Publicité

Nouvelles Zeiss Conquest HD 32

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Équipement > Pour ou contre les affûts photographiques payants ?

Équipement

Retour à la liste des articles de Équipement

Pour ou contre les affûts photographiques payants ?

Bernard De Wetter, l'auteur du "Répertoire des affûts photographiques en Europe", recense les arguments pour ou contre ces affûts privés pouvant être loués.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Pour ou contre les affûts photographiques payants ?

Affût privé payant utilisé pour photographier les vautours installé en Catalogne (Espagne).
Photographie : Marc Fasol

Un affût fixe ou mobile est souvent indispensable pour photographier certains oiseaux rares ou farouches comme les rapaces, les tétras, les outardes, les marouettes ou les gangas. De nombreux observatoires sont installés dans les réserves naturelles et les parcs et sont fréquentés par des centaines de milliers de personnes chaque année. Il existe aussi des affûts privés, d'accès payant, spécialement conçus par et pour les photographes, qui répondent parfaitement à leurs attentes : ils leur offrent une grande quiétude, un emplacement idéal pour voir telle ou telle espèce, et une très bonne visibilité pour prendre des clichés de qualité. Même durant un court séjour, un photographe a donc de fortes chances de réussir des prises de vue satisfaisantes. Le nombre d'affûts "préparés" (= pouvant être loués) est en forte augmentation depuis plusieurs années en Europe, particulièrement en Scandinavie, en Europe de l'Est et en Espagne : on en compte près de 1 000 actuellement.
Le "Répertoire des affûts photographiques en Europe", rédigé par le naturaliste belge Bernard de Wetter, membre de l'association du Bureau des Guides asbl, recense et décrit de façon précise tous les affûts européens pouvant être loués par des photographes animaliers. La seconde édition, parue en octobre 2016, et disponible uniquement au format électronique PDF, propose des informations actualisées et enrichies.
Dans cet article, Bernard De Wetter, recense les arguments pour ou contre les affûts privés payants.

Abstract

A fixed or a mobile hide is often necessary to photograph some rare or shy birds such as raptors, grouse, bustards or sandgrouses. Many hides are installed in nature reserves and parks and are frequented by hundreds of thousands of people each year. There are also some private hides, with a paying access, especially designed by and for photographers, which perfectly meet their expectations: they offer a great quietness, an ideal location to photograph some species, and a very good visibility to take high quality pictures. Even during a short stay, a photographer has a good chance to be satisfied. As a result, the number of paying-access hides has increased significantly in Europe, particularly in Scandinavia, Eastern Europe and Spain: there are currently nearly 1,000 such hides.
In the book "Répertoire des affûts photographiques en Europe", the Belgian naturalist Bernard de Wetter, lists and describes in detail all European paying hides. The second edition, published in October 2016 and available only in an electronic PDF format, provides updated and enriched information. In this article, Bernard De Wetter, lists the arguments for or against the private paying hides.

Présentation du "Répertoire des affûts photographiques en Europe" (seconde édition)

Le "Répertoire des affûts photographiques en Europe"

Le "Répertoire des affûts photographiques en Europe" par Bernard de Wetter.

Le "Répertoire des affûts photographiques en Europe" (seconde édition parue en octobre 2016) est le premier ouvrage recensant l’ensemble (800) des affûts photographiques payants actuellement disponibles en Europe. Son prix est de 21 euros et il est disponible au format électronique (PDF) sur le site web www.bureaudesguides.eu.
Ces affûts peuvent être loués pour des périodes acceptées par les deux parties (le photographe et l’opérateur). Les conditions de location, la durée et les horaires des sessions photographiques dépendent des espèces animales pouvant être photographiées.
Après une première partie abordant des sujets variés (description du concept d'affût photographique payant, les types d'opérateurs gérant des affûts, pour ou contre les affûts payants, les prix pratiqués, attirer ou non les animaux, affûts payants et conservation, code de bonne conduite), Bernard de Wetter décrit dans son guide les affûts photographiques payants opérationnels dans les pays d'Europe, y compris ceux issus de l’ancienne URSS comme la Biélorussie.
Pour chaque pays, ils sont présentés de façon détaillée (localisation, environnement, particularités, équipement disponible, espèces ciblées...), les principales espèces (oiseaux, mammifères, reptiles, insectes, autres) pouvant être photographiées sont énumérées, les opérateurs gérant ces observatoires sont décrits (activités, coordonnées), les tarifs sont indiqués et des informations sur les possibilités d’hébergement dans la région sont données. Ces affûts payants sont en effet souvent liés à des structures d’hébergement, et des forfaits incluant le logement, les repas et l’utilisation des affûts photographiques peuvent être proposés.
Plusieurs listes (espèces, adresses utiles...) complètent l'ouvrage.

Les critiques

Les affûts payants subissent des critiques de certains naturalistes et photographes, en particulier francophones :

Un travail "mâché"

Un affût photographique spécialement installé pour réaliser des clichés de telle ou telle espèce supprime tout le travail d'approche et de recherche : en quelques jours, voire en quelques heures, on peut réaliser des photos de qualité qui nécessiteraient "normalement" des semaines, voire des mois d’efforts et de patience. Un affût préparé permet en effet de s'épargner le processus complexe de localiser un endroit propice permettant a priori l’observation rapprochée d’animaux et d’habituer ensuite ceux-ci à la présence du photographe.

De la triche

De superbes clichés sont parfois pris depuis des affûts, et certains considèrent qu'il s'agit d'une sorte de "triche". Les photographes devraient ainsi toujours mentionner dans quelles circonstances de belles photos ont été réalisées.

Une sélection inacceptable basée sur l’argent

L'accès à certains affûts payants peut être assez cher (parfois plusieurs centaines d'euros par personne) et seuls les photographes ayant des moyens suffisants peuvent les utiliser et réaliser des clichés de qualité : il s'agirait ainsi d'une "discrimination" basée uniquement sur les moyens financiers.

Des affûts photographiques gérés par des opérateurs uniquement intéressés par l'argent

Pour certains naturalistes, les opérateurs d’affûts photographiques payants ne s'intéresseraient pas au bien-être des animaux et seraient prêts à faire n’importe quoi pour attirer les photographes et gagner de l'argent : installations trop proches des sujets, pose d'appâts...

Les arguments en faveur des affûts payants

Une meilleure réponse aux attentes des photographes exigeants

Affût payant installé près d'un point d'eau

Affût payant avec vitre sans tain installé près d'un point d'eau en Catalogne (Espagne).
Photographie : Marc Fasol

On recense à l’heure actuelle, rien qu’en France, des milliers d’affûts installés dans des centaines de sites naturels qui permettent d’observer la faune (oiseaux et mammifères principalement) dans de bonnes conditions tout en minimisant les risques de dérangement. Mais beaucoup de ces structures ne répondent pas entièrement aux attentes des photographes naturalistes avertis et exigeants : ouvertures (pour l’observation) mal situées, orientation inadéquate de l’affût, angles de prise de vue non optimaux, et surtout risque de se voir déranger à tout moment par des visiteurs parfois bruyants (lire Construire une cabane d'affût pour photographier les oiseaux). Les affûts photographiques payants ont été conçus et aménagés en prêtant une attention toute particulière aux attentes des photographes, et ils offrent la garantie de ne pas être importunés par d’autres visiteurs puisqu’ils sont généralement loués de manière exclusive.
L’écrasante majorité des affûts payants a été conçue jusque dans le moindre détail, puis testée au préalable par des photographes animaliers, qui savent parfaitement quelles sont les attentes et les exigences de leurs collègues qui viendront par la suite.  

Des dérangements minimisés

Les opérateurs d'affûts payants sont généralement des photographes animaliers passionnés, souvent doublés de protecteurs engagés de la nature. Ils ne ménagent pas leurs efforts pour minimiser les dérangements, tout simplement puisqu’il y va de la survie même de leurs activités. Dans différents pays, leurs activités sont d’ailleurs contrôlées par les autorités concernées, qui peuvent y mettre fin à tout moment.  En canalisant les photographes vers des structures bien gérées, on diminue considérablement le risque de voir des photographes peu scrupuleux "faire n’importe quoi’’ pour obtenir à tout prix les images convoitées.

Des actions en faveur de la conservation de la nature

Les affûts payants peuvent contribuer efficacement à la conservation, certes seulement au niveau local, d’espèces menacées, par exemple en facilitant leur survie lorsque leurs conditions de vie sont difficiles (nourrissage hivernal d’appoint de rapaces par exemple), ou encore en contribuant financièrement à des actions de conservation de ces espèces : c'est le cas par exemple pour le Lynx pardelle (Lynx pardinus) dans le sud de l’Espagne, où une part importante des revenus générés par les affûts photographiques payants contribue à la conservation de ce félin.

Une incitation à la protection de la faune

Ces affûts payants participent au développement de l'écotourisme et contribuent aussi à "rentabiliser" la protection des espèces et donc incite les populations locales à les protéger. 

Des espèces "cibles" variées

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) adulte photographié depuis un affût privé en Catalogne (Espagne).
Photographie : Marc Fasol

Le réseau des affûts photographiques payants a connu ces dernières années un développement spectaculaire : près d'un millier au total de ce genre de structures (généralement légères) est actuellement disponible dans plus d’une vingtaine de pays d’Europe. Plus d’une centaine d’opérateurs différents proposent aujourd’hui cette formule aux photographes. La diversité des espèces d'oiseaux "cibles’’ est remarquable, depuis les oiseaux communs des jardins, des bois et des campagnes jusqu’aux espèces les plus emblématiques et les plus prestigieuses de l’avifaune européenne comme le Grand Tétras (Tetrao urogallus), l’Aigle impérial (Aquila heliaca) ou le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus).

Des affûts variés

Il existe une grande diversité d'affûts payants, depuis de simples structures rudimentaires (fixes ou mobiles) jusqu’aux cabanes assez luxueuses possédant un équipement sophistiqué (notamment la connexion WIFI) : de quoi répondre à tous les goûts et toutes les bourses, puisque le coût de la location est bien entendu en rapport avec le niveau de confort et la richesse de l’équipement disponible.

Des affûts "prêts à l'emploi"

Ces affûts "préparés’’ sont prêts à l’emploi : les photographes de passage n'ont pas besoin de gérer le long processus d’habituation des animaux, de transporter leur propre affût, de localiser l’endroit idéal où installer celui-ci (sans avoir au préalable la moindre garantie d’avoir effectué le bon choix), ou encore de consacrer un temps considérable à attendre que les sujets daignent  se montrer à la distance souhaitée. Dans bien des cas, les affûts "préparés’’ constituent probablement l’option la plus facile, la plus confortable, la plus rapide et la plus "rentable’’ pour permettre aux photographes de la nature de satisfaire leur passion, sans crainte de nuire aux animaux concernés.
Payer pour la location d’un affût photographique afin d’avoir la (quasi) garantie de pouvoir photographier, dans de bonnes conditions et en un laps de temps généralement très réduit, des espèces particulières d’animaux apparaît donc comme une option attirante et séduisante aux yeux de nombreux photographes animaliers.

Des hébergements sont également proposés
 
De nombreux affûts photographiques pour la faune sauvage sont liés à des structures d’hébergement, et c'est particulièrement vrai dans des régions isolées et reculées. Dans de tels cas, les photographes réservent un forfait incluant le logement, les repas et l’utilisation des affûts photographiques situés sur la propriété. De grands domaines privés, s’étalant parfois sur des milliers d’hectares, proposent parfois des dizaines d’affûts et un logement de grand luxe dans la propriété : cette formule (qui a bien sûr un coût !) est disponible par exemple en Espagne ou en Roumanie…

En conclusion

Être pour ou contre les affûts photographiques payants reste un débat partisan et parfois houleux : il suffit de parcourir les sites web et les forums consacrés à la photographie animalière pour s’en convaincre et constater l'existence d'avis opposés. Le fait d’accepter le concept de photographier des animaux sauvages depuis des affûts préparés demeure de toute façon une décision personnelle basée sur des opinions forcément subjectives, et chaque photographe animalier est bien entendu tout à fait libre de se forger sa propre opinion et d’exercer son propre jugement.

Contact

Bernard de Wetter - Courriel : bdewetter@hotmail.com - Site web : www.bureaudesguides.eu

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la boutique d'Ornithomedia.com

Vos commentaires sur :
"Pour ou contre les affûts photographiques payants ?"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Commentaires postés :

YvesT87

Un autre argument pour l'affut payant : ça peut inciter les populations locales à mieux proteger leur faune puisque ça rapporte...

07/12/2016

Répondre

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest