Publicité

Zeiss Victory SF 8x42

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Identification > Un possible Goéland de la Véga dans une décharge de Seine-et-Marne

Identification

Retour à la liste des articles de Identification

Un possible Goéland de la Véga dans une décharge de Seine-et-Marne

Le 17 novembre 2016, Thibaut Chansac a observé et photographié un possible Goéland de la Véga, une espèce asiatique rarissime en Europe.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Un possible Goéland de la Véga dans une décharge de Seine-et-Marne

Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte (au centre), déchetterie de Charny (Seine-et-Marne), le 17/1/2016.
Photographie : Thibaut Chansac

En hiver, les goélands et les mouettes se rassemblent en grand nombre dans les décharges pour y chercher de la nourriture, et ce sont donc des endroits intéressants pour effectuer des comptages ou essayer de repérer des espèces moins communes parmi les milliers de Goélands argentés ou leucophées. Mais il s'agit d'un exercice d'identification difficile, qui demande beaucoup de patience et de concentration. Le 17 novembre 2016, dans la déchetterie de Charny, située en Seine-et-Marne et interdite aux personnes non habilitées, Thibaut Chansac a observé un goéland subadulte/adulte inhabituel : son iris était sombre, son bec ne présentait pas de tache noire, sa tête et son cou étaient nettement marqués de sombre, ses rémiges primaires externes n'avaient pas encore mué, son manteau était d'un gris assez sombre et ses pattes étaient d'un rose prononcé. Après plusieurs recherches et consultations d'ornithologues confirmés, il en a conclu qu'il pourrait s'agir d'un Goéland de la Véga (Larus vegae), une espèce asiatique à la taxonomie encore mal connue et rarissime en Europe : un seul oiseau a été observé jusqu'à présent avec certitude en Europe, à Duncannon (Irlande) en janvier 2016 !
Dans cet article, nous vous présentons les photos de Thibaut Chansac et les critères utilisés pour l'identification.

Abstract

In winter, gulls gather in large numbers in landfills for feeding, so they are good places to count them or to search less common species among thousands of Herring or Yellow-legged Gulls. But this is a difficult exercise, which requires a lot of patience and concentration. The 17th of November 2016, Thibaut Chansac watched and photographed an unusual subadult/adult gull in the Charny waste dump, located in Seine-et-Marne (France) and prohibited to unauthorized persons. Its iris was dark, its bill did not show black spot, its head and neck were striated, its outer primaries had not yet moulted, its back was rather dark gray and its feet were pink. After several researches and consultations, Thibaut Chansac concluded that it could be a subadult Vega Gull (Larus vegae), an Asian species whose taxonomy is still little known and which is very rare in Europe: only a bird has been identified so far in Europe, in Duncannon (Ireland) in January 2016!
In this article, we present the photos of Thibaut Chansac and the criteria he used for the identification.

Le Goéland de la Véga, une espèce à la taxonomie encore mal définie

Goéland de la Véga (Larus vegae) adulte

Goéland de la Véga (Larus vegae) adulte en hiver, Corée du Sud, le 18/01/2002. Notez (1) le bec assez court, (2) l'iris sombre, (3) les stries sombres sur le cou et la poitrine, (4) les pattes bien roses, (5) le dessus gris assez sombre et (6) la grande zone blanche sur les rémiges secondaires.
Photographie : Kim Hyun-Tae / Birdskorea.org

Le Goéland de la Véga (Larus vegae) est un laridé à la taxonomie encore incertaine : selon les auteurs, il est considéré comme une espèce à part entière ou comme une sous-espèce du Goéland d'Amérique (L. smithsonianus) ou du Goéland argenté (Larus argentatus), et il est parfois "rattaché" au Goéland mongol (Larus mongolicus).
L'adulte ressemble au Goéland argenté mais il est d'un gris-bleu plus sombre dessus, et au Goéland à manteau ardoisé (Larus schistisagus), mais son dos est plus clair. En hiver, l'adulte a la tête nettement striée de sombre. Ses pattes sont roses et son iris est généralement sombre. Le bec est jaunâtre avec une tache rouge sur la mandibule inférieure (sombre chez les oiseaux de premier et de deuxième hiver).
Pour en savoir plus sur l'identification du Goéland de la Véga, lire l'article Identifier les Goélands de la Véga, du Taïmyr et mongol.
Il niche dans le nord-est de la Sibérie et hiverne au Japon, en Corée, dans le nord-est de la Chine et à Taïwan. Il pourrait aussi nicher localement en Alaska.
Du fait de sa difficulté d'identification et de l'éloignement de son aire de répartition, le Goéland de la Véga est rarissime en Europe de l'Ouest, un seul oiseau ayant été identifié avec certitude (en cours d'homologation par l'Irish Rare Birds Committee) jusqu'à présent : un adulte à Duncannon (Irlande) en janvier 2016 (voir des photos).

Classes d'âge et cycles chez les grands goélands

Comme les autres "grands" goélands (argenté, brun, marin...), le Goéland de la Véga subit différentes mues avant d'acquérir le plumage adulte. Le plumage adulte est acquis au-delà de trois ans par des mues successives au cours desquelles les vieilles plumes sont remplacées par de nouvelles. La première mue est dite post-juvénile et se déroule peu de temps après que le jeune est en état de voler. Elle est incomplète et seules les plumes juvéniles de la tête et du corps sont remplacées : le résultat est le plumage de premier hiver. Par la suite, l’oiseau subit une mue de printemps (incomplète, seules les plumes de la tête et du corps étant remplacées) puis une mue d'automne (totale). La mue printanière demande un à deux mois, tandis que la mue automnale complète en nécessite trois ou quatre.
L'oiseau revêt le plumage nuptial adulte au cours de la mue printanière et le plumage internuptial au cours de la mue automnale. Les rémiges et les rectrices sont portées toute l'année et peuvent donc être très usées en été, notamment chez les oiseaux de premier été.

"Topographie" d'un goéland

Topographie d'un goéland : (1) manteau,(2) scapulaires, (3) petites couvertures, (4) couvertures moyennes, (5) grandes couvertures, (6) rémiges secondaires, (6) rémiges tertiaires, (8) rémiges primaires et (9) projection primaire (= longueur viisble des rémiges primaires au-delà des tertiaires et des secondaires quand l'aile est fermée).
Schéma : Ornithomedia.com

On peut distinguer quatre classes d'âge chez un "grand" goéland (classification en années civiles ou calendaires, la plus fréquente) :

  • première année civile : plumage juvénile (juin à septembre) et plumage de premier hiver (août à décembre);
  • deuxième année civile : fin du plumage de premier hiver (décembre à mars), plumage de premier été (février à septembre) et plumage de deuxième hiver (août à décembre);
  • troisième année civile : fin du plumage de deuxième hiver (janvier à mars), plumage de deuxième été (février à septembre) et plumage de troisième hiver (août à décembre);
  • quatrième année civile (adulte) : fin du plumage de troisième hiver (janvier à février), plumage nuptial (février à août) et plumage internuptial (août à décembre).

Il existe un autre système de classification, dit de Humphrey-Parkes, basé sur des "cycles de plumage" : chaque cycle est compris entre deux mues des rémiges primaires. le premier cycle débute de l'acquisition du plumage juvénile à la mue de la première rémige primaire, soit avril-mai de l'année suivant celle de la naissance. Les cycles suivants sont globalement compris entre le mois de mai d'une année au mois de mai de l'année suivante. Par exemple, le quatrième cycle d'un goéland s'étale globalement entre le mois de mai de sa quatrième année et le mois de mai de sa cinquième année. Toujours selon cette classification, le cycle "adulte" commence à partir du mois de mai de la cinquième année.

Éléments d’identification : critères de structure

Situation de la Déchetterie de Charny (Seine-et-Marne)

Situation de la Déchetterie de Charny (Seine-et-Marne).
Carte : Ornithomedia.com

Le 17 novembre 2016, Thibaut Chansac a observé et photographié un goéland subadulte/adulte inhabituel dans la déchetterie de Charny (Seine-et-Marne) : son manteau était d'un gris-bleu relativement sombre, proche de celui d'un Goéland leucophée (Larus michahellis), mais sa tête et son cou étaient nettement striés de sombre. Or, à cette période les Goélands leucophées adultes et subadultes ont typiquement la tête blanche (lire Identifier les goélands adultes en hiver dans les dortoirs). Il rappelait ainsi un Goéland argenté nordique (Larus argentatus argentatus), dont le manteau est d'un gris plus sombre que celui du Goéland argenté d'Europe de l'Ouest.

Thibaut Chansac a pu noter les éléments ci-dessous qui plaident en faveur d'un Goéland de la Véga subadulte (ou de quatrième cycle selon le système de Humphrey-Parkes) :

  • une tête plutôt arrondie;
  • des stries sombres épaisses et nébuleuses, surtout sur le cou où elles forment presque un collier, une caractéristique typique de beaucoup de goélands de la zone Pacifique;
  • un iris sombre (très rare chez un Goéland argenté adulte ou subadulte);
  • un cercle orbital semblant rose/violacé, mais la couleur exacte n'a pas pu être évaluée avec certitude à cause de la distance et du vent (l'utilisation sur les photos du logiciel de post-traitement Lightroom semble toutefois bien indiquer un ton mauve);
  • les rémiges secondaires et les rectrices (queue) usées;
  • des rémiges primaires externes (P9 et P10) qui n'avaient pas encore mué. La combinaison d'une mue tardive de ces plumes et d'un plumage usé serait inhabituelle pour un goéland d'Europe de l'Ouest. À cette époque de l'année, c'est un critère extrêmement important pour le Goéland de Véga et qui avait servi à Killian Mullarney pour identifier l'adulte de Duncannon (Irlande) en janvier 2016;
  • un large croissant blanc sur les rémiges tertiaires et les scapulaires;
  • une zone noire sur les rémiges primaires plus étendue que celle du Goéland argenté, atteignant les rémiges primaires P5 et P4 (zone subterminale noire sur la P5 et petit point noir sur la P4);
  • un dos d'un gris plus sombre que celui du Goéland argenté et aussi sombre que celui du Goéland leucophée, mais avec une teinte bleutée plus saturée (saturation de 15 à 40 %) (lire Un outil pour identifier les Laridés adultes : la "Kodak Gray Scale");
  • des pattes d'un rose plus vif que celles du Goéland argenté;
  • un bec assez court, à base pâle et verdâtre, avec une tâche rouge du gonys (= arête ventrale de la mandibule inférieure) n'atteignant pas les bords de la mandibule.
Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver

Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver, déchetterie de Charny (Seine-et-Marne, le 17/11/2016. Notez (1) le bec jaune à base pâle et verdâtre, (2) l'iris sombre, (3) le cou strié de sombre, (4) les pattes roses, (5) les rectrices usées, (6) le dessus gris assez sombre, (7) les rémiges secondaires usées, (8) les rémiges primaires P9 et P10 non encore muées et (9) le noir qui atteint les rémiges P4 et P5 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Thibaut Chansac
Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver

Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver, déchetterie de Charny (Seine-et-Marne, le 17/11/2016. Notez (1) le bec jaune à base pâle et verdâtre, (2) le point rouge du gonys qui n'atteint pas le bord de la mandibule (3) l'iris sombre, (4) les pattes roses, (5) les rectrices usées, (6) le dessus gris assez sombre, (7) les rémiges secondaires usées, (8) les rémiges primaires P9 et P10 non encore muées et (9) le noir qui atteint les P4 et P5 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Thibaut Chansac
Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver

Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver, déchetterie de Charny (Seine-et-Marne, le 17/11/2016. Notez (1) le bec jaune à base pâle et verdâtre, (2) le point rouge du gonys qui n'atteint pas le bord de la mandibule, (3) l'iris sombre, (4) le cou strié de sombre, (5) les pattes roses, (6) les rectrices usées, (7) le dessus gris assez sombre, (8) les rémiges secondaires usées, (9) la tache noire sur la P4 et (10) les rémiges primaires P9 et P10 non muées teintées de brun (subadulte) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Thibaut Chansac
Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver

Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver, déchetterie de Charny (Seine-et-Marne, le 17/11/2016. Notez (1) le bec jaune à base pâle et verdâtre, (2) le point rouge du gonys qui n'atteint pas le bord de la mandibule (3) l'iris sombre, (4) les pattes roses, (5) les rectrices usées, (6) les rémiges secondaires usées, et (7) les rémiges primaires P9 et P10 non muées teintées de brun (subadulte) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Thibaut Chansac
Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver

Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver et Goéland brun (Larus fuscus) adulte, déchetterie de Charny (Seine-et-Marne, le 17/11/2016. Notez (1) les pattes roses, (2) le dessus gris assez sombre, (3) la tache noire sur la rémige primaire P4 et (4) les rémiges primaires P9 et P10 non encore muées (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Thibaut Chansac
Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver

Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte et Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus) en hiver, déchetterie de Charny (Seine-et-Marne, le 17/11/2016. Notez (1) le bec jaune à base pâle et verdâtre, (2) le point rouge du gonys qui n'atteint pas le bord de la mandibule, (3) l'iris sombre, (4) le cou strié, (5) le dessus gris bleuté assez sombre et (6) les primaires P9 et P10 non muées et (7) petite tache noire sur la P4  (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Thibaut Chansac

Discussion

Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte en hiver

Possible Goéland de la Véga (Larus vegae) subadulte/adulte et Goéland argenté (Larus argentatus) adulte en hiver, déchetterie de Charny (Seine-et-Marne, le 17/11/2016. Notez (1) le bec jaune plus court à base pâle et verdâtre, (2) l'iris sombre, (3) le cou strié de sombre, (4) les pattes roses, (5) le dessus gris assez sombre, (6) le croissant blanc assez large sur les secondaires et (7) la tâches blanches assez petites sur les primaires (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Thibaut Chansac

La probabilité d'observation d'un Goéland de la Véga en France en novembre est très faible, et pourtant les critères énumérés ci-dessus par Thibaut Chansac semblent confirmer son identification. Étant donné le risque élevé de confusion avec un Goéland argenté nordique, au manteau d'un gris plus sombre que celui d'un Goéland argenté ouest-européen, Thibaut Chansac a étudié plusieurs photos de Larus argentatus argentatus de troisième et de quatrième cycles (système de Humphrey-Parkes), et la présence de noir sur la rémige primaire P4, la mue tardive des rémiges P9 et P10, le grand croissant blanc sur les rémiges secondaires, l'absence de noir sur le bec, l'iris sombre, les pattes d'un rose très prononcé, le dos gris assez sombre semblent éliminer L. a. argentatus. Thibaut Chansac toutefois attend encore les avis d'autres ornithologues et continue à comparer les photos de l'oiseau de Charny avec celles de Goélands de la Véga
L'identification du Goéland de la Véga est difficile, car la documentation disponible est faible et l'expérience des observateurs européens est limitée. En outre, il existe des hybrides entre goélands proches pouvant compliquer le travail des observateurs.
Enfin, l'oiseau de la déchetterie de Charny n'a pas pu être réobservé. Il faudrait donc essayer de le rechercher dans les environs, par exemple sur les champs proches, sur la gravière de Trilbardou ou dans les bases de loisirs de Jablines-Anet et de Vaires-Torcy (lire Itinéraire ornithologique le long de la Marne). Toutefois, les conditions d'observation sont souvent difficiles (milliers de goélands, luminosité faible, distances importantes), et donc la probabilité de revoir le possible Goéland de la Véga est très faible.

Contact

Thibaut Chansac : Grigou78@hotmail.fr

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Ouvrages recommandés

Vos commentaires sur :
"Un possible Goéland de la Véga dans une décharge de Seine-et-Marne"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Commentaires postés :

pierfig

J'ai la chance de voir des centaines de goélands de près à quelques mètres sur la plage . Je constate des différences individuelles parfois considérables et ça me parait difficile d'y différencier des espèces . Personnellement je n'essaie plus.

30/11/2016

Répondre

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest