Publicité

Longue-vue Zeiss Victory Harpia

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Identification > Comment identifier l'Oie naine et où l'observer en Europe ?

Identification

Retour à la liste des articles de Identification

Comment identifier l'Oie naine et où l'observer en Europe ?

Alors qu'un groupe de 7 Oies naines a été découvert le 28/12/2017 sur le lac du Der (France), nous rappelons les critères pour identifier cette espèce et proposons une sélection des meilleurs sites d’Europe pour l'observer.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

Comment identifier l'Oie naine et où l'observer en Europe ?

Groupe de sept Oies naines (Anser erythropus), lac du Der-Chantecoq (côté Marne), le 28/12/2017.
Photographie : Olivier Paris

L’Oie naine (Anser erythropus) est une espèce rare et globalement menacée : la petite population scandinave est désormais très réduite, et un programme de réintroduction a été lancé dans les années 1990. Son observation est un "objectif" pour tout observateur, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire en lisant les guides d’identification, il n’est pas toujours facile de la repérer dans une troupe d’Oies rieuses (Anser albifrons), notamment si l’on n’est pas familier avec l’espèce.
Alors qu'un groupe familial de sept Oies naines a été découvert le 28/12/2017 par Vincent Palomares sur le lac du Der (côté Marne/), nous rappelons les  critères pour l'identifier sur le terrain et nous vous proposons une sélection des meilleurs sites d’Europe pour l'observer.
Nous remercions Pavel Simeonov (compagnie Branta Tours), Gil Vaillant, Vincent Palomares et Olivier Paris pour nous avoir aidés à illustrer cet article.

Abstract

The Lesser White-fronted Goose (Anser erythropus) is a small goose closely related to the Greater White-fronted Goose (A. albifrons). It breeds in Siberia, with a declining remnant population in Scandinavia. During the 20th century the populations of Lesser White-fronted Goose were dramatically reduced at breeding sites, wintering areas and along migration zones, but there's a reintroduction program in Fennoscandia.
There are different tips to identify it: a dark grey-brown plumage, a small and short pink bill, wings outstriping tail’s edge when they are closed, a white front rising up to the crown (only in adults) and a yellow eye-ring. But it’s not always easy to locate one when it is mixed in a large flock of Larger White-fronted Geese, above all if you have never seen one before.
While a group of seven Lesser White-fronted Goose was discovered the 28th of december 2017 by Vincent Palomares on the lake of Der, Eastern France, we enumerate the field criteria to identify this species in the field and we propose you a selection of the best European sites in Europe to find it.
We thank Pavel Simeonov (Branta Tours company), Gil Vaillant, Vincent Palomares and Olivier Paris for their photos.

L'Oie naine (Anser erythropus)

Oie naine (Anser erythropus) adulte

Oie naine (Anser erythropus) adulte, Bulgarie, février 2008. Notez () le cercle oculaire jaune or bien visible, (2) le petit bec rose vif, (3) la tête marron très sombre, (4) le dessus sombre, contrastant avec le ventre clair, (5) la pointe des ailes dépassant de 2 cm environ de la queue rt (6) les pattes orange sombre.
Photo : Gil Vaillant

Longueur : 53 - 66 cm.

Envergure : 120 - 135 cm.

Description : l'Oie naine ressemble fortement à l’Oie rieuse (Anser albifrons), mais :

  • elle est plus petite
  • son plumage est plus sombre dessus (tête et cou notamment), et est plus finement rayé
  • les  taches noires de son ventre sont moins nombreuses et mieux définies
  • le dessus de sa tête est plus plat, avec un front plus abrupt
  • son cou est relativement plus court
  • les pointes de ses ailes dépassent un peu de la queue quand elles sont fermées (ce n’est pas le cas chez l’Oie rieuse),
  • son bec est plus court et rose vif
  • l'adulte a un cercle orbitaire jaune or bien visible (certaines Oies rieuses présentent aussi un cercle oculaire jaune fin moins visible)
  • le front blanc atteint le sommet du crâne, au dessus de l’œil
  • ses pattes sont d'un rose assez sombre.

Le juvénile est semblable (mais encore plus sombre), et il n’a pas de zone blanche sur la face, ni de barres noires sur le ventre. On note un onglet sombre sur son bec. Il est généralement plus foncé.
Les deux sexes sont semblables, la femelle étant toutefois un peu plus fine et plus petite.
En vol, par rapport à une Oie rieuse, l’Oie naine présente un cou relativement plus court, des ailes plus étroites et une tête et un dessus du cou uniformément brun sombre (lire Identifier l'Oie naine en vol).

Voix : ses cris sont plus aigus, plus rapides et plus sifflants que ceux de l’Oie rieuse : ils sont constitués typiquement de deux ou trois syllabes "tu-yu-yu !". Elle émet aussi certains sons plus râpeux. Par contre, elle n’émet jamais le "clik clik clik clik!" de l’Oie rieuse.

Biologie

L'Oie naine se nourrit principalement d’herbes, de bourgeons, de mousses, de racines et de graines. Les oiseaux arrivent en mai sur leurs sites de nidification dans la toundra, et le couple, très fidèle, occupe et défend un territoire. La femelle pond sur le sol de 3 à 4 œufs, et c’est elle qui les couve pratiquement tout le temps.  Habituellement, les jeunes volent vers la fin août. L'Oie naine est grégaire après la saison de reproduction: après la mue postnuptiale, elle commence sa migration entre la fin du mois d'août et le début du mois de septembre, et arrive sur les aires d'hivernage de la mi-octobre à la mi-décembre, après quelques haltes le long du trajet. Les jeunes suivent leurs parents pendant la première année.
Elle peut se joindre à d’autres espèces (Oies rieuses surtout) pendant la période de migration et d’hivernage.

Habitat

Pendant la saison de nidification, l'Oie naine fréquente la toundra faiblement boisée, à la limite de la taïga. Pendant l'hivernage, elle stationne dans des prairies, des steppes, des zones cultivées. Pendant la remontée de printemps, elle s'arrête dans des marais, sur la côte et près de lacs.

Distribution

Hivernage

Quelques Oies naines (Anser erythropus) hivernent dans les cultures de la Dobroudja bulgare, parmi les dizaines de milliers d'Oies rieuses (Anser albifrons), dont on voit une troupe au fond à droite de la photo. Cette photo a été prise en février 2008.
Photographie : Ornithomedia.com

L'Oie naine niche dans une étroite zone, des montagnes de la Scandinavie à la Sibérie orientale (péninsule de l'Anadyr). En Sibérie centrale, les péninsules de Yamal et de Taïmyr accueillent la majorité des nicheurs. Suivant leur zone de nidification, elles hivernent dans différentes régions : Europe de l’Ouest (Pays-Bas, Allemagne), Hongrie, Balkans (surtout en Roumanie, Bulgarie et Grèce), mer Caspienne, nord de la mer Noire, sud de la Russie, Moyen-Orient (Syrie, Irak), Chine et Corée. La remise en eau des marais d’Irak depuis 2003 constitue un fait positif pour l’espèce (lire La situation des marais irakiens en 2008).

Statut de conservation

L'Oie naine est une espèce menacée au niveau mondial, avec une population totale comprise entre 28 000 et 50 000 individus, soit un déclin de plus de 95 % depuis les années 1940 ! La petite population fenno-scandinave était composée d'environ 30 à 50 couples au début des années 2000. Jusque dans les années 1950, l'Oie naine était pourtant un oiseau nicheur commun dans les montagnes lapones, mais la population y a régressé de façon catastrophique. Des études menées sur les sites de nidification scandinaves ont pourtant montré que le taux de reproduction était généralement bon, ce qui démontre que les causes de déclin se situent plutôt sur les sites de migration et d’hivernage : pression de chasse importante, dérangements et destruction des habitats favorables (culture intensive, mise en culture de steppes...). Le changement climatique, en réduisant la surface de toundra favorable, aurait également un effet négatif sur l’espèce.

Oie naine (Anser erythropus) adulte

Oie naine (Anser erythropus) adulte et Oie rieuse (Anser albifrons) de première année, Bulgarie, février 2008. Notez chez l'Oie naine le bec plus court, la tête plus sombre, la tête au sommet plus plat, le front plus abrupt, et surtout le cercle oculaire jaune vif.
Photographie : Gil Vaillant
Oie rieuse (Anser albifrons) juvénile

Oie rieuse (Anser albifrons) de première année, Bulgarie, février 2008. On note également un cercle oculaire jaune terne, qui peut porter à confusion.
Photographie : Gil Vaillant
Oies naine (Anser erythropus) et rieuse (A. albifrons)

Notez l'étendue du blanc (1) chez l'Oie rieuse (Anser albifrons) et (2) chez l'Oie naine (A. erythropus). Chez cette dernière, le blanc de la calotte arrive nettement au dessus de l'oeil.
Photographie : Gil Vaillant
Oie naine (Anser erythropus) et Oies rieuses (Anser albifrons)

Oie naine (Anser erythropus) adulte et Oies rieuses (Anser albifrons), Bulgarie, février 2008. Notez l'étendue de la tache blanche frontale (1) chez l'Oie naine et (2, 3 et 4) chez l'Oie rieuse (Anser albifrons). Notez aussi la présence originale d'une Bernache cravant (Branta bernicla).
Photographie : Pavel Simeonov
Oies rieuses (Anser albifrons)

Oies rieuses (Anser albifrons), Bulgarie, février 2008. Notez (1) que les ailes ne dépassent pas la queue, alors que chez l'Oie naine (A. erythropus), elles sont plus longues.
Photographie : Pavel Simeonov
Oie naine (Anser erythropus) adulte

Oie naine (Anser erythropus), Bulgarie, février 2008. Notez les longues ailes, qui dépassent nettement de la queue.
Photographie : Pavel Simeonov
Silhouettes en vol

Silhouettes en vol comparées de l'Oie rieuse (Anser albifrons) et de l'Oie naine (A. erythropus) : chez cette dernière, le cou est proportionnellement plus court, et la tête et le cou sont nettement plus sombres.
Schéma : Ornithomedia.com
Oies rieuses (A. albifrons) et naine (Anser erythropus)

Oies rieuses (Anser albifrons), Oie naine (A. erythropus), Bernache cravant (Branta bernicla) et Bernache à cou roux (Branta ruficollis), Bulgarie, février 2008. Avez-vous repéré l'Oie naine ?
Photographie : Pavel Simeonov

Statut en France et un groupe de sept oiseaux découvert le 28/12/2017

En France, l’espèce est rarissime et toutes les données (environ six oiseaux entre 1981 et 2001 selon le Comité d'Homologation National) sont hivernales (de décembre à mars). Un oiseau a notamment stationné au cours de l’hiver 2000-2001 sur le lac Der-Chantecoq (Marne/Haute-Marne) (lire Où observer les oiseaux remarquables du lac du Der-Chantecoq en hiver ?). 
Sur le site web collaboratif www.faune-champagne-ardenne.org, on apprend qu'un groupe familial de sept Oies naines non baguées a été découvert le 28 décembre 2017 par Vincent Palomares sur le lac du Der-Chantecoq, dans la partie ouest de celui-ci (département de la Marne). Elles ont d'abord été notées depuis la route sur digue (voir la localisation du site d'observation sur Google Maps), puis près de l'aire à campings cars (voir la localisation du site sur Google Maps). Ces oiseaux, farouches, se reposaient sur la vase et pâturaient sur l'herbe, à l'écart des Oies cendrées (Anser anser), puis se sont envolées vers le milieu du lac. Malgré la distance, les critères suivants ont pu être notés : une taille plus petite que celle des Oies cendrées, un cou proportionnellement plus court et plus épais que celui des Oies rieuses, un front abrupt, une tache blanche frontale atteignant la calotte, un bec court, un cercle orbitaire jaune bien visible chez le mâle adulte (nettement plus grand que la femelle adulte) et une bande blanche étroite sur la queue.

Oies naines (Anser erythropus)

Oies naines (Anser erythropus) adultes et de première année sur le lac du Der (partie Marne), le 28/12/2017 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Olivier Paris
Oies naines (Anser erythropus)

Oies naines (Anser erythropus) adultes et de première année sur le lac du Der (partie Marne), le 28/12/2017 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Olivier Paris
Oies naines (Anser erythropus)

Oies naines (Anser erythropus) adultes et de première année, lac du Der (Marne) le 28/12/2017 (détail des photos précédentes).
Photographie : Olivier Paris
Oies naines (Anser erythropus)

Oies naines (Anser erythropus) adultes, lac du Der (Marne) le 28/12/2017.
Photographie : Olivier Paris
Oies naines (Anser erythropus)

Oie naine (Anser erythropus) adulte, lac du Der (Marne) le 28/12/2017.
Photographie : Olivier Paris
Oies naines (Anser erythropus)

Oies naines (Anser erythropus) de première année, lac du Der (Marne) le 28/12/2017.
Photographie : Olivier Paris


Une vidéo des Oies naines du lac du Der réalisée le 28/12/2017

Vincent Palomares, qui a découvert le 28/12/2017 le groupe d'Oies naines sur le lac du Der (voir ci-dessous), a réalisé ci dessous une vidéo avec son Samsung Galaxy A3 2016 et une longue-vue Swaroski ATS 65 HD + zoom 25x-50x (lire Photographier les oiseaux avec un smartphone : réglages manuels et conseils) :



Groupe familial de sept Oies naines (Anser erythropus) adultes et de première année, lac du Der (Marne), le 28/12/2017.
Vidéo : Vincent Palomares




Le "Fennoscandian Lesser White-fronted Goose Project"

Depuis 1981, et plus intensivement depuis 1984, un programme de réintroduction de l'Oie naine avec des Bernaches nonnettes (Branta leucopsis) comme parents adoptifs a été mis en œuvre en Laponie suédoise : ce projet, appelé le "Fennoscandian Lesser White-fronted Goose Project", a pour objectif que de jeunes Oies naines choisissent une nouvelle aire d'hivernage aux Pays-Bas (et dans les pays voisins) mieux adaptée à leurs besoins et moins dangereuse, et retourner par la suite en Laponie pour nicher. Entre 1984 et 1991, 132 jeunes Oies naines, au total, ont été lâchées après avoir été marquées individuellement. Des Oies naines imprégnées ont été suivies le long de leur voie de migration vers le sud jusqu'aux Pays-Bas, et sur leur route de retour vers le nord jusqu'à leur zone de réintroduction en Laponie. Une première reproduction dans la nature a eu lieu en 1986, et depuis, des reproductions sont signalées chaque année.  Les jeunes Oies naines avaient mémorisé leur site de réintroduction  et qu'elles y sont retournées après leur migration.  Une petite population nicheuse s'est désormais établie en Laponie suédoise.
Le centre d'élevage le plus important d'Oies naines se situe à Hämeenkoski en Finlande : les premiers oiseaux y sont arrivés durant l’automne 1989, et plusieurs centaines d'oiseaux y ont été élevés depuis. Plus d'informations sont disponibles sur le site web www.piskulka.net.

Une sélection des meilleurs sites d'Europe pour observer l'Oie naine

Étant donné la difficulté pour observer l’Oie naine sur ses sites de nidification "naturels" (hors zones précises de réintroduction), que ce soit dans les montagnes scandinaves ou dans la toundra sibérienne, il est plus simple de se rendre dans certains sites pendant ses haltes migratoires ou dans ses quartiers d’hiver. Nous vous présentons ci-dessous une sélection des meilleurs secteurs d'Europe pour la chercher. Ils accueillent chaque année plusieurs oiseaux. Certains d'entre eux peuvent être sont bagués ou équipés d’émetteurs, donc ouvrez l’œil ! Cette synthèse a été réalisée à partir de la compilation des observations proposées sur le site web Friends of the Lesser White-fronted Goose.

Au printemps (avril-mai)

NB : Les numéros accompagnant chaque site correspondent à ceux de la carte ci-dessous :

Les meilleurs sites d'Europe pour observer l'Oie naine

Carte d'une sélection des meilleurs sites d'Europe pour observer l'Oie naine (Anser erythropus). Les numéros sont ceux repris dans le texte. En jaune, les haltes printanières (avril-mai), en marron, les haltes automnales (septembre-octobre), en bleu, les zones d'hivernage, et en noir, les sites où l'espèce s'arrête à plusieurs moments de l'année.
Carte : Ornithomedia.com

1- Hortobágy, Hajdú-Bihar (Hongrie) : en avril, des groupes parfois importants font une halte (43 en avril 2007 par exemple)
2- Marais de Valdak, fjord Porsanger, Finnmark (Norvège) : site important de rassemblement pré-nuptial, en mai. Des couples et des oiseaux isolés s'y arrêtent avant de rejoindre leurs sites de nidification (par exemple, 11 couples le 26 mai 2007)
3- Läänemaa (Estonie): des groupes de quelques dizaines d’oiseaux sont vus en avril et en mai (par exemple, 13 le 2 mai 2007, 11 le 2 mai 2008)
4- Siikajoki et Säärenperä (Finlande): un site intéressant (par exemple 8 oiseaux le 14 mai 2006), avec des oiseaux d’origine sauvage (ce qui est rare en Finlande)
5- Cultures près d’Haeska / Baie de Matsalu, Ridala (Estonie): des groupes de quelques dizaines d’oiseaux y sont réguliers (par exemple, 11 le 3 mai 2007, 27 du 2 au 26 avril 2006)
6- Tahu, Noarootsi (Estonie): un bon site récent, avec de petits groupes au début du mois de mai
7- Aardla (Estonie) : quelques Oies naines vues de la fin du mois d'avril à la fin du mois de mai.

En hiver (novembre-mars)

1- Cserepes et Vokonya, Hajdú-Bihar, parc national d’Hortobágy (Hongrie). Plusieurs dizaines d’oiseaux vus chaque hiver sur ces deux sites. Toujours dans le parc, les étangs piscicoles de Viragoskut, d’Elep et le site de Biharugra sont également fréquentés par l’espèce, mais en plus petit nombre.
8- Le lac Kerkini (Grèce): c'est un excellent spot, avec des Oies naines observées chaque hiver à partir du mois de novembre. Par exemple, 42 en novembre 2006, 31 oiseaux en décembre 2006, 8 à 10 le 6 janvier 2008. Le secteur de l’embouchure de la rivière Strymonas est en particulier à prospecter.
9- Le delta de l’Evros (Grèce), à la frontière turque : c'est sûrement le meilleur site d’Europe (même si le nombre d'Oies naines notées y est en diminution), quand il n’est pas gelé. Les oiseaux arrivent en décembre et restent jusqu’à mars. Parfois plus de 50 oiseaux sont parfois vus ensemble, et jusqu'à 140 sur la durée totale d'un hiver. Les marais salants autour de la lagune Drana et le secteur de Dimitriades sont favorables en particulier. Les oies sont souvent très farouches.
10 - Les environs du lac Durankulak (Bulgarie), de décembre à février. Quelques Oies naines (plus de 10 ?) passent l’hiver dans les cultures proches du lac, mélangées aux dizaines de milliers d’Oies rieuses.
11- Réserve naturelle de Baryczy (Pologne) : un bon site de novembre à janvier (par exemple 8 oiseaux le 1er novembre 2005).
12- Seewinkel/Neusiedler See (Autriche): moins de dix oiseaux en hiver, notamment en février (par exemple 4 le 20 février 2008): mais le spot semble être régulier.
13- Lac Manych, Kalmykie (Russie): un site éloigné, assez difficile d'accès, et pas vraiment en Europe géographiquement parlant, mais 99 oiseaux y ont été comptés en mars 2007…
14 - Anjum, Friesland (Pays-Bas): bon spot au début du mois de mars (par exemple, 19 Oies naines le 19 mars 2004), mais très peu d’oiseaux au cœur de l’hiver.
15- Polder L, Burgervlotbrug (près de Petten), Noord-Holland (Pays-Bas): un site intéressant entre novembre et mars, dont l’importance a un peu décliné toutefois récemment. Tout de même, 32 oiseaux observés le 4 février 2005, et encore 15 le 14 mars 2005.

Points d'observation des Oies naines près de Strijen (Pays-Bas)

Points d'observation des Oies naines près de Strijen (Pays-Bas) (cliquez sur la carte pour l'agrandir).
Source  : Marc Fasol

16- Oude Land van Strijen, Zuid-Holland (Pays-Bas) : très bon site de novembre à mars, avec plusieurs dizaines d’oiseaux vus chaque hiver : par exemple, le 30 décembre 2004, 51 oiseaux ont été comptés, 36 le 2 janvier 2005 et 23 le 24 février 2005. Ils régulièrement dans les mêmes prairies  et sont visibles depuis les routes de Molenweg, Waleweg et Vlaamseweg. 
17- Korendijkse Slikken / Westerse Laagjes, Goudswaard (Pays-Bas): un bon site en novembre-décembre (19 oiseaux en décembre 2004).

En automne (septembre-octobre)

1- Kondás, parc national d'Hortobágyi-halastó: un groupe de 19 du 21 septembre au 2 octobre 2006, et 22 les 24 et 27 octobre 2006
18- Etangs piscicoles d’Altfriedland, Brandenbourg (Allemagne): c'est le meilleur site allemand pour les oiseaux d’origine sauvage. Par exemple, 11 oiseaux y ont été comptés en septembre 2006.
5- Haeska, Ridala (Estonie): quelques oiseaux observés en octobre (par exemple 2 en octobre 2005)
2- Marais de Valdak, fjord de Porsanger (Norvège): outre son rôle dans la migration pré-nuptiale, c'est également un site post-nuptial, avec par exemple un groupe de 32 (dont 16 juvéniles) le 6 September 2005, et de 47 le 31 août 2003.
19- Tibma, Anjummer Kolken, Friesland (Pays-Bas): un très bon secteur en octobre-novembre, avec par exemple 54 oiseaux à la mi-octobre 2004 (61 autour du 20 octobre 2004 !). La zone pour les chercher est petite (3 à 4 fermes); les Oies naines se nourrissent dans les prairies autour de Tibma, parfois mélangées à des Oies rieuses.

Au Moyen-Orient aussi

Le Lac Jabbul en Syrie est un site d'hivernage important : par exemple, 54 Oies naines ont été observées le 21 février 2007. Toujours en Syrie, Buhayrat al-Basil est un site prometteur (8 oiseaux le 11 février 2007).
Les marais de Mésopotamie dans le sud de l'Irak sont aussi importants pour l'espèce. Mais tous ces secteurs sont difficiles à visiter depuis plusieurs années...

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la galerie d'Ornithomedia.com

Oie naine (Anser erythropus)

Ouvrage recommandé

Le guide ornitho de Lars Svensson, Killian Mullarney, Dan Zetterstrom et Guilhem Lesaffre

Sources

Vos commentaires sur :
"Comment identifier l'Oie naine et où l'observer en Europe ?"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest