable de la quasi-extinction de nombreuses espèces d'oiseaux, notamment en Australasie. Le chat peut aussi transmettre des maladies aux oiseaux, comme la toxoplasmose.
En Nouvelle-Zélande par exemple, il a contribué depuis le 19ème siècle, avec d'autres animaux introduits comme les rats, en conjonction avec des facteurs comme la destruction des habitats naturels et la chasse, à la disparition de 19 espèces d'oiseaux. Un cas bien connu est celui du Xénique de Stephens (Xenicus lyalli), le plus petit et le seul passereau aptère du monde, dont toute la population a été exterminée en 1894 par le chat du propriétaire du phare construit sur cette petite île néo-zélandaise...

Le cas des îles Hawaï

Quatre endémiques d'Hawaï

Quatre endémiques d'Hawaï fortement impactés par la prédation féline : (1) Corneille d'Hawaï (Corvus hawaiiensis), (2) Bernache néné (Branta sandvicensis), (3) Pétrel des Hawaï (Pterodroma phaeopygia) et (4) Psittirostre palila (Loxioides bailleui).
Schéma : Ornithomedia.com

L'archipel d'Hawaï concentre une densité unique d'espèces menacées, et un grand nombre d'entre elles ont disparu dans le passé en raison entre autres de l'introduction de chats. Les endémiques de ces îles isolées ont évolué sans prédateurs, et ils sont donc extrêmement vulnérables, surtout maintenant que leur habitat a été considérablement réduit par les activités humaines. Bien que les chats domestiques ne soient pas la seule menace qui pèse sur les oiseaux rares hawaïens, ils constituent un facteur important, et ce même en montagne, loin des installations humaines.
Les chats peuvent se reproduire toute l'année sur l'archipel, avec trois portées par an comportant à chaque fois de quatre à six chatons. La rage n'existe pas et il n'y a pas prédateurs sauvages pour contrôler la population des chats errants. Nul ne sait combien de chats errent sur ces îles, mais la densité y est très forte. Parmi les espèces endémiques, certaines ont été très touchées. C'est le cas du Psittirostre palila (Loxioides bailleui) classé comme étant en danger au niveau fédéral. Il est très menacé par les chats dans les forêts poussant sur le volcan Mauna Kea, sur l'île d'Hawaii, entre 1 800 à 2 700 mètres d'altitude. Les biologistes suivent la population de cette espèce depuis des années. Depuis 1998, entre 8 à 11 % des nids surveillés ont été pillés chaque année par les chats. Cette prédation annule ainsi en partie les efforts visant à rétablir la population de l'espèce.
La Corneille d'Hawaï (Corvus hawaiiensis) est l'un des Corvidés les plus menacés du monde. Elle est endémique de la grande île d'Hawaï. Elle était autrefois abondante dans les forêts sèches de basse et de moyenne altitude à l'ouest et au sud de l'île. Elle a souffert de la destruction de son habitat, de la prédation par les chats, les rats et les mangoustes, ainsi que de la malaria et de la variole aviaires véhiculées par les moustiques.En outre, les oiseaux relâchés ont contracté la toxoplasmose, une maladie commune des chats et des rats. Pour sauver l'espèce, elle est élevée en captivité.
Le Pétrel des Hawaï (Pterodroma phaeopygia) était autrefois abondant sur toutes les principales îles de l'archipel, sauf sur Ni'ihau. Aujourd'hui, la plus grande colonie se trouve dans le cratère Haleakala ' sur l'île de Maui. La principale menace qui pèse sur cette colonie est la prédation par les rats introduits, les mangoustes et les chats. Depuis 1981, un programme agressif de contrôle des prédateurs a réduit les pertes et cette importante colonie semble stable.
La Bernache néné (Branta sandvicensis) vivait sur les principales îles de l'archipel, mais elle a presque disparu dans les années 1950 à cause d'une chasse excessive. Aujourd'hui, l'île d''Hawaï est le seul endroit où l'on peut la trouver naturellement. Grâce aux efforts de conservation, elle a été réintroduite sur Maui, Molokai, et Kauai. Elle est extrêmement vulnérable aux attaques des rats, des chiens, des chats, des mangoustes et des porcs.
Les chats ont aussi un fort impact sur les populations d'espèces marines communes comme le Puffin fouquet (Puffinus pacificus). Des biologistes ont comparé le succès de nidification d'une colonies de puffins où des chats errants étaient présents et une autre "libre de félins". Il y avait beaucoup plus de terriers occupés dans le premier cas. Ces oiseaux ne pondent qu'un seul œuf par an et s ils ne se reproduisent pas avant cinq ans. Ils sont donc très sensibles à la disparition des adultes reproducteurs.

Placez les distributeurs de nourriture et les nichoirs dans des endroits judicieux

Mangoire à l'abri des chats

Une mangeoire à l'abri des chats incorporant un support métallique pour plantes grimpantes d'une hauteur de 2,30 m. Le félin ne peut pas atteindre la planche où sont déposées les graines et les oiseaux ont assez de place pour ne pas avoir besoin de se nourrir au sol (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Katreen Benoit

Les chats comptent sur leur discrétion pour s'approcher de leurs proies et pour lancer des attaques surprises. Il faut donc placer les distributeurs de nourriture dans un endroit dégagé, à une bonne distance des arbres ou des buissons (à au moins trois mètres) ou d'autres points à partir desquels les chats pourraient sauter. Vous pouvez couper les branches basses des buissons afin que le chat ne puisse pas s'y cacher.
Les nichoirs doivent aussi être placés dans des endroits judicieux : ainsi, il ne faut pas les installer près du toit d'un hangar où ils seraient facilement accessibles. Suspendez le nichoir à une branche ou fixez-le sur une façade à une hauteur minimale de deux mètres et hors de portée des chats. Le toit du nichoir doit être lisse et très incliné afin que les chats ne trouvent pas prise, et il ne doit pas être équipé d'un perchoir (lire Installer un nichoir : les dix commandements à respecter).
Dans les endroits très fréquentés par les chats, il faut éviter de placer de la nourriture sur le sol, mais plutôt sur une table plus difficile d'accès pour les félins. Il est aussi préférable de ne pas distribuer la nourriture à un seul endroit afin de diviser les risques.

Observez votre chat

Sur notre page Facebook, Alexandre Beurnaux nous fait remarquer que les chats ne fréquentent parfois jamais certains secteurs du jardin : observez-les, cela vous permettra peut-être de choisir une zone moins dangereuse pour placer votre mangeoire.

Interdisez les accès

Une autre approche est d'essayer d'empêcher les chats de pénétrer dans votre jardin ou du moins dans certains secteurs de ce dernier (autour de votre mangeoire par exemple) : vous pouvez placer du grillage à poules courbé vers l'extérieur, disposer des bouteilles en plastique coupées en deux ou des piques anti-pigeons sur les murs de votre jardin, ou tendre un fil ou une chaîne au-dessus de votre mur.
Vous pouvez installer du grillage pour empêcher les chats d'accéder aux nichoirs ou aux mangeoires et placer des branches épineuses ou d'autres matériaux empêchant les chats de rester ou de s'asseoir à proximité. 
Des buissons épineux comme le houx, l'aubépine ou le prunelier (lire Aménager son jardin pour les oiseaux) empêcheront les oiseaux de s'approcher des nichoirs et serviront en outre de refuges, d'endroits pour nicher et parfois de sources de nourriture (baies) en automne.
Il est possible de placer sur le pied de la mangeoire ou du nichoir un cône dont l'ouverture est orientée vers le bas ou une boîte de biscuits trouée pour éviter que le chat ne puisse grimper. Il existe aussi des produits adaptés dans le commerce.
Vous pouvez également installer une "jupe en zinc" d’au moins 30 cm de long et dépassant de 25 cm : accrochez-la au tronc avec une sangle à travers des pattes de fixation, afin de ne pas étrangler l’arbre. À défaut de zinc, placez autour du tronc une collerette postopératoire en plastique, vendue par les vétérinaires. Il existe également dans le commerce des "colliers à troncs" en métal, mais ils peuvent être dangereux pour les chats casse-cou !
De la vaseline ou d'autres substances analogues appliquées le long du pied (s'il est lisse) de la mangeoire pourront être efficaces.
Un manchon de protection en tôle ou en plastique autour du pied d’arbres isolés empêche les chats de grimper le long du tronc.

Placez du grillage au sol

Les chats n'aiment pas marcher sur certains types de surface, comme le grillage métallique : vous pouvez ainsi poser sur le sol, dans certains endroits "critiques"  (près des mangeoires, devant les buissons et des points d'eau), du grillage à poules ou une petite clôture car cela semble efficace.

Les odeurs repoussantes

Coleus des chiens (Coleus canina)

Coleus des chiens (Coleus canina).
Source : gardening.co.uk

Des produits chimiques plus ou moins efficaces repoussant les chats sont disponibles sur le marché. Bayer propose par exemple le "Cat-a-Pult" contenant du sulfate d'aluminium d'ammonium, mais son efficacité semble faible.
Les chats n'aiment pas les odeurs de certaines plantes comme la Rue (Ruta graveolens) et le Coleus des chiens (Coleus canina). Ce dernier agit sur les chats, les chiens et même les renards. Il a de petites feuilles et de jolies fleurs bleues apparaissent en été. Le coleus libère une odeur que les chats ne peuvent tout simplement pas supporter, mais son efficacité semble dépendre des individus. En outre, son "rayon d'action" est très réduit et qu'il faut en planter beaucoup pour que cela ait un effet. C'est une plante annuelle qui peut facilement se bouturer. Elle se conserve dans un endroit à l'abri du gel en hiver. Elle préfère les sols bien drainés et elle doit être plantée tous les deux mètres.
Les félins n'aiment pas l'odeur des agrumes, du marc de café, du poivre de Cayenne (attention, ne frottez pas vos yeux après en avoir touché), des huiles de lavande, de citronnelle, de menthe poivrée ou d'eucalyptus. Toutefois, selon plusieurs sites web, ces produits sont peu efficaces dans un jardin.

Des sons éloignant les chats

Les ultrasons de plus de 20 kHz semblent très désagréables pour les chats et ne dérangeant pas les oiseaux. Il existe plusieurs appareils sur le marché : la Royal Society for the Protection of Birds (RSPB) vend un appareil avec détecteur de mouvements, le "Catwatch cat deterrent", qui émet un son aigu qui n'est audible que par les chats : il réduirait les visites de 33 %. Il existe d'autres modèles, comme le détecteur de mouvements Mega-Sonic, mais selon les avis des clients, son efficacité est très variable. En outre, ces ultrasons peuvent déranger d’autres mammifères et même vos voisins.  Enfin, un chat pourra changer de route pour éviter de déclencher l'appareil, et il faudra donc le déplacer régulièrement.
Une clochette ou un grelot fixé sur le collier permet de réduire le nombre de proies capturées en les avertissant de l'approche du prédateur. Mais son efficacité peut diminuer avec le temps, certains chats ayant compris comment ne pas la faire tinter en faisant des gestes plus lents ... Les clochettes peuvent également faire moins de bruit à cause de l'usure. Le remplacement régulier des clochettes, en particulier par des modèles légèrement différents, peut conserver leur effet. Vous pouvez installer des clochettes dans les branches ou sur les clôtures.
Le dispositif CatAlert émet un son toutes les sept secondes, mais son efficacité est comparable à celle d'une clochette.
Mais un collier bruyant aussi des inconvénients : il rend le chat plus repérable et plus vulnérable (chiens, renards, personnes mal intentionnées).

Colliers colorés

Le CatBib, un produit conçu par Cat Goods, est une bavette colorée attachée au collier ayant pour but de signaler de loin la présence du chat et de gêner ses attaques : il est très efficace (81 % des félins le portant ont arrêté de tuer des oiseaux) mais il est assez gênant.
Dans un article publié en janvier 2015 dans la revue Global Ecology and Conservation, trois biologistes ont testé l'efficacité d'un nouveau collier facile à retirer appelé Birdsbesafe destiné à réduire la mortalité des petits mammifères et des oiseaux (lire Un collier pour les chats serait efficace pour réduire le nombre d’oiseaux tués). Il est muni d'une bande en Nylon de 5 cm de large aux couleurs vives et aux motifs bariolés (et visible la nuit). Ce dessin très voyant est censé alerter les oiseaux. Les biologistes ont constaté qu'au printemps, les félins équipés de l'accessoire bariolé tuaient 19 fois moins d'oiseaux que les autres, contre 3,4 fois moins en automne.

Chat domestique

Le but est de diminuer la mortalité des oiseaux causée par les chats domestiques.
Source : BTO

Des méthodes visuelles

Vous pouvez placer dans votre jardin des objets diffusant des reflets mouvants, comme des demi-bouteilles en plastique remplies d'eau ou des vieux CDs.

De l'eau pour éloigner les chats

C'est bien connu, les chats n'aiment pas trop l'eau. Un dispositif d'arrosage déclenchable à distance fera fuir les chats qui s'approcheront trop près des mangeoires ou des nichoirs. L'utilisation occasionnelle d'un pistolet à eau ne fonctionne pas.

Gardez au maximum les chats à l'intérieur

Même si ce n'est pas très facile, il faut essayer de garder au maximum les chats à l'intérieur afin de limiter leur temps de chasse dans le jardin, surtout jusqu'à l'âge de trois ans (leur goût pour la chasse a tendance à diminuer avec le temps). Il est facile de confiner les chatons dès le début, et avec de la patience et du temps, la plupart des félins peuvent se plaire à l'intérieur.
Voici quelques conseils pour que votre chat se plaise à l'intérieur : jouez avec votre chat tous les jours, disposez des papiers et des boîtes en carton qui constituent des jouets très appréciés, donnez-lui une nourriture suffisante sans le suralimenter, permettez-lui de regarder le jardin à travers une fenêtre, fournissez-lui un accès à de l'eau potable à tout moment, gardez sa litière propre, et semez de l'herbe dans des pots afin que votre chat puisse se purger sans avoir à sortir. Si vous voulez néanmoins laisser votre chat se promener à l'extérieur, évitez de le laisser partir au crépuscule, rentrez-le le soir et préférez le matin.

N'encouragez pas votre chat !

Si un chat vous ramène un oiseau, ne le caressez pas et ne le récompensez pas : au contraire, grondez-le et montrez-lui que vous n'êtes pas content.

Autres conseils

Stérilisez votre chaton dès l'âge de huit semaines afin qu'il ne contribue pas au problème de surpopulation et vaccinez-le pour qu'il ne transmette pas de maladies à la faune sauvage. Si vous ne pouvez plus vous en occuper, trouvez un accueil ou contactez un vétérinaire ou un refuge mais ne l'abandonnez surtout pas. Si vous voyez des chats errants, apportez-les si possible à un refuge ou contactez une association de protection des animaux. Vous pouvez contribuer indirectement au contrôle des chats errants en aidant financièrement les refuges. Marc Laurent, l'un de nos visiteurs, nous signale que son petit chien, un Pinscher, éloigne très efficacement les chats.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

À lire sur le web

Vous pouvez recevoir le guide "Cats and garden birds" au format pdf édité par le BTO en vous rendant sur le site web Bto.org ou en envoyant un email à info@bto.org

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Protéger les oiseaux des chats"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Commentaires postés :

BRAYMAN

Hélas !
J'adore les chats, n'en ai pas !
Mon ( grand ) terrain est le carrefour de rencontre de tous les matous du coin.
Et, d'années en années, je vois se réduire le nombre d'oiseaux.
Impossible de faire comprendre à des voisins pourtant intelligents et raisonnables qu'il convient d'agir (et d'éliminer les chats errants ''multi-gamelles !)
Quelle campagne de grande diffusion pourrait forcer ce mur d'indifférence?

21/02/2015

Répondre

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest