Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Brèves > Maladie de Lyme : les grives et les merles sont des hôtes fréquents des bactéries du genre Borrelia

Brèves

Retour à la liste des brèves

Maladie de Lyme : les grives et les merles sont des hôtes fréquents des bactéries du genre Borrelia

Septembre est un mois important pour la transmission de ces bactéries, et ces oiseaux du sous-bois peuvent être infectés.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

Maladie de Lyme : les grives et les merles sont des hôtes fréquents des bactéries du genre Borrelia

Grive musicienne (Turdus philomelos) parasitée par des tiques à Donville-les-Bains (Manche) le 18 août 2019.
Photographie : Michel Leroux

La maladie de Lyme, ou "borréliose de Lyme", est une maladie infectieuse causée par des bactéries spiralées de la famille des Spirochètes (du radical spire) et du genre Borrelia. En Europe, trois espèces sont impliquées : B. garinii, B. afzelii et surtout B. burgdorferi. Les tiques contaminées du genre Ixodes sont les vecteurs de ces bactéries, qu'elles transmettent lorsqu'elles piquent leurs hôtes (réservoirs) : mammifères sauvages (sauvages (écureuils, cerfs, mulots, campagnols) principalement, mais aussi domestiques (chiens, chats, bétail), oiseaux (lire Les oiseaux et la maladie de Lyme) et même reptiles. Les humains sont des hôtes accidentels, et dans l'hémisphère nord, la majorité des contaminations survient entre mars et septembre.

Au printemps et au début de l'été, les nymphes infectées piquent leurs hôtes, principalement de petits rongeurs, qui assurent efficacement la transmission des bactéries aux larves à la fin de l'été, qui les conservent ensuite durant leur mue jusqu'au printemps suivant. Les adultes ne transmettent pas les bactéries à leurs larves.

Les passereaux qui s'alimentent et nichent au sol constituent des hôtes de rechange pour les tiques durant les années où les mammifères sont moins nombreux. Le taux d'infection des oiseaux est généralement faible (moins de 10 %), mais il peut parfois être plus élevé : en 2017, lors de séances de baguage au printemps et en automne dans les états de New York, de Pennsylvanie et de Virginie-Occidentale, des biologistes ont prélevé des nymphes (n = 270) de tiques sur les oiseaux capturés (36 % des individus étaient parasités), ils ont analysé leur sang des acariens et ils ont détecté Borrelia burgdorferi dans 27 % des cas.

Les espèces touchées sont variées, mais l'infection concerne principalement celles qui vivent près du sol, dans la végétation. En Amérique du Nord, B. burgdorferi a ainsi été trouvée (entre autres) chez le Merle d'Amérique (Turdus migratorius), chez les Parulines couronnée (Seiurus aurocapillus), masquée (Geothlypis trichas) et à capuchon (Setophaga citrina), chez les Grives fauve (Catharus fuscescens) et des bois (Hylocichla mustelina), et chez les Troglodytes de Caroline (Thryothorus ludovicianus) et familier (Troglodytes aedon).

En Europe, la borréliose a été détectée chez des oiseaux vivant dans le sous-bois, comme le Merle noir (Turdus merula), la Grive musicienne (Turdus philomelos), le Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos), l'Accenteur mouchet (Prunella modularis) et le Rougegorge familier (Erithcus rubecula), mais aussi chez des passereaux plus arboricoles comme le Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), la Sittelle torchepot (Sitta europaea), le Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhyla), le Verdier d'Europe (Chloris chloris), le Pinson des arbres (Fringilla coelebs) et le Grosbec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes).

Le Merle noir et la Grive musicienne sont les principaux hôtes aviaires des bactéries du genre Borrelia en Europe : lors d'une étude menée sur 40 espèces dans le centre du continent, on a découvert que ces deux turdidés transportaient 95 % des nymphes infectées par B. garinii et par B. valaisiana. Dans une zone forestière du nord-est de la Pologne, 157 tiques (19 larves et 138 nymphes) ont été prélevées sur 26 Merles noirs et sur 20 Grives musiciennes, et la présence de Borrelia a été notée chez respectivement 88,5 % et 70 % de ces oiseaux, sa prévalence étant significativement plus élevée chez le Merle noir.

Le réchauffement climatique, en augmentant les températures hivernales moyennes, pourrait favoriser le parasitage des oiseaux par les tiques et donc la propagation des bactéries du genre Borrelia via ces hôtes. Dans un article publié en 2018 dans le Journal of Vector Ecology, des biologistes ont capturé des oiseaux en hiver (de novembre à février) dans un site situé dans l'ouest de l'Écosse entre 1993-1994 et 2016-2017 afin de quantifier le nombre de tiques Ixodes ricinus accrochées et de chercher une corrélation éventuelle avec la température moyenne mensuelle. Aucun parasite adulte n'a été trouvé sur les 21 731 oiseaux capturés, mais 946 larves et nymphes ont été détectées pendant les mois d'hiver sur 16 hôtes. Aucune tique n'était présente lorsque la température moyenne mensuelle était inférieure à 3,5° C, mais leur nombre augmentait rapidement au-delà de 7° C.  

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sources

  • Alicja Gryczyńska and Maciej Kowalec (2019). Different Competence as a Lyme Borreliosis Causative Agent Reservoir Found in Two Thrush Species: The Blackbird (Turdus merula) and the Song Thrush (Turdus philomelos). Vector-Borne and Zoonotic Diseases. Volume : 19. Numéro: 6. www.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/vbz.2018.2351
  • Robert W. Furness et Euan N. Furness (2018). Ixodes ricinus parasitism of birds increases at higher winter temperatures. Journal of Vector Ecology. Volume : 43. Numéro : 1. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/jvec.12283
  • Veronika Taragel'ová, Juraj Koči, Klára Hanincová, Klaus Kurtenbach, Markéta Derdáková, Nick H. Ogden, Ivan Literák, Elena Kocianová et Milan Labuda (2007). Blackbirds and Song Thrushes Constitute a Key Reservoir of Borrelia garinii, the Causative Agent of Borreliosis in Central Europe. Microbial Ecology. https://aem.asm.org/content/74/4/1289.short
  • P. Perolat et A. Philippon (2003). Borrelia.Microbes-edu. www.microbes-edu.org/etudiant/borrelia.html
  • Antonia R Giardina, Kenneth A Schmidt, Eric M Schauber et Richard S Ostfeld (2000). Modeling the role of songbirds and rodents in the ecology of Lyme disease. Revue Canadienne de Zoologie. Volume : 78. Numéro : 12. Pages : 2184-2197. www.nrcresearchpress.com/doi/abs/10.1139/z00-162#.XX_zDCgzaM9

Vos commentaires sur :
"Maladie de Lyme : les grives et les merles sont des hôtes fréquents des bactéries du genre Borrelia"

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest