Publicité

Longue-vue Zeiss Victory Harpia

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Identification > Séjour d'une Pie-grièche à poitrine rose dans l'Orne (Normandie) en juin 2018

Identification

Retour à la liste des articles de Identification

Séjour d'une Pie-grièche à poitrine rose dans l'Orne (Normandie) en juin 2018

Fabrice Simon a observé et photographié une Pie-grièche à poitrine rose du 5 au 15 juin 2018 dans un haras de Nonant-le-Pin (Orne).

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Séjour d'une Pie-grièche à poitrine rose dans l'Orne (Normandie) en juin 2018

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) femelle adulte ou jeune mâle, Nonant-le-Pin (Orne), juin 2018.
Photographie : Fabrice Simon / Fabricesimon.com

La Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) ressemble à la Pie-grièche grise (L. excubitor), mais elle est plus petite et plus compacte, ses parties inférieures sont rosées, ses ailes sont proportionnellement plus longues et son front est noir (chez l'adulte). Elle est en déclin en Europe : elle a presque disparu d'Espagne, où quelques couples subsistent en Catalogne grâce à un programme de conservation et d'élevage et elle est en danger en France, où seuls sept couples ont été comptés en 2016 dans l'Aude et dans l'Hérault. Les raisons du déclin ne sont pas connues précisément, mais "l'atlantisation" du climat dans une partie de l'Europe, qui se traduit par des printemps pluvieux, l'intensification de l'agriculture, le braconnage en Afrique du Nord et la dégradation des conditions d'hivernage en Afrique australe seraient impliqués.
L'observation d'un oiseau en Normandie est donc tout à fait remarquable : Fabrice Simon (site web : Fabricesimon.com) nous a transmis plusieurs photos d'un oiseau qui a séjourné du 5 au 15 juin 2018 dans un haras de Nonant-le-Pin dans le département de l'Orne. Nous remercions aussi Jean Morillon (sa galerie Flickr) et Robert Malrieu pour leurs photos.

Abstract

The Lesser Grey Shrike (Lanius minor) looks like the Great Grey Shrike (L. excubitor), but it is smaller and more compact, its lower parts are pink, its wings are proportionally longer and its forehead is black (when adult). This species is declining in Europe: it has almost disappeared from Spain, where a few pairs remain in Catalonia thanks to an active conservation and breeding program, and it is endangered in France, where only seven pairs have been counted in 2016 in the Aude and Hérault departments. The reasons for this decline are not precisely known, but rainy springs in Europe, intensification of agriculture, poaching in North Africa and degradation of wintering conditions in southern Africa may be involved.
The record of a bird in Normandy (France) is therefore quite remarkable: Fabrice Simon (website: Fabricesimon.com) sent us several beautiful pictures of a bird which stayed from the 5 to 15th of June 2018 in a stud farm of Nonant-le-Pin in the department of Orne. We also thank Jean Morillon and Robert Malrieu for their photos.

La Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor)

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor)

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) femelle adulte ou jeune mâle, Nonant-le-Pin (Orne), juin 2018. Notez (1) le masque noir (front encore gris), (2) le bec épais et court, (3) le dessus gris, (4) les parties inférieures rosées, (5) les longues ailes et (6) la queue proportionnellement assez courte (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Fabrice Simon / Fabricesimon.com

Longueur : 19-21 cm.

Description : la Pie-grièche à poitrine rose a une taille intermédiaire entre celles des Pies-grièches écorcheur (Lanius collurio) et grise (L. excubitor). Sa tête est proportionnellement assez grosse, ses ailes longues et sa queue courte. Le bec est court, épais et peu crochu.
Les parties supérieures sont gris, blanc et noir et les parties inférieures sont plus ou moins fortement teintées de rose. Un large masque noir s'étend depuis l'arrière des yeux jusqu'au bec et au front. Une tache blanche est présente à la base de la main (= à la base des rémiges primaires et secondaires) et est très visible en vol. Le dessus de la queue est noir et elle est bordée de blanc (sur les rémiges externes) jusqu'à son extrémité.
La gorge est blanche. La poitrine et le ventre sont teintés de rose saumon, en particulier au début de la période de reproduction.
Les deux sexes ont un plumage pratiquement identique, mais le masque de la femelle est un peu plus petit et teinté de brun, son front est nuancé de gris, le gris de ses parties supérieures est un peu moins bleuté
Le juvénile a le dessus finement barré de sombre, son front n'est pas noir, le masque sombre est moins net que celui de l'adulte, les parties sombres des ailes sont teintées de brun, les extrémités des couvertures et des rémiges tertiaires sont bordées de clair et les parties inférieures sont d'un chamois très clair.
La mue partielle post-juvénile est achevée en septembre et la mue complète du plumage (adulte et immature) s'étale de la mi-décembre à la fin mars.

Voix : le chant est un gazouillis relativement peu sonore et rapide, composé d'imitations de chants d'autres oiseaux et entrecoupé de cris rauques (tché-tché, tchip...). Des cris râpeux et durs sont émis à l'approche d'un prédateur potentiel près du nid.

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor)

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) femelle adulte ou jeune mâle, Nonant-le-Pin (Orne), juin 2018. Notez (1) le masque noir avec le front encore gris (signe d'immaturité), (2) le bec épais et court et (3) les parties inférieures rosées (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Fabrice Simon / Fabricesimon.com
Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor)

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) femelle adulte ou jeune mâle, Nonant-le-Pin (Orne), juin 2018. Notez (1) le masque noir avec le front encore gris, (2) le bec épais et court, (3) les parties inférieures rosées, (4) les longues ailes et (5) la queue proportionnellement courte bordée de blanc (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Fabrice Simon / Fabricesimon.com


Critères d'identification

La Pie-grièche à poitrine rose ressemble aux Pies-grièches grise et méridionale (Lanius meridionalis) (lire Identifier deux sous-espèces de la Pie-grièche grise, les Pies-grièches méridionale et des steppes), une espèce nichant dans le sud de la France et en Espagne et qui possède aussi des parties inférieures rosées (attention, la Pie-grièche grise peut parfois aussi parfois sembler avoir des reflets rosés en fonction de l'éclairage), mais elle s'en distingue par :

  • une taille inférieure
  • une forme plus compacte
  • un bec plus épais et moins crochu
  • des ailes proportionnellement plus longues
  • une queue proportionnellement plus courte et moins arrondie, bordée de blanc jusqu'à son extrémité
  • un front noir (chez l'adulte).
Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis) adulte

Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis) adulte, causse de Caucalières (Tarn), le 11/10/2016. Notez (1) le front gris sombre, (2)les sourcils blancs et (3) le dessous rosé. Notez aussi le bec assez fin et crochu (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Robert Malrieu
Pie-grièche grise (Lanius excubitor) adulte

Pie-grièche grise (Lanius excubitor) adulte, Peyrelevade (Corrèze), le 28/03/2018. Notez (1) le front gris, (2) le bec assez fin et (3) le dessous blanc (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jean Morillon / Sa galerie Flickr

Habitats

La Pie-grièche à poitrine rose niche dans des milieux ouverts (cultures, prairies et steppes) et chauds parsemés d'arbres (platanes, frênes, peupliers...) isolés ou en bosquets. Elle chasse dans les zones à la végétation basse et clairsemée. Elle hiverne dans les savanes et les zones semi-désertiques en Afrique australe.

Aire de répartition

Aire de répartition de la Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor)

Aire de répartition de la Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) en Europe et situation de Nonant-le-Pin (Orne)  : en rouge, les zones de nidification en été.
Carte : Ornithomedia.com d'après le Guide Ornitho

La Pie-grièche à poitrine rose niche du nord-est de l'Espagne et du sud de la France à la Sibérie occidentale (cours supérieur du fleuve Irtych) en passant par le sud de l'Europe, la Turquie, le Caucase et le Kazakhstan. Elle hiverne en Afrique australe (Namibie, Botswana, sud du Zimbabwe et nord de l'Afrique du Sud).

Biologie

La Pie-grièche à poitrine rose est migratrice, et les longues ailes constituent une adaptation aux longs trajets. Son retour prénuptial s'effectue en mars-avril, et les départs en migration postnuptiale débutent en juillet-août en Europe centrale, et jusqu'à la mi-octobre dans la région méditerranéenne.
Elle se nourrit principalement d'insectes (coléoptères majoritairement) capturés au sol et rarement empalés (lire La Pie-grièche grise, le boucher de l'avifaune européenne).
Durant la période de nidification, les adultes surveillent leur territoire depuis un point haut et chassent, parfois à plusieurs, tout prédateur potentiel (rapaces, corvidés).  L'espèce niche dans les grands arbres, et plusieurs couples peuvent nicher assez près les uns des autres, d'une manière semi-coloniale.
La ponte compte de quatre à six oeufs, l'incubation dure 16 jours et les jeunes restent de 16 à 18 jours dans le nid.

Une espèce en déclin en Europe

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor)

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) femelle adulte ou jeune mâle, Nonant-le-Pin (Orne), juin 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Fabrice Simon / Fabricesimon.com

La Pie-grièche à poitrine rose a subi une baisse considérable de ses effectifs nicheurs européens depuis le début du XXe siècle. Dans l'est du continent, les populations restent importantes (de 600 000 à 1 500 000 couples), mais elles subissent un déclin constant. Elle a disparu d'Allemagne, de Suisse, d'Autriche, de Tchéquie et probablement de Pologne. Elle a diminué en Ukraine, en Biélorussie, en Slovaquie, en Hongrie et en Roumanie.
Elle est aussi en déclin en Italie : on comptait encore entre 1 000 et 2 000 couples en 2004, mais la population a baissé de 20 % depuis.
Le succès de la reproduction semble dépendre fortement des conditions météorologiques. Elle est favorisée par un temps chaud et sec, les longues périodes de pluie et de froid, qui engourdissent les insectes, perturbent le nourrissage et affaiblissent les jeunes. "L'atlantisation" croissante du climat européen, avec des printemps humides et froids (lire Les effets possibles d'un printemps pluvieux sur la reproduction des oiseaux), constitue donc un facteur négatif. L'espèce souffre également beaucoup de l'intensification de l'agriculture, et notamment de l'utilisation systématique des pesticides. Les conditions de migration et d'hivernage se sont aussi dégradées : sécheresse et utilisation croissante de produits chimiques en Afrique et braconnage en Afrique du Nord.

Le programme de conservation en Catalogne (Espagne)

En Espagne, elle ne niche plus que de façon résiduelle en Catalogne : le nombre de couples y est passé d'environ 35 à 40 au début des années 1980 dans la plaine de Lérida à deux en 2011, 2012 et 2013. L'association Trenca mène depuis 2009 un programme d'étude, de suivi, de conservation, d'élevage en captivité et de lâchers de jeunes dans la nature (394 en huit ans) en coopération avec le Centre de Récupération et d'Élevage de Vallcalent, la Fundación Biodiversidad, le Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, de l'Alimentation et de l'Environnement de Catalogne, le zoo de Barcelone et le WWF. Des actions variées sont menées : protection et aménagement de l'habitat, apport de nourriture (insectes) dans la nature, suivi de la migration d'oiseaux équipés de géolocalisateurs (18 individus en 2017) et sensibilisation du public.  

  • En 2014, quatre couples ont niché et 11 jeunes se sont envolés.
  • En 2015, deux couples se sont formés mais aucun jeune n'a pris son envol.
  • En 2016, deux couples ont commencé à nicher, mais un seul a produit sept jeunes.
  • L'année 2017 a été exceptionnelle, avec 19 oiseaux comptés (le meilleur chiffre depuis dix ans) et six couples se sont formés dans la comarque de La Segrià, dont un près de l'ancien site de reproduction d'Artesa-Castelldans, et un autre dans les steppes d'Alfés (lire L'étang d'Ivars i Vila-Sana et les steppes de Lleida), une ancienne zone de reproduction de l'espèce et où le Sirli du Dupont (Chersophilus duponti) a niché de nouveau en 2016 (lire Le Sirli de Dupont niche à nouveau en Catalogne !). Ces couples n'ont toutefois produit que 1,3 jeune par nid. Sur ces 19 oiseaux, 17 étaient issus des lâchers des années précédentes. Le pourcentage de retour de migration (11,7 %)  a été l'un des plus élevés depuis 2009. Quatre oiseaux ont par ailleurs été observés au printemps et en été 2017 dans les comarques de Baix Empordà (lire Observer les oiseaux dans le parc naturel des Aiguamolls de l'Empordà), de Montsià, d'Alt Urgell et de Maresme. Enfin, 77 jeunes sont nés dans le centre d'élevage de Vallcalent cette année-là.
  • En mai 2018, trois oiseaux ont été observés.

Une situation grave en France

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor)

Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) femelle adulte ou jeune mâle, Nonant-le-Pin (Orne), juin 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Fabrice Simon / Fabricesimon.com

En France, l’espèce est en danger de disparition. Elle était assez répandue dans le sud jusque dans les années 1960, puis un déclin s'est amorcé. Il ne restait plus que 45 couples en 2001, 29 en 2002, 21 en 2003, 25 en 2005, 2007 et 2014, et seulement sept en 2015 et en 2016. Deux petites populations subsistent dans la basse plaine de l'Aude et dans les plaines de Poussan et de Villeveyrac à l'ouest de Montpellier. Des nidifications sporadiques d'un à trois couples sont parfois notées dans le Gard. En 2005, l'espèce a niché dans le Var.

Une Pie-grièche à poitrine rose dans l'Orne en juin 2018

Fabrice Simon a observé une Pie-grièche à poitrine rose du 5 au 15 juin 2018 à Nonant-le-Pin dans l'Orne. Selon Denis Rey, de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, qui étudie l'espèce dans l'Hérault, il s'agit d'une femelle adulte. Fabrice Simon penche lui pour un mâle de deuxième année d'après les critères suivants : rose des parties inférieures bien marqué, masque noir assez large, scapulaires et extrémités des rémiges primaires usées (il a sûrement déjà migré) et masque incomplet au niveau du front.
Cet individu a séjourné dans un haras riche en herbages. Il était peu farouche et assez tolérant vis-à-vis des autres oiseaux, dont la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) présente également sur le site. Il alternait des périodes de chasse et de longs moments (jusqu'à une heure) de repos sur les lisses des clôtures (visibles sur les photos prises avec un Nikon D500 + téléobjectif 800 mm + TC 1,25).
En dehors de la région méditerranéenne, l'espèce est rarissime en France (une vingtaine de données entre 1973 et 2009), et l'observation d'un oiseau dans l'Orne en juin 2018 est donc remarquable. Il s'agit peut-être d'un cas de dépassement printanier d'aire de répartition (lire Comment arrivent les oiseaux rares ?). Fabrice nous indique qu'il a aperçu un autre oiseau, sans en être sûr.
Une Pie-grièche à poitrine rose avait été observée en Normandie le 20 mai 2009 à Fierville-Bray près de Caen (Calvados), dans l'enceinte de la coopérative agricole Lepicard et dans un roncier en bordure d'un champ de tournesol (voir des photos). Un oiseau avait séjourné à Saint-Amand-sur-Fion dans la Marne (est de la France) en septembre 2013 et un autre à Saint-Appolinard dans l'Isère en mai 2013 (voir une synthèse d'observations récentes en France).

Contact

Fabrice Simon - Site web : www.fabricesimon.com

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la rubrique Observations d'Ornithomedia.com

Une synthèse d'observations récentes de Pies-grièches à poitrine rose en France

Dans la galerie d'Ornithomedia.com

Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio)

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Séjour d'une Pie-grièche à poitrine rose dans l'Orne (Normandie) en juin 2018"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest