Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Observer les oiseaux près de Hoste (Moselle), sur la Ligne Maginot aquatique

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Observer les oiseaux près de Hoste (Moselle), sur la Ligne Maginot aquatique

La mosaïque d'étangs, de forêts, de vergers et de prairies humides de ce secteur accueille une avifaune intéressante et variée.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Observer les oiseaux près de Hoste (Moselle), sur la Ligne Maginot aquatique

Vue de l'étang de Hoste-Haut (Moselle).
Photographie : Jean-Pascal Weber

La Lorraine (région Grand Est) est connue pour ses nombreux lacs et étangs, les plus vastes et les plus connus étant ceux de Madine, du Stock et de Lindre. Certains ont été creusés dès le Moyen-Âge pour la pisciculture, d’autres sont plus récents et ont une origine défensive : c’est le cas des six réservoirs créés entre 1935 et 1940 entre Sarralbe et Puttelange-aux-Lacs (Moselle) grâce à des barrages sur les rivières Mutterbach, Albe et Sarre afin de pouvoir inonder en 36 heures cette zone sans obstacle naturel (appelée la "Trouée de la Sarre") et établir ainsi une "barrière aquatique" contre une éventuelle avancée des troupes allemandes. Ce système défensif faisait partie de la célèbre Ligne Maginot.
Les six plans d'eau créés sont les étangs de Hoste-Haut et de Hoste-Bas, de Diffenbach, du Welschhof, des Marais et de Hirbach. L’étang de Hoste-Haut est le plus intéressant d’un point de vue ornithologique grâce à ses grandes roselières tranquilles où l'on peut observer le Blongios nain, le Butor étoilé et le Busard des roseaux. Le Gobemouche à collier niche dans les forêts voisines de Farschviller et de Cappel, tandis que les vergers du secteur accueillent peut-être encore la Pie-grièche à tête rousse.
Nous remercions Jean-Pascal Weber, créateur du site web "Les oiseaux dans leur environnement", pour ses informations et ses photographies.

Abstract

The eastern French region of Lorraine is known for its many lakes and ponds, the largest and most well known being those of Madine, Stock and Lindre. Some have been created since the Middle Ages for fish farming, while others are more recent and have a defensive origin: this is the case of the six reservoirs created between 1935 and 1940 between Sarralbe and Puttelange-aux-Lacs (Moselle) in order to flood the area against any possible intrusion of German troops. This aquatic defensive system is part of the famous Maginot Line. These six reservoirs are the lakes of Hoste-Haut and Hoste-Bas, Diffenbach, Welschhof, Marais and Hirbach.
The lake of Hoste-Haut is the most interesting from an ornithological point of view thanks to its large reedbeds and quietness which are the domain of the Little bittern, the Eurasian Bittern and the Marsh Harrier. The Collared Flycatcher breeds in the neighboring forests of Farschviller and Cappel, while the orchards of the area are the domain of the last Woodchat Shrikes.
We thank Jean-Pascal Weber, creator of the website "Les oiseaux dans leur environnement", for his informations and photographs.

Les environs du village de Hoste, dans le Pays de l’Albe et des Lacs

Situation de Hoste (Moselle)

Situation de Hoste (Moselle).
Carte : Ornithomedia.com

Les étangs de Lorraine sont moins connus des observateurs que ceux de la Dombes, de la Brenne (lire Observer les oiseaux dans la Brenne) ou de la Sologne, mais certains sont pourtant d’une grande richesse ornithologique comme ceux du Lindre (lire Le Domaine de Lindre, le spot aux aigles pêcheurs) et de Lachaussée (lire La réserve naturelle de Lachaussée, le bastion lorrain du Butor étoilé). La région compte plusieurs "pays d’étangs", dont ceux de Bitche, de l’Albe et des Lacs et la Woëvre. Le pays de l’Albe et des Lacs est situé dans le secteur de Puttelange-aux-Lacs (Moselle) et comprend six plans d’eau créés entre les deux Guerres mondiales pour former la Ligne Maginot "aquatique" : les étangs de Hoste-Haut et de Hoste-Bas (commune de Hoste), du Welschhof (Puttelange-aux-Lacs), de Diefenbach (Puttelange-aux-Lacs et Saint-Jean-Rohrbach), des Marais (Rémering) et de Hibrach (Holving).
La plupart d'entre eux sont "livrés" aux pêcheurs et aux touristes, mais entre 2004 et 2006, ils ont fait l’objet de travaux visant à restaurer leur fonctionnement écologique et à améliorer la qualité de leurs eaux.
L’étang de Hoste-Haut est le plus riche d’un point de vue floristique et faunistique : il est bordé de grandes roselières et de prairies humides, et on a trouvé le long de ses rives trois plantes protégées régionalement, l’Ophioglosse vulgaire (Ophioglossum vulgatum), le Dactylorhize de mai (Dactylorhiza majalis) et la Laîche faux-souchet (Carex pseudocyperus). Près de dix espèces de reptiles et d'amphibiens ont par ailleurs été identifiées. Un sentier pédagogique ponctué de panneaux d’information a été aménagé le long des deux étangs de Hoste. 

Vue de l'étang de Hoste-Haut (Moselle)

Vue de l'étang de Hoste-Haut (Moselle)
Photographie : Jean-Pascal Weber

L’étang de Hoste-Bas est également bordé de belles roselières, mais il est davantage fréquenté par les pêcheurs et il est donc moins attractif pour l’avifaune.
La LPO Moselle organise des visites guidées de ces deux étangs.
Au nord du village de Hoste, les massifs forestiers de Cappel et de Farschviller couvrent environ 540 hectares et sont dominés par le Hêtre commun (Fagus sylvatica) et les Chênes pédonculé (Quercus robur) et sessile (Quercus petraea). Le Sanglier d’Europe (Sus scrofa) et le Chevreuil (Capreolus capreolus) y sont bien représentés. Dans les mares forestières ont été notés la Salamandre tachetée (Salamandra salamandra), les Grenouilles rousse (Rana temporaria) et agile (Rana dalmatina) et les Tritons palmé (Lissotriton helveticus) et alpestre (Ichthyosaura Sonnini).
Près du village de Farschviller subsistent quelques vergers (de pommiers, poiriers, pruniers, cerisiers et noyers) : certains ont été abandonnés et se sont transformés en friches arbustives et arborées.
Quelques prairies humides plus ou moins tourbeuses à carex, Reines des prés (Filipendula ulmaria) et laîches, parfois colonisées par les roseaux, les aulnes, les saules et les frênes, se sont maintenues le long des cours d’eau, en particulier près de la chapelle Bonne Fontaine au nord du village de Hoste et dans le marais de Loupershouse, au sud du village du même nom.

Accès

Carte des environs de Hoste (Moselle) et bons sites d'observation

Carte des environs de Hoste (Moselle) et bons sites d'observation.
Carte : Ornithomedia.com

Pour rejoindre le village de Hoste depuis l'autoroute de l'Est (A4), il faut sortir au niveau de l'échangeur de Farebersviller, puis emprunter la D29 vers Cappel. Au croisement de la D29 et de la N56, tournez à droite en direction de Hoste. Une fois dans le village, vous pouvez vous garer dans l’une des deux aires de stationnement : celle la plus proche de l'étang de Hoste-Haut est accessible par la D156b (suivre la direction de Valette). Il faut rejoindre ensuite la digue de l'étang, qui offre un bon point de vue sur ce dernier, puis prendre le sentier pédagogique menant à l'observatoire qui domine la queue de l'étang. Le retour se fera par le même chemin et pourra se poursuivre  le long de l'étang de Hoste-Bas.
La chapelle Bonne-Fontaine est située juste au nord du village de Hoste.
Pour rejoindre le marais de Loupershouse, prendre la D30d entre Hoste et Loupershouse, puis la D30 vers Puttelange-aux-Lacs : la zone humide est bordée au sud par l’autoroute A4.
De nombreux sentiers forestiers parcourent les forêts de Cappel et de Farschviller, qui sont facilement accessibles depuis les villages de Hoste ou de Farschviller. Près de ce dernier village subsistent quelques vergers plus ou moins abandonnés qui méritent un coup d’œil

Observer les oiseaux

Blongios nain (Ixobrychus minutus)

Blongios nain (Ixobrychus minutus), étang de Hoste-Haut (Moselle), mai 2015.
Photographie : Jean-Pascal Weber

Les deux étangs de Hoste ont su garder un caractère naturel et sont bordés d’importantes roselières. Celui de Hoste-Haut est le plus riche d’un point de vue ornithologique car il est moins fréquenté par les pêcheurs. Au printemps, les phragmites retentissent des chants de la Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), de la Locustelle tachetée (Locustella naevia) et du Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus). La Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) est rare (une a été vue au printemps 2017). La nuit tombée, on peut entendre le chant mélodieux du Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos) et les cris moins agréables du Râle d’eau (Rallus aquaticus), sédentaire et assez facile à voir quand il se nourrit en bordure de roselière. Le Coucou gris (Cuculus canorus) parasite probablement les rousserolles.
Le Blongios nain (Ixobrychus minutus) est un nicheur remarquable de cet étang. La Gallinule poule-d’eau (Gallinula chloropus), la Foulque macroule (Fulica atra), le Grèbe huppé (Podiceps cristatus) et le Canard colvert (Anas platyrhynchos) sont visibles toute l’année. Le Martin-pêcheur d’Europe (Alcedo atthis) est plus discret mais il est également nicheur. Le  Busard des roseaux (Circus aeruginosus) est vu régulièrement mais ne niche pas.
À partir de la fin de l’été et en automne, des migrateurs variés font une halte le long des deux étangs, comme le Héron pourpré (Ardea purpurea), le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), les Fuligules milouin (Aythya ferina) et morillon (A. fuligula) et des limicoles comme la Bécassine des marais (Gallinago gallinago) les Chevaliers guignette (Actitis hypoleucos) et culblanc (T. ochropus). Les petits échassiers peuvent être observés dans de bonnes conditions depuis la digue et près de l’observatoire. 

Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus)

Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus), étang de Hoste-Haut (Moselle), printemps 2017.
Photographie : Jean-Pascal Weber
Bécassine des marais (Gallinago gallinago)

Bécassine des marais (Gallinago gallinago), étang de Hoste-Haut (Moselle), octobre 2015.
Photographie : Jean-Pascal Weber
Pipit spioncelle (Anthus spinoletta)

Pipit spioncelle (Anthus spinoletta), étang de Hoste-Haut (Moselle).
Photographie : Jean-Pascal Weber

Des Grues cendrées (Grus grus) survolent parfois le secteur et peuvent se poser. Le Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) se nourrit le long des berges durant la mauvaise saison.
Le Butor étoilé (Botaurus stellaris) et la Grande Aigrette (Ardea alba) sont vus chaque année en automne et en hiver.
Dans les prairies humides de la chapelle Bonne-Fontaine et du marais de Loupershouse, recherchez au printemps le Tarier des prés (Saxicola rubetra) et la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio). Quand ces prairies sont inondées, des limicoles s’y arrêtent, essentiellement des Bécassines de marais. Le Milan noir (Milvus migrans) niche probablement dans les ripisylves d'aulnes et de saules.
Les forêts de Cappel et de Farschviller méritent aussi une visite au printemps : un inventaire de 2009 a en effet permis d'y noter la présence des Gobemouches à collier (Ficedula albicollis) (lire Chercher le Gobemouche à collier en Lorraine) et gris (Muscicapa striata), du Pic mar (Dendropicos/Dendrocopos medius), du Grimpereau des bois (Certhia familiaris) et du Pouillot siffleur (Phylloscopus sibiltatrix).
Vous pouvez terminer votre visite par un petit tour dans les vergers de Farschviller où nichent le Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) et peut-être encore la Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator). En hiver, les fruits tombés au sol ou restés accrochés aux branches attirent les Grives mauvis (Turdus illiacus) et litorne (T. pilaris).

Contact

Jean-Pascal Weber - Courriel : jean-pascal.weber@wanadoo.fr - Site web : http://jpw32.e-monsite.com

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Observer les oiseaux près de Hoste (Moselle), sur la Ligne Maginot aquatique"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest