Publicité

Europe Nature Optik

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Brèves > Les insectes peuvent produire des sons pour effrayer les oiseaux

Brèves

Retour à la liste des brèves

Les insectes peuvent produire des sons pour effrayer les oiseaux

De nombreuses espèces d'insectes, aussi bien adultes qu'immatures, émettent des sons variés pour surprendre ou même faire fuir les oiseaux qui veulent les manger.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

Les insectes peuvent produire des sons pour effrayer les oiseaux

La chenille du sphinx Amorpha juglandis émet des sifflements capables d'effrayer le Carouge à épaulettes (Agelaius phoeniceus) ou la Paruline jaune (Setophaga petechia).
Source : image extraite d'une vidéo de Sam Lippincott

Pour se défendre de leurs prédateurs, et notamment les oiseaux, les insectes utilisent plusieurs techniques : chimiques, visuelles (lire Les papillons machaons peuvent vraiment effrayer les mésanges) ou même mécaniques (lire Une sauterelle épineuse australienne faire fuir un oiseau grâce à ses pattes). Beaucoup d'espèces d'invertébrés produisent des sons lorsqu'ils sont attaqués par un prédateur, mais les fonctions exactes de ces signaux sonores sont encore mal connues : ils peuvent éventuellement servir à surprendre, à avertir, à lancer une alarme ou à augmenter l'efficacité d'autres systèmes de défense.

Dans un article publié en 2017 dans le journal Behavior Processes, des biologistes ont mené une expérience afin de vérifier si un bruit d'insecte pouvait vraiment faire sursauter et déstabiliser un oiseau : quand des Carouges à épaulettes (Agelaius phoeniceus) essayaient de manger des vers de farine (Tenebrio molitor), un enregistrement du sifflement de la chenille du sphinx Amorpha juglandis était déclenché, et ils ont constaté que les prédateurs ailés étaient souvent surpris et tressaillaient, voire s'enfuyaient. L'effet de surprise s'estompait toutefois au bout d'une heure, mais il réapparaissait deux jours plus tard. Ces résultats confirment donc qu'un insecte peut utiliser des sons pour effrayer certains prédateurs.

De nombreux invertébrés, comme les punaises des bois (famille des Pentatomidés), les bousiers (Scarabaeidés), longicornes (Cerambycidés), les fourmis (Formicidés) ou les écailles (Arctiidés), produisent des sons rauques, bourdonnants ou sifflants quand ils sont dérangés ou manipulés, en frottant ou en faisant vibrer une partie de leur corps (stridulations), mais aussi en expulsant de l'air : c'est le cas par exemple du Sphinx tête de mort (Acherontia atropos), qui peut émettre un grincement aigu en expulsant de l'air par son proboscis (trompe), ou de la Blatte de Madagascar (Gromphadorhina portentosa), qui peut "siffler" grâce à ses spiracles (orifices respiratoires).

Ces techniques de défense sonore ont surtout été observées chez des insectes adultes, mais elles existent également chez des chenilles, larves et nymphes, qui sont les proies de nombreux prédateurs (oiseaux, mammifères, grenouilles et lézards). Dans un article publié en 2016 dans la revue Scientific Reports, des chercheurs ont ainsi décrit les résultats de l'étude des bruits (cliquetis, sifflements, gazouillis...) émis par des dizaines d'espèces de chenilles de la famille des Bombycoïdes : elles les produisent en frottant leurs mandibules l'une contre l'autre ou en expulsant de l'air de leur cavité buccale. Ils sont générés essentiellement en réaction à des attaques répétées (qui ont été simulées par les chercheurs avec une paire de pinces émoussées). Ils durent de 2 à 570 ms, leur fréquence est comprise entre 15 et 42 kHz, et leur puissance peut atteindre 95 dB. Ces caractéristiques les rendent audibles par des prédateurs variés comme les chauves-souris, les lézards, les rongeurs et les oiseaux : par exemple, la Poule domestique (Gallus gallus domesticus) et la Paruline jaune (Setophaga petechia) arrêtent souvent leur attaque ou s'enfuient même quand ils entendent les sons émis par ces chenilles !



Sphinx tête de mort (Acherontia atropos) émettant un grincement aigu en expulsant de l'air par son proboscis (trompe).
Source : Steffen Schmidt

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sources

Vos commentaires sur :
"Les insectes peuvent produire des sons pour effrayer les oiseaux"

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest