Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Brèves > La population orientale de l'Érismature à tête blanche semble en augmentation et sous-estimée

Brèves

Retour à la liste des brèves

La population orientale de l'Érismature à tête blanche semble en augmentation et sous-estimée

Des rassemblements automnaux records sont observés au Kazakhstan et en Turquie depuis quelques années.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

La population orientale de l'Érismature à tête blanche semble en augmentation et sous-estimée

Érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) mâle sur le lac Koshkarkol dans la région d'Almaty (Kazakhstan) le 11/05/2013.
Source : Tonya Fokina

L’Érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) est un petit canard rare à la queue rigide souvent tenue dressée. Le mâle a une tête blanche et une calotte noire plus ou moins étendue, tandis que la femelle et le juvénile ont une bande sombre à travers la joue. Au printemps, le bec du mâle devient bleuté avec une base enflée. Ce canard est globalement menacé, principalement à cause de la destruction des zones humides où il niche, hiverne et/ou stationne en migration, d'épisodes de sécheresse prononcés, de la chasse et de ses conséquences (saturnisme lié à l'ingestion de plombs de chasse). En Europe de l'Ouest, le phénomène d'hybridation avec l'Érismature rousse (Oxyura jamaicensis), une espèce américaine introduite en Grande-Bretagne et qui s'est répandue ensuite dans plusieurs pays, a constitué un problème sérieux au début des années 2000, mais cette menace semble désormais sous contrôle.

L’Érismature à tête blanche niche de façon fragmentée du sud de la péninsule ibérique à l'Asie centrale et au Moyen-Orient. Les populations occidentales sont sédentaires, effectuant seulement des dispersions saisonnières limitées, alors que la majeure partie des populations orientales est migratrice. Sa population a connu un fort déclin au cours du XXe siècle : elle avait été estimée à 20 000 oiseaux en 1996, à 8 000 - 13 000 oiseaux en 2003, et à environ 16 000 actuellement.

Le Kazakhstan joue un rôle très important pour la conservation de cette espèce : on y trouve en effet des sites clés de reproduction et de stationnement postnuptial, comme la réserve naturelle d'État de Korgalzhyn, située dans la région d'Akmola, où un effectif impressionnant et inattendu de plus de 20 000 oiseaux avait été atteint les 13 et le 19 septembre 2016 en (lire Près de 20 000 Érismatures à tête blanche comptées en septembre 2016 au Kazakhstan), et 7 500 en 2017.

Des compilations de données et les résultats de comptages effectués entre 2013 et 2017 dans plusieurs sites du nord et du centre du Kazakhstan durant les périodes de reproduction et de migration ont été publiés en 2019 dans le journal Bird Sudy, et ils montrent une évolution positive apparente de la population orientale migratrice de ce canard. Des cas de nidification ont aussi été recensés, mais il reste sûrement des sites importants à découvrir dans le nord du Kazakhstan et dans le sud de la Sibérie qui pourraient expliquer les grands rassemblements observés en automne dans la réserve naturelle d'État de Korgalzhyn et ailleurs dans le centre du pays. Ces résultats suggèrent en tout cas que la population asiatique de l’Érismature à tête blanche est certainement considérablement sous-estimée, et que son statut s'est amélioré.

Par ailleurs, une analyse des données d’Érismatures à tête blanche collectées entre 1966 et 2016 dans 99 sites de Turquie a été publiée en 2019 dans le journal Zoology in the Middle East : elle montre que si la population nicheuse du pays, qui est largement confinée à l'Anatolie, a diminué de près de 50 % depuis 1996, passant de 200-250 couples à 80-125 actuellement, le nombre d'hivernants, qui atteignait plus de 10 000 oiseaux au début des années 1990, dont 90 % sur le lac Burdur, et qui était tombé à quelques centaines d'individus au début des années 2000, a commencé à remonter depuis quelques années, atteignant près de 6 000 canards en 2016. De même, un effectif record de plus de 4 000 érismatures a été compté dans l'est de l'Anatolie en octobre 2014. Cette évolution positive récente pourrait être le reflet de l'augmentation des populations nicheuses du Kazakhstan et du sud de la Sibérie évoquée plus haut.



Érismatures à tête blanche (Oxyura leucocephala) juvéniles sur le lac Sorvulak (Kazakhstan) le 03/08/2012.
Source : Askar Isabekov

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la galerie photos d'Ornithomedia.com

Érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala)

Sources

  • Alyona I. Koshkina, Alexey V. Koshkin, Alexey Y. Timoshenko, Artyom A. Koshkin et  Holger Schielzeth (2019). A population survey of the endangered White-headed Duck Oxyura leucocephala in Kazakhstan shows an apparently increasing Eastern population. Bird Study. Volume : 66. Numéro : 1. www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/00063657.2019.1618239
  • Arzu Gürsoy-Ergen (2019). Hope for the White-headed Duck, Oxyura leucocephala (Aves: Anatidae) in Turkey despite a declining breeding population and abandonment of its traditional wintering area? Zoology in the Middle East. Volume : 65. Numéro : 2.

Vos commentaires sur :
"La population orientale de l'Érismature à tête blanche semble en augmentation et sous-estimée "

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest