Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Voyages > Où observer la Sittelle kabyle en Algérie ?

Voyages

Retour à la liste des articles de Voyages

Où observer la Sittelle kabyle en Algérie ?

Cet oiseau endémique d'Algérie n'était connu que dans quatre sites, mais il a été découvert en 2018 dans deux nouveaux secteurs : les forêts de Lerabaa et du Djebel El Djarda.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

Où observer la Sittelle kabyle en Algérie ?

Sittelle kabyle (Sitta ledanti) dans la forêt du Djebel El Djarda (Algérie) le 25/10/2018.
Photographie : Karim Haddad

La Sittelle kabyle (Sitta ledanti) est la seule espèce d'oiseau endémique d'Algérie. Elle a été découverte le 5 octobre 1975 par Jean-Paul Ledant, un agronome et naturaliste belge, lors d'une expédition sur le mont (Djebel) Babor en Petite Kabylie, dans le nord du pays. Sa présence a ensuite été trouvée en juin 1989 dans la forêt de Guerrouch, dans le parc national de Taza, puis dans les forêts de Tamentout et de Djimla en 1990.
En 2018, soit 28 ans plus tard, deux autres secteurs ont été découverts : la forêt de Lerabaa ou du Zéen (Ghabet Ezzen), entre Chahna et Oudjana, et une forêt Chênes lièges dans le Djebel El Djarda, sur la commune de Texenna, un habitat original pour l'espèce. Grâce à Karim Haddad, guide et ornithologue de l'association AquaCirta, nous faisons un point sur les secteurs où l'on peut observer la Sittelle kabyle en Algérie, et vous apportons des précisions sur les deux nouvelles localités découvertes en 2018.

Abstract

The Algerian Nuthatch (Sitta ledanti) is the only endemic bird species in Algeria. It was discovered the 5th of  October 1975 by Jean-Paul Ledant, a Belgian agronomist and naturalist, during an expedition on Mount (Djebel) Babor in Little Kabylie, in the north of the country. Its presence was then discovered in June 1989 in the Guerrouch forest, in the Taza National Park, then in the Tamentout and Djimla forests in 1990.
In 2018, 28 years later, two other sectors were discovered: the forest of Lerabaa or Zéen (Ghabet Ezzen), between Chahna and Oudjana, and a forest cork oaks in the Djebel El Djarda, in the municipality of Texenna, a original habitat for the species.
Thanks to Karim Haddad, guide and ornithologist of the AquaCirta association, we tell you where to seach for this species in Algeria and we bring you more details on the two new localities discovered en 2018.

La Sittelle kabyle (Sitta ledanti)

Sittelle kabyle (Sitta ledanti)

Sittelle kabyle (Sitta ledanti), forêt de Lerabaa ou Ghabet Ezzen  (Algérie), le 24/09/2018.
Photographie : Karim Haddad

Longueur : 11,5 - 12,5 cm.

Description : la Sittelle kabyle a les parties supérieures gris bleuté. Les parties inférieures sont chamois-beige saumoné clair jusqu'aux sous-caudales, ces dernières étant tachetées de gris. Les joues et la poitrine sont blanches. La queue présente une petite bande blanche subterminale bordée de beige.
Le mâle a le front, le trait sourcilier et les lores noirs. Un  large sourcil blanc, plus court chez la femelle, borde la calotte.
Chez la femelle, la calotte et le trait sourcilier sont du même gris que le dos. L'avant de la calotte est sombre, mais pas autant que chez le mâle. 
Le plumage du juvénile est semblable à celui de la femelle, en plus terne et avec un sourcil moins net.
L'iris est brun-noir, les pattes sont gris plomb et le bec est gris bleuté.

Voix : les cris typiques sont des "tsiit tsiit". Un cri chuinté est aussi émis en cas de présence d'un intrus, probablement pour la défense du territoire. La Sittelle kabyle lance également un trille rapide "di-du-di-du-di-du" et un "chèèh" rêche et répété comparable au cri d'un geai. Le chant est un sifflement nasillard composé d'une série d'éléments montants et d'une brève note terminale, répétés lentement et pouvant être transcrits par "vuuy-di vuuy-di vuuy-di".

Écoutez ci-dessous un enregistrement des cris et du chant de la Sittelle kabyle réalisé dans la forêt de Lerabaa (Algérie) par Karim Haddad (source : Xeno-Canto Foundation) :



Écoutez ci-dessous un enregistrement des cris d'alarme de la Sittelle kabyle réalisé dans la forêt de Tamentout (Algérie) par Karim Haddad (source : Xeno-Canto Foundation) :

Ma première rencontre avec la Sittelle kabyle en mai 2016

Ma première rencontre avec la Sittelle kabylie a eu lieu le 20 mai 2016 à Bouafroune, dans la forêt de Djimla. Une équipe d'ornithologues algériens venus de différentes régions du pays s'était formée pour observer et photographier la Sittelle kabyle. Pour certains, il s'agissait d'un rêve. Nous nous sommes promenés dans la forêt toute la journée : nous nous sommes séparés en plusieurs groupes qui ont suivi différents itinéraires. En fin de journée, beaucoup étaient repartis sans avoir vu le passereau car ils avaient des centaines de kilomètres à parcourir pour revenir chez eux, mais notre groupe est resté sur place car l'un d'entre nous s’était perdu. Trois d'entre nous sont allés le chercher et l'ont retrouvé. Entre temps, avec deux observateurs locaux, j'ai pu pour la première fois photographier, filmer et enregistrer la Sittelle kabyle : ma joie était indescriptible. En outre, l'habitat (chênaie) était inconnu jusqu'à présent chez cette espèce.
Après cette visite, un ami proche, Saber Dekkiche, m'avait alors indiqué qu'il connaissait d'autres endroits ressemblant à forêt de Djimla pour observer la sittelle.

Sittelle kabyle (Sitta ledanti)

Sittelle kabyle (Sitta ledanti), forêt de Djimla (Algérie), le 20/05/2016.
Photographie : Karim Haddad
Sittelle kabyle (Sitta ledanti)

Sittelle kabyle (Sitta ledanti), forêt de Djimla (Algérie), le 20/05/2016.
Photographie : Karim Haddad


Un secteur à explorer près d'Oudjana

Zones connues de présence de la Sittelle kabyle

Zones connues de présence de la Sittelle kabyle (Sitta ledanti), avec les emplacements en rouge clair des nouveaux sites découverts en 2018 : les forêts de Leraaba et du Djebel El Djarda.
Source : Algerie-dz.com

Abdelwahab B. avait publié sur Facebook un message signalant la présence de la Sittelle kabyle dans la forêt s'étendant entre Oudjana et Shahna, et il fallait que nous nous y rendions. J'ai contacté Abdelwahab pour organiser une visite, mais il était trop occupé.  Saber et moi avons donc décidé d'y aller sans lui.
NDLR :  au printemps 2018, Riadh Moulaï et Mohamed El Arbi Mayache, du Laboratoire de Zoologie Appliquée de l’Université de Béjaia,  avaient confirmé la présence de l'espèce dans la forêt de Lerabaa ou Ghabet Ezzen ("forêt ou ravin du Zéen"), entre Chahna et Oudjana. Lors d'une seconde visite en mai 2018, six oiseaux avaient été observés ou entendus sur plus de 30 hectares. Un article devrait être publié sur ce sujet à la fin de l'année 2018 dans la revue Alauda (source : MaghrebOrnitho).

La forêt de Lerabaa ou du Zéen (Ghabet Ezzen)

Située au nord-ouest de Constantine, au sud-est de Jijel et au nord d'Oudjana, la forêt de Lerabaa ou du Zéen (Ghabet Ezzen) s'étend entre 800 et 1200 mètres d'altitude. Depuis Constantine, le trajet dure environ 3 heures 30 par la route, et environ 7 heures depuis Alger. La forêt est composée principalement de Chênes zéens (Quercus canariensis) et lièges (Quercus suber), tandis que le Chêne afarès (Q. afares) est rare. Le Laurier vrai (Laurus nobilis), le Merisier (Prunus avium) et le peuplier (Populus sp.) sont aussi présents.

Vue de la forêt de Lerabaa (Algérie)

Vue de la forêt de Lerabaa ou Ghabet Ezzen (Algérie), le 24/09/2018.
Photographie : Karim Haddad
Chênes zéens (Quercus canariensis)

Chênes zéens (Quercus canariensis), forêt de Lerabaa ou Ghabet Ezzen (Algérie), le 24/09/2018.
Photographie : Karim Haddad


Compte-rendu d'une visite du 24 septembre 2018 dans la forêt de Lerabaa

Sittelle kabyle (Sitta ledanti)

Sittelle kabyle (Sitta ledanti), forêt de Lerabaa ou Ghabet Ezzen (Algérie), le 24/09/2018.
Photographie : Karim Haddad

Le 24 septembre 2018, Saber et Karim Haddad avaient rendez-vous sur place avec Ryad, un observateur local qui vit près de la forêt de Lerabaa. Ils sont partis de Constantine à 4 h du matin, nous nous sommes arrêtés à 5 h 30 pour prendre un petit déjeuner et sont arrivés à 7 h 30. Ils sont ensuite allés directement dans la forêt de chênes de Lerabaa. où ils ont rapidement observé et entendu plusieurs espèces : Pigeon ramier (Columba palumba), Merle noir (Turdus merula), Tourterelle turque (Streptopelia decaocto), Fauvette mélanocéphale (Sylvia melanocephala), Tarier pâtre (Saxicola rubicola) et Moineau espagnol (Passer hispaniolensis) (un groupe).
Les deux observateurs savaient que la Sittelle kabyle serait difficile à repérer à cette période de l'année car elle est silencieuse et les jeunes suivent alors les adultes pour apprendre à se nourrir et à éviter les dangers. À une altitude de 950 mètres environ, alors qu'ils progressaient dans un peuplement de grands Chênes zéens sous lesquels coulait un ruisseau, ils ont d'abord repéré des Mésanges noires (Periparus ater) de la sous-espèce ledouci, aux  parties inférieures jaunes, puis dix minutes plus tard (à 9 h 09 exactement !), ils ont observé nos trois premières sittelles sur un arbre, puis quatre sur un second et deux sur un troisième ! Un superbe spectacle dont ils ont pu profiter pendant deux heures. Ils n'ont pas exploré toute la forêt : leurs observations ont été effectuées entre 900 et 1050 mètres d'altitude, et le Chêne zéen semblait être l'essence préférée de la Sittelle kabyle (lire Sittelle kabyle : nouveaux éléments sur sa biologie et zones de présence).
Ils ont étudié la flore jusqu'à midi, puis ils ont mangé au bord du ruisseau. Ils ont ensuite observé la Mésange maghrébine (Cyanistes teneriffae), le Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla) (à l'endroit où les sittelles se nourrissaient), le Pic épeiche (Dencrocopos major) de la sous-espèce numidus à la poitrine tachetée de rouge, le Geai des chêne (Garrulus glandarius) de la sous-espèces cervicalis à la tête blanche et à la calotte noire, et un Pic de Levaillant (Picus vaillantii) qui se nourrissait (lire Pics vert, de Sharpe et de Levaillant : où en sommes-nous ?). La Mésange charbonnière (Parus major) et le Rougegorge familier (Erithacus rubecula) étaient peu nombreux.
Vers 850 mètres d'altitude, alors qu'ils sortaient de la forêt, un rapace les a survolés mais ils n'ont pas pu l'identifier car ils n'avaient pas pu emporter leurs jumelles, le secteur étant militarisé. Leurs observations se sont terminée à 15 h 30 avec un Épervier d'Europe (Accipiter nisus), des Martinets noir (Apus apus) et alpin (Tachymarptis melba) et plusieurs Hirondelles rustiques (Hirundo rustica) de passage. Ryad les a gentiment reçus chez lui, et ils ont dégusté un délicieux "Jijilian" (un plat local) cuisiné par sa femme. À 16 h 30, ils ont repris leur route vers Constantine.

Sittelle kabyle (Sitta ledanti)

Sittelle kabyle (Sitta ledanti), forêt de Lerabaa ou Ghabet Ezzen (Algérie), le 24/09/2018.
Photographie : Karim Haddad
Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla)

Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla), forêt de Lerabaa ou Ghabet Ezzen (Algérie), le 24/09/2018.
Photographie : Karim Haddad


Une forêt en bon état grâce à la présence militaire

La forêt de Lerabaa étant sous contrôle militaire, elle est dans un bon état de conservation : l'eau ne manque pas et dans plusieurs secteurs, les arbres se régénèrent naturellement. Certains chênes atteignent plus de 30 mètres mètres de haut et ont une circonférence supérieure à 3,80 mètres. La situation est nettement moins favorable dans les forêts de Guerrouche, de Tamentout et de Bouafroune, que j'ai aussi visitées et où j'ai photographié la Sittelle kabyle : elles sont en mauvais état et la végétation souffre du surpâturage, à cause du manque de volonté des autorités locales et nationales et des habitants qui dépendent de leurs troupeaux.
Après que les autorités algériennes ont récemment décidé d'autoriser la création d'un site touristique et de loisirs dans la forêt de Bouafroum, fréquentée par la Sittelle kabyle, une pétition en ligne a été lancée par  l'association AquaCirta et une seconde par les habitants de Djimla, une lettre a été remise en main propres à la Ministre de l'Environnement et deux réunions ont eu lieu avec le service de conservation des forêts de la Société de Protection de la Faune et de la Flore et  avec les responsables de la Direction de l'Environnement de la wilaya de Jijel. Malgré toutes ces actions, aucun résultat n'a été obtenu : les dégradations continuent et les projets dans les forêts de Djimla et de Tamentout ont été confirmés.

Un sixième site découvert en 2018 : le Djebel El Djarda

Le 6 juin 2018, Karim Haddad a entendu le chant et les cris d'une probable Sittelle kabyle dans la forêt du Djebel El Djarda, sur la commune de Texenna. La présence de l'espèce a été confirmée en octobre 2018 entre 650 et 1 000 mètres d'altitude. Elle y a été revue à chaque fois entre novembre 2018 et mars 2019. Le Djebel El Djarda constitue donc le sixième site connu de l'espèce : elle est située dans le massif forestier des Beni Khatab, à 13 km au nord-ouest de la forêt de Djmila. Cette forêt culmine à une altitude de 1 043 mètres et sa superficie est de plus de 1 000 hectares. Il s'agit d'une subéraie (forêt de Chênes lièges) pas très dense, au sous-bois clair à arbousiers et bruyères arborescentes, et la Sittelle kabyle utilise les vieux arbres, et ne semble pas gênée par le trafic routier et la présence de l'Homme.

Contact

Karim Haddad - Guide - Courriel : karim241267@yahoo.fr - Téléphone : +213 550 577 118 - Page Facebook de l'association AquaCirta : www.facebook.com/aquacirta/

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la galerie d'Ornithomedia.com

Sittelle kabyle (Sitta ledanti)

Ouvrages recommandés

Sources

  • Karim Haddad et Larbi Afoutni (2019). La Sittelle kabyle Sitta ledanti: nouvelle localité, répartition et habitat. Ornithos. Volume : 26. Numéro : 2. Pages : 83-94.
  • Karim Haddad (2018). New fifth biotope of Algerian Nuthatch September 24/09/2018.
  • MaghrebOrnitho (2018). La découverte d’un nouveau site de reproduction de la Sittelle Kabyle. Date : 19/10. www.magornitho.org/2018/10/new-breeding-site-algerian-nuthatch/

Vos commentaires sur :
"Où observer la Sittelle kabyle en Algérie ?"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest