Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Voyages > Le delta du fleuve Niémen (Lituanie) : la "Camargue balte"

Voyages

Retour à la liste des articles de Voyages

Le delta du fleuve Niémen (Lituanie) : la "Camargue balte"

Cette vaste zone humide accueille de nombreux canards et limicoles à la fin de l'hiver et au printemps, et l’Aigle criard, le Phragmite aquatique et la Bécassine double y nichent.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Le delta du fleuve Niémen (Lituanie) : la "Camargue balte"

Vue du delta du fleuve Niémen (Lituanie).
Source : Nemunodelta.lt

Les rivages de la mer Baltique sont situés sur l’une des plus importantes voies de migration du Paléarctique occidental : chaque année, des millions d’oiseaux (oies, canards, limicoles, passereaux, rapaces...) les survolent ou y stationnent au cours de leur trajet depuis ou vers la Scandinavie et la Russie. Plusieurs zones humides constituent alors des haltes favorables : c’est en particulier le cas du delta du fleuve Niémen (Nemunas en lituanien), qui se jette dans la vaste (plus de 1 600 km²) lagune côtière de Courlande, à l’ouest de la Lituanie, non loin de l'enclave russe de Kaliningrad. Ce delta, en partie protégé par un parc naturel régional, est moins célèbre que ceux du Danube, du Rhône ou du Guadalquivir, mais il est également d'une importance internationale pour l’avifaune. Il est composé de prairies inondables, de tourbières, de forêts alluviales et d’étangs.
Plus de 300 espèces y ont été observées, soit 90 % de l’avifaune de Lituanie. C'est un site de repos et de nourrissage très important pour les canards, les oies et les limicoles à la fin de l’hiver et au début du printemps, quand des milliers d’hectares de prairies sont inondés suite à la fonte des neiges.
Des oiseaux globalement menacés s’y reproduisent, comme l’Aigle criard, la Bécassine double et le Phragmite aquatique. On y observe aussi des nicheurs peu communs dans le reste de l’Union Européenne, comme le Combattant varié, le Chevalier aboyeur, l’Aigle pomarin, le Pygargue à queue blanche ou la Bergeronnette citrine.
Povilas Bagdonas, guide et biologiste pour le parc naturel régional du Nemunas, avait publié en octobre 2018 la photo d'un étonnant Pygargue de Steller, une espèce originaire de l'Extrême-Orient russe, prise dans le delta : nous l'avons donc contacté afin d'obtenir plus d'informations sur cette zone humide. Notre article est également basé sur le livre "Birding in Lithuania" de Marius Karlonas.

Abstract

The coasts of the Baltic Sea are located on one of the most important migration flyways of the Western Palearctic: every year, millions of birds (geese, ducks, waders, passerines, raptors ...) fly over or stay during their journey from or to Scandinavia and Russia. Several wetlands constitute favorable halts for these birds: this is particularly the case of the Nemunas River Delta, which flows into the large (more than 1,600 km²) Curonian Lagoon, in the west of Lithuania, not far from the Russian enclave of Kaliningrad. 
This delta, largely protected by a regional natural park, is less famous than those of the Danube, the Rhone or Guadalquivir, but it also is of international importance for birdlife. It is composed of flooded plains, peat bogs, alluvial forests and ponds. 
More than 300 species have been recorded, representing 90% of the Lithuanian birdlife. It is a very important staging area for ducks, geese and waders in late winter and early spring, when thousands of hectares of grassland are flooded after snowmelt. Globally threatened birds breed there, such as the Spotted Eagle, the Great Snipe and the Aquatic Warbler. There are also uncommon breeders in the rest of the European Union, such as the Ruff, the Common Greenshank, the Lesser Spotted Eagle, the White-tailed Eagle and the Citrine Wagtail. 
Povilas Bagdonas, guide and biologist for the Nemunas Delta Regional Nature Park, having published a photo taken in October 2018 in the delta of an amazing Steller Sea Eagle, a species native to the Russian Far East, we contacted him to obtain more information on this wetland that deserves to be better known by Western European birders. Our article is also based on the book "Birding in Lithuania" written by Marius Karlonas.

Un site unique en Lituanie

Situation du delta du fleuve Niémen (Lituanie)

Situation du delta du fleuve Niémen (Lituanie).
Carte : Ornithomedia.com

Le fleuve Niémen (Nemunas en lituanien) est connu en France car il a donné son nom à l'escadrille Normandie-Niémen, un groupe d'aviateurs français de la France libre incorporés dans l'armée de l'air soviétique et qui ont combattu les Allemands de 1942 à 1945.
Il prend sa source en Biélorussie, et après 937 km, il se jette en Lituanie dans la lagune de Courlande en formant un vaste delta inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO qui couvre plus de 300 km² et qui est composé de prairies inondables, de lagunes, d'étangs et de bassins de piscicultures, de marais, de tourbières hautes, de forêts alluviales et de cultures. Le parc naturel régional du delta du Nemunas, créé en 1993, protège 29 069 hectares.
Plus de 300 espèces d'oiseaux ont déjà été observées, dont 21 nicheurs globalement menacés comme l'Aigle criard (Aquila clanga), la Bécassine double (Gallinago media) et le Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola).
Les prairies sont inondées à la fin de l’hiver suite à la fonte des neiges, et des centaines de milliers de canards et de limicoles y stationnent. Au printemps et en été, cet habitat accueille des nicheurs remarquables comme la Bécassine double, le Combattant varié (Philomachus pugnax), les Marouettes ponctuée (Porzana porzana) et poussin (P. parva) et le Phragmite aquatique.

De grandes colonies de Guifettes noires (Chlidonias niger) et de Guifettes moustacs (C. hybridus) s'installent sur la végétation aquatique flottante des étangs et des bassins.
Le lido sablonneux de la vaste lagune de Courlande constitue un couloir de migration important pour de nombreux rapaces, passereaux et autres oiseaux terrestres, et le cap Venté constitue un point d'observation privilégié.

Pygargue de Steller (Haliaeetus pelagicus)

Pygargue de Steller (Haliaeeetus pelagicus), Sausgalviai, delta du fleuve Niémen (Lituanie), octobre 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Povilas Bagdonas

Plusieurs forêts alluviales accueillent des nicheurs remarquables, dont les Aigles pomarin (Aquila pomarina) et criard et le Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) (19 couples en 2018). En hiver, quand les conditions ne sont pas trop rudes, des troupes de Hareldes boréales (Clangula hyemalis) et de Macreuses brune (Melanitta fusca) et noire (Melanitta nigra) stationnent le long des côtes, mais leurs effectifs ont diminué ces dernières années. L'Eider de Steller (Polysticta stelleri) est devenu un hivernant rare (lire L’île de Saaremaa (Estonie), une destination ornithologique hivernale intéressante). 
Plusieurs dizaines de Pygargues à queue blanche stationnent dans le delta durant la mauvaise saison. Un étonnant Pygargue de Steller (Haliaeetus pelagicus), une espèce nichant en Sibérie orientale (lire Rencontre avec le Bécasseau spatule en Sibérie orientale), a été découvert le 20 octobre 2018 dans le village de Sausgalviai (voir plus bas) par une jeune fille (Odeta Lešinskaitė), et elle a publié ses photos sur la page Facebook de la Lietuvos Ornitologu Draugija (société ornithologique de Lituanie). Povilas Bagdonas, qui habite non loin de là, est allé sur place et il a pu l'observer et le photographier. Il était souvent posé sur un frêne au milieu du village, ne portait pas de bague, mais semblait fatigué et/ou peu habitué à voler. Il pourrait s'agir de l'oiseau qui a séjourné sur la lagune de la Vistule (Pologne) de mai à juin 2018. Son origine est inconnue, même s'il est peu probable qu'il soit venu par ses propres moyens depuis l'Extrême-Orient russe. Il s'agit en tout cas pour le moment de la 399ème espèce de la liste de l'avifaune lituanienne.
La lagune de Courlande et le fleuve Niémen sont importants pour le Saumon atlantique (Salmo salar), mais aussi pour la Bouvière (Rhodeus amarus), les Loches de rivière (Cobitis taenia) et baromètre (Misgurnus anguillicaudatus) et l'Aspe (Leuciscus aspius).  

La restauration d'habitats

Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola)

Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola) (photographié en Pologne).
Photographie : Bouke ten Cate

Le projet "Wings Over Wetlands" (WOW), dirigé par l'organisation Wetlands International, a pour objet de protéger un réseau de zones humides en Europe et en Afrique essentielles pour la conservation de l'avifaune migratrice, dont fait partie le delta du fleuve Niémen. Le Gamtos tyrimų centro Ekologijos institutas (Institut d'Ecologie de l'Université de Vilnius) est associé à ce projet et travaille sur la restauration et la gestion écologique des prairies du delta. Plusieurs sites ont été sélectionnés : sur près de 50 hectares, des arbustes, des arbres et des roselières ont été coupés pour réouvrir le milieu, des graines d'espèces caractéristiques des prairies ouvertes ont été semées, et l'entretien est assuré par le pâturage. Cette surface restaurée accueille désormais jusqu'à 15 mâles paradant de Bécassines doubles (aucun avant les travaux), plusieurs couples de Phragmites aquatiques, et plus de 70 mâles de Râles des genêts (Crex crex). À titre de comparaison, l'ensemble composé de la réserve ornithologique de Rupkalviai et des prairies adjacentes, soit plus de 600 hectares, accueille 60 mâles paradant de Bécassines doubles, plus de 100 mâles de Phragmites aquatiques et plus de 400 mâles de Râles des genêts.
Par ailleurs, des mesures agro-environnementales financées par l'Union Européenne et une gestion plus appropriée des niveaux d'eau, grâce en particulier à la rénovation de la station de pompage de Tulkiaragė, ont permis de recréer plus de 1 300 hectares favorables au Phragmite aquatique, ce qui s'est traduit par une augmentation de la population de ce passereau depuis ces dernières années, et le sentier nature de Tulkiaragė est devenu un site d'observation privilégié. 
Des affiches, des livres, un documentaire et un festival contribuent à sensibiliser la public et les acteurs locaux pour la protection du phragmite.

Informations pratiques

La période entre avril et juin est la meilleure pour visiter le delta, mais l'automne (d'août à octobre) est aussi intéressant. Pour s'y rendre, on peut prendre un vol jusqu'à Vilnius, Kaunas ou Palanga puis louer une voiture. La Lituanie a adopté l'euro, donc il n'est pas nécessaire de changer sa monnaie. A Rusné et à Šilutė, il y a plusieurs restaurants et artisans proposant des produits locaux (poissons fumés, soupes de poisson, produits laitiers, gâteau Šakotis, vins...).

Quelques sites web utiles : 

Des guides naturalistes confirmés

Pour découvrir le delta du Niémen, il est préférable de faire appel aux services de guides confirmés :

Le lac Velnežeris

Vue de l'étang de Velnežeris

Vue du lac Velnežeris dans le delta du Niémen (Lituanie).
Source : Vilensija 

Le lac Velnežeris est d’origine fluviale. Ses berges sont bordées d’une abondante végétation aquatique et il est d’un grand intérêt ornithologique. En mars et en avril, son niveau augmente et ses limites ne sont alors plus bien définies.

Accès : ce lac est situé à 2 km au sud de Pagėgiai. Pour observer les oiseaux, il faut se placer sur la digue au nord du lac. Quand le niveau de l’eau baisse, on peut faire le tour du plan d'eau à pied.
 
Durant les migrations : en mars et en avril, des milliers d’Oies cendrées (Anser anser) et de canards de surface se rassemblent sur le lac et dans les prairies inondées voisines. Des limicoles stationnent sur les berges exondées du plan d'eau, surtout en mai, et en particulier au sud-est du lac.
 
Durant la période de nidification : la Sarcelle d’été (Anas querquedula), les Canards chipeau (A. strepera) et souchet (A. clypeata) et le Fuligule milouin (Aythya ferina) sont nicheurs le long des rives du lac. Le Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis) se reproduit dans la végétation aquatique flottante, parmi les Guifettes moustacs (50 couples environ) et les Guifettes noires (une vingtaine de couples). La Guifette leucoptère (C. leucopterus) les rejoint parfois.
Les roselières accueillent entre autres le Butor étoilé (Botaurus stellaris), le Blongios nain (Ixobrychus minutus), les Busards des roseaux (Circus aeruginosus) et cendré (C. pygargus), la Marouette poussin et le Râle d’eau (Rallus aquaticus).
Les Oies cendrées élèvent leurs jeunes dans les prairies environnantes, un habitat où nichent aussi le Râle des genêts, le Courlis cendré (Numenius arquatus), la Barge à queue noire (Limosa limosa), la Bécassine des marais (Gallinago gallingo) et la Grue cendrée (Grus grus). Le Roselin cramoisi (Carpodacus erythrinus) et la Rémiz penduline (Remiz pendulinus) construisent leur nid dans les saules.
Côté mammifères, le Vison d'Amérique (Mustela vision), le Castor d’Europe (Castor fiber) et le Chevreuil (Capreolus capreolus) sont présents.

Les étangs de Sennemunė, de Senrusnė et de Vičiai

Sites ornithologiques intéressants dans les environs de Silgaliai

Sites ornithologiques intéressants dans les environs de Silgaliai (Lituanie).
Carte : Ornithomedia.com

Il s'agit de trois étangs à la riche végétation aquatique et qui sont entourés de prairies inondées au printemps. Le sud de l'étang Senrusnė fait partie de la réserve naturelle de Senoji Rusnė.  

Accès : les deux premiers étangs sont situés à 10 km à l’ouest de Pagėgiai, et celui de Vičiai est situé à 1,5 km à l’est du village de Kucai. Les meilleurs points d’observation de l'étang de Senrusnė sont la colline dans le hameau de Lazdėnai et la rive sud du plan d'eau. Il faut respecter les propriétés privées et ne pas déranger les oiseaux nicheurs.

Durant les migrations : en mars et en avril, de nombreux canards et des Oies cendrées stationnent dans les prairies inondées, surtout près du village de Senrusnė. 

Durant la période de nidification : l'étang de Senrusnė est le plus intéressant des trois durant la période de nidification. Les Sarcelles d’hiver et d’été, le Canard chipeau et le Fuligule milouin nichent sur les rives, le Harle bièvre (Mergus merganser) pond ses œufs dans les cavités de peupliers, et l’Oie cendrée élève ses jeunes dans les prairies. Ces dernières accueillent aussi le Râle des genêts, la Caille des blés (Coturnix coturnix) et plusieurs limicoles comme le Combattant varié (Philomachus pugnax) (un nicheur rare en Lituanie), le Courlis cendré, le Chevalier gambette, l'Huîtrier pie (Haematopus ostralegus) et la Barge à queue noire. 
Le Pygargue à queue blanche, l’Aigle pomarin, les Busards cendré et des roseaux, les Milans noir (Milvus migrans) et royal (M. milvus) et la Bondrée apivore (Pernis apivorus) chassent au-dessus des prairies au printemps et en été.
Des colonies de Guifette noires (150 couples sur l'étang de Senrusnė) et moustacs s’installent sur les nénuphars, parfois accompagnées de quelques couples de Guifettes leucoptères. Le Râle d’eau et les Marouettes poussin et ponctuée se plaisent dans les cornées des étangs envahies de végétation. Les roselières sont le domaine du Butor étoilé et des Busards des roseaux et cendré.
La pinède située près de l'étang de Senrusné et du village de Kucai accueille quelques couples de Hérons cendrés (Ardea cinerea) et de Cigognes blanches (Ciconia ciconia) : une partie des nids de ces espèces ont été détruits par une tempête il y a quelques années. 
Le Castor d’Europe est bien présent.

Les prairies inondables de Sausgalviai

Bons sites d'observation dans le delta du Niémen (Lituanie)

Emplacements de bons sites d'observation (décrits dans l'article) du delta du fleuve Niémen (Lituanie) : en rouge, propositions de trajets (cliquez sur la carte pour l'agrandir).
Carte : Ornithomedia.com

Le village de Sausgalviai, situé à 8 km au sud de Šilutė, est entouré de prairies inondées à la fin de l’hiver et au début du printemps : il est alors entouré d’eau, comme une île. Le secteur est d’une grande richesse ornithologique et botanique, et une réserve a été créée en 2005.

Accès : depuis Šilutė, il faut rejoindre Užliekniai puis Sausgalviai, mais la route est parfois inondée au printemps, et il faut alors passer par la forêt de Kūlynai. Depuis Šilutė, on peut également passer par la forêt de Žalgiriai après le mois de mai (inondations régulières plus tôt). Depuis Pagėgiai, on peut également longer le fleuve Niémen en direction du village de Tatamiškiai après le mois d'avril. Pour observer les oiseaux, on peut se placer sur la petite colline au sud du village, le long de la route vers la rivière Leitė et sur la digue qui borde cette dernière. ou bien le long de la route qui rejoint la forêt de Žalgiriai.

Durant les migrations : dès la fin du mois de mars, les prairies inondées sont visitées par des centaines d’oies, de cygnes et de canards qui stationnent jusqu’au début du mois de mai. Les Cygnes chanteur (Cygnus cygnus) et de Bewick (C. bewickii) repartent toutefois avant la fin du mois d’avril. Les oies sont plus nombreuses à partir de la seconde décade d’avril, quand les eaux ont commencé à se retirer en amont du delta, dans le secteur de Pagėgiai. Les limicoles, notamment les Combattants variés (en plumage nuptial) et les Courlis cendrés, arrivent au cours de la seconde moitié de mars.

Durant la période de nidification : les Aigles criard et pomarin et les Milans noir et royal construisent leur aire dans la forêt de Žalgiriai. L'Oie cendrée se reproduit dans les prairies humides, et le Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica), le Roselin cramoisi et les Marouettes poussin et ponctuée construisent leur nid le long des canaux et des cours d'eau.
Les prairies s'étendant entre le village de Sausgalviai et la forêt de Žalgiriai sont le domaine de la Bécassine double, du Râle des genêts et du Phragmite aquatique, et les Busards cendré et des roseaux, le Faucon hobereau (Falco subbuteo) et la Bondrée apivore y chassent. Le Grand-duc d'Europe (Bubo bubo) recherche ses proies dans la forêt de Žalgiriai. Le Chevalier stagnatile (Tringa stagnatilis) se reproduit le long des canaux au sud du village.
Le Castor d'Europe est présent dans les canaux, et l'Élan (Alces alces) est visible le soir et le matin dans les prairies proches de la forêt de Žalgiriai.

La forêt de Žalgiriai

Il s'agit d'une forêt alluviale partiellement inondée à la fin de l'hiver et au printemps. Elle couvre 1 230 hectares en prenant en compte la tourbière de Rupkalviai qui occupe sa partie centrale.

Accès : la forêt de Žalgiriai est située à 2,5 km au sud-ouest de Šilutė. Pour s'y rendre, il faut prendre la route entre Šilutė et Rusnė, puis emprunter deux pistes carrossables qui longent la forêt vers Sausgalviai. Attention toutefois, beaucoup de chemins sont inondés jusqu'à la fin du mois d'avril. Vous pouvez laisser votre véhicule sur le pont sur la rivière Voryčia et explorer la forêt.

Durant les migrations : à la fin de l'hiver de nombreux canards, oies et limicoles stationnent dans les prairies qui entourent la forêt, et où le Pygargue à queue blanche chasse parfois.

Durant la période de nidification : les Pics cendré (Picus canus) et noir (Dryocopus martius), le Bec-croisé des sapins (Loxia curviristra), les Aigles criard et pomarin, la Bécasse des bois (Scolopax rusticola), le Chevalier aboyeur (le long de la rivière Voryčia), le Grand-duc d'Europe et l'Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus) font partie des nicheurs forestiers remarquables.
Le Roselin cramoisi, la Fauvette épervière (Sylvia nisoria), la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) et la Locustelle fluviatile (Locustella fluviatilis) sont à rechercher le long de la route qui borde la forêt vers le village de Sausgalviai.

La réserve ornithologique de Rupkalviai

Combattants variés (Philomachus pugnax)

Combattants variés (Philomachus pugnax) au printemps dans le delta du fleuve Niémen (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Source : Nemunodelta.lt

Cette réserve et les prairies voisines sont particulièrement riches en oiseaux durant la migration de printemps et la période de nidification.

Accès : depuis Šilutė, il faut suivre la route vers la forêt de Žalgiriai, puis tourner à droite avant le pont de Šlažai. Prendre ensuite la piste (inondée jusqu'à la fin avril) et observer dans les prairies des alentours. Continuez jusqu'au hameau de Rupkalviai, le dépasser et se garer sur la colline. Rejoignez enfin le village de Šyša et garez-vous.

Durant les migrations :  au début du printemps, des milliers d'oies, dont parfois l'Oie naine (Anser erythropus), et de canards, des centaines de Cygnes de Bewick et chanteurs, et des milliers de limicoles, (notamment des Combattants variés) se nourrissent dans les prairies inondées. Quand le niveau de l'eau est particulièrement élevé, la variété des canards est remarquable et inclut le Garrot à oeil d'or (Bucephala clangula), le Tadorne de Belon (Tadorna tadorna) et les Harles piette (Mergulus albellus) et bièvre.

Durant la période de nidification : mai et juin sont les mois les plus intéressants pour visiter ce site. Le Phragmite aquatique est un nicheur commun (des dizaines de couples) dans la réserve, et on peut les observer depuis les chemins. La Barge à queue noire, les Bécassines des marais et double, le Chevalier gambette, la Marouette ponctuée et le Râle des genêts nichent dans les prairies. La Gorgebleue à miroir chante dans les saules le long des canaux.
L'Élan visite parfois les prairies.

Les prairies au sud de Šyšgiriai et à l’ouest de Šilutė

Bécassine double (Gallinago media)

Bécassine double (Gallinago media)
Photographie : Ron Knight

Le polder de Šyša s’étend sur 830 hectares entre les rivières Aukštumala et Šyša. Il est parcouru de canaux bordés de saules et est souvent inondé jusqu’en mai.

Accès : depuis la place du marché (Turgaus aikštė) de Šilutė, prendre la route de Pievų, puis suivre jusqu’au village de Šyša la piste (partiellement impraticable en avril et en mai) qui traverse les prairies de Syšgiriai.

Durant les migrations : au printemps, des troupes de canards, d’oies, de cygnes et de limicoles (Combattants variés, Barges à queue noire, Chevaliers sylvains, Petits Gravelots…) stationnent dans les prairies inondées. L’Oie naine est rare mais régulière, avec un groupe maximum de 15 oiseaux observés au printemps 2012.

Durant la période de nidification : les espèces nicheuses sont globalement les mêmes que celles de la réserve naturelle de Rupkalviai. Notons en particulier la présence de la Bécassine double, des Locustelles fluviatile et tachetée et de l’Engoulevent d’Europe (parfois posé sur les pistes au crépuscule). Au printemps, les Bécassines doubles sont actives une heure après le coucher du soleil et chantent jusqu’au matin (attention à ne pas les déranger). Le Milan noir, les Busards des roseaux et cendré et le Pygargue à queue blanche chassent régulièrement dans les prairies.

Le polder de Tulkiaragė et le lac de Krokų Lanka

L’activité agricole dans le polder de Tulkiaragė a cessé il y a assez longtemps, et les buissons et les roseaux se sont développés depuis. Entre 2010 et 2015, un projet de restauration de l’habitat du Phragmite aquatique y a été mené, et le premier chanteur a été observé en 2016.

Accès : depuis le village de Šyšgiriai, suivre la piste vers le lac de Krokų Lanka. Le polder commence après le pont sur la rivière Aukštumala. Depuis ce pont, rejoindre en direction du nord la tour d’observation, située à moins de 5 km et décorée par un grand dessin de phragmite, édifiée sur la station de pompage. Depuis la platefome, suivre ensuite le sentier vers le lac de Krokų Lanka et une seconde plateforme d’observation.

Durant la période de nidification : la meilleure période pour visiter ce site est entre mai et juillet. Le Phragmite aquatique, la Marouette poussin, le Butor étoilé, la Bécassine des marais, le Chevalier gambette, les Busards cendré et des roseaux, le Faucon hobereau, le Milan noir, le Pygargue à queue blanche (une ancienne aire est visible depuis la plateforme) et les Locustelles tachetée, fluviatile et luscinioïde font partie des nicheurs remarquables pouvant être observés depuis la plateforme de Tulkiaragė. Cette dernière est également le meilleur site du delta du Niémen pour voir l’Élan.
Les passereaux paludicoles sont nombreux le long des rives du lac Krokų Lanka, où nichent aussi différentes espèces de canards, le Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo) et l’Oie cendrée.

L’île de Rusné

Prairies inondées à la fin de l'hiver

La fonte des neiges à la fin de l'hiver sur l'île de Rusné (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Povilas Bagdonas

Le Skirvytė est l'un des bras du fleuve Niémen, et il forme la frontière avec l'enclave russe de Kaliningrad : les patrouilles militaires sont donc régulières dans le secteur. L’île de Rusné, à l’ouest du village du même nom, est délimitée par le Skirvytė et la rivière Vorusné. Des îles sablonneuses se sont formées dans le lit de la Skirvytė.

Accès : depuis Rusnė, il faut rejoindre la station-service, puis tourner à gauche au niveau du carrefour. Rejoindre ensuite la digue le long du Skirvytė et observer depuis celle-ci.

Durant les migrations : à la fin de l'été, les îles sur le Skirvytė constituent l’un des meilleurs sites du delta pour voir des limicoles. De petits groupes de Sternes caspiennes (Hydroprogne caspia) font aussi une halte à cette période de l'année.

Durant la période de nidification : à partir du mois de mai, des limicoles (Huîtrier pie, Grand Gravelot, Barge à queue …), le Tadorne de Belon, la Guifette noire, les Sternes naine (Sternula albifrons) et pierregarin (Sterna hirundo), les Goélands argenté (Larus argentatus) et pontique (L. cachinnans), et les Mouettes rieuse (Chroicocephalus ridibundus) et pygmée (Hydrocoloeus minutus) nichent sur les îles sablonneuses. Le Pygargue à queue blanche et le Busard des roseaux patrouillent fréquemment le long des berges du Skirvytė.
La Loutre d’Europe, le Castor d’Europe et le Vison d’Amérique sont présents.

Les prairies au sud d'Uostadvaris

Râle des genêts (Crex crex)

Le Râle des genêts (Crex crex) est un nicheur commun dans les prairies du delta du Niémen (Lituanie).
Source : Nemunodelta.lt

Ce secteur de prairies pâturées sillonnées de canaux s'étend au sud-ouest de l'île de Rusné et est bordé par la lagune de Courlande. Elles sont souvent inondées jusqu'à la mi-avril.

Accès : ce secteur peut être visité depuis les villages d'Uostadvaris et de Pakalné. Rejoindre ensuite à pied la tour d'observation construite en bordure de la roselière qui s'étend le long des rives de la lagune de Courlande.

Durant les migrations : la tour d'observation est l'un des meilleurs sites du delta pour observer les passages durant les migrations d'automne et de printemps.

Durant la période de nidification : la vaste roselière qui borde les rives de la lagune et de la rivière Rusnaitė est le domaine entre autres de la Panure à moustaches, de la Locustelle luscinioïde, du Blongios nain, du Butor étoilé, du Râle d'eau et des Busards cendré et des roseaux. Au moins trois couples de Bergeronnettes citrines (Motacilla citreola) nichent chaque année.
Le long des canaux, on peut observer ou entendre le Phragmite aquatique (notamment près du port d'Uostadvaris), les Locustelles tachetée et luscinioïde, La Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris) et le Roselin cramoisi. L'Oie cendrée, le Chevalier gambette, la Barge à queue noire, la Bécassine des marais et le Râle des genêts se reproduisent dans les hautes herbes des prairies.
Le Pygargue à queue blanche, le Hibou des marais (Asio flammeus) et les Busards des roseaux et cendré chassent régulièrement au-dessus des prés.

Les bassins piscicoles de Rusnė

Bassins de Rusné

Vue des bassins piscicoles de Rusné, dans le delta du Niémen (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Source : Nemunodelta.lt

Ces bassins sont situés au nord de l'île de Rusné. Abandonnés depuis de nombreuses années, une importante végétation s'est développée sur leurs rives.

Accès : prendre la route entre Šyškrantė et Uostadvaris, puis suivre la direction des bassins. Se garer à l'entrée du site, demander l'autorisation au gardien (s'il est présent) pour pénétrer, puis se promener sur les digues entre les bassins.

Durant les migrations : en automne, de nombreux canards de surface et limicoles font une halte sur les bassins. A la fin de l'automne, les Cygnes chanteur et de Bewick sont faciles à voir.

Durant la période de nidification : une importante colonie de Grands Cormorans est installée sur plusieurs arbres. Parmi les nicheurs intéressants, citons la Rémiz penduline, la Panure à moustaches, la Locustelle luscinioïde, le Busard des roseaux, le Butor étoilé, le Grèbe à cou noir, plusieurs espèces de canards de surface et l'Oie cendrée.
La Loutre d'Europe, le Castor d'Europe et le Chien viverrin (Nyctereutes procyonoides) sont présents.

L'ouest du delta en bateau

Une sortie en bateau vous permettra d'observer les oiseaux de la lagune de Courlande, de la baie de Kniaupas, des embouchures des rivières Atmata, Minija et Upaitis, et des îles Atmata.

Accès : il est possible de prendre un bateau depuis Ingé et Uosstavaris. Des informations pratiques sont disponibles sur le site web www.siluteinfo.it.

Durant les migrations : de grandes troupes d'Oies cendrées, de canards et de limicoles stationnent au printemps et en automne.

Durant la période de nidification : l'Oie cendrée, les Canards chipeau et souchet, le Fuligule milouin, le Garrot à oeil d'or, le Harle bièvre, la Sarcelle d'hiver, le Grand Cormoran et la Guifette moustac font partie des nicheurs de la baie de Kniaupas. Sur les îles à l'embouchure de l'Atmata (l'un des deux bras principaux du fleuve Niémen) se reproduisent notamment différentes espèces de limicoles et la Bergeronnette citrine , et il est interdit d'y débarquer entre le 20 mai et le 31 juillet.
Le Castor d'Europe, la Loutre d'Europe et l'Élan peuvent être vus dans ce secteur.

Le nord du lac de Krokų Lanka

Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla)

Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) adulte (photographié en Pologne).
Photographie : Andreas Weith

Le lac de Krokų Lanka mesure 4,4 km de large et 3,3 km de long. Il est entièrement bordé de roselières et  entouré de prairies inondées à la fin de l'hiver et au printemps. La rivière Minija s'y jette à l'ouest.

Accès : depuis la route entre Šilutė et Kintai, il faut prendre la direction du village de Minija (Mingė), puis suivre jusqu'au lac la piste qui traverse les prairies inondables. Se rendre ensuite sur la tour d'observation construite sur la berge du lac.  Il est également conseillé de rejoindre les berges de la rivière Minja en se dirigeant vers les bassins piscicoles de Kintai.

Durant les migrations : de nombreux canards, oies et limicoles se nourrissent dans les prairies inondables au printemps et se rassemblent sur le lac en automne.

Durant la période de nidification : le Pygargue à queue blanche niche dans le bois qui s'étend au nord du lac, et plusieurs espèces de canards et de limicoles nichent dans les prairies. Le Phragmite aquatique chante au sommet des hautes herbes près de la rivière Minija. La Marouette ponctuée et le Butor étoilé se reproduisent dans les roselières. 

Le sentier nature d'Aukštumala

La tourbière d'Aukštumala était autrefois la plus vaste de Lituanie, et sa flore a été étudiée en détail en 1900 par le botaniste C. A. Weber. Elle a été dégradée au cours du XXe siècle à cause de l'extraction de la tourbe. Une restauration a été menée entre 2013 et 2017 dans sa partie ouest, où a été créée une réserve naturelle.

Accès : depuis Šilutė, prendre la direction de Kintai. Juste avant le village de Rūgaliai, un panneau d'information indique la direction du sentier nature d'Aukštumala. Laissez votre véhicule de l'autre côté de la route. Le sentier mesure 2,4 km de long (boucle), traverse une forêt de bouleaux et une tourbière, et conduit à une tour d'observation.

Durant la période de nidification : la période entre avril et juillet est la plus intéressante pour visiter ce site. Les chants et les cris du Pic noir, du Loriot d'Europe (Oriolus oriolus) et du Gros-bec cassenoyaux (Coccothraustes coccothraustes) accompagneront toute promenade printanière dans la forêt de bouleaux. L'Alouette lulu (Lullula arborea), les Pipits farlouse (Anthus pratensis) et des arbres (A. trivialis), la Bécassine des marais, la Bécasse des bois et le Chevalier aboyeur nichent dans la tourbière. Depuis la tour d'observation, vous aurez une chance de voir ou d'entendre le Pluvier doré (Pluvialis apricaria) (un nicheur rare en Lituanie), le Tétras lyre (Lyrurus tetrix), la Grue cendrée et la Pie-grièche grise (Lanius excubitor). Le Pygargue à quue blanche survole régulièrement la zone.
L'Elan est parfois noté.

Les bassins piscicoles de Kintai

Il s'agit de l'un des ensembles de bassins piscicoles les plus vastes (600 hectares) de Lituanie.

Accès : ces bassins sont situés à l'est de Kintai et sont traversés par la route allant vers Šilutė. L'hôtel-restaurant Mėlynasis karpis (la "carpe bleue") propose des visites en bateau et a installé des affûts pour photographier les oiseaux. Avant de visiter les étangs, il faut contacter l'hôtel-restaurant. Des informations utiles sont disponibles sur www.kintai.lt. Il faut rester sur les pistes pour observer.

Durant les migrations : les canards et les limicoles sont nombreux au printemps. Les plus grands rassemblements s'observent depuis la route qui divise en deux l'ensemble de bassins. Quand le niveau de l'eau est bas, des centaines, voire des milliers de Pluviers dorés et de Vanneaux huppés sont visibles en automne. Les étangs sont vidés au début de l'automne, mais des échassiers se nourrissent dans tous les cas le long des berges.
Les bassins de Kintai constituent le meilleur site de Lituanie pour observer le Pygargue à queue blanche en août-septembre, quand les adultes et leurs jeunes se rassemblent : près de 40 oiseaux peuvent alors être vus en une seule journée.

Durant la nidification : la diversité des nicheurs est impressionnante et comprend entre autres le Fuligule nyroca (Aythya nyroca).

Les prairies de Stankiškiai et la baie de Kniaupas

Oies rieuses (Anser albifrons)

Oies rieuses (Anser albifrons) dans le delta du fleuve Niémen (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Source : Nemunodelta.lt

La baie de Kniaupas, dont les berges sont marécageuses, les prairies voisines du village de Stankiškiai et la forêt de Ventė forment un ensemble très riche d'un point de vue ornithologique.

Accès : depuis le village de Minija (Mingé), il faut rejoindre Stankiškiai  en longeant les bassins piscicoles de Kintai et en observant dans les prairies qui bordent la route. Rejoignez ensuite la tour d'observation, au nord de la baie de Kniaupas, et laissez-y votre voiture. Il est également conseillé de longer la forêt de Venté.

Durant les migrations : à la fin de l'hiver et au printemps, les prairies sont inondées et accueillent des milliers d'oies (en particulier rieuses) et de canards. En automne, les oies se rassemblent également.

Durant la période de nidification : les prairies accueillent une grande diversité de nicheurs, dont le Râle des genêts, la Bécassine double, le Combattant varié, la Barge à queue noire, le Chevalier gambette, et les Busards cendré et des roseaux. Le Pygargue à queue blanche et le Faucon hobereau chassent dans le secteur.
Les roseaux et les buissons qui bordent la baie de Kniaupas constituent l'habitat du Butor étoilé, des Marouettes ponctuée et poussin, des Locustelles fluviatile et luscinioïde, de la Panure à moustaches et du Roselin cramoisi. Il est conseillé de longer la forêt de Venté pour augmenter la diversité des espèces observables.

La station ornithologique du cap Venté

Filet dans la station de baguage du cap Venté

Filet dans la station de baguage du cap Venté (Lituanie).
Photographie : Kontis Šatūnas

Le cap Ventė constitue le point le plus occidental de Lituanie, et un phare y a été construit. C'est un site réputé pour l'étude et le suivi de la migration des oiseaux. En effet, il est situé le long de la grande voie qui longe les côtes de la mer Baltique. En automne, des millions d’oiseaux survolent le cap (jusqu’à 500 000 par jour !), et une station de baguage a été établie en 1929 par le professeur Tadas Ivanauskas. Plus de 60 000 oiseaux sont bagués chaque année, l’un des chiffres les plus importants du monde. Un musée a été créé dans la station, et il est possible de voir les bagueurs à l’œuvre. Plus d’informations sont disponibles sur le site web www.vros.lt.

Accès : depuis Kintai, rejoindre le village de Venté, puis continuer sur un kilomètre jusqu’à l’aire de stationnement de la station de baguage. Le meilleur point d’observation est l’extrémité du cap, à l’endroit où le quai s’avance dans la lagune de Courlande. Près du village de Venté, les rives de la lagune sont également intéressantes, et une tour d’observation y a été édifiée.

Durant les migrations : la meilleure période est l’automne, en particulier entre la mi-septembre et la mi-octobre, et de préférence le matin. Des groupes de canards, de mouettes, de laridés, de limicoles et de passereaux sont vus chaque jour. La migration des Étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) en juin et en juillet est particulièrement impressionnante.

Durant la période de nidification : le Roselin cramoisi, la Fauvette épervière, la Pie-grièche écorcheur et le Sizerin flammé nichent dans les buissons le long des rives de la lagune, près du village de Venté. Le Butor étoilé et le Busard des roseaux se reproduisent dans les phragmites.

Les forêts de Sakūčiai et de Bundalai et les prairies voisines

Ces deux forêts alluviales et les prairies qui la bordent forment un ensemble d'un grand intérêt ornithologique à la fin de l'hiver et au printemps. Après la fonte des neiges, les rivières Minija et Tenenis débordent et leurs eaux recouvrent la zone, parfois jusqu'à la fin avril.

Accès : vous pouvez atteindre ce secteur depuis le village de Sakūčiai après avoir traversé le pont sur la rivière Minija, ou bien depuis la route entre Šilutė et Klaipėda, en tournant vers Žemaitkiemis et en rejoignant le village d'Alka. Pour observer les oiseaux, il faut suivre les petites routes qui sillonnent les prairies. 

Durant les migrations : à la fin de l'hiver, de nombreux canards, oies et limicoles stationnent dans les prairies.

Durant la période de nidification : la Marouette ponctuée, la Bécassine des marais, la Barge à queue noire, le Chevalier gambette et le Phragmite aquatique (plusieurs dizaines de chanteurs entre Sakūčiai et la forêt de Bundalai et près de la rivière Tenenis) nichent dans les prairies. Les Sarcelles d'été et d'hiver, l'Oie cendrée, le Roselin cramoisi et la Gorgebleue à miroir construisent leur nid le long des canaux et sur les rives de la rivière Tenenis. Le Pygargue à queue blanche, l'Aigle pomarin, les Busards cendré et des roseaux, le Faucon hobereau, le Milan royal, l'Autour des palombes (Accipiter gentilis) et la Bondrée apivore chassent dans les prairies.
Le matin et le soir, l'Élan sort des forêts de Sakūčiai et de Bundalai.

La côte près de Svencelė

Cygnes chanteurs (Cygnus cygnus)

Cygnes chanteurs (Cygnus cygnus) dans le delta du Niémen (Lituanie).
Source : Nemunodelta.lt

Ce secteur comprend la petite (50 hectares) réserve botanique et zoologique de Svencelė, dédiée à la protection du Phragmite aquatique, la tourbière haute de Svencelé, une partie de la forêt de Kintai et les roselières de la lagune de Courlande.

Accès : il faut rejoindre le village de Svencelé, puis le centre de kiteboard au nord du village, d'où l'on a une belle vue sur la lagune.  Il est possible de loger dans ce centre (plus d'information sur www.kaitumokykla.lt). 

Durant les migrations : de nombreux canards et Cygnes chanteurs et de Bewick longent les côtes de la lagune au printemps et en automne.

Durant la période de nidification : citons entre autres la nidification de la Huppe fasciée (Upupa epops) près du village de Svencelė.

La forêt de Kintai

Cette zone boisée s'étend sur plus de 800 hectares au nord du village de Kintai. Elle est principalement composée de bouleaux et d'aulnes et est inondée par endroits à la fin de l'hiver. Les pins dominent dans les zones plus sèches. Cette forêt est bordée au nord par la tourbière haute de Svencelė et à l'ouest par les vastes roselières des rives de la lagune de Courlande.

Accès : il faut suivre la petite route entre Kintai et Svencelė qui traverse la forêt, puis suivre les pistes forestières qui la parcourent. Près de la limite nord de la forêt, les champs à l'ouest du village de Kiškiai méritent une visite. Il faut se garer près de la station de pompage au nord de la forêt et suivre sur 800 mètres le chemin qui mène vers la  lagune.

Durant la période de nidification : parmi les espèces forestières nicheuses, citons la Bécasse des bois, les Pics noir et mar (Dendrocopos medius), le Bec-croisé des sapins et le Gobemouche noir (Ficedula hypoleuca). La Grue cendrée et le Chevalier aboyeur nichent dans les cultures à l'ouest du village de Kiškiai.
Dans les prairies au nord de la forêt et dans les roselières qui bordent la lagune de Courlande, on peut observer une grande variété d'espèces nicheuses, comme le Chevalier gambette, la Bécassine des marais, les Bergeronnettes printanière et citrine, la Fauvette épervière, la Panure à moustaches, le Roselin cramoisi, la Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus), le Pygargue à queue blanche, l'Aigle pomarin, le Hibou des marais (Asio flammeus), la Marouette ponctuée, le Râle des genêts et la Gorgebleue à miroir.
L'Élan, le Chien viverrin et la Martre des bois (Martes martes) sont présents.

Contact

Povilas Bagdonas - Téléphone : +370 678 08 018 - Courriel : povilas.bagdonas@gmail.com

À lire aussi sur Ornithomedia.com

À lire sur le web

Le site web du parc naturel régional du delta du fleuve Nemunas : www.nemunodelta.lt

Source

Marius Karlonas (2017). Birding in Lithuania : Nemunas delta region. Lithuanian Ornithological Society. https://vivagrass.eu

Vos commentaires sur :
"Le delta du fleuve Niémen (Lituanie) : la "Camargue balte""

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest