Publicité

Nouvelles Zeiss Conquest HD 32

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Équipement > Photographier la croule de la Bécasse des bois

Équipement

Retour à la liste des articles de Équipement

Photographier la croule de la Bécasse des bois

La mi-mai est une bonne période pour observer ce comportement nuptial particulier, et Marc Fasol nous donne des conseils pratiques pour le photographier.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Photographier la croule de la Bécasse des bois

Bécasse des bois (Scolopax rusticola) en croule, Brabant wallon (Belgique), mai 2016.
Photographie : Marc Fasol

La Bécasse des bois (Scolopax rusticola) est un limicole forestier trapu de la taille d'une perdrix au très long bec, aux pattes courtes au plumage brun-beige-roux barré et strié de noir rappelant les couleurs des feuilles mortes. C'est un oiseau discret, et c'est souvent seulement lorsqu'elle s'envole ou qu'elle se pose qu'on peut la repérer. Les nicheurs d'Europe de l'Ouest sont sédentaires, tandis que les populations de Scandinavie et de Russie sont migratrices (bassin méditerranéen et littoral atlantique). La migration prénuptiale débute fin février, et l´essentiel du passage a lieu en mars. En période de reproduction, entre février et juillet-août, le mâle effectue le soir (mais aussi tôt le matin), des vols accompagnés de cris : cette parade est appelée la croule (ou "croûle"). La mi-mai est une très bonne période pour observer ce spectacle particulier qui ne laisse personne indifférent et qui symbolise si bien les forêts d’Europe, comme le brame du cerf en automne.
En mai 2016, après avoir repéré un site de croule dans le Brabant wallon, au sud de Bruxelles (Belgique), Marc Fasol a pu prendre des clichés de bécasses paradant en utilisant un Nikon D4S muni d'un téléobjectif Nikkor 300 mm f/2.8 GII ED VR. Dans cet article, il nous donne des conseils pratiques pour photographier ce comportement nuptial.

Abstract

The Eurasian Woodcock (Scolopax rusticola) is a stocky forest-dwelling shorebird with a very long bill, short legs and a brown-beige-brown barred and streaked plumage recalling the colors of leaves. It is a secretive bird, and it is often only seen when it is flying or landing. The breeders of Western Europe are sedentary, while populations from Scandinavia and Russia winter in the Mediterranean basin and in the Atlantic regions. The prebreeding migration begins in late February, with a peak in March. During the breeding season, between February and July-August, the male performs at dusk (but also at dawn) a typical display called “roding”. Mid-May is a good moment to discover this interesting behaviour that leaves no one indifferent and that symbolizes so well the atmosphere of the Western Europe forests, like the call of the deer in autumn. In May 2016, after having found a roding site in a pine forest of the Brabant Wallon region (Belgium), Marc Fasol took several shots of  displaying Eurasian Wooddocks using a Nikon D4s and a Nikkor 300 mm zoom lens. In this article, he gives us practical advice to photograph this behavior.

La Bécasse des bois (Scolopax rusticola)

Bécasse des bois (Scolopax rusticola) en croule

Bécasse des bois (Scolopax rusticola) en croule photographiée avec un Nikon D4s + téléobjectif Nikkor 300 mm f/2.8, Brabant wallon (Belgique), mai 2016.
Photographie : Marc Fasol

Longueur totale du corps : 270-310 mm (sans le bec).

Description : la Bécasse des bois est un limicole ramassé, court sur pattes, aux yeux placés haut sur le crâne (ce qui lui offre un champ de vision très large, lire La vision des oiseaux), au long bec sensible aux vibrations utilisé pour sonder le sol, et au plumage bariolé de beige, de gris, de brun et de noir qui lui permet de passer inaperçu quand il est posé dans le sous-bois. Les sexes sont identiques, et l’identification du juvénile est possible en automne-hiver grâce à une observation minutieuse de certaines plumes de l’aile (liseré des couvertures primaires brun et large chez le juvénile mais clair et fin chez l’adulte, extrémité des couvertures sous-alaires pointue chez le juvénile mais carrée chez l’adulte).

Voix : le mâle paradant (croule) émet trois ou quatre "ouort-ouort-ouort" grognants et sourds suivis par un "pissp" perçant et explosif. On l'entend d'assez loin. Quand deux rivaux se poursuivent, ils lancent des "plip spissp spi-plip" excités.

Écoutez ci-dessous un enregistrement de la croule de la Bécasse des bois (cris "pissp" et grognements) réalisé par Lauri Hallikainen en Finlande le 30/06/2000 (source : Xeno-Canto).

Biologie : la majorité du régime alimentaire est constituée de vers de terre (80 %) et d’autres invertébrés. Des graines et des végétaux verts sont également consommés. Les oiseaux nordiques et orientaux (russes) sont migrateurs : le départ en automne s’étale entre septembre et novembre (cela dépend des populations) et le retour de printemps se déroule en février-mars, les territoires de reproduction les plus éloignés n’étant atteints qu´en mai. L´espèce est polygame. La période de reproduction débute par la parade ou croule du mâle, composée de vols solitaires et accompagnés de cris, qui se déroule soir et matin entre février (France) et juillet-août, avec un pic en mai-juin. Les mâles sont fidèles d´une année à l´autre à leurs sites de croule. Le nid est construit sur le sol. La ponte est composée de trois à cinq œufs, l´incubation dure environ 22 jours.

Habitat : pendant la période de reproduction, la Bécasse des bois est essentiellement forestière (forêts de feuillus et mixtes avec espaces dégagés, landes, jeunes plantations de conifères). La femelle installe son nid le plus souvent en lisière d´une parcelle, d´une clairière ou d´un chemin. La présence de zones riches en vers (prairies) est déterminante. Dès juillet-août, les jeunes volants fréquentent des zones ouvertes (prairies, coupes forestières, chemins) la nuit. Durant la période d´hivernage, la bécasse fréquente divers milieux : bois et forêts le jour, prairies pâturées et espaces ouverts la nuit.

Répartition : la Bécasse des bois est largement répandue en Eurasie, des îles Britanniques et atlantiques aux côtes du Pacifique. Les oiseaux de l’ouest de l’Europe et des archipels des Açores, des Canaries et de Madère sont sédentaires. Les oiseaux nordiques et sibériens hivernent dans les régions proches du littoral de la Manche et de l’Atlantique et sur le pourtour méditerranéen. En France, la Bécasse des bois est une nicheuse peu commune : elle se reproduit surtout dans le bassin parisien, dans le nord-est et dans les régions montagneuses. Elle peut par contre être observée partout durant les migrations.

Bécasse des bois (Scolopax rusticola) en croule

Bécasse des bois (Scolopax rusticola) en croule photographiée avec un Nikon D4s + téléobjectif Nikkor 300 mm f/2.8, Brabant wallon (Belgique), mai 2016.
Photographie : Marc Fasol
Bécasses des bois (Scolopax rusticola) en croule

Bécasses des bois (Scolopax rusticola) en croule, Brabant wallon (Belgique), mai 2016 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Marc Fasol

Conseils pratiques pour photographier la croule

Site d'affût de la croule de la Bécasse des bois

Site d'affût de la croule de la Bécasse des bois dans le Brabant wallon (Belgique) en mai 2016 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Marc Fasol

La Bécasse des bois est un oiseau discret et difficile à observer et à photographier (lire Photographier la Bécasse des bois à l'affût), et la période de la croule permet d’avoir une chance de la voir. En mai 2016, après plusieurs sorties crépusculaires, Marc Fasol a pu repérer un site de parade dans le Brabant wallon, au sud de Bruxelles (Belgique), à la lisière d'une vieille pinède très clairsemée au sous-bois abondant (à fougères aigle), où la Bécasse des bois n'est pas commune mais d'observation quasiment quotidienne, et il nous donne quelques conseils pratiques :

  • il ne faut pas déranger les oiseaux, la parade étant un moment critique. Il faut être discret, silencieux, se poster assez loin, et rester près des chemins (lire Un code de bonne conduite pour photographes et observateurs). L'utilisation du flash pour les passages en vol implique toutefois de limiter le nombre de photos prises;

  • il faut faire au préalable quelques repérages au crépuscule pour voir où le mâle se pose une fois la parade terminée. Utiliser une longue-vue thermique (lire Utiliser une caméra thermique de vision nocturne pour étudier et observer les oiseaux) peut faciliter la localisation de ce site de remise (repos);

  • il faut choisir un site pour bien se placer ou placer son affût, une tente portable dans le cas de Marc (lire Faire un affût pour pratiquer la photographie animalière). La vue doit être bien dégagée (sur la clairière ou la coupe) pour anticiper l'arrivée de l’oiseau, et plutôt face au coucher du soleil (pour la luminosité);

  • la croule peut se dérouler entre février et juin, mais le mois de mai est l'un des plus favorables;

  • l'habitat classique est une clairière, une coupe forestière ou une lande boisée (lire Balade ornithologique dans la lande sèche du puy de Taphaleschas);

  • Bécasses des bois (Scolopax rusticola) en croule

    Bécasses des bois (Scolopax rusticola) en croule, Brabant wallon (Belgique), mai 2016 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
    Photographie : Marc Fasol

    il faut bien choisir le moment pour s'y rendre, plutôt un jour sans vent, avec un ciel sans nuages, juste après le coucher du soleil (l'heure du coucher à la mi-mai est à environ 21 h 30). La Bécasse des bois croule aussi avant l'aube, mais de façon moins prononcée;

  • il faut s'installer confortablement et se préparer à l'attente. L’équipement photographique devra être réactif car le vol de la bécasse est assez rapide et soutenu. Marc a utilisé un Nikon D4S et un téléobjectif Nikkor 300 mm f/2.8 GII ED VR, bien adapté à la situation. Le téléobjectif Nikkor 400mm f/2.8 était beaucoup trop lourd et il était difficile de pointer avec lui la bécasse qui volait rapidement dans l'obscurité.
    Il fixe le boîtier et le téléobjectif sur un monopode muni d'une petite rotule à bascule et se cache derrière les buissons (lire Photographier les oiseaux en vol). Le monopode permet de réagir très vite et de réussir à faire la mise au point. Un peu d'habitude est toutefois nécessaire pour photographier un oiseau qui se déplace aussi vite dans l'obscurité et que l'on ne voit souvent que quand il est déjà trop tard;

  • d'un point de vue technique, Marc sous-expose la lumière du jour d'un IL (pour Indice de Lumination, ou EV en anglais, un nombre qui correspond au couple ouverture / temps de pose et qui permet de quantifier si une exposition est bonne) pour créer un effet de nuit bleu sombre. Il pourrait aussi légèrement sous-exposer l'éclair du flash d'un tiers d'IL, mais les images au format Raw se retravaillent aisément avec le logiciel de retouche Lightroom;
  • Bécasse des bois (Scolopax rusticola) en croule

    Bécasse des bois (Scolopax rusticola) en croule photographiée avec un Nikon D4s + téléobjectif Nikkor 300 mm f/2.8, Brabant wallon (Belgique), mai 2016 : le flou est absent.
    Photographie : Marc Fasol
    concernant le réglage du flash, Marc conseille de se mettre en mode "TTL BL", ce qui correspond à un mélange automatique de lumière artificielle (celle du flash) et ambiante (le bleu nuit). Étant donné la vitesse de déplacement de l'oiseau et celle, insuffisante, du synchroflash (la plus rapide est de 1/250ème de seconde), du flou est visible, et seule l'expérience permet de le réduire : dans la photo ci-contre, prise de dessous, le flou est absent. Il est finalement préférable d'essayer de photographier l'oiseau dès ses premiers passages, quand il y a encore un minimum de lumière.

Une ambiance particulière

Observer la croule de la Bécasse des bois au printemps est magique. Marc Fasol nous décrit l'ambiance de l'une de ces soirées : "à cette période de l'année, au crépuscule, on profite des senteurs du sous-bois et l'on peut écouter les chants tardifs du Merle noir (Turdus merula), de la Grive musicienne (Turdus philomelos), du Rougegorge familier (Erithacus rubecula) et parfois du Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos) qui progressivement s’estompent et s’arrêtent. Le silence s'installe enfin, la luminosité baisse : on s’approche du moment... On entend un "pssssit" qui surgit de nulle part et qui signale la présence du limicole forestier; ce cri perçant est accompagné d'un ronflement ventriloque inimitable et unique, mais il est souvent impossible de localiser d’où il est lancé. Une silhouette surgit alors au-dessus de la canopée : ailes larges, silhouette ventrue, battements rapides mais courts, c'est bien la bécasse, qui disparaît rapidement dans l’obscurité. Heureusement, quelques minutes plus tard, elle repasse, mais comment être sûr qu’il s’agit du même oiseau ? Entre temps, une Chouette hulotte (Strix aluco) s'est mise à chanter dans la pinède, suivie par un Hibou moyen-duc (Asio otus). Une chauve-souris passe et repasse le long de la lisière. La nuit est tombée, et la séance aura duré moins d'une heure : si le temps le permet, on reviendra le lendemain".



Croule de la Bécasse des bois (Scolopax rusticola) filmée au crépuscule près de Calderdale (West Yorkshire) en Grande-Bretagne) en mai 2009.
Source : TheBaldIbis

Contact

Marc Fasol - Courriel : marc.fasol@icloud.com - Galerie : www.oiseaux.net/photos/marc.fasol

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la boutique d'Ornithomedia.com

Tente d'affût portable Barronett

Dans le forum d'Ornithomedia.com

Participez à la discussion "bécasse ?"

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Photographier la croule de la Bécasse des bois"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Newsletter

Tenez-vous informé(e) des articles publiés chaque mois sur Ornithomedia.com




Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest