Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Observer les oiseaux sur les rives du lac du Bourget

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Observer les oiseaux sur les rives du lac du Bourget

Nous avons mis à jour notre article suite à la découverte le 20/03/2019 d'une femelle de Marouette poussin dans la zone de loisirs des Mottets, au sud du lac du Bourget.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Observer les oiseaux sur les rives du lac du Bourget

Marouette poussin (Porzana parva) femelle, zone de loisirs des Mottets, Viviers-du-Lac (Savoie), le 20/03/2019.
Photographie : Gérard Bronnec

Le lac du Bourget, situé dans le département de la Savoie, est le second plus grand plan d'eau naturel de France après le Léman franco-suisse et couvre près de 4 450 hectares. Grâce au bon état de conservation d'une partie de ses berges et à des conditions climatiques plus clémentes que dans les environs, il constitue un refuge pour de nombreux oiseaux hivernants et nicheurs. Plus de 20 000 oiseaux, dont de nombreuses Nettes rousses, y séjournent à la mauvaise saison.
Jérôme Paoli nous présente plusieurs bons secteurs pour observer les rassemblements d'oiseaux entre novembre et mars. Ces descriptions sont issues de ses observations personnelles complétées par des données hivernales de Vincent Palomares (données en date du 14/12/2008) et des précisions de Jérémie Hahn.
Les roselières au sud du lac sont également très attractives en période de nidification et durant les migrations.
Nous remercions Benoît Duroux, Izabel Bérard et Joël Bruezière pour nous avoir aidés à illustrer cet article.

Abstract

Lac du Bourget is the largest natural lake entirely situated in France, in the department of Savoie : thanks to its huge volume, which preserves it from freezing in winter, and the good state of conservation of a good part of its banks, it forms a very attractive wetland for numerous wintering and breeding birds. More than 20 000 birds winter there, including large numbers of a duck species otherwise quite rare in France, the Red-crested Pochard.
Jérôme Paoli presents us some good spots to watch birds between November and March, and we also give there some informations about the birds that can be found in the reedbeds of the southernmost part of the lake in spring and summer.

Présentation et accès

Lac du Bourget et bons points d'observation

Lac du Bourget et bons points d'observation : (1) Conjux et la baie de Portou, 2) le port de Châtillon, (3) les rives entre Châtillon et Brison-Saint-Innocent, (4) la baie de Grésine, (5) la plage et le port de Mémard, (6) le Grand Port d'Aix-les-Bains, (7) la zone de loisirs des Mottets et le port des Quatre Chemins et (8) l'étang des Aigrettes et le domaine de Buttet.
Carte : Ornithomedia.com d'après Jérôme Paoli 

Le lac du Bourget est situé juste au nord de Chambéry. Il s’étire tout en longueur sur 18 kilomètres, et sa largeur est comprise entre 1,6 et 3,5 kilomètres. Pour le découvrir, une voiture est nécessaire. Plusieurs arrêts le long de ses berges permettront de découvrir les rassemblements d'oiseaux aquatiques en hiver. Les roselières et les étangs entre le Viviers-plage et Le Bourget-du-Lac sont aussi très attractifs au printemps et en été.
La rive ouest du lac ne permet pas de bonnes observations mais offre un joli panorama sur le lac.

Conjux et la baie de Portout

L'observation se fait aisément depuis le port de Conjux. Il faut se garer dans le port et marcher sur la digue qui le longe. On accède ainsi à une plateforme en bois aménagée avec un panneau décrivant les oiseaux du lac (essentiellement les Anatidés).
Le long de la digue, de nombreuses traces de Castor d'Europe (Castor fiber) sont visibles. Dans le port, les Harles bièvres (Mergus merganser) peuvent être régulièrement observés ainsi que les Foulques macroules (Fulica atra).
Dans la baie de Portout, le long de la roselière, on peut observer des beaux rassemblements de Nettes rousses (Netta rufina) (maximum compté de 450 individus) (le lac du Bourget est l'un des principaux sites d'hivernage de cette espèce en France, et elle s'y reproduit).
Jérémie Hahn ne comptait que 300 à 350 Nettes rousses en hiver dans les années 2000 (LPO 73) : mais depuis, les effectifs n'ont fait qu'augmenter pour atteindre environ 2300 oiseaux durant l'hiver 2009-2010. Par contre, durant l'hiver 2011-2012, l'effectif a "péniblement" atteint les 2000 à 2100 individus. Lors du comptage "wetlands" du 18/02/2012, 1682 oiseaux ont été comptés (LPO 73).
Les Fuligules morillons (Aythya fuligula) (maximum compté de 560 individus) et milouins (Aythya ferina) (maximum de 450 oiseaux comptés) sont aussi nombreux.
Le Fuligule nyroca (Aythya nyroca) est régulier en hivernage, avec en moyenne une dizaine d'oiseaux observés chaque hiver depuis quelques années (par exemple 15 le 26 janvier 2019) : le secteur de l'abbaye de Hautecombe est le plus favorable. Des hybrides sont parfois notés (par exemple, un mâle hybride Fuligule nyroca x milouin le 4/12/2008).
Le Fuligule milouinan (Aythya marila) est bien plus rare (un à 2 oiseaux chaque année).
Plus au large, le Garrot à œil d'or (Bucephala clangula) semble régulier (maximum de 14 individus le 14/02/2012 notés, communication personnelle). Jérémie Hahn ajoute que la trentaine d'oiseaux est rarement dépassée durant l'hiver. Outre Portout, les meilleurs secteurs pour l'espèce sont la baie de Mémard (au nord du grand port d'Aix) et le port de Châtillon.
Autres espèces contactées : Plongeon imbrin (Gavia immer) (deux le 23/02/2012), Plongeon arctique (Gavia arctica) (un le 14/12/2008 : c'est le plus régulier des trois espèces), Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis) (un le 14/02/2012 et deux le 14/12/2008), Grèbe esclavon (Podiceps auritus) (un le 14/12/2008), Macreuse brune (Melanitta fusca) (cinq le 16/02/2012, elle est annuelle et régulièrement observée entre Portout et Conjux), Grande Aigrette (Ardea alba) (une le 16/02/2012).
La Mouette pygmée (Larus minutus) hiverne en petit nombre sur le lac (jusqu'à 3 individus ensemble). Un oiseau a par exemple été vu le 20/11/11 (Jérémie Lucas).

Port de Châtillon

Il faut traverser Châtillon et descendre jusqu'au port, se garer puis marcher jusqu'à la jetée. De là, l'observation est possible vers le nord ou le long de la rive orientale. La pointe du château de Châtillon gêne l'observation en direction de la baie de Portout. Dans le port, les Harles bièvres ou les Foulques macroules sont fréquents et, occasionnellement, le Garrot à œil d'or peut être vu (12 le 14/12/2008). L'essentiel des groupes d'Anatidés se tient le long de la rive est vers le lieu-dit du Pont Noir. Le Canard souchet (Anas clypeata) (5 le 23/02/2012), le Canard chipeau (Anas strepera) (maximum de 30 le 23/02/2012) et bien évidemment le Canard colvert (Anas platyrhynchos) ont été contactés. Pour les canards plongeurs, de belles remises mixtes de fuligules et de nettes ont déjà été vues : un maximum de 300 Fuligules morillons comptés le 23/02/2012, environ 2300 Fuligules milouins le 14/12/2008, et un maximum de 100 Nettes rousses le 14/02/2012). Le Fuligule nyroca est aussi possible (3 le 14/12/2008). Jusqu'à sept Macreuses brunes ont été observées dans le secteur le 28/01/2012 (O. Gibaru).

Nettes rousses (Netta rufina)

Le lac du Bourget est l'un des principaux sites français d'hivernage de la Nette rousse (Netta rufina).
Photographie : Joël Bruezière / Eyesonsky.com

Rassemblement de canards plongeurs

Rassemblement de canards plongeurs sur l'étang des aigrettes, dans le domaine de Buttet (Savoie).
Photographie : Izabel Bérard / Benoît Duroux

Les rives entre Châtillon et Brison-Saint-Innocent

La D991 reliant Châtillon à Brison-Saint-Innocent longe la rive orientale du lac. Les arrêts possibles sont rares et la circulation importante (sans compter la vitesse excessive !). Lors de mes visites, j'ai noté de grandes remises de fuligules au niveau du lieu-dit Challière sur la commune de Saint-Germain-la-Chambotte. Entre l'accès à Challière et l'entrée du tunnel ferroviaire, l'accotement est plus large et permet de stationner plus sereinement. Il faut alors traverser la route pour pouvoir observer depuis une petite pointe qui avance dans le lac. Je ne sais pas si ces rassemblements sont fréquents et réguliers. J'ai pu y voir environ 1400 Fuligules milouins, environ 550 Fuligules morillons et environ 1650 Nettes rousses en quatre ou cinq regroupements mixtes. J'ai également pu y observer un mâle de Fuligule nyroca, un mâle hybride de Fuligule milouin x nyroca et une femelle hybride de Fuligule milouin x morillon. 

La baie de Grésine

A ce niveau, le stationnement est également compliqué d'après mes souvenirs. J'ai pu y noter un rassemblement de Nettes rousses (environ 100 oiseaux le 14/02/2012) (Jérémie Hahn précise que c'est l'un des meilleurs secteurs pour l'espèce) et le Grèbe à cou noir est possible (deux le 14/12/2008). Etant donné la forme de la baie, il ne serait pas étonnant que des groupes de fuligules puissent s'y abriter lorsqu'il y a du vent.
Le seul accès possible pour observer les oiseaux sans les déranger est une plateforme gravillonnée au bout du plan d'eau (où le Butor étoilé est parfois observé) (voir la localisation sur une carte googlemaps) : la voie ferrée sépare cependant l'observateur de la baie, donc il n'y a aucun risque de dérangement.

Aix-les-Bains

Aix-les-Bains est la principale ville sur les rives du lac du Bourget. Le premier arrêt se situe au niveau de la plage et du port de Mémard (au nord de la ville). Vincent a pu y observer des rassemblements de Fuligules milouins (350 le 14/12/2008) et de Fuligules morillons (250 le 14/12/2008), ainsi qu'un Fuligule nyroca (une femelle le 14/12/2008). Il a également noté des Harles bièvres (trois le 14/12/2008).
Le second arrêt se fera dans le Grand Port d'Aix-les-Bains. Il faut se garer sur les quais et parcourir le port. Ici aussi, le Harle bièvre est bien présent. Des groupes de Fuligules morillons (maximum de 20 individus), de Fuligules milouins (maximum de 40 oiseaux) et de Nettes rousses (maximum de 350 individus) peuvent être vus le long de la digue. Occasionnellement, le Grèbe esclavon peut-être contacté.
Sur les digues et les pontons, outre les Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus), on peut y observer des Goélands cendrés (Larus canus) (trois vus le 14/02/2012, et l'hivernage de l'espèce est régulière sur le lac, avec un maximum de 13 individus le 13/12/12 notés par Olivier Gibaru).
mais aussi, avec un peu de chance, des Mouettes mélanocéphales (Larus melanocephalus) (un oiseau de 3ème hiver le 14/12/2008)

L'extrémité sud du lac

Vue depuis l'observatoire de l'étang des aigrettes

Vue depuis l'observatoire de l'étang des aigrettes dans le domaine de Buttet (Savoie).
Photographie : Izabel Bérard / Benoît Duroux

Les rives de l'extrémité sud du lac, entre Le Viviers-Plage et Le Bourget-du-Lac, sont très intéressantes pour le naturaliste. On y rencontre une succession d'habitats : herbiers à plantes aquatiques immergées, roselières lacustres, saulaies, boisements humides, gravières et groupements de nénuphars. Plusieurs espèces y nichent, comme le Fuligule milouin, le Fuligule morillon, le Canard chipeau, le Canard colvert, le Harle bièvre, le Cygne tuberculé (Cygnus olor), la Nette rousse, la Gallinule poule-d'eau (Gallinula chloropus), le Grèbe huppé (Podiceps cristatus), le Blongios nain (Ixobrychus minutus), le Héron cendré (Ardea cinerea), le Râle d'eau (Rallus aquaticus) le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), le Héron pourpré (Ardea purpurea), la Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus), la Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), la Bouscarle de Cetti (Cettia cetti), le Martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) ou le Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus). Les saules accueillent la Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica). Le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) se reproduit dans l'une des tours des ruines du château de Thomas II.
Des oiseaux migrateurs (sternes, guifettes, bergeronnettes, ...) y stationnent au printemps et en automne.
Le Castor d'Europe y est bien présent.On y trouve aussi plusieurs espèces de batraciens, de libellules et la Cistude d'Europe (Emys orbicularis) (réintroduite).

Deux sites doivent être visités :

  • la base de loisirs des Mottets, une zone aménagée sur la commune de Viviers-du-Lac (voir la carte d'accès).
  • le domaine de Buttet, qui comprend la plus grande roselière du lac.

Le Conservatoire du littoral et des espaces lacustres est propriétaire du site depuis 1991, et la FRAPNA Savoie le gère depuis 1994. Des sentiers permettent une bonne découverte (voir la carte d'accès). L'observatoire du domaine est fermé à clefs et n'est accessible que dans le cadre des animations de la FRAPNA Savoie et des comptages (Jérémie Hahn).

La zone de loisirs des Mottets et le port des Quatre Chemins

Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus)

Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus) se reposant le long de la plage des dames, dans la base de loisirs des Mottets.
Photographie : Izabel Bérard / Benoît Duroux

L'accès se fait au niveau du village de Le Viviers-plage : de grandes aires de stationnement ont été aménagées.
Cette zone est très fréquentée en fin de semaine, mais les observations y sont faciles et se font dans de très bonnes conditions de lumière. Plusieurs sentiers permettent de longer le rivage. Il faut commencer par une visite de la première plage près de l'école de voile : outre les Harles bièvres, les Foulques macroules et les Grèbes huppés, une petite zone de bas-fonds avec un îlot protégé par des piquets est appréciée par les Laridés (Mouette rieuse, Goéland leucophée et Goéland cendré) qui s'y reposent sur les piquets, ce qui permet de bien les observer. Cette zone a été fréquentée par un groupe de Cygnes chanteurs (Cygnus cygnus) durant l'hiver 2011-2012 (quatre notés par exemple le 26/02/2012).
Il faut continuer la visite en suivant la piste vers l'ouest. Une palissade ajourée en bordure de roselière permet d'observer à l'intérieur d'un enclos grillagé dans lequel la Cistude d'Europe (Emys orbicularisserait présente.
Continuez jusqu'à la pointe du port des Quatre Chemins. Dans les trouées de la roselière, on peut voir des troupes de Canards chipeaux (maximum de 42 oiseaux le 14/12/2008, ) et de Sarcelles d'hiver (Anas crecca) (13 le 26/02/2012), mais également des Aigrettes garzettes (Egretta garzetta) et des Grandes Aigrettes.
Le Butor étoilé (Botaurus stellaris) fréquente souvent la roselière en hiver, mais il ne semble pas nicher (Jérémie Hahn).

La plage des Mottets

La plage des Mottets dans la base de loisirs des Mottets.
Photographie : Izabel Bérard / Benoît Duroux

Des groupes de canards plongeurs s'abritent le long de la roselière : Fuligules milouins (maximum de 450 le 16/02/2012), Fuligules morillons (maximum de 600 le 16/02/2012) et Nettes rousses (maximum de 150 le 16/02/2012) principalement. Dans ces troupes, j'ai pu voir un mâle d'hybride Fuligule milouin x nyroca le 26/02/2012.
Autres espèces possibles : Oie rieuse (Anser albifrons) (un oiseau de premier hiver le 14/12/2008), Canard souchet (une femelle le 14/12/2008) et Canard siffleur (Anas penelope) (un le 14/12/2008).
Des groupes de Tarins des aulnes (Carduerlis spinus) et de chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) s'observent en dehors de la période de nidification. La Rémiz penduline (Remiz pendulinus) hiverne en petit nombre au sud du lac, mais elle est surtout observée à l'automne (Jérémie Hahn).
Sur le canal et dans la roselière du port, des Harles bièvres sont visibles, et l'on peut aussi entendre le Râle d'eau ou encore la Bouscarle de Cetti.
Depuis la digue du port, on peut également observer des harles en bordure du domaine de Buttet. Ici aussi les fuligules et les Nettes rousses viennent se réfugier. Sur les enrochements, de nombreux Goélands leucophées (Larus michahellis) se posent (maximum de 60 le 14/12/2008).
Des surprises sont possibles durant les migrations : Gérard Bronnec a ainsi découvert une femelle de Marouette poussin (Porzana parva) le 20 mars 2019 dans la zone de loisirs (d'autres bases de loisirs savoyardes sont très favorables à l'observation des marouettes au printemps, comme celle du Fier à Motz : lire L'Espace Sports et Nature du Fier, un bon coin pour les marouettes).

Marouette poussin (Porza parva) femelle

Marouette poussin (Porzana parva) femelle, zone de loisirs des Mottets, Viviers-du-Lac (Savoie), le 20/03/2019.
Photographie : Gérard Bronnec

Marouette poussin (Porza parva) femelle

Marouette poussin (Porzana parva) femelle, zone de loisirs des Mottets, Viviers-du-Lac (Savoie), le 20/03/2019.
Photographie : Gérard Bronnec


L'étang des Aigrettes et le domaine de Buttet

Grands Cormorans (Phalacrocorax carbo)

Grands Cormorans (Phalacrocorax carbo), étang des aigrettes, domaine de Buttet (Savoie).
Photographie : Izabel Bérard / Benoît Duroux

Il existe deux possibilités d'accès, soit en continuant la piste cyclable depuis la base de loisirs des Mottets, soit en se garant au lieu-dit "La Croix Verte".
Dans ce dernier cas, vous devrez passer sur un pont. Depuis celui-ci, les Harles bièvres sont fréquents sur le canal. Marchez ensuite le long de la piste cyclable puis empruntez le sentier menant à la tour d'observation.
En suivant ce sentier, on traverse une petite zone boisée marécageuse fréquentée par de nombreux oiseaux : Mésange charbonnière (Parus major), Mésange bleue (Cyanistes caeruleus), Pic épeiche (Dendrocopos major), Pic vert (Picus viridis), Grive musicienne (Turdus philomelos), Merle noir (Turdus merula), Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes), Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula), Pouillot véloce (Phylloscopus collybita)…
Les protections autour des troncs d'arbres témoignent de la présence du Castor d'Europe.
Depuis la tour d'observation, on a une vue sur l'étang des aigrettes, bordé par une prairie humide et de grands arbres où nichent les Grands cormorans et des bosquets de saules occupés par des nids de Hérons cendrés.
Malheureusement, à la période où j'y suis allé, la zone était complétement prise par la glace et je n'ai pas pu me rendre compte du potentiel du site. Cependant, voici quelques espèces que Vincent Palomares a pu voir : Butor étoilé (un le 14/12/2008) (Jérémie Hahn ajoute qu'il n'est pas rare de voir jusqu'à trois individus en même temps), Grande Aigrette (deux le 14/12/2008), Râle d'eau (deux le 14/12/2008). Les Grands Cormorans (Phalacrocorax carbo) hivernent aussi dans le secteur.

L'étang des aigrettes

L'étang des aigrettes dans le domaine de Buttet (Savoie).
Photographie : Izabel Bérard / Benoît Duroux

Benoît Duroux nous signale que d'autres oiseaux sont visibles sur l'étang des aigrettes au cours de l'année dont : le Fuligule nyroca (maximum de 20 oiseaux notés le 27/01/12 par Guillaume Brouard), l'Autour des palombes (Accipiter gentilis), le Canard souchet, la Bécassine des marais, le Crabier chevelu (Ardeola ralloides), le Milan royal (Milvus milvus), ... Certaines y nichent comme le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), le Milan noir (Milvus migrans), le Héron pourpré et le Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax). Le Renard roux (Vulpes vulpes) peut également être noté.
Cette zone a un gros potentiel quelle que soit la saison, notamment pour les limicoles (bécassines et chevaliers) ou les Anatidés.
Après le lieu-dit Bourdeau au nord du Bourget-du-lac, la rive ouest ne permet pas d'observer correctement et il faut alors rattraper Conjux. Il faut toutefois préciser que de beaux groupes de Nettes rousses se rassemblent nord de l'abbaye de Hautecombe (Jérémie Hahn).

Le chenal de crue de la Leysse et l'aéroport d'Aix-les-Bains

Jérémie Hahn nous explique que le chenal de crue de la Leysse, créé il y a quelques années pour protéger la zone d'activité de Technolac (Le Bourget-du- Lac) est également très attractif. Ce milieu offre une mosaïque de milieux humides intéressants et permet l'observation d'espèces variées, notamment durant la période hivernale : Pie-grièche grise (Lanius excubitor), Tarier pâtre (Saxicola torquata), Rémiz penduline, Butor étoilé, Bruant des roseaux, Bécassine des marais, Bécassine sourde (Lymnocryptes minimus), Râle d'eau...
Ce chenal borde l'aéroport d'Aix-les-Bains, où nichent encore un ou deux couples de Bruants proyer (Milaria calandra). Le Faucon pèlerin, le Busard Saint-Martin ou le Vanneau huppé y sont des hôtes hivernaux réguliers.

Au nord du lac

Au nord du lac, il convient aussi de visiter la Réserve Naturelle des marais du Lavours (www.reserve-lavours.com) et les dernières tourbières du marais de Chautagne.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Vos commentaires sur :
"Observer les oiseaux sur les rives du lac du Bourget"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Newsletter

Tenez-vous informé(e) des articles publiés chaque mois sur Ornithomedia.com




Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest