Publicité

Longue-vue Zeiss Victory Harpia

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Équipement > Photographier et filmer les oiseaux avec le Nikon D7500

Équipement

Retour à la liste des articles de Équipement

Photographier et filmer les oiseaux avec le Nikon D7500

Ce reflex récent (2017) est l’un des plus prometteurs pour pratiquer la photographie ornithologique, même son prix relativement élevé en fait plutôt un modèle réservé aux amateurs éclairés.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Photographier et filmer les oiseaux avec le Nikon D7500

Le reflex Nikon D7500, lancé en 2017, est bien adapté à la photographie ornithologique.
Source : Nikon Sport Optics

Choisir un reflex pour photographier les oiseaux n’est pas facile car il doit pouvoir donner de bons résultats dans des situations très différentes : des rapaces en migration évoluant haut dans le ciel, des colibris ou des souimangas bougeant très rapidement et dans tous les sens, des gangas ou des alouettes dans un environnement désertique inondé de soleil, des passereaux évoluant dans un sous-bois sombre, des marouettes marchant à la base d’une roselière dense, des groupes de limicoles évoluant à grande distance dans un estuaire…
Sony, Pentax, Olympus, Fuji ou Panasonic, mais surtout Canon et Nikon, proposent des modèles intéressant dont les prix varient de 300 à plus de 5 000 euros : le choix se fera donc en fonction des besoins et du budget. Le reflex expert Nikon D7500 est le dernier-né (il a été mis sur le marché en 2017) de la série D7000, populaire parmi les photographes de faune en raison de la relative facilité d'utilisation des modèles qui la composent et de leurs nombreuses fonctionnalités. Il succède au D7200 et constitue en quelque sorte le "petit frère" du Nikon D500, plus volumineux, plus cher et un peu plus performant.
Après un rappel des éléments à prendre en compte pour choisir un reflex pour photographier les oiseaux, nous vous présentons les caractéristiques du Nikon D7500, une synthèse de ses qualités et de ses défauts pour prendre des clichés ornithologiques, et nous vous proposons une sélection de reflex moins chers pouvant constituer de bonnes alternatives.

Abstract

Choosing a good DSLR camera to photograph birds is not easy because it must be able to give good results in very different situations: migrating raptors moving high in the sky, hummingbirds or sunbirds moving very quickly and in all directions, sandgrouses or larks in a sunny desert environment, warblers evolving in a dark understorey, crakes walking at the base of a dense reedbed, groups of waders moving at great distance in an estuary...
Sony, Pentax, Olympus, Fuji or Panasonic, but especially Canon and Nikon, propose several interesting models whose prices range from 300 to 5,000 euros. The choice will be made according to his needs and his budget. The Nikon D7500 is the newest (it was released in 2017) model of the D7000 series, which is popular among wildlife photographers. It is the successor to the D7200 and is the "little brother" of the Nikon D500, bigger, more expensive and a little more performant.
After a list of the elements to take into account o choose a SLR to photograph birds, we present the characteristics of the Nikon D7500, a synthesis of its qualities and its faults and we offer selection of cheaper models that can constitute good alternatives.

Choisir un reflex pour photographier les oiseaux

Nikon D 7500 + Nikkor 200-500 mm

La combinaison Nikon D7500 + téléobjectif Nikkor 200-500 mm est très performante pour photographier les oiseaux.
Source : Nikonrumors.com

Pour donner de bons résultats en photographie animalière,  et plus particulièrement ornithologique, un appareil photo reflex (mais aussi hybride et bridge) doit posséder certaines qualités :

  • une mise au point automatique (autofocus) performante. C’est un point essentiel car les oiseaux bougent beaucoup et il serait dommage de rater une bonne scène à cause d’un problème de mise au point. En règle générale, plus le nombre de points AF est élevé, plus l'autofocus est performant, mais bien sûr, le prix est aussi plus élevé.

  • Une bonne sensibilité ISO. Les oiseaux, et les animaux en général sont plutôt actifs tôt le matin ou tard le soir, et le reflex doit donc être performant dans des conditions d'éclairage difficiles. Quand on augmente la vitesse ISO, le bruit numérique ne doit pas devenir trop gênant. Il est donc recommandé si possible de tester l'appareil photo dans de mauvaises conditions de lumière pour vérifier ses performances dans ce domaine.

  • Une compatibilité avec des objectifs différents pour pouvoir aussi bien pratiquer la photo macro que des clichés de sujets très éloignés.

  • Des dimensions et un poids raisonnables. Vous devrez marcher avec votre équipement autour du cou ou attaché à un harnais, et il faut donc qu’il ne soit ni trop encombrant ni trop lourd. Il doit être agréable à utiliser.

  • Un boîtier robuste et résistant aux intempéries (pluie), car les conditions météorologiques ne sont pas toujours faciles et votre appareil photo peut tomber.

  • Une cadence de prise de vue suffisante, pour ne pas rater un mouvement intéressant. Beaucoup de reflex d’entrée de gamme permettent de faire trois images par seconde (ce qui est déjà bien), tandis que les modèles les plus rapides peuvent atteindre dix images par seconde. Il vous faudra donc trouver un compromis entre votre budget, votre réactivité personnelle et vos besoins.

  • Une taille de capteur suffisante. Il existe deux types de capteurs : frontal ("Crop Sensor") et plein format (" Full-frame Sensor"). Le premier est plus petit, ce qui réduit le poids du boîtier et son prix, et on obtient un grossissement de 1,5x grâce à l'effet multiplicateur "Crop Factor". Les capteurs plein format sont généralement choisis par les photographes professionnels car ils collectent plus de lumière et fonctionnent donc mieux dans toutes les conditions, mais l’appareil photo est alors plus cher.

Principales caractéristiques techniques du Nikon D7500

  • Vue de face du Nikon D7500

    Le Nikon D7500 vu de face.
    Source : Nikon Sport Optics

    Dimensions (L x H x P) : environ 135,5 x 104 x 72,5 mm

  • Poids : environ 720 grammes avec l'accumulateur et la carte mémoire, mais sans le bouchon de boîtier

  • Monture Nikon F (avec couplage AF et contacts AF)

  • Angle de champ effectif : focale au format 24x36 mm équivalant à environ 1,5x la focale d'un objectif à angle de champ de format FX

  • Capteur d'image : 23,5 x 15,7 mm

  • Résolution effective : 20,9 millions

  • Formats de fichiers : NEF (RAW) 12 ou 14 bits et JPEG

  • Système Picture Control : automatique, Standard, Neutre, Saturé, Monochrome, Portrait, Paysage, Uniforme

  • Supports d'enregistrement : cartes SD, SDHC (compatible UHS-I) et SDXC (compatible UHS-I)

  • Grossissement : environ 0,94x (objectif de 50 mm f/1.4 réglé sur l'infini, -1 d)

  • Dégagement oculaire : 18,5 mm

  • Réglage dioptrique : -2 à +1 D

  • Objectifs compatibles :  AF NIKKOR et AI-P NIKKOR

  • Vitesse d'obturation : 1/8000 à 30 s

  • Modes de déclenchement : S (vue par vue), CL (continu basse vitesse), CH (continu haute vitesse), Q (déclenchement silencieux), QC (déclenchement continu silencieux), Retardateur, MUP (levée du miroir)

  • Cadence de prise de vue : jusqu'à 8 images /seconde (avec le mode AF continu, le mode d'exposition Manuel ou Auto à priorité vitesse et une vitesse d’obturation de 1/250 s ou plus rapide)

  • Retardateur : 2, 5, 10 et 20  secondes

  • Sensibilité : 100 à 51 200 ISO, par incréments de 1/3 ou 1/2 IL

  • Autofocus (AF) : 51 points AF (avec 15 capteurs en croix, ouverture f/8 prise en charge par un capteur)

  • Vue arrière du Nikon D7500

    Le Nikon D7500 vu à l'arrière : notez la disposition des boutons.
    Source : Nikon Sport Optics

    Mode de zone AF : AF point sélectif, AF zone dynamique (9, 21 ou 51 points), suivi 3D, AF zone groupée et AF zone automatique

  • Plage de détection : -3 à +19 IL (100 ISO, 20 °C)

  • Pilotage de l'objectif : AF continu (AF-C), Sélection AF-S/AF-C automatique (AF-A), suivi de mise au point automatiquement activé si le sujet est en mouvement et mise au point manuelle (M)

  • Vidéo (taille d'image (pixels) et cadence de prise de vue) : jusqu’à 1920 x 1080

  • Formats de fichier vidéo : MOV et MP4

  • Écran : Moniteur ACL TFT 8 cm (3,2 pouces), tactile et inclinable, avec angle de vue de 170°, couverture de l'image d'environ 100 % et réglage manuel de la luminosité, résolution d’environ 922 000 pixels

  • Port USB : USB Hi-Speed avec connecteur Micro-B

  • Entrée audio : fiche mini stéréo (3,5 mm de diamètre ; entrée alimentée prise en charge)

  • Sortie audio : fiche mini stéréo (3,5 mm de diamètre)

  • WIFI : oui

  • Bluetooth : oui

  • Pile : accumulateur Li-ion EN-EL15a

  • Filetage pour fixation sur trépied : 1/4 pouce (ISO 1222).

Le successeur du Nikon D7200

Écran rotatif tactile du Nikon D 7500

L'écran rotatif tactile du Nikon D7500.
Source : Nikon Sport Optics

Le reflex expert Nikon D7500 a été lancé sur le marché en 2017 et succède au D7200 : c’est le septième modèle de la série D 7000. Il s’agit en quelque sorte d’un modèle intermédiaire entre le Nikon D500, plus grand, plus cher et environ 10 % plus performant, et le D7200, auquel il ressemble beaucoup. Par rapport à ce dernier, il bénéficie de plusieurs améliorations, mais aussi d'omissions qui ont été critiquées par les fidèles de Nikon, comme l'absence d’un emplacement pour une seconde carte SD et de la poignée verticale et la non-compatibilité avec les cartes de la norme UHS-II.
Le Nikon D7500 est plus compact que le Nikon D7200. Il est robuste et bien fini, ce qui est rassurant pour un produit qui coûte environ 1 200 euros (boîtier seul) (prix en juin 2018).
Son poids est raisonnable : 640 grammes (hors accumulateur et carte mémoire), soit environ 5 % de moins que le D 7200, et 16 % de moins que le D500 : il est donc plus facile à manipuler et donc de photographier les oiseaux en mouvement. Il dispose également d'une poignée plus large que celle du D 7200, ce qui est plus sécurisant.
Il est protégé contre les intempéries, ce qui est important pour un modèle destiné à une utilisation sur le terrain, mais il n'est pas "tropicalisé" (étanche).
Son interface est assez proche de celle du D7200 : les boutons situés à l'arrière du boîtier sont à peu près les mêmes, mais il y a quelques changements, comme l'ajout d'un bouton dédié au réglage des ISO, l’inversion des boutons I et INFO, le positionnement du bouton Fn1 au niveau du majeur de la main droite et qui permet d'afficher des niveaux sur l'écran pour s'assurer que les photos sont bien droites (ce qui est utile avec un téléobjectif lourd).
Le Nikon D7500 est équipé d'un capteur de 20 mégapixels, contre 24 mégapixels pour celui du D7200, mais la qualité de l’image reste très proche.

Un écran LCD orientable pratique pour les photos proches du sol

Le grand écran LCD rotatif du Nikon D7500 est tactile, ce qui est pratique : on peut prendre des photos, les manipuler (zoomer, sélectionner, supprimer..) et naviguer dans le menu. La possibilité de prendre des photos en appuyant dessus peut gêner certains utilisateurs, mais cela est configurable.
Il est lumineux et contrasté, mais sa résolution n’est que de 922 000 points contre 1 299 000 points pour le D7200. Il donne une impression de solidité, et l’on entend un clic rassurant quand on le repositionne.
Il est orientable dans tous les sens, ce qui est pratique pour la photo macro ou pour photographier les oiseaux qui évoluent près du sol, comme les limicoles, ou lorsque l’on veut faire des clichés en contrechamp : les utilisateurs n'auront plus besoin de se baisser ni de se salir.
Notez que cet écran est gourmand en énergie et que la batterie se vide rapidement si on l’utilise beaucoup.

Hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor) avec un Nikon D 7500

Hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor) photographiée avec  un Nikon D7500 + Nikon 6300 mm  (1/6400th, F5.6, ISO 2000) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Steve Perry / Nikonrumors.com

Un autofocus réactif bien adapté aux oiseaux en mouvement

Le Nikon D7500 est bien adapté à la photographie d'oiseaux en mouvement et en vol (lire Photographier les oiseaux en vol). Il est équipé d'un bon autofocus à 51 points AF (contre 153 points pour celui du Nikon D500). Le photographe britannique Will Nicholls  a précisé sur son site web Nature TTL que la mise au point automatique était très "réactive" avec la combinaison Nikon D7500 + Nikkor 200-500 mm, même par temps brumeux et avec une faible lumière. 
La cadence de prise de vue de huit images par seconde est rapide : c'est important pour les photographes naturalistes car cela permet de ne pas rater une position ou une action. Même si la cadence est inférieure à celle du D500, elle est suffisante pour la plupart des situations.
On peut stocker en mémoire jusqu'à 100 fichiers JPEG ou 50 fichiers bruts compressés de 14 bits, ce qui donne la possibilité de photographier de belles séquences.
Le mode AF zone groupée ("Group-Area"), apparu sur le Nikon D810, facilite la détection et le suivi des sujets : Steve Perry a publié sur le site web Nikonrumors.com une photo d’Hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor)  en vol réalisée avec le mode AF zone groupée.
Le système de mesure matricielle réduit les floutés et les erreurs de mise au point. 
Si vous utilisez un objectif stabilisé, comme le Nikon AFS DX 18-140 mm F/3.5-5.6G ED VR, vous pourrez faire des prises longues sans trépied.

Une sensibilité élevée

Photographie d'une femelle de fuligule avec une faible luminosité

Photographie d'une femelle de fuligule (Aythya sp.) à faible luminosité avec un Nikon D7500 + Nikkor 200-500 mm (sensibilité de 2 000 ISO). À droite, détail de la tête montrant le bruit numérique.
Photographie : Will Nicholls / Naturettl.com

La sensibilité du Nikon D7500 est plus élevée que celle du Nikon D7200, et les résultats obtenus sont corrects (même s'ils ne sont pas excellents) quand la luminosité est faible, à l'intérieur ou à l'extérieur. Sa sensibilité native est comprise entre 100 et 51 200 ISO, et peut même être étendue jusqu'à 1 640 000 ISO. On peut classiquement atteindre une sensibilité de 6 400 ISO sans que le bruit ne soit trop important.
Sur son site web Nature TTL, Will Nicholls a publié une belle photo de fuligule (Aythya sp.) prise au Canada avec une faible lumière matinale au Canada : l'autofocus s'est déclenché et la sensibilité a été montée à 2 000 ISO. Avec un recadrage à 100 %, on peut constaté que le bruit est déjà assez important, même s'il faut préciser que le soleil n'était pas encore levé et qu'il y avait de la brume. Pour réduire ce bruit, vous pouvez diminuer la vitesse d'obturation plutôt que d'augmenter les ISO, et/ou retravailler l'image avec un logiciel comme Adobe Lightroom (lire La retouche des photos avec Adobe Photoshop).
Les résultats sont excellents avec de bonnes conditions de lumière. 

Des vidéos de qualité

Le Nikon D7500 produit des vidéos 4K, un format d'image numérique ayant une définition supérieure ou égale à 4 096 pixels de large. Elle est qualifiée Ultra haute définition (Ultra HD) en Europe. Les fichiers MOV ou MP4 ont donc une qualité et une résolution stupéfiante. Par contre, la gestion de la mise au point n’est pas optimale et les flous sont fréquents.
Les photos et les vidéos peuvent être envoyées automatiquement vers un ordinateur, un smartphone ou une tablette par Bluetooth ou WIFI grâce à une application gratuite à installer, mais ce transfert est assez lent et la batterie peut se vider rapidement.



Vidéo d'Échasses blanches (Himantopus himantopus) réalisée au Japon avec un Nikon D7500.
Source : Youtube


Plusieurs bons téléobjectifs pour photographier les oiseaux

Nikkor 200-500 mm

Le téléobjectif Nikkor 200-500 mm de Nikon.

Le Nikon D7500 est compatible avec plusieurs objectifs : les combinaisons avec le Tamron 150-600 mm G2, le Nikkor 200-500 mm ou le Nikkor 600 mm donnent de très bons résultats pour photographier les oiseaux.

La réflexoscopie (ou digiscopie avec un reflex)

Le Nikon D7500 donne théoriquement de bons résultats en réflexoscopie (lire Avantages et inconvénients de la réflexoscopie) : on peut utiliser l'adaptateur Novagrade pour Nikon D pour le combiner avec la plupart des longues-vues du marché, et donc profiter des avantages de la digiscopie et des reflex (lire Digiscopie contre photo reflex : le match).

D'autres modèles moins chers

Le Nikon D7500 est bien adapté à la photographie animalière, même si ses performances ne sont pas extraordinaires quand la luminosité est faible. Étant donné son prix relativement élevé (environ 1 300 euros en juin 2018) et ses très nombreuses fonctionnalités, il ne convient pas forcément aux débutants et s'adresse plutôt aux amateurs avertis qui recherchent un boîtier fiable et polyvalent. Il existe toutefois d'autres bons reflex, bridge (Test : cinq bridges pour photographier les oiseaux) et hybrides moins chers donnant aussi de bons résultats dans la photographie ornithologique, comme ces trois modèles récents (lancés après 2015) :

  • le Nikon D7200 (lancé en 2015) est le prédécesseur du D7500. Il est facile et intuitif à utiliser, l’autofocus est de 51 points AF, la sensibilité est comprise entre 100 et 25 600 ISO, voire 102 400 ISO (images en noir et blanc), la cadence de prises de vue est de six images par seconde, la vitesse d'obturation est 1/8000 et la fonction vidéo est bonne (photos full HD à 60 fps). Le prix moyen en France en juin 2018 est de 1 050 euros environ.
  • Le Canon EOS 80D (lancé en 2016) est un reflex résistant aux intempéries, pesant 730 grammes, muni d’un capteur de 24 mP, d'un autofocus à 45 points rapide et précis, compatible avec les objectifs jusqu’à f/8, d'une cadence de prise de vue de sept images par seconde, d'une vitesse d'obturation de 1/8000 à 30 secondes, d'une capacité de stockage mémoire de 120 fichiers JPEG ou de 25 RAW, d'une sensibilité comprise entre 100 et 25 600 ISO, d'un écran tactile articulé, d'une très bonne fonction vidéo. Les combinaisons avec le Nikkor AF-S 300mm f/4E ou avec le Nikkor 200-500 mm f/5.6E ED VR donnent de très bons résultats. Son prix moyen en juin 2018 en France est de 1 000 euros environ.
  • Le Panasonic Lumix DC FZ82 (FZ80 dans certains pays) 60X (lancé en 2017) est un bridge au bon rapport qualité-prix bien adapté aux débutants. Il est doté d’un capteur de 18,1 mégapixel et d’un processeur d’image Venus Engine, permettant de photographier à haute vitesse tout en conservant une bonne qualité d’image en situation de faible luminosité. Il dispose d’un mode photo 4K. Le prix moyen en France en juin 2018 est de 350 euros environ.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la boutique d'Ornithomedia.com

Adaptateur universel Novagrade pour reflex Nikon D

Réagir sur le forum Équipement  d'Ornithomedia.com

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum Équipement

Produits recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Photographier et filmer les oiseaux avec le Nikon D7500"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest