Publicité

Longue-vue Zeiss Victory Harpia

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Conseils > Attirer et nourrir les colibris et les souimangas dans les jardins

Conseils

Retour à la liste des articles de Conseils

Attirer et nourrir les colibris et les souimangas dans les jardins

Nous avons complété notre article avec des conseils pour bien nettoyer les distributeurs d'eau sucrée pour colibris et souimangas.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Attirer et nourrir les colibris et les souimangas dans les jardins

Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris) se nourrissant à un distributeur d'eau sucrée.
Photographie : Garrett Davis / Wikimedia Commons

Les colibris vivent sur le continent américain, du nord au sud. Ce sont des oiseaux souvent colorés, parfois minuscules, capables de battre des ailes à des allures vertigineuses, de voler sur place et même en arrière. Leur rythme cardiaque est impressionnant et ils consomment en moyenne leur propre poids en nourriture chaque jour. Ils économisent de l'énergie en restant perchés de longues heures durant la journée et en abaissant leur température interne la nuit, jusqu'à la léthargie parfois. Certaines espèces sont pourtant capables de migrer sur des centaines de kilomètres, et ils doivent pour cela accumuler de la graisse avant d'effectuer le voyage.
Ce sont des oiseaux principalement nectarivores, le nectar constituant 90 % de leur régime alimentaire, mais également insectivores. Ils atteignent et absorbent ce liquide sucré produit par les fleurs grâce à leur longue langue extensible séparée en deux parties à leur extrémité et garnie de petites soies et de nervures. Ils jouent un rôle important dans la pollinisation.
En Afrique tropicale, au Moyen-Orient, en Asie tropicale et en Australie vivent les souimangas, qui leur ressemblent superficiellement, et qui ont un régime alimentaire similaire.
On peut aider les oiseaux nectarivores à trouver de la nourriture, en particulier avant et durant les périodes de migration, quand les fleurs sont moins nombreuses ou quand le temps est froid ou humide. Dans cet article, nous vous donnons des conseils pour attirer les colibris et les souimangas dans les jardins et les nourrir.

Abstract

Hummingbirds are New World birds that constitute the family Trochilidae. They are among the smallest of birds, most species measuring in the 7.5–13 cm (3–5 in) range. Indeed, the smallest extant bird species is the Bee Hummingbird. They hover in mid-air at rapid wing flapping rates, typically around 50 times per second, backwards or upside down. Hummingbirds have the highest metabolism of any homeothermic animal. To conserve energy when food is scarce, they have the ability to go into a hibernation-like state (torpor) where their metabolic rate is slowed to 1/15th of its normal rate. Hummingbirds drink nectar, a sweet liquid inside certain flowers, with their tongue by rapidly lapping it. They will also take sugar-water from bird feeders. Such feeders allow people to observe and enjoy hummingbirds up close while providing the birds with a reliable source of energy, especially when flower blossoms are less abundant.
Sunbirds are very small passerine birds that live throughout Africa, the Indian Subcontinent, Southeast Asia and northern Australia. Like hummingbirds, they feed largely on nectar, even if they also take insects and spiders, especially when feeding young.
In this article, we tell you how to attract and feed these birds in your garden: which flowering plants for your garden, how to choose a good feeder or to make one, how to clean it, where to place it, how to make an artificial nectar.

Les colibris et les souimangas, des oiseaux nectarivores

Pour en savoir plus sur les colibris, lire notre article Les colibris, des oiseaux étonnants.
Les colibris (340 espèces environ) appartiennent à la famille des Trochilidés et vivent uniquement sur le continent américain. Leur taille est généralement petite, comprise entre 5 et 22 cm selon les espèces. Leur métabolisme est très élevé par rapport à leur taille : ils peuvent ingérer chaque jour une quantité de nourriture équivalente à leur poids pour compenser leur consommation énergétique. Ils font peu de réserves, sauf avant leur départ en migration (pour les espèces des régions froides ou tempérées). Leur vol stationnaire est l'activité la plus consommatrice d'énergie. Ils consomment essentiellement du nectar, un liquide sucré généré par les fleurs pour attirer les pollinisateurs (insectes, oiseaux, mammifères) et composé essentiellement d'eau et de sucres (surtout fructose, glucose et saccharose). Notons que plusieurs passereaux européens (pouillots, fauvettes, roitelets...) et des pics boivent aussi du nectar (lire Quand des oiseaux européens se nourrissent du nectar des fleurs et Certains pics apprécient le nectar des fleurs).
Les souimangas (132 espèces environ) font partie de la famille des Nectariniidés. On les trouve dans les zones tropicales et subtropicales d'Afrique, d'Asie et d'Australie. Ils ressemblent superficiellement aux colibris : ils sont de petite taille aussi (entre 8 et 23 cm), leur bec est souvent fin et légèrement courbé pour butiner les fleurs et les mâles ont un plumage vivement coloré et irisé. Ils sont aussi nectarivores, mais les insectes forment une part significative de leur régime. Contrairement aux colibris, ils ne sont pas capables de voler sur place ou en arrière et leur métabolisme est moins élevé.

Colibri noble (Oreonympha nobilis)

Colibri noble (Oreonympha nobilis), Pérou.
Photographie : Marc Fasol
Souimanga oreillard (Aethopyga bella)

Souimanga oreillard (Aethopyga bella), Philippines.
Photographie : Limchiu / Wikimedia Commons

Une attirance particulière pour les fleurs rouges

Les colibris et les souimangas jouent un rôle important dans la pollinisation des fleurs (annuelles et vivaces, buissons, arbres, cactus). Afin d'optimiser le temps passé à se nourrir, ils recherchent avant tout les espèces dont le nectar est le plus sucré. Des expériences menées sur le Colibri à gorge rubis ont montré que ce dernier était plus attiré par le rouge et le jaune que par le bleu et le vert. On a par exemple noté que les colibris fréquentaient davantage la sous-espèce à fleurs rouges de l'arbuste Mimulus aurantiacus que celle à fleurs jaunes. Ils butinent aussi des fleurs orange, jaunes, pourpres et bleues et même verdâtres. On ne connaît pas vraiment les raisons de cette préférence : peut-être est-ce lié à leur perception des couleurs qui fait que le rouge est très visible ou que cette couleur semble moins attirer les insectes, leurs principaux compétiteurs ?
La concentration du nectar dépend de la plante : en Arizona par exemple, celui de l'Iris missouriensis des montagnes du sud-est de l’état est huit fois moins riche en saccharose que celui des fleurs de certaines espèces de sauges (genre Salvia) du désert de Sonora.
Les colibris font peu de réserves et ils doivent donc optimiser le rapport temps passé à se nourrir/risques : ils préfèrent les fleurs dont le nectar est le plus abondant et le plus concentré. 

Planter des végétaux à fleurs pour les colibris

Un bon moyen d’attirer les colibris dans son jardin est de planter des végétaux à fleurs, souvent rouges (mais pas uniquement) et produisant un nectar très sucré. Il faut essayer de planter des espèces qui fleuriront à des dates différentes afin que votre jardin soit toujours attractif. Les plantes les plus petites seront installées si possible dans des pots en hauteur car les oiseaux nectarivores s’approchent peu du sol.
Dans le tableau ci-dessous, nous avons sélectionné des végétaux connus pour attirer les colibris (mais aussi les papillons et les abeilles) :

Végétaux Fleurs annuelles et vivaces Plantes grimpantes Arbustes Arbres
Ancolies (Aquilegia sp.) X
Eriogonum inflatum X
Lobélie cardinale (Lobelia cardinalis) X
Lys de Colombie (Lilium columbianum) X
Laurier de Saint-Antoine (Chamerion angustifolium) X
Monardes (Monarda sp.) : très attractives ! X
Agastache argentée (Agastache cana) : très attractive ! X
 Delphinium cardinale x
Hesperaloe parviflora très attractive ! X
Impatiens (Impatiens sp.) X
Pétunias (Petunia sp.) X
Calibrachoa (Calibrachoa sp.) X
Angelonia (Angelonia sp.) X
Dahlias (Dahlia sp.) X
Alyssons (Alyssum sp. et Lobularia sp.) X
Zinnias (Zinnia sp.) X
Digitales (Digitalis sp.) X
Gaillarde vivace (Gaillardia aristata) X
Sauges (Salvia sp.) X
Lupins (Lupinus sp.) X
Hémérocalle (Hemerocallis sp.) X
Rudbeckies (Rudbeckia sp.) X
Scabieuses (Scabiosa sp.) X
Heuchère sanguine (Heuchera sanguinea) X
Rose trémière (Alcea rosea) X
Penstemons (Penstemen sp.) dont Penstemon campanulatus X
Tabac ailé (Nicotiana alata) X
Pélargoniums (Pelargonium sp.) X
Héliconias (Heliconia sp.) X
Clérodendron grimpant (Clerodendrum thomsoniae) X
Ipomée à feuilles de lierre (Ipomoea hederifolia) : très attractive X
Trompette de Virginie (Campsis radicans) : très attractive
X
Chèvrefeuille toujours vert (Lonicera sempervirens) X
Chèvrefeuille grimpant (Lonicera heckrottii) : très attractif X
Haricot d'Espagne (Phaseolus coccineus) X
Bugle rampante (Ajuga reptans) X
Anisacanthus quadrifidus : très attractif
X
Chaenomeles speciosa X
Laurier américain (Kalmia latifolia) X
Lantanier (Lantana camara) X
Buddléia de David (Buddleja davidii) (choisir une variété non invasive) X
Hibiscus (Hibiscus sp.) X
Fuchsias (Fuchsia sp.) X
Cognassier du Japon (Chaenomeles japonica) X
Weigélas (Weigela sp.) X
Boquettier (Malus sylvestris) X
Tulipier de Virginie (Liriodendron tulipifera) X
Robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia) X
Pavier rouge (Aesculus pavia) X
Eucalyptus (Eucalyptus sp.) X


Planter des végétaux à fleurs pour les souimangas en Afrique australe

Souimanga malachite

Souimanga malachite (Nectarinia famosa) butinant des fleurs de Queue de Lion (Leonotis leonorus), Afrique de l'Est.
Photographie : Steve Garvie / Wikimedia Commons

Voici ci-dessous quelques végétaux plantés dans les jardins d'Afrique australe pour attirer les souimangas :

  • Oiseau de paradis (Strelitzia reginae) (vivace)
  • Queue de lion (Leonotis leonorus) (vivace)
  • Tritomes (Kniphofia sp.) (vivace)
  • Aloès (Aloe sp.) (vivace)
  • Fuchsias (Fuschsia sp.) (buisson)
  • Erythrinas (Erythina sp.) (buisson)
  • Acacias dont le Gommier rouge (Acacia nilotica) (arbre).

Planter des végétaux à fleurs pour les souimangas en Asie tropicale

Voici ci-dessous quelques végétaux plantés dans les jardins d'Asie tropicale pour attirer les souimangas, les dicées (Dicaeum) et des arachnoptères (Arachnothera sp.) :

  • Héliconias (Heliconia sp.) (vivace)
  • Costus de Woodson (Costus woodsonii) (vivace)
  • Rose de porcelaine (Etlingera elatior) (vivace)
  • Episcia cupreata (vivace)
  • Russélie (Russelia equisetiformis) (arbuste)
  • Arbre aux houppettes (Calliandra eriophylla) (arbuste)
  • Callistemon sp. (arbuste)
  • Melastoma malabathricum (arbuste)
  • Rince-bouteilles (Callistemon sp.) (arbuste)
  • Calliandra surinamensis (arbuste)
  • Xanthostemon chrysanthus (arbre)
  • Saraca thaipingensis (arbre)
  • Erythrina variegata (arbre)
  • Schefflera actinophylla (arbre)
  • Moringa oleifera (arbre).

Acheter un distributeur d’eau sucrée

Distributeur HummZinger

Distributeur HummZinger "Ultra" : les modèles en forme de soucoupe comme celui-ci sont plus faciles à nettoyer que ceux avec un réservoir (bouteille) renversé.
Source : HummZinger

En plus de planter des végétaux dans son jardin, on peut nourrir les colibris et les souimangas pour les aider durant leur migration, quand il fait mauvais ou quand les fleurs sont rares, pour les voir de près et même pour les photographier. On peut alors installer un ou plusieurs distributeurs d’eau sucrée que l’on peut acheter dans le commerce. Il existe de nombreux modèles en verre, en céramique ou en plastique. Voici quelques critères pour faire son choix :

  • la facilité de nettoyage : ceux qui sont en forme de soucoupe sont plus simples à démonter et donc à nettoyer que ceux qui ont un réservoir (bouteille) renversé. Il faut pouvoir rentrer une petite brosse pour nettoyer tous les recoins;
  • la présence de parties rouges : c’est en effet la couleur la plus attirante pour les colibris (mais vous pouvez ajouter des éléments rouges, comme des bandeaux, si votre distributeur ne vous semble pas assez coloré); 
  • une dimension adaptée : n’achetez pas un distributeur trop grand car sinon il faudra régulièrement jeter l’eau sucrée non consommée. Observez la consommation moyenne d’une journée et ne versez pas trop de liquide en une fois;
  • le liquide ne doit pas être accessible aux insectes (hyménoptères, mouches, fourmis) grâce par exemple à des membranes flexibles que le colibri doit traverser avec son bec pour boire. Notez que le jaune semble attirer guêpes et abeilles, évitez donc les distributeurs de cette couleur;
  • la présence de perchoirs (amovibles si possible, comme cela vous pourrez parfois les retirer et voir les colibris pratiquer leur vol stationnaire) : vous pourrez l’utiliser aussi pour les souimangas, qui ont besoin de se percher pour manger. Par contre, si les perchoirs sont trop grands, vous risquez de voir les orioles et les pics "squatter" le distributeur;
  • un prix raisonnable : 20 à 30 euros en moyenne;
  • un produit solide;
  • et l’esthétisme.

Parmi les fabricants reconnus, citons Droll Yankees, Dr. JB’s Hummingbirds Products, Aspects Inc ou HummZinger Feeders. Le distributeur Duncraft (il y en a beaucoup d'autres sur Internet) les vend pratiquement tous.

Fabriquer un distributeur

Un distributeur d’eau sucrée est un accessoire simple, constitué d’un réservoir et d’un réceptacle où les oiseaux viennent lécher le liquide, et vous pouvez donc en fabriquer vous-même. En voici deux exemples :

  • Distributeur "maison" pour souimangas

    Distributeur "maison" pour souimangas (valable aussi pour les colibris). Notez les fleurs en plastique rouge pour attirer les oiseaux.
    Photographie : Alon Friedman /  Making hummingbirds
    celui décrit par Alon Friedman sur son blog "Making humming birds" qui est conçu pour les souimangas mais qui est également valable pour les colibris : il est composé d’une bouteille plastique d’un demi-litre, du couvercle d’une petite boîte plastique (de nourriture, de cosmétiques, de CD), de fleurs en plastique rouge et d’un fil solide. Il faut couper le goulot de la bouteille en laissant sa base, faire un trou au milieu du couvercle de la boîte en plastique pour y faire rentrer le goulot de la bouteille, percer quatre autres petits trous dans les quatre coins pour y insérer quatre fleurs rouges découpées dans du plastique, insérer la tige de métal à la base de la bouteille pour l’attacher à un support et ajouter des perchoirs car les souimangas ont besoin de se poser pour manger.
  • Celui décrit sur Worldofhummingbirds.com est composé d’une bouteille plastique de Gatorade et son bouchon, d’un second bouchon plus grand et d’un fil métallique. Après avoir fait un trou au milieu du bouchon de la bouteille de Gatorade, il faut le coller dans le bouchon plus grand en laissant un espace intermédiaire, placer des fleurs en plastique rouge pour attirer les colibris, et attacher un fil à la base de la bouteille.

Préparer de l’eau sucrée

Maintenant que vous possédez votre distributeur, il faut le remplir avec de l’eau sucrée remplaçant le nectar naturel. Celui-ci est composé essentiellement d'eau et de glucides (surtout du saccharose, du glucose et du fructose) dont la concentration est variable selon les plantes et la saison.
Une eau sucrée composée d’un volume de sucre pour quatre d’eau semble tout à fait satisfaisante dans la plupart des cas. Lors de journées froides et humides ou quand les oiseaux ont besoin de plus d'énergie, vous pouvez toutefois monter à 1/3. Certaines sources conseillent même de proposer ponctuellement des solutions très concentrées (une part de sucre pour une d’eau) durant la période de migration afin que les oiseaux puissent rapidement "recharger leurs batteries".
Mélangez donc une tasse de sucre dans quatre d’eau et versez-la dans le distributeur. Si vous voulez en produire à l’avance, faites bouillir le mélange durant une à deux minutes, laissez-le se refroidir et mettez-le dans un réfrigérateur (au maximum durant une semaine). Si vous changez le liquide tous les jours, il n’est pas nécessaire de faire bouillir l’eau.
Les colibris et les souimangas digèrent mal le glucose pur, il vaut mieux choisir du saccharose qui est contenu dans le sucre de canne ou de betterave. Utilisez plutôt du sucre blanc que brun (trop riche en fer).
Il n’est pas nécessaire d’ajouter du colorant rouge à l’eau, et il est même préférable de ne pas le faire car ce type de produit pourrait être nocif. Les parties rouges du distributeur suffiront à attirer les oiseaux.
Il ne faut pas utiliser de miel pour sucrer l’eau car il favorise le développement de certaines bactéries dangereuses, surtout Clostridium botulinum.
Vérifiez régulièrement la présence d’éventuelles moisissures, surtout s’il fait chaud. La fermentation et la formation d’alcool sont plus rapides quand la température augmente.
Il existe dans le commerce des nectars complets (Nektar Plus), mais ils sont chers et se gâtent vite.

Éloigner les insectes

Loddigésie admirable (Loddigesia mirabilis)

Loddigésie admirable (Loddigesia mirabilis), Pérou.
Photographie : Marc fasol

L’eau sucrée attirera inévitablement des guêpes, des abeilles et des fourmis, et c’est pour cela qu’il faut choisir un distributeur les empêchant au maximum d'avoir accès au liquide. Voici quelques astuces également :

  • déplacez un peu le distributeur ou retirez-le quelques jours, cela peut les leurrer;
  • diminuez la concentration en sucre (passez de 1/4 à 1/5);
  • bloquez partiellement la diffusion de phéromones informant les autres hyménoptères de la présence d’eau sucrée en écrasant une gousse d’ail;
  • contre les fourmis, placez du papier collant sur le fil attachant le distributeur à son support ou enduisez-le d'huile végétale une fois par semaine au moins.

Où placer les distributeurs ?

  • Installez si possible votre distributeur dans un endroit vous permettant de le voir depuis votre fenêtre pour profiter du spectacle.
  • Des études menées dans la station biologique de Monteverde au Costa Rica en 2010 ont montré que les colibris préféraient les distributeurs placés assez haut (plutôt deux mètres qu’un mètre) et près des arbres (ce qui semble les rassurer).  
  • Ne le placez pas en plein soleil, pour éviter que le mélange sucré ne fermente trop vite;
  • Placez-le près des fleurs de votre jardin, qui serviront "d’appâts" : un distributeur isolé placé au milieu d’un jardin aura du mal à attirer des oiseaux;
  • Les colibris, comme le Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris), sont assez territoriaux, et donc il vaut mieux placer plusieurs petits distributeurs qu'un grand avec beaucoup d’orifices, car certains individus ou espèces n’y accéderont alors jamais.

Quand installer les distributeurs ?

Colibri à gorge rubis femelle

Le Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris) est une espèce migratrice d'Amérique du Nord.
Photographie : Geoff Clarke / Geoff Clarke Hubpages

Plusieurs espèces de colibris d’Amérique du Nord ou des montagnes d’Amérique tropicale migrent, et il faut installer votre distributeur au moment de leur arrivée ou un peu avant : dès janvier en Floride, en mai dans la région des Grands Lacs ou au Canada. Essayez de vous renseigner sur la date moyenne d’arrivée de ces migrateurs. Dans le sud des États-Unis et en Amérique tropicale, des colibris (hivernants et/ou sédentaires) visiteront aussi vos mangeoires en hiver, et vous pourrez alors les laisser toute l’année.
Les colibris visiteront vos distributeurs plusieurs fois par heure, cinq fois en moyenne pour un mâle de Colibri à gorge rubis. Si la solution est diluée de moitié, il viendra 14 fois par heure, soit une quantité de 3,6 grammes (43 grammes pour une journée de douze heures).
Les colibris semblent plutôt fréquenter les distributeurs l’après-midi et le soir que le matin, peut-être parce qu’ils visitent d’abord les fleurs ornithophiles (lire Le nectar des puyas, source de nourriture pour les colibris d'altitude au Pérou) qui produisent le plus de nectar le matin dès le lever du soleil. Et quand la nuit a été froide, ces oiseaux ont aussi peut-être besoin de sortir progressivement de leur torpeur nocturne (lire Chez les oiseaux aussi, qui dort dîne). L’eau sucrée ne constitue qu’un complément de nourriture et les colibris privilégieront toujours le vrai nectar : si vous ne les voyez pas, c’est peut-être tout simplement qu'ils butinent des fleurs.

Des nettoyages réguliers

Colibri de Tumbes (Leucippus baeri)

Colibri de Tumbes (Leucippus baeri) près d'une cascade au Pérou.
Photographie : Marc Fasol

Les bactéries se multiplient rapidement dans l'eau sucrée et le sucre fermente : il ne faut donc jamais laisser le mélange dans le distributeur plus de deux jours de suite, surtout quand il fait chaud (plus de 30 degrés). Ne le remplissez pas trop, mettez juste la quantité correspondant à la consommation moyenne d’une journée, et placez-le à l'ombre d'un arbre ou d'un arbuste dans les régions très chaudes (les oiseaux le repéreront tout de même).
Il ne faut pas utiliser de détergent et éviter le savon et l'eau de Javel, même dilués, car ces deux substances peuvent laisser un goût et/ou des résidus chimiques désagréables et/ou dangereux (pour l'eau de Javel) pour les colibris.
Si vous souhaitez tout de même utiliser l'eau de Javel, il faut la diluer dix fois et plonger par la suite le distributeur dans l'eau bouillante
Le vinaigre blanc dilué quatre fois constitue une bonne alternative à ces deux substances : il faudra ensuite laisser sécher le distributeur et bien le bien rincer à l'eau chaude.  Vous pouvez aussi verser dans le distributeur un mélange de glace pilée, de sel et d'eau froide, et agiter le tout énergiquement.
Utilisez enfin une petite brosse pour éliminer les éventuelles moisissures (taches sombres sur les parois) et rincez.

Se rafraîchir et se nettoyer

Les colibris n’ont généralement pas besoin de boire car ils trouvent dans leur alimentation l’eau nécessaire, mais par contre ils aiment se baigner. Ils peuvent utiliser un bassin très peu profond placé en hauteur et ils apprécieront particulièrement les gouttelettes d’un pulvérisateur installé à proximité.
Les souimangas se baigneront dans des bassins qui conviennent aux petits passereaux.

Besoin d'insectes

Les oiseaux nectarivores mangent régulièrement des insectes (fourmis, pucerons, moucherons, moustiques...) qui leur fournissent des protéines. Ils peuvent les attraper en vol ou en les glanant dans le feuillage. Pour cette raison, n’utilisez pas de produits insecticides dans votre jardin, laissez les toiles d’araignées (les colibris les explorent et ils peuvent alors, très rarement, s’y retrouver emprisonnés : lire Un colibri piégé dans une toile d'araignée au Mexique), laissez pousser les herbes dans certains coins : bref, rendez votre jardin attractif (lire Aménager son jardin pour les oiseaux).

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Attirer et nourrir les colibris et les souimangas dans les jardins"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest