Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Voyages > La péninsule de Sagres (Portugal) en octobre 2017 : oiseaux marins et rapaces migrateurs

Voyages

Retour à la liste des articles de Voyages

La péninsule de Sagres (Portugal) en octobre 2017 : oiseaux marins et rapaces migrateurs

Entre le 4 et le 8 octobre, nous avons visité plusieurs bons sites de cette péninsule et avons participé à une sortie en haute mer.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

La péninsule de Sagres (Portugal) en octobre 2017 : oiseaux marins et rapaces migrateurs

Vue du cap Saint-Vincent à l'extrémité de la péninsule de Sagres (Algarve, Portugal) en octobre 2017.
Photographie : Ornithomedia.com

La péninsule de Sagres est située à l'extrémité sud-ouest du Portugal et donc de l'Europe de l'Ouest. C'est un plateau côtier bordé de hautes falaises et de petites plages et couvert de champs de céréales, de peuplements de Pins maritimes et surtout d'une végétation arbustive basse particulière bien adaptée aux embruns et au vent. Trois petites zones humides côtières (les lagoas do Martinhal et de Budens et le Boca do Rio) constituent des oasis dans cet ensemble plutôt aride.
Du fait de sa situation géographique particulière, ce secteur est l'un des plus intéressants du pays pour le suivi de la migration des oiseaux, et c'est pour cette raison qu'un festival ornithologique, le "Festival de Observação de Aves e Atividades de Natureza", y est organisé chaque automne depuis 2009. Du 4 au 8 octobre 2017, à l'occasion de la huitième édition de cet événement et grâce aux organisateurs qui nous ont invités, nous avons eu l'opportunité de visiter plusieurs sites de la péninsule, et nous vous proposons un compte-rendu de ce séjour. Nous remercions les photographes qui nous ont aidés à illustrer cet article.

Abstract

The peninsula of Sagres is located at the extreme south-west of Portugal and therefore of Western Europe. It is a coastal plateau bordered by high cliffs and small beaches and covered with cereal fields, stands of maritime pines and vast areas with a low shrub vegetation well adapted to spray and wind. Three small coastal wetlands (lagoas do Martinhal and do Budens and Boca do Rio) serves as oases in this rather arid area. Because of its special geographical location, this peninsula is one of the most interesting spots in Portugal for watching migrants, and it is for this reason that a birding festival (the "Festival de Observação de Aves e Atividades de Natureza"), is organized every autumn since 2009. From the 4th to the 8th of October 2017, during the eighth edition of this event and thanks to the organizers who invited us, we had the opportunity to visit several good birding sites on the peninsula. We propose you a report of this trio. We thank the photographers who helped us illustrating this article.

Observer les oiseaux de la péninsule de Sagres

Situation de Sagres (Portugal)

Situation de Sagres (Portugal).
Carte : Ornithomedia.com

La péninsule de Sagres est l'un des meilleurs endroits du Portugal pour l'observation des oiseaux migrateurs, et grâce à Guillaume Rethoré, membre de l'association A Rocha, nous lui avions consacré un article complet présentant les bons sites d'observation et les espèces d'oiseaux visibles : Observer les oiseaux sur la péninsule de Sagres (Portugal).
Chaque année, entre août et novembre, près de 5 000 rapaces appartenant à plus de 30 espèces y sont observés, en particulier depuis le Monte da Cabranosa. Les plus nombreux sont le Milan noir (Milvus migrans), la Buse variable (Buteo buteo), l'Épervier d'Europe (Accipiter nisus), le Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), l'Aigle botté (Aquila pennata) et le Vautour fauve (Gyps fulvus), suivis par la Bondrée apivore (Pernis apivorus), le Percnoptère d'Égypte (Neophron percnopterus) et le Busard cendré (Circus pygargus). Des raretés y sont signalées chaque année, comme les Aigles ibérique (Aquila adalberti) et pomarin (Aquila pomarina), le Vautour de Rüppell (Gyps rueppelli) et le Busard pâle (Circus macrourus).
Le plateau continental qui prolonge la péninsule de Sagres sous l'océan Atlantique étant étroit et entaillé par des canyons (par exemple au large du cap Saint-Vincent), des oiseaux marins et des cétacés se rassemblent non loin de la côte pour profiter des matières organiques qui remontent des profondeurs grâce aux courants marins et qui attirent de nombreux poissons, cétacés et oiseaux marins. Durant les migrations et en hiver, plus de 20 espèces d'oiseaux marins    : Puffins des Baléares (Puffinus mauretanicus), fuligineux (Puffinus griseus) et majeur (Puffinus gravis), Grand Labbe (Stercorarius skua) et Labbe à longue queue (Stercorarius longicaudus), Fou de Bassan (Morus bassanus), Puffin boréal (Calonectris borealis) (visible de juillet à octobre : il niche sur les îles Berlangas, aux Açores et sur Madère), Océanites tempête (Hydrobates pelagicus) et de Wilson (Oceanites oceanicus)... Certaines de ces espèces sont difficiles à voir depuis la côte et il faut alors partir en mer lors de croisières pélagiques : plusieurs compagnies proposant ce type de sorties sont représentées sur le port de Baleeira à l'est de Sagres.

Vue du Vale Santo (Portugal)

Vue du Vale Santo, Algarve (Portugal), octobre 2017.
Photographie : Ornithomedia.com

La péninsule de Sagres est aussi intéressante pour observer les oiseaux des steppes au printemps : Outarde canepetière (Terax tetrax) (une nicheuse devenue rare), Pipit rousseline (Anthus campestris), Alouette calandrelle (Calandrella brachydactyla), Cochevis huppé (Galerida cristata) et de Thékla (Galerida theklae) (lire Identifier les Cochevis huppé et de Thékla en photos). Elle accueille aussi la seule colonie de Craves à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax) du sud de l'Algarve.

Le festival ornithologique de Sagres

Nous avons été invités du 4 au 8 octobre 2017 par les organisateurs du Festival de Observação de Aves (festival ornithologique) de Sagres (site web : www.birdwatchingsagres.com). C'est le plus grand rassemblement ornithologique du Portugal : il est organisé par la Sociedade Portuguesa para o Estudo das Aves, l'association Almargem et la municipalité de Viola do Bispo. Le programme des activités est varié : sorties naturalistes le long de la côte pour observer les oiseaux nicheurs et migrateurs, croisières ornithologiques pour observer les oiseaux marins, ateliers d'identification des passereaux migrateurs, sorties pour découvrir les animaux nocturnes dans la pinède de Cabranosa, conférences, ateliers de photographie astronomique, sorties en kayak et en paddle, ateliers d'apprentissage du surf et de la plongée sous-marine et animations pour enfants.

Accès à la péninsule de Sagres

Carte de la péninsule de Sagres

Carte de la péninsule de Sagres et emplacements de bons secteurs pour l'observation des oiseaux. En rouge, parcours recommandés pour visiter le Vale Santo et le Monte da Cabranosa. 
Carte : Ornithomedia.com

Pour rejoindre Sagres depuis Lagos à l'est, il faut prendre la N125 vers Espiche et Vila do Bispo, puis la N268. Depuis Sagres, on peut ensuite visiter différents secteurs intéressants pour l'observation des oiseaux, dont :

    • Le cap Saint-Vincent (Cabo de São Vicente) est situé à l'extrémité de la route littorale qui part de Sagres. Il est possible de laisser son véhicule près du phare.
    • La zone steppique de Vale Santo peut être visitée en empruntant la petite route goudronnée qui part sur la gauche venant du cap de Saint-Vincent. Suivez-la sur environ 2 km.
    • Le site de suivi de la migration de Monte da Cabranosa. Ce site peut être difficile à trouver, l’accès se faisant par un chemin de terre battue, parfois en mauvais état. Depuis Sagres, prendre la direction du cap Saint-Vincent (tourner à droite au rond-point). Après environ 2,5 km, après avoir passé les restaurants "O'Vigia" et "Terra" et la plage de Beliche, il faut tourner à droite puis prendre le chemin à gauche de la haie de pins. Il est possible de laisser sa voiture au début de la haie de pins ou bien de conduire jusqu'au Monte da Cabranosa.
    • Porto da Baleeira : l'accès à ce petit port, délimité au sud par un long ponton (meilleur point d'observation), est bien indiqué depuis le centre-ville de Sagres. Plusieurs compagnies, comme Mar Ilimitado, proposent leurs services sur le port.
    • Marais du Martinhal : Pour s'y rendre, il faut sortir de Sagres par la N 268, prendre la première  à droite en direction de l'hôtel Martinhal, puis encore la première à droite en direction de la plage. Possibilité de se garer à côté du café, le long de la plage.
Vue de la vallée Boca do Rio (Portugal)

Vue de la vallée Boca do Rio, Algarve (Portugal), octobre 2017.
Photographie : Ornithomedia.com

La zone humide de Boca do Rio (ou Paul de Budens) (non représentée sur notre carte est située à l'est de la péninsule de Sagres, près du village de Budens. L'accès est bien indiqué depuis la N 125 entre Budens et Figueira.

Mercredi 4 octobre 2017

Départ de l'aéroport Paris-Orly avec la compagnie portugaise TAP et arrivée en fin d'après-midi à l'aéroport de Faro, la principale ville de l'Algarve (Portugal). Un taxi de la compagnie Greenbus nous a conduits à l'hôtel Pousada Infante de Sagres. Notre chambre avait une belle vue sur la forteresse (fortaleza) de Sagres et sur l'océan Atlantique. Dans les buissons bas qui bordent les falaises proches de l'hôtel, une Fauvette mélanocéphale (Sylvia melanocephala) faisait entendre son chant rauque, et les Goélands leucophées (Larus michahellis) étaient nombreux.

Jeudi 5 octobre 2017

Nous avons pris notre petit déjeuner vers 8 heures sur la terrasse de l'hôtel : pendant ce temps, un Étourneau unicolore (Sturnus unicolor) chantait sur l'une des cheminées de l'établissement sous le ciel bleu de l'Algarve. Notre accompagnatrice nous conduit ensuite à la rencontre de Nuno Barros, un jeune ornithologue passionné qui guide des groupes dans le sud-ouest de l'Algarve et qui a fondé la compagnie Birdland.pt : nous sommes partis avec lui à la découverte de la Boca do Rio (ou Paul de Budens), une petite vallée côtière préservée située à quelques kilomètres à l'est de Sagres, près du village de Budens. C'est un site réputé pour la variété de sa flore (nombreuses espèces d'orchidées), de ses papillons et de ses mammifères : la Genette commune (Genetta genetta) et la Mangouste ichneumon (Herpestes ichneumon) y ont ainsi été observées.

Pie ibérique (Cyanopica cyanus)

Pie ibérique (Cyanopica cyanus) (photographiée en Espagne) : cette belle espèce est facile à voir
dans la vallée de Boca do Rio, Algarve (Portugal).
Photographie : Marc Fasol

L'observation des oiseaux durant les migrations est aussi très intéressante grâce à sa localisation et à ses habitats variés : collines boisées, prairies (dont certaines sont parfois inondées en hiver), roselière le long du petit fleuve côtier et plage et falaises sur la côte.
Nuno Barros nous a expliqué que les conditions météorologiques de ce début du mois d'octobre, beau et sec, étaient atypiques, et prolongeaient un été qui fut déjà particulièrement chaud. Nous avons fait un  premier arrêt au bord de la petite route et avons observé nos premiers migrateurs dans les arbres et les buissons et au pied de ceux-ci : Huppe fasciée (Upupa epops), Tarier pâtre (Saxicola rubicola), Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) et Pouillot véloce (Phylloscopus collybita). Des Pies ibériques (Cyanopica cyanus), aux cris bien différents de ceux de la Pie bavarde (Pica pica), sont passées et se sont posées dans un groupe d'eucalyptus. Des Hirondelles de fenêtre (Delichon urbicum) chassaient les insectes, quelques Hérons gardeboeufs (Bulbucus ibis) nous ont survolés et un Rougegorge familier (Erithacus rubecula) lançait son chant mélancolique.
Nous avons fait un second arrêt un peu plus loin et avons inspecté des prairies asséchées ponctuées de joncs. Nous avons noté les espèces suivantes : Tarier pâtre (Saxicola rubicola), Bruant proyer (Emberiza calandra), Linotte mélodieuse (Linaria cannabina) et Chardonneret élégant (Carduelis carduelis). Le long d'un petit cours d'eau bordé de quelques roseaux, nous avons repéré des Astrilds ondulés (Estrilda astrild), un passereau d'origine africaine désormais bien établi dans la péninsule ibérique.

Roselière dans la Boca do Rio (Portugal)

Roselière dans la Boca do Rio, Algarve (Portugal), octobre 2017.
Photographie : Ornithomedia.com

Un peu plus loin, nous sommes passés sur un petit pont traversant le fleuve qui est ici bordé par une vaste roselière d'où résonnent les cris du Râle d'eau (Rallus aquaticus) et de la Gallinule poule-d'eau (Gallinula chloropus). Un Busard des roseaux (Circus aeruginosus) survolait le secteur, et une Bouscarle de Cetti (Cettia cetti) chantait dans un arbre au milieu des roseaux. Nous avons fait un petit arrêt sur la plage de Boca do Rio : quelques Chevaliers guignettes (Actitis hypoleucos) se nourrissaient sur les berges du fleuve côtier, des Fous de Bassan pêchaient au large, et des Goélands leucophées patrouillaient le long de la côte.
Nous avons mangé dans un petit restaurant de Sagres avant de rejoindre le port de Baleeira pour effectuer une sortie pélagique au large du cap de Sagres. Les organisateurs de ce séjour ont sélectionné la compagnie Mar Ilimitado, dont les guides sont composés de jeunes biologistes marins passionnés. Notre embarcation était un pneumatique rapide, le but étant d'atteindre au plus vite le rebord du plateau continental, une zone où les sédiments et matières organiques remontent des profondeurs grâce aux courants marins, ce qui favorise les concentrations de poissons et donc de cétacés et d'oiseaux. La mer était houleuse, ce qui a indisposé plusieurs participants...
Des Fous de Bassan d'âges différents nous suivaient et nous survolaient, et des Dauphins communs se se sont approchés très près. Au fur et à mesure que nous nous sommes éloignés de la côte, d'autres espèces ont été vues : Sterne caugek (Thalasseus sandvicensis), Mouette mélanocéphale (Larus melanocephalus), Puffins boréal et fuligineux (quelques oiseaux) et Grand Labbe (dont l'un d'entre eux harcelait un Fou de Bassan). Après 40 minutes, nous avons atteint le secteur voulu, et le skipper a jeté des déchets de poissons dans l'eau : peu à peu, quelques Puffins majeurs (lire Le Puffin majeur : peu connu et pourtant abondant en août dans l'Atlantique Nord) et fuligineux et des dizaines d'Océanites tempête se sont rapprochés de l'embarcation.
Notre accompagnatrice, qui a une grande expérience des sorties en mer, a réussi à repérer à l'oeil nu, et malgré la houle, un puis deux Océanites de Wilson, une espèce finalement assez difficile  à distinguer de l'Océanite tempête "sur le terrain" (lire Les quatre océanites visibles dans les eaux françaises métropolitaines). Le pilote du bateau pneumatique nous a rapprochés ensuite de la côte, en face des falaises du cap Sagres, et nous avons bien observé des Puffins boréaux.

Pneumatique de Mar Ilimitado

Embarquement dans un pneumatique de la compagnie Pneumatique de Mar Ilimitado dans le Porto da Baleeira (Algarve), octobre 2017.
Photographie : Ornithomedia.com
Océanites tempête (Hydrobates pelagicus)

Des Océanites tempête (Hydrobates pelagicus) se sont rapprochés de notre embarcation quand le skipper a jeté dans l'eau des déchets de poissons.
Photographie : Ornithomedia.com
Puffin boréal (Calonectris borealis)

Des Puffins boréaux (Calonectris borealis) passaient parfois très près du bateau pneumatique !
Photographie : Ornithomedia.com
Puffin majeur (Puffinus gravis)

Puffin majeur (Puffinus gravis) (photographié au large de la Charente-Maritime) : la péninsule de Sagres est un bon site pour observer cet oiseau pélagique en automne.
Photographie : Nathalie MF Santa Maria / Birdwatching and Photography

Camp de baguage

Camp de baguage au Monte da Cabranosa, Algarve (Portugal), octobre 2017.
Photographie : Ornithomedia.com

Nous sommes ensuite revenus au port et sommes allés au Monte da Cabranosa, le meilleur secteur de la péninsule de Sagres, pour observer le passage des rapaces en migration : c'est également un très bon site pour le suivi des passereaux de passage, et d'ailleurs un camp de baguage y est organisé chaque automne. Nous sommes arrivés vers 17 heures mais hélas, les bagueurs étaient déjà en train de ranger le matériel. Ils nous ont indiqué que la journée avait été calme, avec des espèces "classiques" capturées comme la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), les Pouillots véloce et fitis (Phylloscopus trochilus) et les Gobemouches noir (Ficedula hypoleuca) et gris (Muscicapa striata). Durant le festival 2017, un Pouillot à grands sourcils (Phylloscopus inornatus) et un Gobemouche nain (Ficedula parva) ont aussi été observés. Jean-Baptiste Martineau nous précise qu'il a aussi vu en octobre 2017 un Pouillot ibérique (Phylloscopus ibericus) (une espèce régulière) dans la longue haie qui borde le chemin d'accès au Monte da Cabranosa.
Retour à l'hôtel de la Pousada Infante pour manger et se reposer. Certains membres du groupe ont eu le temps de tester la belle piscine de l'hôtel, avec vue sur l'océan Atlantique.

Vendredi 6 octobre 2017

Nous avons quitté l'hôtel Pousada Infante à 8 heures et sommes arrivés au cap Saint-Vincente vers 8 h 30. Comme les matins précédents, le ciel était bleu, le vent faible, et la température était d'environ 25 °C. Des observateurs étaient déjà alignés avec jumelles et longues-vues (dont des membres de la Sociedade Portuguesa para o Estudo das Aves) le long de la falaise pour suivre le passage des oiseaux marins. C'est en effet le meilleur site de la péninsule pour pratiquer le "seawatching".

Observateurs au cap Saint-Vincent

Observateurs au cap Saint-Vincent, Algarve (Portugal), octobre 2017.
Photographie : Ornithomedia.com

Nous sommes restés une heure, et nous avons observé des dizaines de Fous de Bassan. Nous avons aussi vu quelques Puffins des Baléares (lire Identifier les Puffins des Anglais, yelkouan et des Baléares) : ils battaient rapidement des ailes et volaient parfois avec les fous, avec lesquels la différence de taille était frappante. Quelques Puffins fuligineux, deux ou trois Mouettes mélanocéphales, un groupe d'Huîtriers pie et une Barge rousse (Limosa lapponica) longeaient également la côte. Les jours précédents, un jeune Fou brun (Sula leucogaster) avait été vu depuis ce site. Deux Cormorans huppés (Phalacrocorax aristotelis), a priori de la sous-espèce méditerranéenne desmarestii, se sont posés en contrebas de la falaise. Deux Rougequeues noirs (Phoenicurus ochruros) de la sous-espèce ibérique gibraltariensis, dont le mâle se distingue de ceux nichant en France par son plumage plus sombre et une tache alaire plus grande, volaient d'un rocher à un autre. Nous avons repéré un Crave à bec rouge qui s'est posé un peu plus loin.. Quelques Choucas des tours (Coleus monedula) étaient aussi présents.
Nous sommes partis vers 9 h 30 pour visiter le Vale Santo, une mosaïque de pâtures, de champs de céréales et d'étendues à la végétation arbustive basse où stationnent une grande variété d'oiseaux durant les passages. C'est par exemple un site de halte postnuptiale annuel du Pluvier guignard (Charadrius morinellus) et du Pipit de Richard (Anthus richardi). C'est également une zone de nourrissage des Craves à bec rouge. Nous sommes arrivés vers 10 heures et avons suivi la petite route qui traverse le site. Nous avons fait plusieurs arrêts et observé les espèces suivantes : Tariers des prés (Saxicola rubetra) et pâtre, Traquet motteux, Pouillot véloce, Gobemouche noir, Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis) et Cochevis de Thékla/huppé. Des Hérons gardeboeufs, parmi lesquels nous avons repéré deux Bergeronnettes printanières (Motacilla flava), suivaient un troupeau de vaches.  Jean-Baptiste Martineau nous signale qu'il a vu en octobre 2017 une Mangouste ichneumon dans le Vale Santo.
Direction ensuite le Monte da Cabranosa pour une séance d'observation des rapaces : nous étions sur place vers 11 h 30, quand la température était assez élevée pour que des ascendances thermiques puissent se former. Une vingtaine d'ornithos étaient déjà là, bien installés.
Après environ une demi-heure d'attente, nous avons repéré un groupe de rapaces composé d'une cinquantaine de Milans noirs, de deux Aigles bottés et d'un Circaète Jean-le-Blanc prenant de la hauteur. Un Vautour percnoptère et un Aigle botté de forme sombre ont été vus un peu plus tard. Durant l'édition 2017 du festival, plusieurs rapaces rares ont été vus depuis le Monte da Cabranosa : Vautour de Rüppell, Aigle pomarin, Busard pâle et Faucon lanier (Falco biarmicus).
Nous avons par la suite rencontré une jeune femme, Barbara Pintar, en train de développer avec un collègue une application pour smartphones intitulée "Followbirds" décrivant les bons sites pour observer les oiseaux en Algarve.
Après une pause déjeuner dans un petit restaurant au bord de la mer, nous sommes retournés au Vale Santo pour une promenade naturaliste : la flore était très riche mais les oiseaux peu nombreux à cette heure de la journée. Nous avons repéré tout de même au loin une Cigogne noire (Ciconia ciconia) planant. Dernier petit arrêt en fin d'après-midi au Monte cabranosa pour essayer de voir quelques rapaces, mais sans succès : nous avons toutefois vu une jeune Fauvette à lunettes (Sylvia conspicillata).
Nous avons dormi dans un complexe touristique haut de gamme, le Martinhal Family Hotels & Resorts.

Vue du Monte da Cabranosa

Le point d'observation des rapaces au Monte da Cabranosa, Algarve (Portugal), octobre 2017.
Photographie : Ornithomedia.com
Aigle botté (Aquila pennata)

Aigle botté (Aquila pennata) de forme claire (photographié en Espagne) : durant notre séjour, nous avons observé plusieurs de ces rapaces migrateurs depuis le Monta da Cabranosa.
Photographie : Marc Fasol

Samedi 7 octobre 2017

Ce matin, nous avons rejoint le cap Saint-Vincent pour effectuer entre 8 h 30 et 15 h une promenade d'initiation à la géologie le long de la côte. Nous avons appris beaucoup de choses sur le passé agité de cette partie de l'Algarve, mais nous avons vu assez peu d'oiseaux. L'observation d'un Faucon pèlerin (Falco peregrinus) houspillé par un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), et les Cochevis de Thékla chanteurs ont été les points marquants de cette sortie.
Vers 18 heures, nous nous sommes rendus dans la forteresse de Sagres pour écouter un exposé très intéressant sur les reptiles et les amphibiens du Portugal.
À partir de 20 h 30, nous avons participé à un repas animé et sympathique dans un restaurant de Sagres avec les organisateurs et les bénévoles du festival.

Dimanche 8 octobre 2017

Départ de l'hôtel à 3 heures du matin pour rejoindre l'aéroport de Faro puis celui de Paris Orly.

En conclusion

L'Algarve est surtout connue pour ses plages dont certaines sont bondées en été, mais une visite de la péninsule de Sagres, restée sauvage et attractive durant les migrations, vous révèlera un autre visage de cette région portugaise. Votre visite pourrait par ailleurs coïncider avec la prochaine édition du festival ornithologique de Sagres.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Ouvrages recommandés

Vos commentaires sur :
"La péninsule de Sagres (Portugal) en octobre 2017 : oiseaux marins et rapaces migrateurs"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest