Publicité

Longue-vue Zeiss Victory Harpia

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Identification > Distinguer les Bécasseaux à cou (ou à col) roux et minute

Identification

Retour à la liste des articles de Identification

Distinguer les Bécasseaux à cou (ou à col) roux et minute

Alors qu'un juvénile a séjourné dans les salins des Pesquiers à Hyères (Var) du 17 au 26/09/2018 (au moins), nous énumérons les critères pour distinguer cette espèce du Bécasseau minute, qui lui ressemble étroitement.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Distinguer les Bécasseaux à cou (ou à col) roux et minute

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile, salins des Pesquiers, Hyères (Var), le 21/09/2018.
Photographie : Hugo Foxonet

Le Bécasseau à cou ou à col roux (Calidris ruficollis) est un limicole nichant en Sibérie et en Alaska et hivernant en Asie du Sud-est et en Océanie. Il est accidentel et extrêmement rare en Europe de l'Ouest (seulement trois données homologuées en France jusqu'en 2010). Si l'identification d'un adulte en plumage nuptial parfait est relativement aisée, ce n'est pas le cas des adultes dans les plumages usé ou internuptial, ou bien du juvénile. En Europe, le Bécasseau minute (Calidris minuta) est le limicole qui lui ressemble le plus (ces deux espèces étaient autrefois considérées comme conspécifiques), et une confusion est donc facile. Alors qu'un juvénile a séjourné du 17 au 26/09/2018 (au moins) dans les salins des Pesquiers à Hyères (Var), nous rappelons les critères pour différencier les Bécasseaux à cou roux et minute
Nous remercions Franck Ambrosini, David Bakewell, Joël Bruezière, Alain Fossé, Arthur Grosset, Hugo Foxonet, Olivier Laporte, Michel Leroux, Nials Moores et Xavier Rozec pour leurs photos.

Abstract

The Red-necked Stint (Calidris ruficollis) is a wader breeding in Siberia and Alaska and wintering in Southeast Asia and Oceania. It is an extremely rare vagrant in Western Europe (only three approved data in France until 2010). If the identification of an adult in a perfect breeding plumage is relatively easy, this is not the case of adults in worn or non-breeding plumages, or of a juvenile. In Europe, the Little Stint (Calidris minuta) is the most similar species (both species were once considered conspecific), so a confusion is easy. As a juvenile stayed from the 17th to the 26th of September 2018 (at least) in the Pesquiers saltmarshes in Hyères (Var, Southern France), we present the criteriato distinguish the Red-necked and the Little Stints.
We thank Franck Ambrosini, David Bakewell, Joël Bruezière, Alain Fossé, Arthur Grosset, Hugo Foxonet, Olivier Laporte, Michel Leroux, Nials Moores and Xavier Rozec for their photos.

Description du Bécasseau à cou roux

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) adulte en plumage nuptial

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) adulte en plumage nuptial, baie de Goulven (Finistère), le 2 août 2008. Notez (1) la gorge et le haut de la poitrine rouge orangé, (2) les stries noires bordant le zone orangée et (3) le manteau et les scapulaires supérieures marqués de roux et noir sans bretelles blanches nettes.
Photographie : Xavier Rozec

Longueur : 13- 16 cm.

Description : le Bécasseau à cou (ou à col) roux ressemble au Bécasseau minute (Calidris minuta). Il a un bec un peu plus court, avec une extrémité plus large, en forme de "goutte". Sa tête est plus arrondie, avec un front assez abrupt. Il a aussi le ventre plus "rebondi". Il semble assez allongé car sa projection primaire assez longue, comme celle du Bécasseau minute.
Les pattes sont noirâtres à tous les âges, comme chez le  Bécasseau minute, mais elles sont plus courtes. Les pieds des deux espèces ne présentent pas de palmure partielle comme chez les Bécasseaux semipalmé (Calidris pusillla) et d'Alaska (C. mauri), ce qui constitue un bon critère à courte distance.
L'adulte en plumage nuptial a les sourcils, la nuque, la gorge et le haut de la poitrine rouge orangé uniforme bordés de rayures et de taches noires. Les scapulaires (épaules) sont brun-roux à centre noir et contrastent avec les plumes grisâtres à centre sombre des couvertures et des rémiges tertiaires. Les "bretelles" (= chevrons) blanches du manteau et des épaules sont plus ou moins marquées.
L'adulte en plumage internuptial (après la période de nidification) est gris dessus, comme le Bécasseau minute.
Le juvénile  ressemble étroitement à celui du Bécasseau minute, mais ses couvertures et ses rémiges tertiaires sont grisâtres à centre sombre et non pas bordées de roux ou de blanc, et ses chevrons blancs du manteau et de épaules sont peu marqués ou absents, alors qu'ils sont bien visibles chez le Bécasseau minute du même âge.

Voix

Les cris du Bécasseau à cou roux comprennent des "chit", des "prip", et des "pit-pit-pit", un peu plus graves que les "tchrit !" secs du Bécasseau minute.

Écoutez ci-dessous un enregistrement des cris d'un Bécasseau à cou roux réalisé en Mongolie par Christophe Bock le 06/08/2010 (source : Xeno-Canto) :

Répartition

Le Bécasseau à cou roux est un petit limicole qui niche dans la toundra dans le Haut Arctique sibérien, de l'ouest de la péninsule du Taïmyr jusqu'à celle de Chukotsky. En Amérique du Nord, l'espèce ne se reproduit que dans le nord et l'ouest de l'Alaska, notamment le long du littoral de la péninsule de Seward et dans les régions côtières des environs de Point Barrow.
Il hiverne en Asie du Sud-est, du sud de la Chine et du Myanmar à la Malaisie, l'Indonésie, la Nouvelle-Guinée, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Les principales routes de migration au printemps et en automne conduisent les oiseaux vers la Corée, le Japon, Hongkong et les Philippines.
En dehors de leur petite aire de reproduction américaine, le Bécasseau à cou roux est régulier (bien que rare) sur les îles Aléoutiennes et le long des rivages de la mer de Béring.
Des oiseaux isolés sont parfois vus le long des deux côtes d'Amérique du Nord, dans l'archipel d'Hawaï, en Amérique du Sud, en Europe et en Afrique du sud.

Statut en France

En France, il est extrêmement rare, avec seulement trois données homologuées jusqu'en 2010 d'après le site web du Comité d'Homologation National : un adulte à Oye-Plage (Pas-de-Calais) du 15 au 21 juillet 1994, un adulte du 1er au 4 août 2008 dans la baie de Goulven (Finistère) (voir des photos dans cet article) et un oiseau le 20 mai 2010 dans la réserve ornithologique du Teich (Gironde) (lire Observer les oiseaux dans la réserve ornithologique du Teich). Un oiseau a été observé les 7 et 08/08/2018 au Bec d'Andaine (Manche) dans la baie du Mont-Saint-Michel, et un autre dans la réserve naturelle nationale de la baie de Somme le 10/08/2017 (voir une synthèse d'observations récentes en France). Sur le site web Faune-France.org, a apprend qu'un juvénile a séjourné du 17 au 26/09/2018 (au moins) dans les salins des Pesquiers à Hyères (Var).

Rappel : mues et plumages chez les bécasseaux

Topographie du plumage d'un limicole

Topographie du plumage d'un limicole.
Schéma : Ornithomedia.com

Comme les autres espèces du genre Calidris, le Bécasseau à cou roux mue deux fois par an (lire La mue chez les oiseaux). Les juvéniles muent les plumes de leur tête et de leur corps jusqu’en août, puis leurs rémiges primaires et tertiaires et leurs couvertures alaires entre décembre et mai, dans les zones d’hivernage. Les adultes subissent une mue partielle de juillet à septembre qui se poursuit de février à avril.
On distingue plusieurs plumages en fonction de l'âge et de la période de l'année :

  • juvénile. C'est le plumage de départ;
  • premier hiver (appelé aussi premier plumage de base) acquis l’année de naissance après une mue partielle pré-basique qui se déroule entre août et décembre et qui touche les plumes du corps, certaines couvertures alaires et les plumes du centre de la queue;
  • premier été (ou premier plumage alterné) acquis après une mue partielle qui se déroule entre avril et juin et qui touche les plumes du corps, des couvertures alaires et des tertiaires;
  • adulte internuptial (ou plumage définitif de base) acquis après une mue complète des plumes du corps qui se déroule entre juillet et septembre (l’oiseau est alors âgé d’un an), mais elle peut être interrompue jusqu’en avril;
  • adulte nuptial (ou plumage définitif alterné) acquis après une mue partielle qui se déroule entre février et mai (qui peut se poursuivre en hiver) et qui touche la plupart des plumes du corps, des couvertures alaires et du centre de la queue.

L’usure modifie aussi les couleurs en éliminant les franges extérieures des plumes. L’observation des plumages et du degré d‘usure permet donc de déterminer l’âge des bécasseaux sur le terrain.

Distinguer les Bécasseaux à cou roux et minute adultes en plumage nuptial

Bécasseaux variable (Calidris alpina) et à cou roux (Calidris ruficollis) adultes en plumage nuptial

Bécasseaux variable (Calidris alpina) et à cou roux (Calidris ruficollis) adultes en plumage nuptial, Trégueiller, baie de Goulven (Finistère), le 2 août 2008. Notez la taille inférieure du Bécasseau à cou roux.
Photographie : Xavier Rozec

En plumage nuptial, le Bécasseau à cou roux a la tête, la gorge et le haut de la poitrine rouge orangé, exceptées des stries noirâtres sur la couronne et une petite zone pâle autour de la base du bec, éliminant alors toute confusion avec une autre espèce.Au printemps, en plumage frais, la tête et sa gorge sont d'un rouge plus pâle, et les stries noires de la calotte sont bordées de blanc. Le Bécasseau minute en plumage nuptial a la tête teintée de roux et la gorge blanchâtre. 
De la mi-juillet au mois d'août, le rouge orangé de la tête devient plus pâle, et le Bécasseau à cou roux peut alors davantage ressembler à d'autres petits bécasseaux, notamment au Bécasseau minute en plumage nuptial, bien que la tête et la poitrine de celui-ci soient plutôt orange.
Les bretelles blanches en forme "V", ou chevrons, visibles sur le manteau et les épaules du Bécasseau minute sont nettes, tandis celles du Bécasseau à cou roux sont généralement moins nettes.
Même dans le plumage nuptial le plus éclatant, les couvertures et les rémiges tertiaires du Bécasseau à cou roux sont toujours grisâtres ou brunâtres, avec des bordures pâles (quelques rémiges tertiaires ont parfois les bords rougeâtres chez les adultes les plus colorés) : cette caractéristique est un bon critère pour le distinguer du Bécasseau minute adulte en plumage nuptial, chez qui les couvertures et les rémiges tertiaires sont bordées de roux.
En plumage "usé", après la fin de l'été, la gorge et les sourcils du Bécasseau à cou roux deviennent progressivement plus blancs et la coloration rouge orangé se réduit à une pâle zone rougeâtre délavée à travers le haut de la poitrine et sur la couronne, la nuque, et la zone auriculaire. Les zones auriculaires (= parotiques) et les lores (= les zones entre les yeux et la base du bec) deviennent de plus en plus sombres, formant un masque sombre étroit à travers le visage.
Un critère important pour distinguer un Bécasseau à cou roux adulte en plumage usé d'un Bécasseau minute est la répartition des mouchetures (stries fines) sombres sur la poitrine : chez le premier, elles sont distribuées sous la poitrine rouge, même en plumage usé, alors que chez le Bécasseau minute, la coloration rougeâtre de la poitrine est parsemée de mouchetures.
Les bretelles blanches du manteau et des épaules du Bécasseau à cou roux adulte en plumage usé sont moins nettes.

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) adulte en plumage nuptial

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) adulte en plumage nuptial, Trégueiller, baie de Goulven (Finistère), le 2 août 2008. Notez (1) la gorge et le haut de la poitrine rouge orangé uniforme, (2) les stries sombres bordant la gorge, (3) les plumes du manteau et les scapulaires bordées de roux, sans "bretelles" blanches bien nettes, (4) les pattes noires assez courtes et (5) les scapulaires inférieures, les couvertures et les rémiges tertiaires grises (bon critère).
Photographie : Xavier Rozec

Bécasseau minute (Calidris minuta) adulte en plumage nuptial

Bécasseau minute (Calidris minuta) adulte en plumage nuptial, plage de Dragey, baie du Mont-Saint-Michel (Manche), le 31/07/2018. Notez (1) la gorge blanche, (2) les stries noires sur le cou roux, (3) les plumes des scapulaires inférieures et les couvertures bordées de roux, (4) les pattes noires assez hautes et (5) les lignes blanches (bretelles) sur le manteau et les épaules.
Photographie : Michel Leroux

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) adulte en plumage nuptial

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) adulte en plumage nuptial, Trégueiller, baie de Goulven (Finistère), le 2 août 2008. Notez (1) la gorge rousse uniforme bordée de stries noires et (2) les couvertures et les rémiges tertiaires grises (bon critère). Notez aussi l'absence (ou la quasi-absence) de "bretelles" blanches sur le dos.
Photographie : Xavier Rozec

Bécasseaux à cou roux (Calidris ruficollis) adultes en plumage nuptial

Bécasseaux à cou roux (Calidris ruficollis) adultes en plumage nuptial usé. Notez (1) les couvertures et les rémiges tertiaires grisâtres (non bordées de roux), (2) les stries fines sous le rouge orangé du cou, (3) les sourcils plus blancs qu'en plumage nuptial parfait et (4) les parotiques (= zones derrière l'œil) sombres.
Photographie : David Bakewell


Les adultes en plumage internuptial

En hiver, la distinction entre les Bécasseaux à cou roux et minute adultes est très difficile, voire impossible : les deux sont alors grisâtres. L'attention doit se porter sur les différences de structure (bec plus court, front plus abrupt, pattes plus courtes, corps plus allongé), qui sont difficiles à acquérir sans expérience, et sur la voix.

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) adulte en plumage hivernal

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) adulte en plumage hivernal, Laem Pak Bia (Thaïlande), le 14/02/2007. Notez (1) le bec plus court que celui du Bécasseau minute, (2) le front plus abrupt, (3) la projection primaire assez longue (comparable à celle du Bécasseau minute) et (4) les pattes un peu plus courtes.
Photographie : Alain Fossé / Digimages.info
Bécasseau minute (Calidris minuta) adulte en plumage hivernal

Bécasseau minute (Calidris minuta) adulte en plumage hivernal, El Kantara, Djerba (Tunisie), le 24/02/2006. Notez (1) le front moins abrupt et plus blanc que celui du Bécasseau à cou roux et (2) le bec plus long.
Photographie : Alain Fossé / Digimages.info


Bécasseaux à cou roux et minute juvéniles : tête et cou

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile au japon. Notez (1) la calotte sombre et les sourcils blanchâtres, (2) la zone auriculaire (parotique) sombre, (3) la poitrine "lavée" de chamois finement striée et (4) les scapulaires inférieures et les couvertures grisâtres, contrastant avec le manteau et les scapulaires supérieures bordés de roux.
Photographie : Franck Ambrosini

L'identification du juvénile de Bécasseau à cou roux est plus délicate que celle de l'adulte, notamment à cause de la grande variabilité du plumage : certains sont ternes comme le Bécasseau semipalmé, tandis que d'autres sont plus roussâtres et ressemblent davantage à un Bécasseau minute. En outre, certains facteurs peuvent modifier la silhouette : par exemple, l'usure des plumes peut rendre un oiseau plus fin, sa tête semblant alors plus petite et de ce fait son bec proportionnellement plus long.
Les juvéniles de Bécasseau à cou roux et minute se distinguent généralement des Bécasseaux d'Alaska et semipalmé juvéniles par leur calotte rousse contrastant avec leur nuque grise. Ce critère est davantage visible vu de derrière ou de dessus.
Les sourcils blanchâtres des Bécasseaux à cou roux et minute se séparent devant leurs yeux (notamment chez le Bécasseau à cou roux). Les sourcils du Bécasseau à cou roux sont moins marqués et généralement interrompus au-dessus de l'œil par une zone sombre diffuse, un critère distinctif mais pas toujours très visible.
La zone auriculaire (= parotiques) du Bécasseau à cou roux semble plus uniformément sombre que celle du Bécasseau minute, qui présente souvent une partie plus pâle derrière l'œil.
Les côtés du cou et de la poitrine du jeune Bécasseau à cou roux  sont généralement "lavés" de chamois et très finement striés, un critère à noter pour le distinguer du juvénile de Bécasseau minute, qui présente des stries sombres plus marquées au niveau de la poitrine supérieure.

Bécasseaux à cou roux (Calidris ruficollis) et minute (C. minuta) juvéniles

Bécasseaux à cou roux (Calidris ruficollis) (à droite) et minute (C. minuta) juvéniles, salins des Pesquiers, à Hyères (Var), le 21/09/2018. Notez (1) le bec un peu plus court, (2) la calotte sombre et les sourcils blancs nets, (3) le manteau et les scapulaires supérieures au dessin écailleux, avec des lignes blanches (bretelles) peu visibles ou absentes, (4) les scapulaires inférieures grises et (5) les rémiges tertiaires grises. Notez que globalement, le Bécasseau minute juvénile est plus fortement marqué de sombre et plus coloré.
Photographie : Hugo Foxonet
Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile, salins des Pesquiers, à Hyères (Var), le 21/09/2018. Notez (1) le bec relativement court à bout arrondi, (2) la calotte sombre et les sourcils blancs nets se rejoignant sur le font, (3) la poitrine lavée de chamois très finement striée, (4) les plumes du manteau et les scapulaires supérieures bordées de roux, avec des lignes blanches (bretelles) peu visibles ou absentes, (5) les scapulaires inférieures grises et (6) les pattes noires.
Photographie : Hugo Foxonet
Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile, salins des Pesquiers, à Hyères (Var), le 21/09/2018. Notez (1) le bec relativement court à bout arrondi, (2) la calotte sombre, (3) la zone auriculaire (parotique) sombre, (4) la poitrine lavée de chamois très finement striée, (5) le manteau et les scapulaires supérieures au dessin écailleux bordé de roux, avec des lignes blanches (bretelles) peu visibles ou absentes, et (6) et (7) les scapulaires inférieures grises.
Photographie : Hugo Foxonet
Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile et Grand Gravelot (Charadrius hiaticula), salins des Pesquiers, à Hyères (Var), le 21/09/2018. Notez (1) la calotte sombre et les sourcils blancs nets, (2) le bec relativement court à bout arrondi, (2) la calotte sombre, (3) la poitrine lavée de chamois très finement striée, (4) le manteau et les scapulaires supérieures au dessin écailleux bordé de roux, avec des lignes blanches (bretelles) peu visibles ou absentes, (5) les scapulaires inférieures grises et (6) les pattes noires.
Photographie : Hugo Foxonet
Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile, salins des Pesquiers, à Hyères (Var), le 21/09/2018. Notez (1) le bec relativement court à bout arrondi, (2) la calotte sombre, (3) la poitrine lavée de chamois, (4) le manteau et les scapulaires supérieures au dessin écailleux bordé de roux, avec des lignes blanches (bretelles) peu visibles ou absentes, contrastant avec  les scapulaires inférieures et les rémiges tertiaires grises et (5) les pattes noires.
Photographie : Hugo Foxonet
Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile, salins des Pesquiers, à Hyères (Var), le 21/09/2018. Notez (1) le bec relativement court à bout arrondi, (2) la calotte sombre et les sourcils blancs nets se rejoignant sur le front, (3) les lignes blanches (bretelles) peu visibles ou absentes sur le manteau et les épaules et (5) les pattes noires.
Photographie : Hugo Foxonet


Bécasseaux à cou roux et minute juvéniles : les parties supérieures

Bécasseaux à cou roux (Calidris ruficollis) et minute (C. minuta) juvéniles

Bécasseaux à cou roux (Calidris ruficollis) (à gauche) et minute (C. minuta) juvéniles, salins des Pesquiers, à Hyères (Var), le 21/09/2018. Notez (1) le bec un peu plus court, (2) les ailes globalement plus grises, sans "bretelles" blanches nettes et (3) les pattes plus courtes (critère en partie visible sur cette photo).
Photographie : Hugo Foxonet

La différence la plus nette entre le Bécasseau à cou roux juvénile et ceux des autres espèces proches est le dessin des plumes du manteau et des scapulaires. Chez le jeune Bécasseau à cou roux, les bretelles blanches des épaules et du manteau (qui évoquent un " V " blanc en bas du dos quand l'oiseau est vu de derrière) sont beaucoup moins distinctes ou sont même parfois absentes à la fin de l'été, quand le plumage est usé, tandis que chez le Bécasseau minute, elles restent nettes durant toute la durée du plumage juvénile : ce critère peut donc être utile pour séparer les deux bécasseaux à la fin de l'été, quand leur plumage est usé.
Les manteaux des jeunes Bécasseaux à cou roux et minute ont tendance à être plus roux que ceux des Bécasseaux d'Alaska et semipalmé, ce qui augmente le contraste avec leurs bretelles blanches (et noires) : cette apparence "striée" du manteau est  utile pour distinguer les Bécasseaux à cou roux et minute juvéniles et le Bécasseau semipalmé du même âge, ce dernier ayant tendance à avoir un manteau davantage écaillé en raison des franges pâles des plumes.
Chez le jeune Bécasseau à cou roux, les scapulaires inférieures sont grisâtres, et une tache noire distale en forme d'encre, devenant grisâtre pâle quand le plumage s'use, est visible dans chaque plume. Les couvertures alaires et les rémiges tertiaires sont grisâtres avec les bords pâles (quelquefois légèrement teintées de roux sur les couvertures), donnant aux ailes une apparence grisâtre.
Chez le jeune Bécasseau minute par contre, les scapulaires inférieures ont leur centre entièrement sombre avec des bordure  blanchâtre et/ou rousses, donnant au dessus de l'oiseau une teinte générale rousse plus brillante. Cette teinte rousse nette est aussi accentuée par les bordures rousses des couvertures alaires et des rémiges tertiaires.

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile, Corée du Sud. Notez (1) ) les rémiges tertiaires et les couvertures grisâtres, (2) les lores sombres et (3) les sourcils blanchâtres.
Photographie : Nials Moore
Bécasseau minute (Calidris minuta) juvénile

Bécasseau minute (Calidris minuta) juvénile en Suisse. Notez (1) et (2) les rémiges tertiaires et les couvertures alaires bordées de roux ou de blanc, (3) le "V" blanc net sur le dos et (4) le front souvent plus blanc que chez le Bécasseau à cou roux juvénile.
Photographie : Joël Bruezière / Eyesonsky.com
Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis) juvénile, Japon. Notez (2) le "V" blanc sur le dos moins que chez le Bécasseau minute et (2) les rémiges tertiaires et les couvertures grisâtres.
Photographie : Franck Ambrosini
Bécasseau minute (Calidris minuta) juvénile

Bécasseau minute (Calidris minuta) juvénile, Suisse. Notez (1) le "V" blanc net sur le dos, (2) les scapulaires inférieures roussâtres, et (3) et (4) les rémiges tertiaires et les couvertures également bordées de roux et de blanc (et non pas grisâtres comme chez le Bécasseau à cou rox).
Photographie : Joël Bruezière / Eyesonsky.com

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la rubrique Observations d'Ornithomedia

Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis)

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Ouvrages recommandés

Vos commentaires sur :
"Distinguer les Bécasseaux à cou (ou à col) roux et minute"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest