Publicité

Zeiss Victory SF 8x42

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Débuter > L'homosexualité chez les oiseaux

Débuter

Retour à la liste des articles de Débuter

L'homosexualité chez les oiseaux

Ce type de comportement sexuel a déjà été observé chez plus de 90 espèces d'oiseaux, et il concerne aussi bien les mâles que les femelles.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

L'homosexualité chez les oiseaux

Oies cendrées (Anser anser) dans la réserve naturelle de Saint-Denis du Payré (Vendée) : chez cette espèce, 15 % des mâles seraient strictement homosexuels.
Photographie : Marc Le Moal

Des mâles d'Oies cendrées qui se séduisent et qui ont des relations sexuelles, des Flamants roses bisexuels, des femelles d'Albatros de Laysan qui restent ensemble durant des années et qui élèvent leurs petits sans l'aide des mâles, deux femelles d'Ibis rouges qui ont couvé des oeufs stériles... Des cas d'homosexualité (parade, formation d'un couple, copulation, couvaison des oeufs, élevage des jeunes...) ont été observés chez près de 93 espèces d'oiseaux, et ce comportement serait en fait plus répandu que l'on ne le croyait, en particulier au sein de certaines familles comme les Anatidés (oies et canards), les Phoenicoptéridés (flamants), les Threskiornithidés (ibis et spatules), les Ardéidés (hérons), les Ciconiidés (cigognes) et les passereaux, et ils impliquent aussi bien des mâles que des femelles.
Dans cet article, nous vous présentons quelques exemples intéressants d'homosexualité chez les oiseaux et nous évoquons plusieurs facteurs pouvant la favoriser.

Abstract

Some males of Greylag Geese which have sexual relations, Bisexual flamingos, females of Laysan's Albatross which stay together for years and raise their young without the help of males, Scarlet Ibises that have brooded sterile eggs... Cases of homosexuality (display, appariement, copulation, brooding and/or breeding of chicks...) were noticed in nearly 93 species of Birds, and this behavior could in fact  be more widespread than thought before, especially in some families such as Anatidae (geese and ducks), Phoenicopteridae (flamingos), Threskiornithidae (ibises and spoonbills), Ardeidae (Herons and Egrets), Ciconiidae (storks) and passerines, and they involve both males and females. 
In this article, we present some interesting cases of homosexuality in birds and several factors that can promote it.

Couples de mâles, couples de femelles

Albatros de Laysan (Phoebastria immutabilis)

Plusieurs "couples" composés de deux femelles et élevant des petits ont été découverts chez l'Albatros de Laysan (Phoebastria immutabilis)
Photographie : Jlfutari / Wikimedia Commons

L'homosexualité chez les oiseaux concerne les deux sexes, même si les cas impliquant des mâles semblent plus nombreux. Le "lesbianisme" (un terme plutôt réservé à l'espèce humaine) est particulièrement intéressant car les femelles pondent les oeufs puis élèvent souvent les poussins. Sur l'île de Kauai, dans l'archipel d'Hawaï, des ornithologues ont ainsi étudié des "couples" de  femelles d'Albatros de Laysan (Phoebastria immutabilis) ayant duré plusieurs années (jusqu'à 19 ans !) : elles couvaient et élevaient les jeunes ensemble, tout cela sous le "regard" des couples hétérosexuels. Dans le zoo du Bronx à New York, deux femelles d'Ibis rouges (Eudocimus ruber) ont vécu ensemble, pondu des oeufs stériles et se sont comportées comme des parents appartenant à des sexes opposés.

Homosexualité et bisexualité

Certains peuvent être homosexuels stricts ou bisexuels. Les oies, les flamants, les hérons, les cigognes, les ibis, les vautours du Nouveau Monde (urubus, condors), les pélicans et les rallidés (râles, foulques...) peuvent former des couples du même sexe ou des trios (deux oiseaux du même sexe et un troisième d'un autre sexe) : dans les colonies de flamants en particulier, les couples homosexuels et les trios sont relativement fréquents. Chez les hérons, 5 à 6 % des copulations impliqueraient des mâles ayant par ailleurs aussi un partenaire femelle. Par contre, chez les Oies cendrées (Anser anser), 15 % des mâles seraient strictement homosexuels.

Homosexualité et dimorphisme sexuel

L'homosexualité concerne des oiseaux avec ou sans dimorphisme sexuel (= ensemble des différences morphologiques plus ou moins marquées entre le mâle et la femelle d'une même espèce) (lire Le dimorphisme sexuel inversé chez les rapaces), mais dans ce dernier cas, elle est plus difficile à détecter et donc à quantifier. En effet, le comportement des couples homosexuels est souvent indiscernable de celui des couples hétérosexuels. Chez l'Oie cendrée, le mâle et la femelle sont pratiquement identiques et on a pu observer chez des oiseaux détenus en semi-captivité des parades et des copulations entre mâles ressemblant à celles existant entre deux partenaires du sexe opposé : on remarque toutefois que l'acte sexuel entre deux mâles est plus fréquemment précédé de disputes. D'autre part, on ne sait pas s'il est parfois suivi d'une éjaculation. Chez le Flamant rose, un autre oiseau sans dimorphisme sexuel, des copulations ont aussi été observées entre mâles, les deux partenaires pouvant jouer de façon alternée le rôle de la femelle.
L'absence de différences visibles entre les deux sexes pourrait favoriser l'homosexualité en induisant des "confusions" et en facilitant l'acceptation sociale de ces couples atypiques.

Homosexualité et hiérarchie sociale

Flamants roses (Phoenicopterus roseus)

Dans les colonies de Flamants roses (Phoenicopterus roseus), les couples homosexuels et les trios sont relativement fréquents.
Photographie : Jean Roché

L'homosexualité pourrait servir à établir et à renforcer les liens hiérarchiques entre les individus du même sexe, un mâle plus agressif ou plus grand ayant tendance à jouer le rôle du "partenaire actif". Chez des mâles captifs de Roselins familiers (Carpodacus mexicanus) éloignés des femelles, on a observé que le quémandage de nourriture et la copulation étaient liés au rang social des individus, les individus subordonnés étant nourris et montés par les mâles dominants.
Chez toutes les espèces, l'hétérosexualité est la règle et les couples "classiques" sont favorisés pour l'accès à la nourriture et aux dortoirs et pour l'élevage des jeunes : les oiseaux isolés, n'ayant pu trouver de partenaire du sexe opposé (ce qui est assez fréquent chez les espèces monogames) ou ayant perdu le leur, occupent généralement un rang inférieur, et ils peuvent alors décider de se rapprocher d'un individu du même sexe pour "remonter" dans la hiérarchie sociale et surmonter plus facilement les difficultés de la vie. Les copulations entre mâles contribueraient à améliorer leur "image" auprès des femelles en montrant leur capacité potentielle à plaire et à se reproduire; elles réduiraient entre outre les conflits pouvant éclater entre eux.
Chez les oiseaux nichant en colonie comme les Flamants roses, les couples homosexuels pourraient plus facilement se défendre et accéder à la nourriture que les oiseaux seuls.
Ces associations peuvent être temporaires et liées à un contexte particulier (nourriture plus rare, déséquilibre entre les sexes...), et si ce dernier change, (par exemple si des femelles sont à nouveau disponibles), les couples homosexuels peuvent se défaire.

Homosexualité et déséquilibre entre les sexes

Un déséquilibre du nombre d'individus des deux sexes constitue un autre facteur pouvant favoriser l'homosexualité chez les oiseaux. Nisbet and Hatch (1999) avaient étudié la formation des couples chez la Sterne de Dougall (Sterna dougallii), et ils ont observé chez cette espèce monogame que lorsque les femelles étaient plus nombreuses que les mâles, elles avaient tendance à être moins difficiles dans le choix de leur partenaire et à former des couples homosexuels : elles peuvent partager le même nid et avoir des relations occasionnelles avec des mâles pour être fertilisées.
Dans une colonie d'Albatros de Laysan au sein de laquelle la majorité des oiseaux était du sexe féminin, la formation de couples "lesbiens" a été observée, les deux partenaires y trouvant des avantages variés (protection, alimentation, élevage des jeunes).

La promiscuité et la captivité, des facteurs favorisant l'homosexualité

Plusieurs cas d'homosexualité ont été observés chez des oiseaux captifs ou semi-captifs, la promiscuité et la captivité semblant favoriser ce comportement : chez 126 Oies cendrées (69 mâles et 57 femelles) vivant autour d'un étang clôturé de 10 mètres x 30 mètres et observées durant une saison de reproduction, on a noté la formation de 17,5 % de couples homosexuels (la non-parité entre les deux sexes a également pu jouer un rôle).
Chez le Vautour chassefiente (Gyps coprotheres), une espèce monogame nichant en colonies, aucun cas de couples homosexuels n'a été signalé à l'état sauvage : par contre, au sein du centre d'élevage VulPro installé en Afrique du Sud, on a constaté durant la saison de reproduction de 2014 la formation de deux couples de mâles (ayant par ailleurs également des relations sexuelles avec des femelles) sur un total de dix couples. L'homosexualité serait un moyen de diminuer la "tension sexuelle" existant chez des individus captifs.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sources

  • Margaret T Hirschauer & Kerri Wolter (2017). High occurrence of extra-pair partnerships and homosexuality in a captive Cape Vulture Gyps coprotheres colony. Ostrich. Volume : 88 . Numéro : 2. www.tandfonline.com
  • Vincent Savolainen et Jason Hodgson (2017). Evolution of Homosexuality. Researchgate. www.researchgate.net
  • /Jason_Hodgson/publication/316167479_Evolution_of_Homosexuality/links/58f4afbf458515ff23b54566/Evolution-of-Homosexuality.pdf
  • Amanda Gibbs. Homosexuality in Animals: An Analysis of Sexual Behavior Theories. Lake Forest College. www.lakeforest.edu/live/news/7997-homosexuality-in-animals-an-analysis-of-sexual
  • Paul L. Vasey (2006). Homosexual Behaviour in Animals: An Evolutionary Perspective. Volker Sommer
  • K.J. Mcgraw et G.E. Hill (1999). Induced homosexual behaviour in male house finches (Carpodacus mexicanus): the “Prisoner Effect”. Ethology Ecology & Evolution. Volume : 11. Numéro : 2. www.tandfonline.com

Vos commentaires sur :
"L'homosexualité chez les oiseaux"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest