Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Voyages > Voyage dans les îles Iriomote, Ishigaki et Okinawa (archipel des Ryukyu, Japon) du 15 au 21/03/17

Voyages

Retour à la liste des articles de Voyages

Voyage dans les îles Iriomote, Ishigaki et Okinawa (archipel des Ryukyu, Japon) du 15 au 21/03/17

Gareth Knass et Shaun Coyle ont visité ces trois îles au climat subtropical et ils ont observé la plupart des endémiques.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Voyage dans les îles Iriomote, Ishigaki et Okinawa (archipel des Ryukyu, Japon) du 15 au 21/03/17

Paysage le long de la route côtière du nord, île d'Iriomote, archipel des RyuKyu (Japon), mars 2017.
Photographie : Gareth Knass

Le Japon s'étend sur près de 3 300 kilomètres de long, de l'île d'Hokkaïdo au nord, proche de la Sibérie orientale, à l'hiver froid et neigeux en hiver et frais en été, aux îles Ryūkyū (ou Ryukyu) au sud, proches de Taïwan, au climat subtropical humide. Les Ryūkyū sont composées des archipels d'Okinawa, de Kerama, de Daito, de Miyako et de Yaeyama. Du fait de leur isolement, elles possèdent une flore et une faune au fort taux d'endémisme : on peut donc y observer des espèces uniques au monde, comme le Pic d'Okinawa (Sapheopipo noguchii), le Râle d'Okinawa (Gallirallus okinawae), la Mésange d'Iriomote (Sittiparus olivaceus), le Serpentaire des Ryukyu (Spilornis perplexus), le Minivet des Ryukyu (Pericrocotus tegimae) ou le Chat d'Iriomote (Prionailurus iriomotensis). Plusieurs sous-espèces endémiques ont par ailleurs récemment été élevées au rang d'espèces distinctes, comme le Gobemouche d'Owston (Ficedula owstoni) ou le Colombar des Ryukyu (Treron permagnus). Ces îles constituent donc une destination intéressante encore méconnue des observateurs européens.
Gareth Knass et Shaun Coyle ont visité du 15 au 21/03/2017 trois des plus grandes îles de l'archipel des Ryūkyū : Iriomote, Ishigaki et Okinawa. Ils ont pu observer la plupart des oiseaux endémiques, ainsi que le mystérieux Chat d'Iriomote. Nous vous proposons une version française de leur rapport de voyage.

Abstract

Japan extends over nearly 3,300 kilometers long, from Hokkaido in the North, close to the Eastern Siberia, with a cold and snowy winter and a cool summer, to the Ryukyu Islands in the South, close to Taiwan, with an humid subtropical climate. The Ryukyu islands are composed of the Okinawa, Kerama, Daito, Miyako and Yaeyama archipelagos. Because of their isolation, their flora and fauna have a high rate of endemism: one can find them unique species such as the Pryer's Woodpecker (Sapheopipo noguchii), the Okinawa Rail (Gallirallus okinawae), the Iriomote Tit (Sittiparus olivaceus), the Ryukyu Serpent Eagle (Spilornis perplexus), the Ryukyu Minivet (Pericrocotus tegimae) or the Iriomote Wildcat (Prionailurus iriomotensis), and several endemic subspecies have recently been raised to the rank of distinct species, such as the Owston's Flycatcher (Ficedula owstoni) or the Ryukyu Green-pigeon (Treron permagnus). They therefore constitute an interesting and still unknown destination among European birders.
Gareth Knass and Shaun Coyle visited three of the largest islands of the Ryukyu archipelago: Iriomote, Ishigaki and Okinawa from the 15th to the 21th of March 1017. They found most of the endemic birds species as well as the mysterious Iriomote WildCat. We propose you a French version of their detailed and illustrated travel report.

Informations pratiques

Emplacements des îles Iriomote, Ishigaki et Okinawa (Japon)

Emplacements des îles Iriomote, Ishigaki et Okinawa (Japon).
Carte : Ornithomedia.com

Sources d'information consultées

Avant de partir, nous avons consulté différents rapports de voyage publiés sur le site web Cloudbirders. Le compte-rendu récent (2016) de Mans Grundsten nous a fourni des coordonnées GPS très utiles pour observer les oiseaux sur Okinawa. Nous avons aussi rassemblé d’utiles informations à partir des rapports récents de Sue Bryan, de Gunnar Engblom, de Paul French et de Ross Gallardy.
Un autre document très utile est la description d'Adam Bowley publiée sur Birdforum.net en mars 2016 et qui comprend de nombreux détails utiles sur Okinawa. Le document "A Birder’s Guide to Okinawa" de Tom Marko (2012) et le site web des Japan Nature Guides ont été consultés avec attention.
Nous n’avons pas trouvé beaucoup d'informations (en anglais du moins) sur les îles d’Ishigaki et d’Iriomote, mais un rapport de Gerry Hinchon rédigé en mai 2015 est intéressant pour Ishigaki.
Ebird devient une excellente source à consulter avant tout séjour ornithologique, et il faut noter les sites d’observation (à condition qu'ils soient corrects).
Nous avons emporté le guide "Birds of East Asia" de Mark Brazil, qui couvre la totalité de l'avifaune des îles Ryukyu.

Orientation

Il peut être difficile de demander son chemin (et plus largement de communiquer) car les Japonais parlent peu les langues étrangères. Les fichiers GPS des sites visités peuvent être téléchargés.
Pour nous orienter, nous avons téléchargé l'application Androïd gratuite MapP Factor Navigator disponible pour tablettes et smartphones. La carte du Japon est téléchargeable et peut être utilisée hors ligne. Il est possible de saisir des coordonnées GPS via une seconde application : KML/KMZ Waypoint Reader (qui peut ensuite être utilisée comme navigateur). Grâce à ce système, nous avons pu rapidement atteindre les sites à visiter.

Météo

Durant notre voyage, la météo était agréable, avec des températures de plus de 20 degrés au soleil. Il a plu régulièrement dans le nord d’Okinawa et à Iriomote. 

Monnaie

La monnaie japonaise est le Yen (JPY), le taux de change étant approximativement (en mars 2017) de 1 euro = 129 yens. 

Vols

Nous avons visité les îles Ryukyu à partir de l’aéroport de Taipei à Taïwan (nous y avons passé deux semaines avant de nous rendre sur les îles Ryukyu). Nous avons choisi les compagnies à bas coûts Peach Air (94 euros entre Taipei et Naha, sur l’île d’Okinawa), Vanilla Air (84 euros entre Naha et Taipei) et Japanese Airlines (JAL) (131 euros entre Naha et l’île d’Ishigaki). Les vols ont été réservés directement sur leurs sites web respectifs. 

Location de voitures

On roule à gauche au Japon et les voitures sont à boîte automatique. Un permis de conduire international est nécessaire pour louer un véhicule au Japon (NDLR : Benoît Forget nous précise que les visiteurs européens doivent par ailleurs se procurer une traduction certifiée en japonais de leur permis de conduire, voir la procédure

Nous avons loué une voiture pour 24 heures sur l’île d’Iriomote auprès de la compagnie Yamaneko Rent-a-car près du terminal des ferries à Ohara. Il ne leur restait qu’une voiture, et le prix était de 5 000 yens+  1 000 yens pour l'assurance. Sur l'île d'Ishigaki, nous avons loué un scooter pour 24 heures près de la gare routière pour un prix de 2 000 yens + 1 000 yens pour l’assurance. 
Sur l'île d'Okinawa, nous avons loué une voiture de taille moyenne auprès de Nippon Car Rentals  : c'était cher (26 244 yens pour trois jours) car nous avions réservé tardivement, et c'était la seule société qui nous laissait récupérer la voiture en fin de soirée. 

Visa

En tant que citoyens britanniques, nous étions exemptés de visa.

Visite de l'île d'Iriomote

Présentation et informations utiles

Carte de l'île d'Iriomote et emplacements des sites visités

Carte de l'île d'Iriomote et emplacements des sites visités en mars 2017. L'itinéraire rouge est celui parcouru pour observer le Chat d'Iriomote (cliquez sur la carte pour l'agrandir).
Carte : Ornithomedia.com

Iriomote fait partie des Yaeyema, un groupe d'îles à l'extrémité sud des Ryukyu. C'est une île clé pour observer les oiseaux endémiques des Ryukyu du Sud. Contrairement à l'île voisine Ishigaki, elle est encore en grande partie boisée : des mangroves bordent la côte et une forêt subtropicale à feuilles persistantes couvre les collines. On y trouve la Mésange d'Iriomote (Sittiparus olivaceus), et elle partage avec l'île d'Ishigaki la sous-espèce nigriloris de la Mésange cendreuse (Parus cinereus) et le Serpentaire des Ryukyu (Spilornis perplexus). Le Gobemouche d'Owston (Ficedula owstoni), le Minivet des Ryukyu (Pericrocotus tegimae) et le Colombar des Ryukyu (Treron permagnus) sont également présents.
En outre, l'île possède un félin endémique, le Chat d'Iriomote (Prionailurus (bengalensis) iriomotensis), considéré par plusieurs auteurs comme une espèce à part entière. Avec une population d'environ 100 individus, c'est l'un des félins les plus rares au monde et il est considéré comme étant gravement menacé par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.
Nous avons passé 24 heures sur l’île d'Iriomote. Il est plus simple d’y arriver depuis Ishigaki : des ferries quotidiens partent en effet plusieurs fois par jour du port d'Ishigaki (téléchargez les horaires et d'autres fichiers utiles). La traversée dure moins d'une heure, et on peut débarquer à Ohara (au sud-est d'Iriomote) ou à Uehara (au nord-ouest d’Iriomote). Nous avons choisi le port d'Ohara (prix du billet aller-retour : 2 400 yens), et nous y avons loué une voiture pour 24 heures (6 000 yens). Nous avons dormi dans un parking où nous avons vu le Chat d'Iriomote.
Disposant de peu d'informations sur l'île, nous avons simplement circulé et exploré plusieurs sites.

Sites visités

  • La Nakagara River Conservation Area et le sentier "Cross Island", une piste carrossable aboutissant à un panneau d'interprétation et prolongée par un sentier pédestre conduisant à une tour d’observation dominant la rivière et la forêt. Des pistes forestières partent aussi de la voie principale qui longe l’ouest de l'île.
  • Vue de la Nakagara River Conservation Area

    Vue de la Nakagara River Conservation Area depuis la tour d'observation, île d'Iriomote (Japon), mars 2017. 
    Photographie : Gareth Knass
    L'ancienne route de Shirahama : elle est maintenant bitumée et longe la forêt. Nous l’avons parcourue en fin de soirée pour essayer d'observer les rapaces nocturnes. C’est un endroit populaire pour les touristes qui y assistent à la parade des lucioles.
  • Le parc d'Omija : nous n'avons pas vraiment exploré ce site, mais il est potentiellement intéressant pour observer un certain nombre d’oiseaux endémiques. Des Colombars des Ryukyu étaient posés à l’aube sur des câbles le long de la route.
  • La tour de télécommunications et les cultures près d’Uehara-yama : au sud du village d'Uehara s'étendent des terres agricoles, et une courte piste mène vers des collines boisées où se dresse une tour de télécommunications. La Mésange d'Iriomote serait parfois vue en lisière de forêt (selon un habitant rencontré sur place).
  • L'Iriomote Wildlife Conservation Centre : il est intéressant de s'y rendre pour obtenir des informations utiles. Nous ne l’avons visité que brièvement à la fin de notre voyage.
  • La route côtière du Nord ("Northern Coast Road") : le long de cette route, nous avons observé le Chat d’Iriomote et le Petit-duc élégant (Otus elegans).
  • Il y a sans aucun doute d'autres sites intéressants à visiter, notamment dans les collines boisées.

Observations remarquables

  • Mésange d'Ishigaki (Parus cinereus nigriloris) : la sous-espèce nigriloris est commune dans les îles Yaeyama. Elle est considérée comme une sous-espèce de la Mésange cendreuse dans le guide de Mark Brazil, tandis que d'autres sources la classent comme une sous-espèce de la Mésange de Chine (Parus minor). Elle est en tout cas bien distincte de notre Mésange charbonnière (Parus major).
  • Mésange d'Iriomote (Sittiparus olivaceus)

    Mésange d'Iriomote (Sittiparus olivaceus), sentier "Cross Island", île d'Iriomote (Japon), mars 2017. 
    Photographie : Gareth Knass
    Mésange d'Iriomote (Sittiparus olivaceus) : nous avons très bien vu cette espèce le long du sentier "Cross Island" qui traverse la Nakagara River Conservation Area. Cette sous-espèce est maintenant considérée comme une espèce à part entière. Elle répond bien au "pishing".
  • Serpentaire des Ryukyu (Spilornis perplexus) : c’est un rapace commun et facile à observer sur Iriomote, et nous avons vu de nombreux oiseaux perchés dans les cultures et sur les poteaux télégraphiques le long de la route côtière (comme les caracaras du continent américain). Il a également été noté dans les zones forestières (sentier "Cross Island", ancienne route de Shirihama, route de la tour de télécommunications…). La majorité de la population mondiale de la sous-espèce perplexus est présente sur Iriomote, et elle est considérée comme une espèce à part entière dans le guide de Mark Brazil.
  • Gobemouche d'Owston (Ficedula owstoni) : un oiseau chantait dans la forêt humide le long du sentier "Cross Island". Son plumage était du type femelle, mais il pourrait s’agir d’un mâle immature. Cette ancienne sous-espèce du Gobemouche narcisse (Ficedula narcissina) est désormais considérée comme une espèce distincte suite aux résultats d'études récentes (Dong et al, 2015).
  • Minivet des Ryukyu (Pericrocotus tegimae) : un oiseau a été bien vu depuis la tour d’observation le long du Cross Island Track. L’espèce a aussi été vue autour de la tour de télécommunications à Uehara.
  • Colombar des Ryukyu (Treron permagnus) : nous avons entendu cette espèce le long du sentier "Cross Island" et nous en avons vu à l'aube posés le long de la route longeant la côte nord de l'île, dans le secteur du parc d'Omija. L'île d'Iriomote semble être un bon endroit pour observer cette espèce.
  • Colombine turvert (Chalcophaps indica) : elle a seulement été entendue dans la forêt bordant les terres agricoles au sud d'Uehara.
  • Petit-duc élégant (Otus elegans)

    Petit-duc élégant (Otus elegans) : une espèce commune sur l'île d'Iriomote (Japon).
    Photographie : Gareth Knass
    Grive dorée (Zoothera dauma) : nous avons fait s’envoler un oiseau au début du sentier "Cross Island" à Ohara. La sous-espèce iriomotensis nicheuse dans les forêts d'Iriomote n'a été décrite que récemment (Nishiumi et Morioka, 2009). Son chant est encore inconnu. Elle pourrait être rejointe en hiver par des Grives dorées migratrices.
  • Merle pâle (Turdus pallidus) : un hivernant très fréquent pendant notre visite, et nous l’avons régulièrement observé depuis les routes et les sentiers.
  • Petit-duc élégant (Otus elegans) et Ninoxe boréale (Ninox japonica totogo) : ces deux rapaces étaient communs le long de la route longeant la côte nord, et ils sont probablement fréquents et répandus sur Iriomote. Nous avons bien vu ces deux espèces au crépuscule le long de l’ancienne route de Shirahama. Durant notre observation du chat, nous les avons entendues le long de la côte. Nous n’avons pas entendu a priori de cris du Petit-duc de Pryer (Otus semitorques pryeri) et nous n’avons pas utilisé la repasse.
  • Martin-chasseur violet (Halcyon coromanda) : un possible oiseau a été entendu dans la forêt depuis la route d'accès à la tour de télécommunications. L'oiseau a seulement crié deux fois au loin et il n'a pas répondu à la repasse. Nous n’avons pas réussi à voir cet oiseau, ce qui est surprenant car il est annoncé comme courant dans les îles Ryukyu.
  • Corbeau de Yaeyama (Corvus macrorhynchos osai) : sédentaire et commun. Cette sous-espèce endémique du Corbeau à gros bec est plus compacte et pousse des cris distincts. Elle pourrait constituer une espèce distincte, le Corbeau de Yaeyama (Corvus osai) (Madge, 2017).
  • Bulbul à oreillons (Hypsipetes amaurotis) : une espèce sédentaire commune et bruyante.
  • Bouscarles chanteuse (Horornis diphone) ou mandchoue (H. borealis) : plusieurs individus ont été entendus et parfois aperçus aux abords des routes et en lisière de la forêt, mais aucun n’a chanté.

Autres espèces d'oiseaux vues

Canard de Chine (Anas poecilorhyncha), Héron cendré (Ardea cinerea), Grande Aigrette (Ardea alba), Aigrette garzette (Egretta garzetta), Aigrette sacrée (Egretta sacra), Héron garde-boeufs (Bubulcus ibis), Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax), Balbuzard d'Australie (Pandion cristatus), Busautour à joues grises (Butastur indicus), Râle à poitrine blanche (Amaurornis phoenicurus), Pluvier fauve (Pluvialis fulva), Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus), Petit Gravelot (Charadrius dubius), Tourterelle orientale (Streptopelia orientalis), Huppe fasciée (Upupa epops), Pie-grièche brune (Lanius cristatus), Hirondelle rustique (Hirundo rustica), Hirondelle de Java (Hirundo javanica namiyei), Cisticole des joncs (Cisticola juncidis), Zostérops du Japon (Zosterops japonicus), Monticole bleu (Monticola solitarius), Merle à flancs roux (Turdus chrysolaus) (un seul oiseau), Grive à ailes rousses (Turdus eunomus) (trois oiseaux dans des cultures au sud d'Uehara), Étourneau soyeux (Spodiopsar sericeus) (un petit groupe dans les cultures près d'Ohara), Bergeronnette de Béringie (Motacilla tschutschensis), Bergeronnette de l'Amour (Motacilla alba leucopsis) et Bergeronnette grise (Motacilla alba).

Serpentaire des Ryukyu (Spilornis perplexus)

Serpentaire des Ryukyu (Spilornis perplexus), route côtière du nord, île d'Iriomote, mars 2017.
Photographie : Gareth Knass
Mésange d'Ishigaki (Parus cinereus nigriloris)

Mésange d'Ishigaki (Parus cinereus nigriloris), village d'Ohara, île d'Iriomote, mars 2017.br />Photographie : Gareh Knass
Corbeau de Yaeyama (Corvus macrorhynchos osai)

Corbeau de Yaeyama (Corvus macrorhynchos osai), cultures près d'Ohara, île d'Iriomote, mars 2017
Photographie : Gareth Knass
Ninoxe boréale (Ninox japonica totogo)

Ninoxe boréale (Ninox japonica totogo), île d'Iriomote, mars 2017.
Photographie : Gareh Knass


Le Chat d'Iriomote

Chat d’Iriomote (Prionailurus (bengalensis) iriomotensis)

Chat d’Iriomote (Prionailurus (bengalensis) iriomotensis) naturalisé présenté dans l'Iriomote Wildlife Conservation Centre : notez sa fourrure grisâtre.
Photographie : Gareth Knass

Le point culminant de notre visite de l’île d’Iriomote a été l’observation du Chat d’Iriomote (Prionailurus (bengalensis) iriomotensis). Nous avons fait deux observations relativement brèves (trop brèves pour pouvoir prendre des photos) mais très proches (à moins de cinq mètres) dans la même portion de végétation côtière le long de la route de la côte nord (vous pouvez voir sur Google Maps le trajet parcouru pour observer le félin). La première observation a été faite en bordure d’une prairie derrière la plage, avec les phares de la voiture. La seconde a été faite quelques minutes plus tard dans la même zone, mais à pied. Dans les deux cas, le chat (ou les chats) s'est enfoncé rapidement dans une végétation épaisse. C'était avant l'aube, vers quatre heures du matin. Nous l’avons cherché avec une lampe pendant deux heures et demie le soir (entre 20 h et 23 h) puis entre 3 h 40 et l'aube. Le temps était clair en soirée, mais il y avait une légère bruine à l’aube.
Ce félin préfère la mangrove et la forêt tropicale de plaine. On peut aussi le chercher dans les lisières et les zones de cultures car il s'est adapté dans une certaine mesure aux habitats transformés. Nous sommes restés sur la route côtière, mais les sentiers et les petites routes et la forêt autour d'Uehara sont aussi à prospecter. La végétation buissonneuse côtière qui s’étend derrière la plage semble également être un bon habitat, et c'est finalement là que nous l’avons observé. La route côtière est calme la nuit et à l’aube, et elle traverse des habitats variés : elle constitue donc un bon moyen de chercher cette espèce. L’Iriomote Wildlife Conservation Center propose de nombreuses informations sur le Chat d'Iriomote.
Outre le Chat d'Iriomote, nous avons observé une Roussette des Ryukyu (Pteropus dasymallus) dans la forêt le long de l'ancienne route de Shirahama.

Route côtière du nord

Route côtière du nord sur l'île d'Iriomote : notez le panneau d'avertissement avec un Chat d'Iriomote.
Photographie : Gareh Knass
Forêt tropicale de plaine et mangrove

Forêt tropicale de plaine et mangrove sur l'île d'Iriomote : l'écosystème "classique" du Chat d'Iriomote
Photographie : Gareth Knass


Visite de l'île d'Ishigaki

Emplacements des sites visités dans le sud de l'île d'Ishigaki

Emplacements des sites visités dans le sud de l'île d'Ishigaki.
Carte : Ornithomedia.com

Présentation et informations utiles

Par rapport à Iriomote, l’île d’Ishigaki est beaucoup plus peuplée et a été fortement transformée par l'Homme. Les sites d'observation intéressants comprennent le parc de Banna, près de la ville d'Ishigaki et les collines au nord de l'île (accessible par exemple par la route qui longe le réservoir de Sokobara). Son avifaune est similaire à celle d’Iriomote, bien que la Mésange d'Iriomote n'y soit pas présente.
Nous sommes arrivés en avion sur l'île d'Ishigaki depuis la ville de Naha à Okinawa. Depuis l'aéroport, nous avons pris le bus vers la ville d'Ishigaki (540 yens). Nous avons séjourné dans l'hôtel Cocoshan (3 000 yens par personne), l'un des rares hôtels disposant encore de chambres libres en cette période de vacances japonaises. Il existe des options moins chères en ville, et vous pouvez vous renseigner dans les bureaux du terminal des ferries. J’ai loué un scooter pour la journée.

Les sites visités

  • Le parc de Banna : l'entrée sud de cet ensemble de collines boisées est accessible à pied depuis la ville d'Ishigaki, mais l’utilisation des transports en commun est conseillée. L'entrée nord permet d’atteindre plus vite les pistes forestières où l’on peut observer la plupart des espèces remarquables. Le réservoir du parc accueille des oiseaux aquatiques, et la route qui traverse le parc du sud au nord est intéressante : la tour de guet offre de belles vues sur l'île et on peut potentiellement observer le rare Serpentaire des Ryukyu.
  • Vue du parc de Banna sur l'île d'Igishaki

    Vue du parc de Banna et du pont suspendu, île d'Igishaki (Japon).
    Photographie : Gareth Knass
    Rizières au nord de la ville d'Isihigaki : entre la ville et le parc de Banna s’étendent des terres agricoles, des zones buissonneuses et des rizières qui accueillent plusieurs espèces des milieux ouverts et des limicoles.
  • Réservoir de Sokobara : les forêts qui bordent le réservoir accueillent les endémiques de l’île, y compris probablement le Serpentaire des Ryukyu.
    Estuaire près de Nagaura-Amparu : les vasières peuvent être inspectées depuis le pont de la route côtière. Un parc protège des mangroves au nord de l’estuaire, mais nous ne l'avons pas visité, faute de temps.

Observations remarquables

  • Serpentaire des Ryukyu : ce rapace est beaucoup plus rare sur Ishigaki que sur Iriomote. Nous avons fait seulement deux observations : un individu avec un serpent dans les serres le long de la route intérieure à l'est de la zone humide de Nagura-Amparu, et un autre au-dessus des terres agricoles près du réservoir de Sokobara.
  • Gobemouche d'Owston : quelques oiseaux vus dans la forêt humide au nord du réservoir de Sokobara.
  • Minivet des Ryukyu : vu dans le parc de Banna et près du réservoir de Sokobara.
  • Mésange d'Ishigaki : commune en lisière de forêt.
  • Petit-duc élégant et Ninoxe boréale (sous-espèce totogo) : ces deux rapaces ont été vus en forêt à l'aube dans le sud du parc de Banna. C'est la seule zone que nous avons visitée pour chercher les rapaces nocturnes, mais les deux espèces sont probablement fréquentes dans tous les habitats boisés de l’île.
  • Gobemouche d'Owston (Ficedula owstoni)

    Gobemouche d'Owston (Ficedula owstoni) mâle, forêt près du réservoir de Sokobara, île d'Ishigaki (Japon).
    Photographie : Gareth Knass
    Canard mandarin (Aix galericulata) : un couple a été vu en bordure de forêt dans le parc de Banna, dans une petite zone de rizières.
  • Canard de Chine (Anas zonorhyncha) : un couple vu au même endroit que les Canards mandarins.
  • Faisan de Colchide (Phasianus colchicus) : plusieurs oiseaux, peut-être introduits, ont été vus dans les terres agricoles au sud et à l'est du parc de Banna.
  • Colombine turvert : entendue seulement dans le parc de Banna.
  • Bulbul à oreillons : un oiseau sédentaire résident bruyant, remarquable et commun.
  • Bouscarle chanteuse (Horornis diphone)/mandchoue (H. borealis) : plusieurs individus ont été entendus et parfois aperçus aux abords des routes et en lisière de la forêt, mais aucun n’a chanté.

Autres espèces vues

Canard de Chine, Canard siffleur (Anas penelope), Canard souchet (Anas clypeata), Sarcelle d'hiver (Anas crecca), Héron cendré, Héron pourpré (Ardea purpurea), Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo), Grande Aigrette, Aigrette garzette, Héron sacré, Héron garde-boeufs, Balbuzard d'Australie, Busautour à joues grises, Epervier de Horsfiled (Accipiter soloensis), Faucon pèlerin (Falco peregrinus), Râle à poitrine blanche, Foulque macroule (Fulica atra), Gravelot à collier interrompu, Petit Gravelot, Échasse blanche (Himantopus himantopus), Chevalier arlequin (Tringa erythropus), Chevalier aboyeur (Tringa nebularia), Chevalier sylvain (Tringa glareola), Courlis corlieu (Numenius phaeopus), Bécasseau à cou roux (Calidris ruficollis), Bécasseau à longs doigts (Calidris subminuta), bécassine sp. (G. gallinago/stenura), Tourterelle orientale, Pie-grièche brune, Hirondelle rustique, Hirondelle de Java, Bulbul de Chine (Pycnonotus sinensis), Cisticole des joncs, Zostérops du Japon, Calliope sibérienne (Calliope calliope) (un mâle dans des cultures du sud du parc de Banna), Monticole bleu, Rougequeue aurore (Phoenicurus auroreus), Merle à flancs roux, Étourneau soyeux (deux observations dans des cultures au sud du parc de Banna), Étourneau à joues marron (Agropsar philippensis) (dans des cultures au nord de la ville d'Ishigaki, près du cimetière), Bergeronnette de Béringie, Bergeronnette de l'Amour et Bergeronnette grise.

Bulbul à oreillons (Hypsipetes amaurotis)

Bulbul à oreillons (Hypsipetes amaurotis), parc de Banna, île d'Ishigaki, mars 2017.
Photographie : Garteh Knass
Minivet des Ryukyu (Pericrocotus tegimae)

Minivet des Ryukyu (Pericrocotus tegimae), forêt près du réservoir de Sokobora, île d'Ishigaki, mars 2017.
Photographie : Gareth Knass


Visite de l'île d'Okinawa

Présentation et informations utiles

Carte de l'île d'Okinawa et emplacements des sites visités

Carte de l'île d'Okinawa et emplacements des sites visités en mars 2017 (cliquez sur la carte pour l'agrandir).
Carte : Ornithomedia.com

Okinawa est la plus grande île de l’archipel des Ryukyu. Une grande zone forestière, protégée dans le parc national de Yanbaru, s’étend au nord de l'île : on y trouve plusieurs oiseaux endémiques insulaires et régionaux. La ville de Naha, à l'extrémité sud de l'île, constitue une bonne base pour visiter les Ryukyu. Nous avons loué une voiture pendant trois jours (prix total : 26 244 yens) et nous avons exploré la partie nord de l'île durant deux jours, puis le sud lors de notre dernière journée.
L’autoroute qui relie Naha au nord de l’île est payante (prix du péage : 1 002 yens). Nous avons dormi dans la voiture dans le parking du barrage de Benoki (équipé de toilettes et de prises électriques) et dans le camping proche du centre d'accueil des zones humides de Kin, équipé de douches payantes.

Les sites visités

    • Barrage et réservoir de Benoki : la forêt s’étendant autour du barrage et du réservoir est favorable au Pigeon violet (Columba janthina) et au Pic d’Okinawa (Sapheopipo noguchii) (entre autres).
    • Chutes d'eau de Hiji : nous nous sommes arrêtés brièvement à l'entrée de ces chutes d'eau. Ce site accueillerait toutes les espèces endémiques de l’île, et nous y avons entendu le Colombar des Ryukyu.
    • Environs du Yanbaru Educational Centre : ce secteur est situé dans la forêt de Yanbaru. Une promenade surélevée (la "Yonner Course") part du sud du centre et de l'ouest de la route principale. Selon Mans Grunsden (2016), la clairière le long de la route principale au nord du centre serait favorable au Rossignol komadori d'Okinawa (Larvivora komadori namiyei) à l'aube. Elle semble aussi intéressante pour la Bécasse d'Amami (Scolopax mira), mais nous ne l’avons pas vue.
    • Carte du secteur d'Ada et sites visités

      Emplacements des sites visités près du village d'Ada sur l'île d'Okinawa (Japon).
      Carte : Ornithomedia.com
      Environs d’Ada : à proximité du village d’Ada s’étendent des forêts tropicales, des mangroves, une plage et une zone buissonneuse côtière. Au nord du village, les cultures proches de l'élevage de porcs sont intéressantes pour observer le Râle d’Okinawa (Gallirallus okinawae). Les petites routes sillonnant la forêt de Yanburu méritent également d'être parcourues.
    • Routes forestières du Nord : nous avons roulé le long de plusieurs routes traversant la forêt de Yanbaru, en particulier celles à l'ouest et au nord de l'élevage de porcs d'Ada, à l'est et au nord du réservoir de Benoki et le long du sentier de Terukubi Rindo, un site intéressant la nuit pour chercher le Petit-duc de Pryer (Otus semitorques pryeri).
    • Cap Hedo : un intéressant habitat ouvert côtier situé au nord du village d'Okinawa.
    • Réserve près du lac de barrage d’Ogimi-Taiho : cette petite zone humide située au sud du réservoir accueille notamment des canards.
    • Zones humides de Kin : un ensemble de rizières, d’autres cultures et d’étangs piscicoles. Des travailleurs agricoles étaient présents et les oiseaux aquatiques étaient donc peu nombreux : nous avons été déçus, alors que ce site est réputé comme étant riche. Il est équipé d’un centre d'information, d’un camping et de douches.
    • Zones humides de Naha : un ensemble intéressant composé de vasières, de l’étang Triangle et du Manko Waterbird and Wetland Center (fermé le lundi).

Observations remarquables

    • Râle d’Okinawa : souvent entendu dans la forêt de Yanbaru. Un oiseau attiré par la diffusion de ses cris a été très bien vu sur la plage d’Ada. Cette plage et la route qui la borde semblent intéressantes pour observer cette espèce en début de matinée et le soir. D’autres oiseaux ont été entendus dans les mangroves d’Ada et dans la forêt de Yanbaru.
      Râle d’Okinawa (Gallirallus okinawae)

      Râle d’Okinawa (Gallirallus okinawae), route de la page au nord d'Ada, île d'Okinawa (Japon), mars 2017.
      Photographie : Gareth Knass
      Des râles peuvent aussi être vus à l’aube le long des petites routes près de l’élevage de porcs.
    • Pic d’Okinawa : cet oiseau endémique a été vu en bordure des mangroves d’Ada (un couple) et dans la forêt au nord et à l'est du réservoir de Benoki (un couple près de portes en fer sur la route allant vers le nord, et plusieurs tambourinages entendus à différents endroits).
    • Rossignol komadori d'Okinawa (Larvivora komadori namiyei) : un passereau sédentaire relativement répandu dans la forêt de Yanbaru. Plusieurs chanteurs ont été vus et entendus à l'aube dans les environs d'Ada (le long de la route de la plage et sur une ancienne route près de l’élevage de porcs).
    • Pigeon violet : nous avons bien vu cette espèce dans la forêt près de l’aire de stationnement du barrage de Benoki, où plusieurs oiseaux chantaient à l’aube. Nous l’avons aussi entendu depuis le sentier "Yonner Course", près du centre d'éducation de Yanbaru.
    • Colombar des Ryukyu : entendu seulement près des chutes d'eau de Hiji.
    • Petit-duc de Pryer (Otus semitorques pryeri) : nous avons entendu à plusieurs endroits cette sous-espèce aux yeux orange du Petit-duc du Japon (Otus semitorques) le long des routes sillonnant le nord de la forêt de Yanbaru, et nous avons aussi bien vu un oiseau à l'extrémité nord de la forêt.
    • Petit-duc élégant et Ninoxe boréale (sous-espèce totogo) : deux rapaces communs dans toutes les zones boisées d'Okinawa. Nous avons observé brièvement une Ninoxe boréale dans la forêt de Yanbaru éclairée par les phares de notre véhicule. Cette espèce est également facile à voir dans les zones humides de Kin, par exemple près du terrain de camping et du port.
    • Mésange variée : un passereau sédentaire assez courant dans la forêt de Yanbaru.
    • Minivet des Ryukyu : un oiseau sédentaire assez courant dans la forêt de Yanbaru.
    • Petite Spatule (Platalea minor) : un groupe de huit oiseaux vu sur les vasières de la ville de Naha.

Autres espèces d'oiseaux vues

Bouscarle chanteuse (Horornis diphone) (commune dans les zones buissonneuses et les lisières forestières), Mésange de Chine (commune), Pic kizuki (Yungipicus kizuki) (vu à différents endroits dans la forêt de Yanbaru : environs d'Ada, près du réservoir de Benoki et du Yanbaru Education Center), Corbeau de Yaeyama (commun) et Bulbul à oreillons (commun), Canard chipeau (Anas strepera), Canard siffleur, Canard souchet, Sarcelle d'hiver, Fuligule morillon (Aythya fuligula), Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), Grand Cormoran,Héron cendré, Grande Aigrette, Aigrette garzette, Héron sacré, Héron garde-boeufs, Balbuzard d'Australie, Busautour à joues grises, Faucon pèlerin (Falco peregrinus), Gallinule poule-d'eau (Gallinula chloropus), Râle à poitrine blanche, Pluvier fauve, Gravelot à collier interrompu, Petit Gravelot, Échasse blanche, Chevalier guignette (Actitis hypoleuca), Chevalier aboyeur (Tringa nebularia), Chevalier sylvain, Bécasseau à longs doigts, Chevalier gambette (Tringa totanus), Bécassine des marais (Gallinago gallinago), Tourterelle orientale (Streptopelia orientalis stimpsoni), Martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis), Pie bavarde (Pica pica), Pie-grièche brune, Hirondelle rustique, Hirondelle de Java, Bulbul de Chine, Cisticole des joncs, Zostérops du Japon, Calliope sibérienne (un mâle dans une zone agricole au nord-ouest de l'île), Monticole bleu, Rougequeue aurore, Merle pâle (commun), Merle à flancs roux, Martin triste (Acridotheres tristis), Bergeronnette de Béringie, Bergeronnette de l'Amour, Bergeronnette grise, Bruant masqué (Emberiza spodocephala), Pinson du Nord (Fringilla montfringilla) et Moineau friquet (Passer montanus).

Pic d'Okinawa (Sapheopipo noguchii)

Pic d'Okinawa (Sapheopipo noguchii), mangrove près d'Ada, île d'Okinawa, mars 2017.
Photographie : Gareth Knass
Rossignol komadori d'Okinawa (Larvivora komadori namiyei)

Rossignol komadori d'Okinawa (Larvivora komadori namiyei), ancienne route près d'Ada, île d'Okinawa, mars 2017.
Photographie : Gareth Knass
Pigeon violet (Columba janthina)

Pigeon violet (Columba janthina), forêt près du barrage de Benoki, île d'Okinawa, mars 2017.
Photographie : Gareth Knass
Petites Spatules (Platalea minor)

Petites Spatules (Platalea minor), vasière de la ville de Naha, île d'Okinawa, mars 2017.
Photographie : Gareth Knass

Autres animaux vus

  • Cynops à queue d'épée (Cynops ensicauda) : assez visible dans la forêt de Yanbaru, rejoignant ses sites de reproduction.
  • Serpent Ampiesma pryeri pryeri : vu dans le secteur de la plage d'Ada.
  • Lézard Japarula polygonata : vu près de l'entrée sud du sentier de Terukubi.
  • Grenouille Odorrana narina : vue la nuit le long des routes forestières dans le nord de la forêt de Yanbaru.
  • Mangouste de Java (Herpestes javanicus) : espèce introduite vue dans les zones humides de Kin.
  • Sanglier des Ryukyu (Sus crofa riukiuanus) : vu dans les prairies près de l'élevage de porcs d'Ada.

Contact

Gareth Knass : garethknass@btinternet.com

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Observer les oiseaux sur l'île d'Hokkaïdo en hiver

Ouvrages recommandés

Source

Gareth Knass et Shaun Coyle (2017). Ryukyu Islands - Mars 2017. Cloudbirders. www.cloudbirders.com/tripreport/repository/KNASS_Ryukyu_03_2017.pdf

Vos commentaires sur :
"Voyage dans les îles Iriomote, Ishigaki et Okinawa (archipel des Ryukyu, Japon) du 15 au 21/03/17"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest