Publicité

Longue-vue Zeiss Victory Harpia

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Identification > Identifier les nids et les œufs des oiseaux des champs et des prairies d'Europe

Identification

Retour à la liste des articles de Identification

Identifier les nids et les œufs des oiseaux des champs et des prairies d'Europe

Nous vous proposons des descriptions des nids et des œufs de plusieurs espèces typiques des plaines cultivées d'Europe.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

Identifier les nids et les œufs des oiseaux des champs et des prairies d'Europe

Nid et œufs d'Alouette des champs (Alauda arvensis).
Photographie : Mlkniemi / Wikimedia Commons

Les paysages ruraux d'Europe de l'Ouest peuvent être classés en trois grands types : l'openfield, composé de grands champs ouverts, délimités par des chemins, avec parfois des bosquets et des arbres isolés, et des maisons regroupées en hameaux ou en villages. Le bocage, qui se caractérise par des parcelles de formes irrégulières bordées de haies et/ou des murets, et des fermes isolées. Les cultures dites "délicates" (fleurs, légumes vignes...), qui peuvent être ouvertes ou bordées de haies.
Bien que créés par l'Homme, ces habitats agricoles accueillent tout un cortège d'oiseaux qui ont réussi peu à peu à s'adapter aux contraintes imposées par les agriculteurs. Malheureusement, depuis une trentaine d'années, les populations de la plupart de ces espèces subissent une baisse importante à cause principalement de l'usage de produits chimiques, de la destruction des haies, de la disparition des friches et des autres refuges, de l'urbanisation et de la sécheresse dans les zones d'hivernage. Néanmoins, une promenade au printemps ou en été à la campagne sera souvent l'occasion d'observer plusieurs oiseaux, et parfois même de trouver par hasard leurs nids et leurs œufs, qu'ils soient encore utilisé ou abandonnés, et qu'il faudra laisser sur place et ne pas toucher, sauf en cas de force majeure (destruction imminente possible).
Dans cet article, nous vous vous donnons des informations pour identifier les nids et les œufs de plusieurs espèces typiques des plaines cultivées. Pour chacune d'entre elle, nous indiquons les habitats dans lesquels leur nid est construit, les emplacements occupés, la forme du nid, les matériaux utilisés, le début de la période de reproduction, le nombre d'œufs dans le nid et la forme, la couleur et la taille de ces derniers.

Abstract

The rural landscapes of Western Europe can be classified in three main types: large open fields, delimited by paths, sometimes with isolated trees, and houses grouped into hamlets and villages. The hedgerow, which is characterized by irregularly fields lined with hedges and / or low walls, and isolated farms. The other crops (flowers, vegetable vines ...), which can be opened or lined with hedges. Although created by humans, these agricultural habitats are home to a several bird species that have gradually managed to adapt to the constraints imposed by farmers.
Unfortunately, in the last 30 years, the populations of most of these species have been drastically reduced because of the use of chemicals, the destruction of hedges, the disappearance of wastelands and other refuges, the urbanization and regular droughts in wintering areas. Nevertheless, a spring or summer walk in the countryside will be often an opportunity to watch birds that are still relatively common, and sometimes even to find by hazard their nests and their eggs, whether abandoned or not, and that It will be better to leave on the spot and not to touch, except in case of force majeure (imminent destruction possible).
In this article, we give you some informations to identify nests and their eggs from several typical species of Western Europe cultivated areas: the habitats in which their nest is built, the typical locations, the shape of the nest, the materials used, the beginning of the breeding season, the number of eggs in the nest, and the shape, the color and the size of the eggs.  

Généralités sur les nids et les œufs

Le respect des oiseaux avant tout

Paysage agricole

Les zones agricoles accueillent des espèces d'oiseaux adaptées aux milieux ouverts, et elles pondent souvent au sol.
Photographie : Ornithomedia.com
Lorsque l'on se promène à la campagne au printemps ou en été, on peut parfois découvrir un nid, qui peut être encore utilisé ou être abandonné. Une telle découverte est passionnante, mais il faut avant tout penser aux oiseaux et éviter un échec de leur reproduction, en suivant les consignes suivantes :

  • ne pas récolter les œufs
  • éviter de photographier les oiseaux au nid, surtout s'il y a des oisillons
  • ne pas déranger le nid et ne pas retirer la végétation qui le dissimule
  • être discret, effectuer des visites brèves et limitées
  • s'assurer que les visites ne perturbent pas les parents (s'ils lancent des cris d'alarme ou qu'ils attendent votre départ pour rejoindre leur nid, c'est que votre présence les dérange)
  • placer toujours l'intérêt de l'oiseau avant votre curiosité.

La période de construction du nid et de la ponte

Dans les régions tempérées, les oiseaux se reproduisent généralement au printemps ou au début de l'été, mais les dates peuvent varier d'une année à l'autre, selon des facteurs variés (météorologie, ressources alimentaires disponibles, etc.). L'éclosion coïncide normalement avec le moment où la nourriture est la plus abondante.
Le début du cycle de la nidification varie aussi suivant les régions : les oiseaux des zones méridionales et occidentales sont habituellement plus précoces que celles nichant dans l'est ou le nord.
Certaines espèces peuvent nicher plusieurs fois dans l'année, notamment si leur première nidification a échoué pour des raisons diverses (prédation, intempéries).
Les différentes couvées peuvent être espacées ou parfois se chevaucher. La ponte de remplacement, plus tardive, est aussi plus rapide.
La période de reproduction se termine généralement à la fin de l'été ou en automne, avec la mue des parents. Certaines espèces sédentaires continuent à élever une progéniture très tard dans l'année, alors que les espèces migratrices comme les hirondelles, qui muent dans leurs quartiers d'hiver, se reproduisent jusqu'au début de leur migration.
Le réchauffement climatique pourrait modifier les dates "classiques" de reproduction des espèces, notamment migratrices, car il entraîne des arrivées plus précoces au printemps et des départs plus tardifs en automne. 

La construction des nids

Nid et oeufs du Petit Gravelot (Charadrius dubius)

Nid et œufs du Petit Gravelot (Charadrius dubius). Le nid est une simple dépression bordée de petits graviers. Remarquez le mimétisme des œufs.
Photographie : Alnus / Wikimedia Commons

Certaines espèces ne bâtissent pas de nid, la femelle se contentant de creuser une dépression dans le sol (gangas, limicoles, engoulevents par exemple), tandis que d'autres creusent des cavités (pics) ou des tunnels (martins-pêcheurs), et que d'autres enfin utilisent des cavités déjà existantes (mésanges, sittelles) ou occupent des nids abandonnés (rapaces dans des nids de Corvidés).  
Les matériaux utilisés sont généralement ceux immédiatement disponibles : végétaux aquatiques et boue pour les grèbes et la Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), galets pour les gravelots, brindilles et branches pour les espèces nichant dans les arbres et les buissons.
Lorsqu'un nid est réutilisé, les nouveaux occupants y ajoutent des matériaux, de sorte qu'au fil des années il peut prendre un aspect assez volumineux (cigognes, moineaux).
Des matériaux plus "confortables" sont souvent utilisés pour tapisser le fond du nid : par exemple, l'intérieur du nid d'apparence grossière du Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula), composé de brindilles dressées dans tous les sens, est garni de radicelles et de crin. Les canards et les oies utilisent leur duvet et leurs plumes.
De nombreux oiseaux construisent des nids en forme de coupe avec des matériaux relativement flexibles que l'oiseau assemble. Lorsqu'ils garnissent l'intérieur avec des éléments plus doux, ils "moulent" ces derniers aux dimensions de leur corps en effectuant des mouvements rotatoires et en repoussant le fond avec leurs pattes.
Les oiseaux apportant des fragments de mousse ou de lichen pour construire leur nid peuvent utiliser des fils d'araignée pour les assembler : c'est le cas par exemple du Pinson des arbres (Fringilla coelebs) et de la Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus), mais aussi du plus petit oiseau d'Europe, le Roitelet huppé (Regulus regulus), qui en a besoin pour fixer son nid aux branches des conifères.
En Europe de l'Ouest, quelques nids sont suspendus : c'est le cas par exemple de celui du Loriot d'Europe (Oriolus oriolus), fixé aux rameaux d'une fourche, ou de celui de la Rémiz penduline (Remiz pendulinus) en forme de bourse avec un tunnel d'entrée incliné vers le bas.
De la boue est parfois utilisée : les Sittelles torchepots (Sitta europaea) s'en servent pour réduire le diamètre de l'orifice donnant accès à leur cavité dans un tronc d'arbre, la Grive musicienne (Turdus philomelos) en tapisse le fond de son nid, et les hirondelles construisent leur nid le long de parois à partir de pelotes de boue et de particules végétales.
Les martinets utilisent leur salive pour coller les matériaux l'un à l'autre.
Des objets et les déchets humains peuvent également être incorporés : fils, papiers, plastiques...

L'identification du nid n'est pas toujours simple

Généralement, chaque espèce construit un nid dont la structure et les éléments utilisés sont typiques, mais la plupart des espèces peuvent s'adapter à des conditions variées, ce qui peut poser des problèmes pour reconnaître certains nids : par exemple, la Corneille noire (Corvus corone) peut nicher sur des corniches rocheuses alors qu'elle installe généralement son nid dans les arbres. Certains oiseaux peuvent utiliser d'anciens nids d'autres espèces : les rapaces occupent ainsi parfois ceux abandonnés par les corneilles. Des cavités creusées par les pics peuvent être occupées par d'autres espèces de passereaux (mésanges, sittelles...) ou par des rapaces nocturnes (la Chouette de Tengmalm utilise ainsi les cavités du Pic noir).
Les oiseaux sélectionnent généralement leurs matériaux, mais ils peuvent aussi choisir des matériaux à leur portée, ce qui peut modifier l'aspect de leur nid : par exemple, les Hérons cendrés (Ardea cinerea) peuvent construire un nid de brindilles dans un arbre ou de tiges de roseaux dans une phragmitaie.
La quantité de matériaux utilisés, et donc le volume du nid, peut varier, et il est donc parfois indispensable de voir son occupant.

Le nombre d'œufs pondus

La ponte est l'ensemble des œufs pondus et couvés en une fois par une même femelle. Ce nombre varie suivant les espèces : il est parfois fixe (un à deux) comme chez les pigeons, mais il est le plus souvent variable. On peut toutefois généralement indiquer un nombre moyen d'œufs pondus par espèce.
Pour une même espèce, la taille de la couvée peut varier selon la région : chez certains passereaux, elle est généralement plus importante dans les régions arctiques que dans le sud de l'Europe, peut-être du fait de journées plus longues.
Le nombre d'œufs pondus dépend aussi du nombre de jeunes qu'un couple est capable d'élever, de la quantité d'œufs qu'une femelle est physiquement capable de pondre ou d'incuber, et de la durée de vie et du taux de survie de chaque espèce. 

La forme

Les différentes formes d'œufs

Les différentes formes d'œufs (la forme biconique, très rare, n'est pas illustrée).
Dessin : Ornithomedia.com

Il existe différentes formes d'œufs :

  • sphérique : proche de la forme d'une sphère
  • elliptique : allongé, plus large en son milieu, avec des extrémités également arrondies
  • subelliptique : arrondi aux extrémités, plus allongé que le précédent, s'amincissant aux extrémités dont l'une est plus large que l'autre
  • ovale : forme typique, avec une extrémité plus large et plus arrondie, l'autre étant relativement pointue
  • piriforme : en forme de poire
  • biconique : pointu aux deux extrémités (grèbes).

La taille 

La taille des œufs varie selon les espèces, mais il existe aussi des variations intraspécifiques, voire au sein d'une même ponte. 

La coloration

Il existe une grande variété de couleurs des coquilles des œufs, mais il n'existe en fait que deux pigments à l'origine de ces teintes (plus un autre responsable de la teinte rosée temporaire des œufs fraîchement pondus de certaines espèces comme les pigeons et les tourterelles) : un dans toute la coquille  à l'origine de la couleur bleutée, et un responsable des nuances de brun, de rouge, de noir ou des tons intermédiaires. Ce dernier peut donner à une coquille blanche un aspect jaune ou fauve, et à une coquille bleue un aspect vert ou olive. Les taches et les marques sont également dues à ce pigment.

Deux variations possibles de la couleur et des motifs de l'oeuf du Merle noir

Deux variations possibles de la couleur et des motifs de l'œuf du Merle noir (Turdus merula).
Source : Colin Harrison / Les nids, les oœufs et les poussins

Lorsque les œufs d'une espèce comportent des motifs, les variations peuvent être très importantes et il peut parfois être difficile de distinguer les œufs d'espèces proches : il sera alors nécessaire de voir les parents pour identifier l'oiseau. De même, il existe des variations de couleurs entre les œufs d'une même ponte (c'est fréquent chez les corneilles et les moineaux par exemple).
La teinte de fond des œufs peut varier au sein d'une même espèce, souvent à cause de l'absence d'un pigment : un œuf normalement olive peut alors par exemple être blanc. Et l'absence d'un pigment superficiel peut changer la perception des couleurs des taches et des motifs : les taches noires d'un œuf bleu sembleront fauves ou rouges chez un œuf anormalement blanc.
Les conditions environnementales (nourriture, climat) pourraient aussi influencer la coloration des coquilles.
La couleur des coquilles est souvent liée au type de nid : les œufs pondus dans des cavités sombres sont ainsi généralement blancs ou bleu pâle pour aider les parents à les repérer, ceux déposés dans des nids fermés sont souvent plus pâles que ceux pondus dans des nids ouverts, et ceux pondus au sol (gravelots, sternes...) ont généralement des teintes proches de celle de leur habitat.
Dans la pénombre, les œufs apparaissent souvent plus sombres et leur coloration plus intense que sur certains dessins de guides.

Rappel : les nids et les œufs des oiseaux des jardins

Cet article est consacré aux nids et aux œufs des espèces typiques des champs, des prairies et des friches d'Europe de l'Ouest. Pour identifier les nids et les œufs des oiseaux vivant dans les jardins, les fermes et les villages, nous vous conseillons notre article Identifier les nids et les oeufs des oiseaux des villes et des jardins.

Les nids et les œufs des oiseaux des cultures et des prairies 

Œufs de Perdrix rouge (Alectoris rufa)

Œufs de Perdrix rouge (Alectoris rufa).
Photographie : Didier Descouens / Wikimedia Commons

Beaucoup d'espèces d'oiseaux des régions cultivées et des prairies nichent au sol et creusent une simple dépression. Leurs œufs sont souvent lisses et brillants. 

Perdrix rouge (Alectoris rufa)

  • Habitats de nidification : versants secs dans les zones couvertes de broussailles, au pied des haies et dans les champs de céréales.
  • Emplacements choisis pour le nid : généralement sous un buisson.
  • Forme du nid : dépression peu profonde.
  • Matériaux utilisés : quelques végétaux.
  • Début de la période de reproduction :  fin avril ou mai.
  • Nombre d'œufs : généralement 10 à 16, parfois jusqu'à 28. 
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et brillant. Subelliptique.
  • Couleur de l'œuf : blanc jaunâtre à brun jaunâtre pâle, diversement tacheté de fauve rougeâtre ou de grisâtre. 
  • Taille moyenne des œufs : 41,4 x 31,1 mm.

Perdrix grise (Perdix perdix)

  • Habitats de nidification : cultures et landes. 
  • Emplacements choisis pour le nid : au sol, dans les herbes ou les céréales, au pied des haies, des buissons et des arbustes, rarement au-dessus du niveau du sol.
    Œuf de Perdrix grise (Perdix perdix)

    Œuf de Perdrix grise (Perdix perdix).
    Photographie : Klaus Rassinger et Gerhard Cammerer / Wikimedia Commons
  • Forme du nid : cuvette peu profonde, généralement abritée par des végétaux assez hauts
  • Matériaux utilisés : garni de feuilles et d'herbes mortes.
  • Début de la période de reproduction : entre début avril et début mai.
  • Nombre d'œufs : 9 à 20, parfois 8 ou 21-23. Les pontes plus importantes son probablement l'oeuvre de deux femelles.
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et brillant. Subelliptique, ovale  court ou pirifome court.
  • Couleur de l'œuf : teinte fauve, brun ou olive uniforme.
  • Taille moyenne des œufs : 36,5 mm x 27,3 mm.

Faisan de Colchide (Phasianus colchicus)

  • Habitats de nidification : roselières, landes, friches, bois, haies et buissons. 
  • Emplacements choisis : nid au sol, dissimulé par des plantes hautes (bruyères ou broussailles).
  • Forme du nid : cuvette peu profonde.
  • Matériaux utilisés : dépourvue de garniture ou tapissé de quelques herbes et feuilles mortes.
  • Début de la période de reproduction : entre début avril et début juin.
  • Nombre d'œufs : généralement 7 à 15.
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et brillant. Subelliptique.
  • Couleur de l'œuf : Brun olive uni, parfois brun plus accentué, olive ou gris-bleu.
  • Taille moyenne des œufs : 45,9 x 36 mm.

Caille des blés (Coturnix coturnix)

  • Habitats de nidification : zones herbeuses  et céréales.
  • Emplacements choisis : nid au sol.
  • Forme du nid : légère dépression.
  • Matériaux utilisés : dépression garnie de quelques brins d'herbes et d'autres végétaux présents.
  • Début de la période de reproduction : entre mai et juin.
  • Nombre d'œufs : 7 à 12, parfois 6 ou 13-18.
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et brillant. Ovale à piriforme de type court.
  • Couleur de l'œuf : blanchâtre ou jaune crème à jaune pur, plus ou moins ponctué ou taché de brun chocolat ou de brun rougeâtre.
  • Taille moyenne des œufs : 30,4 x 23 mm.
Nid et œufs de Faisan de Colchide (Phasianus colchicus)

Nid et œufs de Faisan de Colchide (Phasianus colchicus).
Photographie : Joke Baars / Wikimedia Commons
Œufs de Caille des blés (Coturnix coturnix)

Œufs de Caille des blés (Coturnix coturnix).
Photographie : Klaus Rassinger et Gerhard Cammerer / Wikimedia Commons


Outarde canepetière (Tetrax tetrax)

Œuf d'Outarde canepetière (Tetrax tetrax)

Œuf d'Outarde canepetière (Tetrax tetrax).
Photographie : Klaus Rassinger et Gerhard Cammerer / Wikimedia Commons
  • Habitats de nidification : endroits dégagés garnis de végétation basse ou d'herbes, champs de céréales.
  • Emplacements choisis : nid au sol, à découvert
  • Forme du nid : dépression peu profonde, garnie avec les matériaux présents au moment de l'excavation.
  • Matériaux utilisés : herbe sèche, racines, un peu de laine, de duvet et de mousse. La partie interne est tapissée de brins d'herbe, de racines et de crin
  • Début de la période de reproduction : entre fin avril et juin.
  • Nombre d'œufs : 3 à 4, parfois 2 à 5. 
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et brillant. Elliptique court à subelliptique court. 
  • Couleur de l'œuf : olive verdâtre à brun olive, uniformément et fortement strié de brun longitudinalement. Parfois tacheté de brun.
  • Taille moyenne des œufs : 52,3 x 38,3 mm.

Vanneau huppé (Vanellus vanellus)

  • Habitats de nidification : prairies, marais, terrains cultivés et landes humides.
  • Emplacements choisis : nid au sol, parfois sur une légère élévation dans les zones plus humides.
  • Forme du nid : dépression peu profonde.
  • Matériaux utilisés : variable (garniture absente ou accumulation de matériaux).
  • Nid et œufs de Vanneau huppé (Vanellus vanellus)

    Nid et œufs de Vanneau huppé (Vanellus vanellus).
    Photographie : Rasbak / Wikimedia Commons

    Début de la période de reproduction : fin mars à début avril.
  • Nombre d'œufs : habituellement 4, parfois 2 ou 5. 
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et mat. Piriforme ou ovale.
  • Couleur de l'œuf : fauve crème, gris pierre, olive ou brun, rarement bleuâtre ou rougeâtre, tacheté de noir, rarement parcouru de stries irrégulières ou de taches étendues.
  • Taille moyenne des œufs : 47,1 x 33,7 mm.

Alouette des champs (Alauda arvensis)

  • Habitats de nidification : milieux ouverts dépourvus d'arbres, prairies, dunes, marais ou landes. 
  • Emplacements choisis : au sol, dans une légère dépression, quelques fois sous une touffe d'herbes.
  • Forme du nid : coupe peu profonde.
  • Matériaux utilisés : garni de fins brins d'herbes et quelque fois de crin, parfois petits cailloux sur le  pourtour dans les endroits très exposés.
  • Début de la période de reproduction : début avril.
  • Nombre d'œufs : 3 à 4, parfois 5. 
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et moyennement brillant. Subelliptique.
  • Couleur de l'œuf : blanc grisâtre terne ou teinté de fauve ou de verdâtre, fortement tacheté de brun moyen à olive sur l'ensemble.
  • Taille moyenne des œufs : 23,8 x 17,1 mm.

Pipit farlouse (Anthus pratensis)

  • Habitats de nidification : régions dégagées assez diverses, des marais côtiers, dunes et prairies humides aux landes d'altitude. 
  • Emplacements choisis : dissimule son nid au sol, sous un couvert végétal et occasionnellement au pied d'une touffe.
  • Forme du nid : coupe.
  • Matériaux : herbes sèches et autres végétaux, avec également des matériaux plus fins, fibres végétales et crin.
  • Début de la période de reproduction : première quinzaine d'avril dans le Sud, début juin dans le Nord.
  • Nombre d'œufs : 3 à 5, parfois 7. 
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et brillant. Subelliptique.
  • Couleur de l'œuf : coloration variable, brunâtre, grisâtre ou rougeâtre. La teinte de base est gris pâle, fauve ou rose. Tacheté ou moucheté de brun ou de gris pâle, marques noirâtres si fines que la coquille semble presque uniformément gris sombre ou fauve.  
  • Taille moyenne : 19,8 x 14,6 mm.
Nid et œufs d'Alouette des champs (Alauda arvensis)

Nid et œufs d'Alouette des champs (Alauda arvensis).
Photographie : Beentree / Wikimedia Commons
Nid et œufs de Pipit farlouse (Anthus pratensis)

Nid et œufs de Pipit farlouse (Anthus pratensis).
Photographie : Mlkniemi / Wikimedia Commons


Bergeronnette printanière (Motacilla flava)

  • Habitats de nidification : pâturages, marais ou cultures, souvent près de l'eau. landes dégagées garnies d'herbes courtes. 
  • Emplacements choisis : nid au sol, dans une cavité, dans un épais tapis d'herbes ou sous le feuillage d'une plante basse.
  • Forme du nid : coupe.
  • Matériaux : herbes, tiges et racines garnies de crin et parfois de poils ou de laine.
  • Début de la période de reproduction : vers la mi-mai.
  • Nombre d'œufs : 5 à 6, rarement 7. 
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et brillant. Subelliptique.
  • Couleur de l'œuf : fauve pâle ou grisâtre, finement ponctué de fauve jaunâtre avec un aspect uni ou moucheté de brun.
  • Taille moyenne : 19 x 14,1 mm.

Linotte mélodieuse (Linaria cannabina)

  • Habitats de nidification : landes, zones parsemées de buissons, bosquets, haies, dunes.
  • Emplacements choisis : dans un buisson, rarement dans les herbes hautes.
  • Forme du nid : coupe.
  • Matériaux : herbes, tiges et mousse, parfois brindilles, duvet et plumes.
  • Début de la période de reproduction : mi-avril.
  • Nombre d'œufs : généralement 4 à 6, parfois 7.
  • Aspect et forme  de l'œuf: lisses, mat ou légèrement brillant. Subelliptique.
  • Couleur de l'œuf : bleu très pâle à bleu blanchâtre, pointillés, tacheté ou strié de rose pâle ou de pourpre, surtout à l'extrémité la plus large. Plus rarement tacheté et strié de rouge-marron ou de noir pourpre.
  • Taille moyenne des œufs : 18,2 x 13,2 mm.
Nid et œufs de Bergeronnette printanière (Motacilla flava)

Œufs de Bergeronnette printanière (Motacilla flava).
Photographie : Rasbak / Wikimedia Commons
Nid et œufs de Linotte mélodieuse (Linaria cannabina)

Nid et œufs de Linotte mélodieuse (Linaria cannabina).
Photographie : Mlkniemi / Wikimedia Commons

Bruant proyer (Emberiza calandra)

  • Habitats de nidification : zones herbeuses, landes, jachères, et cultures. 
  • Emplacements choisis : Nid souvent au sol parmi les herbes, mais aussi parfois dans une haie ou un buisson épais, à une hauteur pouvant atteindre 1,7 m.
  • Forme du nid : coupe assez lâche.
  • Matériaux : herbes garnies de fins brins d'herbe, de racines et de crin.
  • Début de la période de reproduction : d'avril dans le Sud à juin dans le Nord. 
  • Nombre d'œufs : 4 à 6, parfois 1 à 3 ou 7.
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et brillant. Subelliptique.
  • Couleur de l'œuf : blanc uni ou teinté de bleu pâle, de pourpre ou de fauve. parcimonieusement et peu distinctement moucheté et tacheté de gris ou de gris pourpre, tacheté, strié et vermiculé de noir, de brun pourpre ou de brun sombre. Ces marques, souvent accentuées, ont parfois des contours flous teintés de rouge. Marques souvent confinées sur l'extrémité la plus large. 
  • Taille moyenne : 23,3 x 17,8 mm.

Bruant jaune (Emberiza citrinella)

  • Habitats de nidification : bois clairsemés, broussailles, landes et cultures. 
  • Emplacements choisis : nid généralement au sol, dissimulé parmi les herbes et adossé à un buisson, également en bordure de végétaux plus hauts (haies).
  • Forme du nid : coupe.
  • Matériaux : herbes, tiges et mousse, garniture de crin et de fins brins d'herbes.
  • Début de la période de reproduction : fin avril.
  • Nombre d'œufs : généralement 3 à 5, parfois 2 ou 6. 
  • Aspect et forme de l'œuf : lisse et légèrement brillant. Subelliptique.
  • Couleur de l'œuf : blancs teinté de bleuâtre, de grisâtre ou de pourpre, en général finement et légèrement tacheté ou vermiculé de gris pourpre pâle. Présence de vermiculures clairsemées mais accentuées, et de petites taches noires ou brun pourpre.
  • Taille moyenne des œufs : 21,6 x 15,3 mm.
Œufs de Bruant proyer (Emberiza calandra)

Œufs de Bruant proyer (Emberiza calandra).
Photographie : Muséum de Toulouse / Wikimedia Commons
Nid et œufs de Bruant jaune (Emberiza citrinella)

Nid et œufs de Bruant jaune (Emberiza citrinella).
Photographie : Notafly / Wikimedia Commons

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Ouvrages recommandés

Source

Colin Harrison (1977). Les nids, les oeufs et les poussins d'Europe en couleurs. Elsevier.

Vos commentaires sur :
"Identifier les nids et les œufs des oiseaux des champs et des prairies d'Europe"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest