Publicité

Découvrez la boutique de vêtements griffés Ornithomedia.com !

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Pratique > Débuter > Un Geai des chênes avec un bec étonnant observé en Bretagne

Débuter

Retour à la liste des articles de Débuter

Un Geai des chênes avec un bec étonnant observé en Bretagne

En mars 2019, Patrick Menard a observé et photographié en Ille-et-Vilaine un Geai des chênes avec un spectaculaire bec allongé et recourbé.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

Un Geai des chênes avec un bec étonnant observé en Bretagne

Geai des chênes (Garrulus glandarius) au bec allongé et recourbé volant avec un congénère au bec normal, Ille-et-Vilaine (France), mars 2019.
Photographie : Patrick Menard

Les oiseaux au bec anormal sont rares dans la nature (moins de 1 %), certainement à cause du faible taux de survie des individus touchés, qui éprouvent des difficultés à se nourrir et à se débarrasser de leurs parasites. La littérature regorge de cas (parfois spectaculaires) d'oiseaux sauvages appartenant à des familles variées présentant une malformation. Il existe différentes anomalies, principalement des allongements, des croisements et des déviations des mandibules. Elles résultent d'une perturbation de la croissance de la couche de kératine qui recouvre le bec (la ramphothèque), mais les causes ne sont pas encore bien connues.
En mars 2019, Patrick Menard a observé et photographié en Ille-et-Vilaine (France) un Geai des chênes (Garrulus glandarius) avec un étonnant bec allongé et recourbé volant avec un congénère.
Après une présentation des différentes malformations des becs, nous évoquons leurs causes possibles et leur impact sur la survie des oiseaux touchés.

Abstract

Birds with an abnormal beak are rare in nature (less than 1%), certainly because of the low survival rate of affected individuals, which have great difficulty in feeding themselves and eliminating their parasites. The literature is full of cases (sometimes spectacular) of wild birds belonging to various families with a beak malformation. There are types of deformities, mainly elongations, crosses and deviations of the mandibles. They result from a disruption of the growth of the keratin layer that covers the beak (the ramphotheca), but the causes are not yet well understood.
In March 2019, Patrick Menard watched and photographed an Eurasian jay (Garrulus glandarius) with an a lengthened and curved beak flying with a normal congener in Ille-et-Vilaine (France). After a presentation of the beak malformations, we enumerate their possible causes and their impact on the survival of the affected birds.

Des anomalies rares mais touchant des espèces variées

Le bec des oiseaux est composé d'une partie supérieure, la mandibule supérieure ou maxillaire, et d'une partie inférieure, la mandibule inférieure ou maxille. La couche visible épaisse kératinisée qui recouvre les os du bec se nomme la ramphothèque. Une fine épaisseur de cellules, de nerfs et de vaisseaux, appelée la dermathèque, sépare la ramphothèque des os.
La ramphothèque croît de façon continue, mais elle s'use lors du nourrissage et du lissage des plumes. On sait toutefois peu de choses des mécanismes qui contrôlent la croissance des tissus rhamphothécaux.
Les malformations du bec sont généralement rares dans la nature (prévalence de moins de 1 %), mais une concentration inhabituelle de troubles de la kératine aviaire avait été notée en Alaska entre 1986 et 2009 : des milliers d'oiseaux aux becs croisés, allongés et/ou déviés, appartenant à 29 espèces, avaient alors été recensés, la principale touchée étant la Mésange à tête noire (Poecile atricapillus), avec plus de 2 000 oiseaux signalés (prévalence moyenne de 6,5 % parmi les adultes). Ces désordres ont touché au total 14 familles, en particulier les Picidés (les pics), les Sittidés (les sittelles) et les Corvidés (corbeaux, pies et geais).
Des anomalies du bec ont été signalées chez plusieurs espèces de Corvidés, dont les Corneilles d'Alaska (Corvus caurinus) et mantelée (Corvus corone comix), les Corbeaux freux (Corvus frugilegus), indien (C. culminatus), à gros bec (C. macrorhynchos) et familier (C. splendens) et la Pirolle à bec jaune (Urocissa flavirostris). En mars 2019, Patrick Menard a observé et photographié en Ille-et-Vilaine un Geai des chênes (Garrulus glandarius) avec un long bec recourbé évoluant avec un oiseau au bec normal.

Les différents types de malformations du bec

Geai des chênes (Garrulus glandarius) au bec anormal

Détail du bec anormal d'un Geai des chênes (Garrulus glandarius) observé en Ille-et-Vilaine (France) en mars 2019 : les deux mandibules se sont allongées, la supérieure davantage que l'inférieure.
Photographie : Patrick Menard

On recense différents types de malformations du bec :

  • les mandibules croisées. Cette anomalie relativement commune a été observée chez un large éventail d’espèces, comme la Linotte mélodieuse (Linaria cannabina), la Corneille mantelée, l'Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) ou le Rougegorge familier (Erithacus rubecula).
  • Les mandibules (supérieure et/ou inférieure) allongées et recourbées (type "bec de courlis"). C'est aussi une malformation assez commune, affectant des espèces aussi variées que le Corbeau freux, le Bruant proyer (Emberiza calandra), la Mésange bleue  (Cyanistes caeruleus) (lire Une Mésange bleue au bec anormal observée sur une terrasse) ou le Pigeon biset (Columba livia). L'importance de la croissance des mandibules peut varier considérablement d'un oiseau à l'autre : un Pic à bec d'ivoire (Campephilus principalis) collecté à Cuba au XIXe siècle avait ainsi une mandibule supérieure mesurant plus de 40 cm de long ! La mandibule touchée pousse en prolongeant sa forme initiale. Cette malformation fait souvent suite à une brisure du bec.
  • La mandibule supérieure retroussée. C'est une malformation assez rare, qui apparaît quand la pointe a été cassée.
  • Les mandibules divergentes. C'est une malformation rare et spectaculaire, qui a par exemple été observée chez le Moineau domestique (Passer domesticus).
  • Les mandibules ne se touchant pas. Un espace est visible même quand le bec est fermé.
  • Les mandibules déviées latéralement. Il s'agit d'une anomalie rare, qui a par exemple déjà été notée chez un Corbeau freux dont la  mandibule supérieure avait été brisée et la mandibule inférieure avait dévié vers la gauche. Le bec d'une Hirondelle rustique (Hirundo rustica) avait quant à lui dévié vers la droite.
  • Le bec en forme de cadenas. Cette déformation est très rare : dans ce cas, au moins une mandibule pousse en direction de la peau et peut même la percer. Cela peut arriver après un choc violent.

Les causes possibles des déformations

Geai des chênes (Garrulus glandarius) au bec anormal

Malgré la malformation de son bec, ce Geai des chênes (Garrulus glandarius) semble avoir une corpulence normale.
Photographie : Patrick Menard

Ces difformités affectent principalement la couche de kératine du bec et résultent d'une croissance anormalement rapide de la rhamphothèque. Les oiseaux affectés présentent aussi souvent des anomalies au niveau des autres parties kératinisées du corps (ongles, pattes et plumes).
Les causes sont mal connues et difficiles à déterminer, mais elles pourraient être dues à une croissance osseuse inadéquate, à une malocclusion (= désalignement) de la maxillaire (os de la mâchoire supérieure) et de la mandibule, à une perturbation des couches germinatives au niveau de la dermathèque (située sous la ramphothèque) suite à une infection parasitaire, fongique, bactérienne ou virale (des poécivirus ont été trouvés chez des oiseaux touchés en Alaska), à un traumatisme, à une usure inappropriée du rhamphothèque ou à des carences nutritionnelles, en particulier liées au métabolisme des vitamines ou du calcium. Les causes moins étudiées incluent l'exposition à une chaleur extrême, à des radiations ou à des composés chimiques organochlorés, les maladies hépatiques ou endocriniennes, des toxines ou des tumeurs.

Certains oiseaux touchés réussissent quand même à survivre

Le taux de mortalité des oiseaux aux becs déformés est élevé (il avait été estimé à 56 % en Alaska) car ils éprouvent généralement de grandes difficultés pour se nourrir, à boire et à nettoyer leur plumage afin de se débarrasser de leurs parasites. Toutefois, certains réussissent à survivre et même à se maintenir en bonne santé (leur poids est normal) en adaptant leur comportement (lire Comment les oiseaux handicapés survivent-ils ?) : ils peuvent par exemple placer leur tête sur le côté pour boire et saisir sa nourriture et on pense même que des congénères pourraient les nourrir. 
Cette capacité de survie est plus élevée si la malformation est apparue progressivement et pour les espèces ayant un régime alimentaire varié, comme les Étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris).
Le Geai des chênes observé en Ille-et-Vilaine en mars 2019 ne semblait pas amaigri, ce qui suggère qu'il réussissait quand même à se nourrir malgré son long bec courbé apparemment peu pratique. Toutefois, cette espèce a un régime alimentaire varié (lire Un Geai des chênes nettoie un œuf avant de le manger), ce qui lui permet de manger des aliments plus ou moins durs.
Dans certains cas, les individus touchés peuvent même tirer un bénéfice de leur handicap : une Mésange charbonnière (Parus major) avec la mandibule supérieure allongée et croisée réussissait à décortiquer plus rapidement les noisettes que ses congénères, même si elle avait des difficultés à les manger ensuite. Une femelle de Capucin bec-de-plomb (Euodice malabarica) dont le bec était croisé, était particulièrement douée pour se battre.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sources

  • Maxine Zylberberg, Caroline Van Hemert, Colleen M. Handel et Joseph L. DeRisi (2018). Avian keratin disorder of Alaska black-capped chickadees is associated with Poecivirus infection. Virology Journal. Numéro : 15. Page : 100. https://virologyj.biomedcentral.com
  • Caroline Van Hemert et Colleen M. Handel (2016) Elements in Whole Blood of Northwestern Crows (Corvus caurinus) in Alaska, USA: No Evidence for an Association with Beak Deformities. Journal of Wildlife Diseases. Volume : 52. Numéro : 3. Pages : 713-718. Juillet. www.jwildlifedis.org
  • Colleen M. Handel, Caroline van Hemert (2015). Environmental contaminants and chromosomal damage associated with beak deformities in a resident North American passerine. Environmental Toxicology. Date : 06/01. www.academia.edu
  • Caroline Van Hemert et  Colleen M. Handel (2010). Beak Deformities in Northwestern Crows: Evidence of a Multispecies Epizootic. The Auk: Ornithological Advances. Volume : 127. Numéro : 4. Pages  : 746–751. https://academic.oup.com
  • Colleen M. Handel  Lisa M. Pajot  Steven M. Matsuoka,  Caroline Van Hemert,  John Terenzi, Sandra L. Talbot, Daniel M. Mulcahy, Carol U. Meteyer et Kimberly A. Trust (2010). Epizootic of Beak Deformities Among Wild Birds in Alaska: An Emerging Disease in North America? The Auk: Ornithological Advances. Volume : 127. Numéro : 4. Pages : 882–898. Octobre. https://academic.oup.com
  • Raju Kasambe, Aditya Joshi et Sathyan Meppayur (2009). Bill deformities in House Crows Corvus splendens, Large-billed Crow C. macrorhynchos and Yellow-billed Blue Magpie Urocissa flavirostris in India. Newsletter for Birdwatchers. Volume : 49. Numéro : 5. https://upload.wikimedia.org
  • D. E. Pomeroy (1962). Birds with abnormal bills. British Birds. Volume : 55. Numéro : 2. britishbirds.co.uk

Vos commentaires sur :
"Un Geai des chênes avec un bec étonnant observé en Bretagne"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest