Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Voyages > Observer la Gorgebleue ibérique, une sous-espèce particulière

Voyages

Retour à la liste des articles de Voyages

Observer la Gorgebleue ibérique, une sous-espèce particulière

Le mois de mai est idéal pour rechercher cette sous-espèce endémique du nord-ouest de l'Espagne et qui présente plusieurs particularités.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Observer la Gorgebleue ibérique, une sous-espèce particulière

Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) mâle près du village de Sotalbo, province d'Ávila (Espagne) le 03/05/2019 : notez l'absence de tache blanche dans le plastron bleu.
Photographie : Marc Fasol 

L'observateur visitant l'Espagne cherche naturellement en priorité à découvrir des espèces d'oiseaux que l'on ne peut pas voir ailleurs en Europe, comme l'Aigle ibérique, le Sirli de Dupont ou le Ganga unibande, mais la péninsule ibérique est également le domaine de sous-espèces uniques qui méritent que l'on s'y intéresse : c'est par exemple le cas de la Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis), qui n'est présente que dans quelques secteurs montagneux du nord-ouest de l'Espagne. Alors que les Gorgebleues à miroir nichent habituellement dans les milieux buissonnants humides ou proches de l'eau, cette sous-espèce vit en altitude sur des pentes rocailleuses sèches couvertes de buissons. Elle se distingue aussi par l'absence de miroir blanc ou roux chez la plupart des individus.
Marc Fasol (voir sa galerie de photosl'a observée et photographiée au début du mois de mai 2019 sur les hauteurs dominants le petit village de Sotalbo, dans la province d'Ávila, dans la communauté autonome de Castille-et-Léon (Espagne). Après une présentation de cette sous-espèce intéressante, nous vous donnons quelques conseils pour l'observer.

Abstract

Birders visiting Spain will naturally search for bird species that can't be watched elsewhere in Europe, such as the Spanish Imperial Eagle, the Dupont's lark or the Black-bellied Sandgrouse, but the Iberian Peninsula is also the home of ​​unique subspecies that deserve our attention. This is for example the case of the Iberian Bluethroat (Cyanecula svecica azuricollis), which is only present in a few mountainous sectors located in the north-west of Spain. While Bluethroats usually live in humid bushy environments, this Iberian subspecies lives in altitude on dry rocky slopes covered with shrubs. It is also distinguished by the absence of mirror in most individuals.
Marc Fasol watched and photographed it at the beginning of May 2019 on the heights overlooking the small village of Sotalbo, in the province of Ávila (autonomous community of Castile and Leon). After a presentation of this subspecies interesting in more than one way, we give you some tips to search for it.

La Gorgebleue à miroir (Cyanecula svecica)

Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) mâle 
Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) mâle près du village de Sotalbo (province d'Ávila) le 03/05/2019 : notez l'absence de tache blanche dans le plastron bleu (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Marc Fasol

Longueur : de 13 à 15 cm.

Envergure : de 22 à 23 cm.

Description : la Gorgebleue à miroir est un petit passereau aux sourcils pâles, au dessous blanc-gris avec les flancs et les sous-caudales teintés de crème, au dessus gris-brun et aux rectrices externes rousses à leur base. Le bec est fin et noir, et les pattes longues et fines sont également noires.
Le mâle adulte en plumage nuptial possède un plastron bleu vif très visible bordé d’une bande noire, d’une fine ligne blanche et d’un croissant marron. Une tache appelée "miroir", blanche ou rousse, est généralement visible au centre de ce plastron, mais elle est absente chez certains individus et chez certaines sous-espèces.
Le mâle en plumage internuptial présente un plumage plus terne.
La femelle arbore un plumage semblable à celui du mâle en plumage internuptial : sa gorge est généralement blanc-grisâtre sans miroir, bordée d’un collier sombre et de moustaches brun foncé. Certaines femelles ont une bavette bleue comme les mâles.
Le plumage du juvénile est tacheté comme le jeune Rougegorge familier (Erithacus rubecula), mais il présente du roux sur la queue.

Voix : le chant de la Gorgebleue à miroir est agréable et varié, qui débute par des sons métalliques suivis de phrases plus ou moins musicales répétées et saccadées, complétées de sifflets roulés et de chuintements. Ces vocalisations sont souvent entrecoupées d’imitations des chants d'autres oiseaux, comme la Mésange charbonnière (Parus major), le Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), le Rossignol philomèle (Cyanecula megarhynchos) ou l'Hirondelle rustique (Hirundo rustica).

Habitats : la Gorgebleue à miroir niche généralement dans des zones humides (étangs, marais d'eau douce ou salins, tourbières, bords de cours d'eau) parsemées de buissons, mais elle peut également se reproduire dans des champs de colza (lire La Gorgebleue à miroir apprécie les champs de colza). La sous-espèce ibérique azuricollis niche dans des zones buissonneuses d'altitude.
Durant les migrations, la Gorgebleue à miroir fait des haltes dans des habitats variés : zones humides, cultures, landes...

Répartition: la Gorgebleue à miroir niche de la péninsule ibérique à l'ouest de l'Alaska et hiverne dans le sud de l'Europe, en Afrique, au Proche et au Moyen-Orient et en Asie du Sud et du Sud-est.

Taxonomie

Gorgebleue à miroir de Nantes (Cyanecula svecica namnetum) mâle 
Gorgebleue à miroir de Nantes (Cyanecula svecica namnetum) mâle sur la pointe de l'Aiguillon (Vendée) le 28/04/2018 : cette sous-espèce au miroir blanc est endémique du littoral de l'ouest de la France (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jean-Marie Baudry

Onze (de dix à douze selon les sources) sous-espèces de la Gorgebleue à miroir, réparties en Europe, en Asie et en Alaska, sont reconnues :

  • Cyanecula svecica svecica (Scandinavie, nord, centre et est de la Russie, nord-est de la Chine et Alaska
  • C. s. volgae (nord-est de l'Ukraine et centre et est de la Russie d'Europe) 
  • L. s. pallidogularis (des plaines du Kazakhstan aux monts Tien Shan et Pamir)
  • C. s. saturatior (montagnes du centre de l'Asie : Sayan, Altaï, Tien Shan et Pamir)
  • C. s. abbotti (du centre et nord-est de l'Afghanistan et du nord-ouest de l'Himalaya au nord-ouest du Pakistan et au nord-ouest de l'Himachal)
  • C. s. kobdensis (du sud-est de la Sibérie au sud de l'Altaï, à l'ouest de la Mongolie et au nord-ouest de la Chine)
  • C. s. przevalskii (centre de la Chine)
  • C. s. namnetum (ouest de la France)
  • C. s. cyanecula (du nord et de l'est de la France au nord-ouest de l'Ukraine)
  • C. s. azuricollis (centre-ouest et nord-ouest de l'Espagne)
  • C. s. luristanica ou magna (est de la Turquie, Caucase et nord-ouest de l'Iran). 

Elles se distinguent l'une de l'autre principalement par leur taille et par la couleur de la tache (rousse, blanche ou bleue) du plastron du mâle en plumage nuptial. L'intensité du bleu peut aussi varier, et une composante ultraviolette (invisible à l'œil nu) jouerait un rôle dans la sélection sexuelle : ce serait en particulier le cas chez la sous-espèce nominale L. s. svecica.

La Gorgebleue ibérique, une sous-espèce particulière

Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) 
Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) mâle dans un peuplement de Bruyères arborescentes (Erica arborea) près du village de Sotalbo (province d'Ávila) le 03/05/2019 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Marc Fasol

La sous-espèce endémique azuricollis est bien distincte génétiquement des autres sous-espèces. Elle est un peu plus grande que la sous-espèce nominale et ses ailes sont plus longues, ce qui suggère qu'il s'agit d'un migrateur parcourant en moyenne de plus longues distances.
Contrairement à la plupart des autres sous-espèces, à l'exception de la sous-espèce caucasienne luristanica/magna, le plastron du mâle de L. s. azuricollis est généralement entièrement bleu : Corley Smith (1959) avait noté que 80 % des mâles des Sierras de Guadarrama (province de Madrid) et de Gredos (provinces d'Ávila, de Cáceres, de Madrid et de Tolède) n'avaient pas de tache, que 5 % avaient un miroir blanc bien net, les autres présentant quelques taches blanches plus ou moins visibles. Par contre, lors d'une étude financée par la Fondation Samuel Solórzano, les chercheurs avaient constaté que seuls 54 % des mâles de la Sierra de Béjar (province de Salamanque) avaient un plastron entièrement bleu. Cette sous-espèce niche en "colonies" lâches pouvant atteindre 25 couples.
Alors qu'ailleurs en Europe, les gorgebleues nichent généralement dans les milieux buissonnants humides ou proches de l'eau, l'habitat des oiseaux ibériques est composé de pentes rocailleuses sèches couvertes de buissons (genêts, bruyères arborescentes ou genévriers) et de graminées. Elle niche au-delà de 800 mètres d'altitude dans les Montes de Léon (provinces de Léon et de Zamora), entre 1 600 et 2 227 mètres dans la Sierra de Guadarrama, et au-dessus de 2 000 mètres d'altitude dans la Sierra de Gredos. Au nord de son aire de répartition, elle préfère les versants chauds orientés vers le sud, alors que plus au sud, elle recherche les versants plus humides.

Une aire de répartition limitée

Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) mâle 
Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) mâle près du village de Sotalbo dans la Sierra de la Paramera, au nord de la Sierra de Gredos le 03/05/2019 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Marc Fasol

La première description de L. s. azuricollis remonte seulement à 1927, dans la Sierra de Gredos. Sa population est estimée entre 9 000 et 12 000 couples, répartis principalement dans deux secteurs discontinus dans le nord-ouest de la péninsule ibérique : 

  • de la Sierra de Somosierra aux Sierras de Guadarrama, de Gredos et de Béjar
  • du centre-ouest de monts Cantabriques aux Montes de Léon (Ourense, Asturias, Zamora, Palencia et Léon).

Une petite population serait aussi présente autour de Puerto de Piqueras, dans la communauté autonome de La Rioja.
Au Portugal, elle a déjà niché dans les Serras de Estrela et de Montesinho.
En hiver, la plupart des oiseaux hivernent en Afrique de l'Ouest au sud du Sahara, mais des cas d'hivernage en Espagne sont connus.

Une sous-espèce "primitive"

Les résultats publiés en 2006 d'une étude phylogénétique suggèrent que les sous-espèces isolées azuricollis (péninsule ibérique) et L. s. luristanica/magna (Caucase), au plastron entièrement bleu, constitueraient des formes ancestrales ("primitives") ayant survécu dans des refuges glaciaires après le réchauffement du climat, et que des taches rousses seraient apparues chez certaines populations au cours du processus d'expansion de l'espèce vers le nord après le retrait des glaciers. D'après ce scénario, un plastron entièrement bleu constituerait ainsi le dessin de "base", qui serait progressivement devenu plus complexe. Les couleurs bleu et blanc des plumes ont une origine structurelle, ce qui est confirmé par la proximité génétique des sous-espèces au plastron entièrement bleu et celles avec une tache blanche, tandis que le roux provient de pigments de mélanine déposés dans la structure de la kératine.
Malgré leur plastron entièrement bleu, les sous-espèces ibérique et caucasienne sont toutefois les plus divergentes génétiquement, la seconde étant plus proche des sous-espèces nordiques à tache rousse.
Malgré les divergences génétiques existant entre les différentes sous-espèces de Gorgebleues à miroir, les cas d'hybridation sont fréquents entre certaines sous-espèces, ce qui montre que la barrière de la sélection sexuelle qui les sépare n'est pas "étanche".

Un bon secteur pour observer la Gorgebleue ibérique : les environs de Sotalbo

Aire de répartition estivale de la Gorgebleue ibérique et quelques bons sites pour l'observer

Aire de répartition estivale (zones grisées) de la Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) et quelques bons sites pour l'observer : (1) environs de de Sotalbo (province d'Ávila), (2) Laguna Grande de Gredos (province d'Ávila), (3) Puerto de Peñanegra (province d'Ávila), (4) El Travieso (province de Salamanque), (5) Laguna de los Peces (province de Zamora), (6) Bola del Mundo ou Alto de las Guarramillas (provinces de Ségovie et de Madrid) et (7) Montaña Palentina (province de Palencia).
Carte :  Eduardo de Juana et Ernest Garcia

Les mois d'avril et de mai sont sûrement les meilleurs pour rechercher la Gorgebleue ibérique, quand les mâles chantent activement en haut des arbustes ou au cours d'un vol nuptial. La femelle est plus discrète.
À la fin du mois d'avril 2019, Marc Fasol a bien observé et photographié la Gorgebleue ibérique sur les hauteurs dominant le petit village de Sotalbo (voir sa localisation sur Google Maps), situé au sud-ouest d'Ávila, dans la Sierra de la Paramera, au nord de la Sierra de Gredos (lire Trois bons secteurs pour observer les oiseaux au printemps en Espagne) : une population (estimée à neuf couples) se reproduit à plus de 2 000 mètres d'altitude, sur des versants secs et rocailleux à Genêts purgatifs (Cytisus oromediterraneus) et à genévriers (Juniperus sp.) où il a aussi noté le Pipit rousseline (Anthus campestris), le Tarier pâtre (Saxicola rubicola) et l'Accenteur mouchet (Prunella modularis).
Dans cet habitat, on peut aussi observer le Monticole de roche (Monticola saxitalis), le Traquet motteux (Oenanthe oenanthe), le Rougequeue noir (Phoenicuros ochruros), le Merle noir (Turdus merula), le Pipit spioncelle (Anthus spinoletta), les Fauvettes pitchou (Sylvia undata) et grisette (Sylvia communis), les Bruants ortolan (Emberiza hortulana), fou (E. cia) et jaune (E. citrinella), les Alouettes des champs (Alauda arvensis) et lulu (Lullula arborea), la Linotte mélodieuse (Linaria cannabina).
Le Grand Corbeau (Corvus corax), les Aigles royal (Aquila chrysaetos) et botté (A. pennata), le Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), les Milans noir (Milvus migrans) et royal (M. milvus), le Faucon pèlerin (Falco peregrinus) et le Vautour fauve (Gyps fulvus) survolent parfois les lieux.
Parmi les Genêts purgatifs, à la spectaculaire floraison printanière jaune, poussent plusieurs plantes remarquables comme l'Orchis tacheté ou maculé (Dactylorhiza maculata), la sous-espèce endémique falcata de la Fritillaire nerveuse (Fritillaria nervosa) et des tapis de Trompettes de Méduse (Narcissus bulbocodium). Citons aussi la présence des sous-espèces endémiques almanzoris de la Salamandre tachetée (Salamandra salamandra), gredosicola du Crapaud commun (Bufo bufo) et castilliana du Lézard montagnard ibérique (Iberolacerta cyreni).

Quelques autres bons coins pour observer la Gorgebleue ibérique

Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) mâle 
Gorgebleue ibérique (Cyanecula svecica azuricollis) mâle dans son habitat typique : un peuplement de Genêts purgatifs (Cytisus oromediterraneus) d'altitude, ici près du village de Sotalbo le 03/05/2019 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Marc Fasol

La Gorgebleue ibérique est à rechercher dans les secteurs à Genêts purgatifs au-dessus de la limite des arbres dans plusieurs chaînes montagneuses du nord-ouest de l'Espagne. Outre le secteur de Sotalbo évoqué précédemment, voici quelques autres sites où on peut l'observer :

La Laguna Grande de Gredos (province d'Ávila). Depuis Hoyos del Espino, il faut suivre la petite route en lacets jusqu'à l'aire de stationnement (= Plataforma) de Gredos (située à 12 km du village), puis marcher vers la Laguna Grande de Gredos (voir sa localisation sur Google Maps). Durant ce parcours, on traverse différents habitats (forêts de pins et de chênes, prairies, zone buissonneuse puis rocheuse) où on observera la plupart des espèces d'oiseaux typiques de la Sierra de Gredos. La Gorgebleue ibérique niche dans les peuplements de genêts.

Le Puerto de Peñanegra (province d'Ávila). Ce col (voir sa localisation sur Google Maps) est situé une altitude de 1 909 mètres dans la Sierra de Gredos, et est accessible par la route AV-32 depuis le village de Piedrahita. La Gorgebleue ibérique est à chercher dans les peuplements de genêts.

El Travieso (province de Salamanque). Ce site (voir sa localisation sur Google Maps) est situé dans Sierra de Béjar et est accessible depuis le village de Béjar. Il faut ensuite rejoindre le hameau de Candelario puis se garer près de l'auberge-restaurant d'El Travieso. Rechercher ensuite la Gorgebleue ibérique dans les peuplements de genêts traversés par le sentier qui monte vers la source de "La Goterita".

La Laguna de los Peces (province de Zamora). Ce lac (voir sa localisation sur Google Maps), est situé à une altitude de 1707 mètres et peut être facilement atteint via la route ZA-103 depuis les villages de Galende puis de San Martín de Castañeda. Rechercher la Gorgebleue ibérique dans les genêts proches du lac.

La Bola del Mundo ou Alto de las Guarramillas (provinces de Ségovie et de Madrid). Il s'agit d'un sommet (2 265 mètres d'altitude) de la sierra de Guadarrama (voir sa localisation sur Google Maps). Un relais de radio et de télévision y a été installé. Ce site est facilement accessible depuis le col de Puerto de Navacerrada, puis un sentier goudronné permet d'atteindre le sommet. La Gorgebleue ibérique est présente dans les peuplements de genêts.

La Montaña Palentina (province de Palencia). Il s'agit d'une portion de la cordillère Cantabrique. Depuis le village de Brañosera (voir sa localisation sur Google Maps), on peut suivre l'un des sentiers de randonnée qui montent vers les pics voisins, comme le Senda del Pozo de las Lomas. Une telle randonnée permet d'observer plusieurs espèces de moyenne montagne, y compris le merle à plastron (Turdus torquatus). La Gorgebleue à miroir est présente dans les genêts en altitude. Au printemps, on remarquera les tapis de narcisses Narcissus asturiensis et Narcissus bulbocodium.

Contact  

Marc Fasol - Courriel : marc.fasol@icloud.com - Sa galerie de photos : www.oiseaux.net/photos/marc.fasol/

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la galerie d'Ornithomedia.com

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica)

Ouvrages recommandés

Sources 

Vos commentaires sur :
"Observer la Gorgebleue ibérique, une sous-espèce particulière"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest