Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Découvrir les oiseaux des Hautes-Vosges dans les environs de Ban-sur-Meurthe-Clefcy

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Découvrir les oiseaux des Hautes-Vosges dans les environs de Ban-sur-Meurthe-Clefcy

La fin de l'été, quand le Cassenoix moucheté est actif, est une bonne période pour visiter ce secteur riche en oiseaux.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Découvrir les oiseaux des Hautes-Vosges dans les environs de Ban-sur-Meurthe-Clefcy

Vue du défilé de Straiture, une zone naturelle préservée située au sud de Ban-sur-Meurthe-Clefcy (Vosges).
Photographie : Jean-Marie Balland

Les Hautes-Vosges constituent la partie méridionale du massif vosgien : ils se caractérisent par la succession de "ballons", des reliefs arrondis granitiques culminant à 1 424 mètres d'altitude (au Grand Ballon) et qui forment la "colonne vertébrale" du parc naturel régional des Ballons des Vosges. Malgré leur altitude modeste, leur climat est rude et instable. Les versants sont couverts de vastes forêts d'épicéas, de pins, de sapins et de hêtres, tandis que des landes herbeuses ou "chaumes", parsemées de quelques arbres et arbustes, s'étendent sur certains sommets.
Les environs du village de Ban-sur-Meurthe-Clefcy (département des Vosges) sont intéressants pour le naturaliste car on y trouve tous les habitats caractéristiques de l’étage montagnard vosgien : une vaste hêtraie-sapinière, des falaises abruptes, des tourbières et des chaumes. Ils accueillent une avifaune typique comprenant entre autres le Faucon pèlerin (de retour depuis les années 1970), la Chouette de Tengmalm, la Chevêchette d'Europe, le Grand Tétras (rare), le Grand Corbeau (en voie de recolonisation) ou le Cassenoix moucheté. Le Grand-duc d'Europe, dont le dernier représentant vosgien a justement été tué dans le secteur en 1914, y est de retour. Les Cerfs d'Europe sont nombreux, et le Lynx boréal est parfois signalé.
Jean-Marie Balland, coordinateur départemental de la Ligue de Protection des Oiseaux pour le recensement et le suivi de la reproduction du Faucon pèlerin et du Grand-Duc d'Europe pour le département des Vosges, nous présente trois secteurs à visiter non loin de Ban-sur-Meurthe-Clefcy : les falaises de la Tête d'Osseux et de la Roche des Chiens, le défilé de Straiture, et la chaume de Sérichamp.

Abstract

The Hautes-Vosges are the southern part of the Vosges massif, eastern France: they are characterized by a succession of "balloons", rounded reliefs culminating at 1,424 meters of altitude at the Grand Ballon, included in the Natural Park Of the Ballons des Vosges. Despite the modest altitude, the climate of this area is harsh and unstable. The slopes are covered with vast forests of spruce, pine, fir and beech, while grassy heaths or "chaumes", dotted with a few trees and shrubs, extend on certain summits.
The surroundings of the village of Ban-sur-Meurthe-Clefcy (in the Vosges department) are interesting for the naturalist because one finds there typical habitats typical of the Vosges mountains: a vast beech-fir forest, steep cliffs, peat bogs and chaumes. They are home to a typical avifauna, including the Peregrine Falcon (back since the 1970s), the Tengmalm's Owl, the Eurasian Pygmy Owl, the Capercaillie (rare), the Common Raven or the Eurasian Nutcraker. The Eurasian Eagle Owl, whose last Vosgean bird was killed in the area in 1914, seems to breed again. European Deers are numerous, and the Lynx is sometimes reported.
Jean-Marie Balland, coordinator of the Peregrine Falcon and the Eagle Owl in the Vosges department for the Ligue pour la Protection des Oiseaux, presents us three sectors to visit near Ban-sur-Meurthe-Clefcy: the cliffs of the Tête d'Osseux and the Roche des Chiens, the gorge of Straiture and the chaume of Serichamp.

Du col d'Osseux à la Roche des Chiens

Situation de Ban-sur-Meurthe-Clefcy (Vosges)

Situation de Ban-sur-Meurthe-Clefcy (Vosges).
Carte : Ornithomedia.com

Présentation

La Petite Meurthe est un affluent de la Meurthe, dont le cours mesure environ 15 km de long. Elle prend sa source entre 880 et 1 000 mètres d'altitude dans le massif du Gris Talet. Après avoir coulé dans l'étroit défilé de Straiture, elle bifurque vers le nord dans les prairies de la vallée glaciaire de Clefcy, située entièrement sur le territoire de la commune de Ban-sur-Meurthe-Clefcy, et bordée à l'ouest par un plateau boisé aux parois granitiques abruptes. La Tête d'Osseux et la Roche des Chiens sont deux des falaises les plus spectaculaires.

Accès

Carte des environs de Ban-sur-Meurthe-Clefcy (Vosges)

Emplacements/accès à quatre bons secteurs d'observation au sud de Ban-sur-Meurthe-Clefcy (Vosges) : Tête d'Osseux, Roche des Chiens, défilé de Straiture et chaume de Sérichamp.
Carte : Ornithomedia.com

Depuis Gérardmer au sud, suivre la D8 vers Gerbépal. Il faut se diriger ensuite vers le col d'Osseux, monter tout droit et après une courbe serrée, rejoindre le belvédère de la Tête d'Osseux, d'où l'on a une belle vue sur la vallée de la Petite-Meurthe. Rejoindre ensuite par le chemin forestier le carrefour de Harfontaine, puis le point de vue de la Roche des Chiens (à 973 mètres d'altitude), où un chalet a été construit et d'où l'on voit le Hohneck (1 363 mètres d'altitude) (lire Rencontre avec le Pluvier guignard sur le Hohneck).

Les oiseaux

Cette zone boisée et accidentée accueille une avifaune variée comprenant entre autres l'Autour des Palombes (Accipiter gentilis), l'Épervier d'Europe (Accipiter nisus), la Buse variable (Buteo buteo) (bien visible), la Chouette hulotte (Strix aluco), la Chevêchette d'Europe (Glaucidium passerinum) (rare mais a priori en expansion), le Merle à plastron (Turdus torquatus) (discret), les Grives litorne (Turdus pilaris) (plutôt en début du parcours), draine (T. viscivorus) et musicienne (T. philomelos), le Bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra), parfois vu posé au sommet des grands résineux ou décortiquant les cônes (sa population varie d'une année à l'autre selon l'abondance de la fructification), le Pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix), devenu rare et à chercher dans la hêtraie-sapinière, les Pouillots fitis (P. trochilus) et véloce (P. collybita) (communs), les Pics noir (Dryocopus martius) (courant), vert (Picus viridis) et épeiche (Dendrocopos major), les Roitelets huppé (Regulus regulus) et triple-bandeau (R. ignicapillus), le Pinson des arbres (Fringilla coelebs) (abondant), le Grimpereau des bois (Certhia familiaris) (commun), la Sittelle torchepot (Sitta europae), le Troglodyte mignon (Trogodytes troglodytes), les Pigeons ramier (Columba palumbus) et colombin (C. oenas) (ce dernier niche dans les loges du Pic noir), les Mésanges noire (Periparus ater) et huppée (Lophophanes cristatus), le Gros-bec cassenoyaux (Coccothraustes coccothraustes) (assez rare) et le Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula).

Vue de la Roche des Chiens (Vosges)

Vue de la Roche des Chiens (Vosges).
Photographie : Jean-Marie Balland

Le Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes) peut être vu ou entendu (ses cris caractéristiques permettent de le localiser lors de ses déplacements, même en pleine forêt), en particulier à la fin de l'été et en automne, quand il est particulièrement actif et accumule des graines pour l'hiver (lire Une mémoire de Cassenoix moucheté). C'est au niveau du col d'Osseux qu'a été tué en 1914 par un chasseur le dernier Grand-Duc d’Europe (Bubo bubo) vosgien. Depuis, l’espèce s’est réinstallée dans le département des Vosges, et sa présence est fortement suspectée dans le secteur de la Roche des Chiens, mais elle n'a pas encore été prouvée, faute d’indices sérieux.
Un couple de Faucons pèlerins (Falco peregrinus) nicherait dans le secteur de la Roche des Chiens : les oiseaux passent souvent de longs moments posés au sommet d'un arbre mort.
Le Grand Corbeau (Corvus corax), qui a disparu du département des Vosges vers 1880 et qui est réapparu en 1978, est aussi présent.

Le défilé de Straiture

Présentation

Le défilé de Straiture est une petite vallée encaissée au fond de laquelle coule la Petite Meurthe. Les parois abruptes sont dominées par des parois granitiques et des éboulis dégagés ou recouverts de vieilles futaies de résineux et de hêtres. On y trouverait les plus grands Épicéas communs (Picea abies) d'Europe, vieux de plus de deux siècles, mais en 2015, une violente tempête a eu raison de plusieurs centaines de ces arbres séculaires.

Éboulis dans le défilé de Straiture (Vosges)

Éboulis dans le défilé de Straiture (Vosges).
Photographie : Jean-Marie Balland

Plusieurs épicéas communs ont une forme columnaire qui constituerait une adaptation au climat montagnard en empêchant la neige de s'accumuler et donc de briser les branches. Les érables et tilleuls qui poussent dans les éboulis et les peuplements d'ifs sont aussi remarquables. De petites tourbières et des mégaphorbiaies (= hautes plantes herbacées vivaces) occupent les cuvettes : elles abritent notamment une petite population de Cuivrés de la Bistorte (Lycaena helle).
Un arrêté du 17 mars 2008 reconnaît la valeur patrimoniale de ce site, qui a été inscrit au réseau Natura 2000 sous l'intitulé "massif de Haute Meurthe - défilé de Straiture". Sa partie centrale est protégée par un arrêté préfectoral de biotope destiné essentiellement à la conservation du Grand Tétras (Tetrao urogallus).
La gestion forestière de l'Office National des Forêts privilégie la futaie irrégulière, et certaines parcelles ou parties de parcelles ne font pas l’objet de coupes de bois. Des contrats Natura 2000 destinés à maintenir des arbres sénescents ont été conclus pour huit îlots avec pour objectif de ne pas couper plus de 1 300 gros arbres ou vieux arbres pendant trente années, d'où une grande richesse en insectes xylophages.
C’est une vallée très froide en hiver et très fraîche en été : il n’est pas rare de trouver, au mois de juin, des pains de glace coincés entre les rochers. D’ailleurs, un site est appelé la Glacière car on venait autrefois s'y ravitailler en blocs de glace. C'est un endroit très ombragé où il est possible de pique-niquer l'été.
Il est conseillé de visiter la scierie du Lançoir, un ancien haut-fer hydraulique équipé d'une turbine Canson-Montgolfier qui a été classé monument historique en 1997.

Accès

Depuis Ban-sur-Meurthe-Clefcy au nord, suivre la D73 vers Xonrupt-Longemer et Gérardmer. Il faut se garer au niveau du parking de la scierie du Lançoir, puis suivre le sentier balisé du Sagard, un parcours de 4,2 kilomètres jalonné de bornes explicatives et de panneaux, qui permet de découvrir la vallée, sa géologie et sa flore.

Les oiseaux

Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes)

Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes) (photo prise dans les Alpes).
Photographie : Pascal et Fabienne Cordier

Le défilé de Straiture accueille une avifaune montagnarde typique. Le Grand Corbeau y est bien présent et en expansion. Le Faucon pèlerin niche sur trois falaises, l'aire la plus récente datant de plus de 50 ans : c'était l'un des deux derniers sites de nidification du département des Vosges dans les années 1970, et un couple y niche de façon continue, avec cependant très peu de succès, généralement en raison de mauvaises conditions climatiques. Le Faucon crécerelle (Falco tinninculus), l’Autour des Palombes, l'Épervier d'Europe et la Buse variable sont les autres rapaces diurnes présents.
Les Chouettes hulotte et de Tengmalm (Aegolius funereus), la Chevêchette d’Europe (rare mais en augmentation) et le Moyen-Duc d'Europe (Asio otus) se reproduisent aussi dans le défilé. Le Grand-Duc d’Europe, longtemps absent des Vosges, recolonise peu à peu le massif à partir d'oiseaux provenant d’Allemagne (programme de réintroduction) : sa nidification dans le val de Straiture est possible, mais aucune preuve formelle ne permet actuellement de l’affirmer.
Parmi les autres espèces visibles au détour d’un sentier, citons le Cassenoix moucheté, actif surtout au printemps et à la fin de l'été et repérable facilement grâce à ses cris caractéristiques, la Bécasse des bois (Scolopax rusticola), discrète mais bien représentée dans le massif forestier de la Haute-Meurthe, le Merle à plastron, nicheur dans la sapinière d’altitude, le Bec-croisé des sapins, le Pouillot siffleur, à chercher dans la hêtraie-sapinière, les Pouillots fitis et véloce, les Pics noir, vert et épeiche, les Grives litorne, draine et musicienne, les Roitelets huppé et triple-bandeau, le Pinson des arbres, le Grimpereau des bois, la Sittelle torchepot, le Troglodyte mignon (Trogodytes troglodytes), les Pigeons ramier et colombin, les Mésanges noire et huppée, le Gros-bec cassenoyaux, le Bouvreuil pivoine et le Rougequeue noir (Phoenicuros ochruros).
Le Cincle plongeur (Cinclus cinclus) est à rechercher le long de la Petite Meurthe, par exemple près de la scierie du Lançoir.
Le Grand Tétras, l’oiseau le plus emblématique des Hautes-Vosges, est présent dans la partie supérieure de la vallée de Straiture, sur les chaumes, mais il est rare et l'accès à son biotope est interdit entre le 15 décembre et le 15 juillet.
Le Cerf élaphe (Cervus elaphus) et le Chamois (Rupicapra rupicapra) sont bien présents, et le Lynx boréal (Lynx lynx) est parfois signalé.

La chaume de Sérichamp

Présentation

Chaume de Sérichamp (Vosges)

Chaume de Sérichamp (Vosges).
Photographie : Jean-Marie Balland

Les chaumes sont des landes herbeuses parsemées de quelques arbres et arbustes qui s'étendent au-delà de 1 000 mètres d'altitude, au-dessus de la hêtraie-sapinière. On y trouve une flore typique qui varie selon le type de gestion agricole pratiqué : Pulsatile blanche (Pulsatilla vulgaris), éricacées (myrtilles, airelles des marais et callunes), Pensée des Vosges (Viola lutea), Gentiane jaune (Gentiana lutea), Arnica des montagnes (Arnica montana), Fenouil des Alpes (Meum athamanticum)… Ces prairies se sont considérablement raréfiées depuis la fin du 18ème siècle suite au déclin du pâturage et du fauchage.   
La chaume de Sérichamp culmine à 1 147 mètres d'altitude : elle s'étend sur les communes de Ban-sur-Meurthe-Clefcy et de Plainfaing et elle sépare les vallées de la Meurthe et de la Petite-Meurthe.

Accès

On peut rejoindre la chaume de Sérichamp depuis la route forestière goudronnée Louis François qui part du hameau de Vic. On peut ensuite suivre les sentiers de randonnée fléchés. Un panneau indique les endroits où la randonnée est autorisée et les limites de la réserve biologique domaniale, interdite d'accès.

Les oiseaux

La forêt domaniale de la Haute-Meurthe (dont une partie a été classée en réserve biologique domaniale à l'accès réglementé) qui borde la chaume de Sérichamp est le domaine notamment de la Chouette de Tengmalm (bien présente), de la Chevêchette d'Europe (rare mais en expansion), du Cassenoix moucheté et de la Gélinotte des bois. Le Merle à plastron niche en lisière de bois. Le Pipit farlouse (Anthus pratensis) est commun dans la prairie, et le Faucon crécerelle y chasse. Le Loup d'Europe (Canis lupus) aurait déjà été vu.

Contact

Jean-Marie Balland - Courriel : jeanmarie.balland@sfr.fr

À lire sur Ornithomedia.com

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Découvrir les oiseaux des Hautes-Vosges dans les environs de Ban-sur-Meurthe-Clefcy"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest