Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Interviews > Observer les oiseaux près de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) : Daniel Rodrigues nous en dit plus

Interviews

Retour à la liste des articles de Interviews

Observer les oiseaux près de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) : Daniel Rodrigues nous en dit plus

Ce secteur riche en sites naturels prestigieux est également intéressant pour observer les oiseaux, y compris le Pic tridactyle.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Observer les oiseaux près de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) : Daniel Rodrigues nous en dit plus

Forêt fréquentée par le Pic tridactyle (Picoides tridactylus) près du refuge de Loriaz (Haute-Savoie).
Photographie : Daniel Rodrigues

La commune de Chamonix-Mont-Blanc est située dans le département de Haute-Savoie. Son territoire est traversé par l’Arve et il est bordé au nord par le massif des aiguilles Rouges, qui culmine à 2 965 mètres d'altitude, et au sud par celui du Mont-Blanc, dont le sommet est le plus élevé d'Europe occidentale avec une hauteur de 4 809 mètres. D’autres sites naturels prestigieux peuvent être visités non loin de la ville, comme l'aiguille du Midi, qui culmine à 3 842 mètres et sur laquelle a été installée une tour de télécommunication accessible par un téléphérique, ou encore la mer de Glace, le plus grand glacier de France (sept kilomètres de long) que l’on peut atteindre aisément grâce au chemin de fer à crémaillère du Montenvers. Les environs de Chamonix-Mont-Blanc sont aussi très intéressants pour observer les oiseaux montagnards, y compris le rare Pic tridactyle (Picoides tridactylus).
Daniel Rodrigues (site web : Daniel-rodrigues.fr) est un écologue, photographe et guide naturaliste vivant dans la vallée de Chamonix : il connaît donc parfaitement son avifaune, et il a répondu à nos questions.

Abstract

The French commune of Chamonix-Mont-Blanc is located in the department of Haute-Savoie. Its territory is crossed by the Arve river and is bordered to the north by the aiguilles Rouges range, which culminates at 2,965 meters of altitude, and to the south by the Mont Blanc range, whose summit is the highest in Western Europe with a height of 4,809 meters. Other prestigious natural sites can be visited not far from the city, such as the Aiguille du Midi, reaching 3,842 meters, on which has ben installed a telecommunication tower accessible by cable car, or the Mer de Glace, the largest glacier of France (seven kilometers long), that can easily be admired with the cogwheel railway of Montenvers.
Besides these natural monuments, the Chamonix-Mont-Blanc area is also very interesting to watch mountain birds, including the rare Three-toed Woodpecker (Picoides tridactylus). Daniel Rodrigues (website: www.daniel-rodrigues.fr), is an ecologist, photographer and guide living in the valley of Chamonix: he knows perfectly well the avifauna of this area, and he answered our questions.

Situation de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie)

Situation de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie).
Carte : Ornithomedia.com

1. Pouvez-vous nous conseiller un exemple de promenade près de Chamonix-Mont-Blanc pour découvrir les oiseaux de montagne ?

Daniel Rodrigues : avant de vous répondre, je me permettrais de rappeler quelques éléments importants concernant l’observation des oiseaux montagnards en Haute-Savoie. Les meilleures périodes sont la fin de l’été et l’automne car la saison de reproduction est alors terminée et les risques de dérangement sont moindres. L’hiver est à proscrire car ils doivent alors économiser leur énergie, chaque perturbation impactant directement leurs chances de survie (lire Les impacts des sports d'hiver sur les oiseaux de montagne). Il faut aussi éviter de s’approcher de trop près d'eux en utilisant des jumelles ou une longue-vue. Soyez en résumé toujours respectueux !
Si vous voulez visiter une réserve naturelle, vous pouvez contacter le Conservatoire départemental d'espaces naturels Asters pour connaître la législation en vigueur et les zones où il ne faut pas pénétrer. N'hésitez pas non plus à faire appel à la Compagnie des Guides de Chamonix où travaillent des professionnels spécialistes de la faune qui proposent toute l'année des visites guidées.
Donc pour répondre à votre question, je conseillerais particulièrement le secteur du refuge de la Pierre à Bérard, situé dans la réserve naturelle du vallon de Bérard. Son gardien, Mathias, sera ravi de vous accueillir. Après une "pause myrtilles", continuez vers le col de Salenton puis traversez une belle forêt de mélèzes avant de découvrir des landes subalpines puis des prairies alpines ponctuées d’éboulis rocheux. L’avifaune du secteur est typique, et un couple d’Aigles royaux (Aquila chrysaetos) habite le vallon de Bérard.

Carte des environs de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie)

Carte des environs de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) : (A) réserve naturelle de Carlaveyron, (B) réserve naturelle des Aiguilles rouges, (C) réserve naturelle du vallon de Bérard, (D) réserve naturelle de Six-Passy (1) circuit entre le parc animalier de Merlet et le refuge de Bellachat, (2) circuit entre Les Tines et le Paradis des Praz, (3) circuit entre le col des Montets et les lacs des Chéserys et (4) circuit entre La Couteray et le refuge de Loriaz.
Carte : Ornithomedia.com

2. La vallée de Chamonix est très touristique : est-elle intéressante néanmoins pour observer les oiseaux ? Quelle partie du cours de l'Arve est la plus intéressante pour observer les oiseaux ?

Daniel Rodrigues : la vallée de Chamonix est un site exceptionnel pour l’observation des oiseaux, mais peu de monde communique sur ce sujet et il est donc difficile de faire prendre conscience au public de cette richesse. On trouve pourtant près de Chamonix-Mont-Blanc l’ensemble de la faune de montagne, il faut simplement savoir où chercher.
Le point le plus bas de la vallée est situé à Servoz : la rivière Arve est ici bordée par une forêt alluviale, à laquelle succèdent une hêtraie puis une pessaie au fur et à mesure que l'on monte vers l’Aiguillette des Houches. La ville de Chamonix-Mont-Blanc est entourée de forêts, au-delà desquelles s’étendent des milieux ouverts et des glaciers. Tous les habitats montagnards sont en fait représentés dans la vallée de Chamonix, et vous n’aurez pas assez d’une semaine de vacances pour tout prospecter ! 
Les abords de l’Arve n’ont pas beaucoup d’intérêt car cette rivière au régime torrentiel est très artificialisée et l'on n’y observe que très peu d’espèces, essentiellement la Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea), le Cincle plongeur (Cinclus cinclus) (lire Cincle plongeur : Yannick Alram nous parle de son film "Suis ton chemin") et le Héron cendré (Ardea cinerea). Si vous voulez visiter une zone plus sauvage, je vous conseillerais de suivre le chemin menant au Paradis des Praz à partir des Tines (voir notre carte) : c’est une superbe balade au bord de l’eau, à faire par exemple le dimanche en famille. Ouvrez les yeux, la Loutre d'Europe (Lutra lutra) y était présente il y a encore peu de temps, et une observation serait remarquable.

3. La réserve naturelle de Carlaveyron est-elle intéressante pour observer les oiseaux ? Quel circuit de découverte nous conseilleriez-vous ?

Daniel Rodrigues : la réserve naturelle de Carlaveyron est particulièrement sauvage ! Vous pouvez partir du parc animalier de Merlet (voir notre carte) et vous diriger vers les hauteurs de la réserve, d’où l’on a une belle vue sur le mont Blanc et où les Bouquetins des Alpes (Capra ibex) sont bien présents. Dans la forêt qui s'étend au-dessus du parc du Merlet, on peut observer entre autres le Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes) et avec un peu de chance, la Chevêchette d’Europe (Glaucidium passerinum). Au-delà, c’est le royaume du Chamois (Rupicapra rupicapra) et du Tétras lyre (Lyrurus tetrix). Depuis le refuge de Bellachat, rejoignez l’Aiguillette des Houches. La descente pourra se faire par les chalets de Chailloux, puis deux virages plus loin, il faudra prendre la direction du parc de Merlet : tendez l’oreille car la discrète Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia) chante dans la dernière partie de ce circuit.
NDLR : selon le site web du parc du Merlet, la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) et le Pic tridactyle (Picoides tridactylus) nichent dans les forêts du plateau de Carlaveyron et des versants de Coupeau et Merlet.

Bouquetin des Alpes (Capra ibex)

Bouquetin des Alpes (Capra ibex) dans les environs de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie).
Photographie : Daniel Rodrigues
Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia)

Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia) dans les environs de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie).
Photographie : Daniel Rodrigues

>4. Peut-on observer le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) dans les environs de Chamonix-Mont-Blanc ?

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) passant devant l'aiguille du Midi en Haute-Savoie (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Daniel Rodrigues

Daniel Rodrigues : oui, un couple s’est installé très récemment dans la commune de Servoz, et on l'observe régulièrement sur la montagne de Pormenaz et dans les réserves naturelles de Carlaveyron et de Sixt-Passy (lire La plaine de Passy, un site régulier pour le Faucon kobez au printemps).

5. La réserve naturelle des Aiguilles Rouges est-elle intéressante pour observer les oiseaux ? Quel circuit de découverte nous conseilleriez-vous ?

Daniel Rodrigues : la réserve naturelle des Aiguilles Rouges est très touristique, mais ses paysages sont sublimes. Je vous propose de faire le parcours le plus connu, mais avec un regard ornithologique. Depuis le col des Montets (voir notre carte), montez vers la Tête au Vent, le Monticole de roche (Monticola saxatilis), le Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) et le Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) vous accompagneront lors de cette montée raide. Vous atteindrez rapidement un chemin en balcon entre des roches moutonnées où vivent l’Accenteur alpin (Prunella collaris), la Niverolle alpine (Montifringilla nivalis) et la belle Hermine (Mustela erminea). Continuez vers les lacs des Chéserys pour observer des Bouquetins des Alpes qui sont sûrement parmi les plus photographiés du monde ! Le site est superbe, le massif du Mont-Blanc se reflétant dans les lacs. En automne, les Marmottes des Alpes (Marmota marmota) font leurs réserves pour l’hiver et les Chocards à bec jaune (Pyrrhocorax graculus), dont certains sont bagués par le Centre de Recherches sur les Écosystèmes d'Altitude (CREA) du Mont-Blanc, virevoltent dans les airs. Redescendez par l’aiguillette d’Argentière en empruntant des échelles si vous n’avez pas le vertige, sinon revenez sur vos pas pour rejoindre le col des Montets.

6. Peut-on observer la Perdrix bartavelle (Alectoris graeca) et le Lagopède alpin (Lagopus muta) dans les environs de Chamonix-Mont-Blanc ?

Daniel Rodrigues : bien entendu, mais il faut aller en altitude pour voir ces espèces, par exemple dans la réserve naturelle des Aiguilles Rouges.

7. Le Pic tridactyle (Picoides tridactylus) est l'un des emblèmes de la biodiversité chamoniarde : est-il vraiment difficile à observer ? Pouvez-nous nous conseiller de bons secteurs ? Une exposition de Fabien Stocco, intitulée simplement "Le Pic tridactyle", s'est déroulée du 1er au 30 avril 2017 dans le village d’Argentière : l'avez-vous vue ? 

Daniel Rodrigues : le Pic tridactyle est bien présent dans la vallée de Chamonix, où l’on a dénombré au moins 15 couples (NDLR : c’est l'un des rares sites français où l’on a une chance de pouvoir l’observer en dehors du Jura, lire Le col de la Faucille : observer les oiseaux des alpages et des forêts montagnardes). On le trouve dans presque toutes les forêts, sur les versants ensoleillés et à l’ombre. Néanmoins, il est difficile à observer car il est très discret : il faut tendre l’oreille et avancer doucement. Je vous conseille par exemple le secteur du refuge de Loriaz (voir notre carte), à l’ouest de Vallorcine. Depuis l’aire de stationnement du Couteray, suivez le chemin qui mène au lieu-dit Sur le Rocher puis aux Granges. Dans la forêt ancienne, cherchez ses cernes (ou anneaux), composés de trous alignés horizontalement percés pour recueillir la sève. Empruntez ensuite la piste 4x4 jusqu’au refuge de Loriaz. Pour redescendre, suivez le chemin classique qui passe devant le refuge et qui vous ramènera au point de départ.
J’ai en effet vu l’exposition de Fabien Stocco : c’est un ami et un compagnon d’aventure, il est également accompagnateur comme moi à la Compagnie des Guides de Chamonix. C'est aussi l’un des intervenants de mon film "Origines : la faune venue du froid" qui devrait être achevé à la fin de l'année 2017 (voir la question numéro 12).

Pic tridactyle (Picoides tridactylus)

Pic tridactyle (Picoides tridactylus) dans les environs de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie).
Photographie : Daniel Rodrigues
Cernes de Pic tridactyle

Cernes de Pic tridactyle (Picoides tridactylus) dans les environs de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie).
Photographie : Daniel Rodrigues

8. Est-il intéressant de prendre le téléphérique de l'aiguille du Midi pour observer des oiseaux ?

Chocards à bec jaune (Pyrrhocorax graculus)

Chocards à bec jaune (Pyrrhocorax graculus) dans les environs de Chamonix-Mont-Blanc.
Photographie : Daniel Rodrigues

Daniel Rodrigues : Il y a peu d’oiseaux à 3 800 mètres d’altitude, et seuls les Chocards à bec jaune viennent quémander un peu de nourriture. Néanmoins, au niveau intermédiaire (plan de l’Aiguille), à 2 200 mètres d’altitude, la faune typique des milieux montagnards ouverts est présente, et l'on peut faire de belles observations.

9. Peut-on observer des oiseaux intéressants tout en visitant la Mer de Glace ?

Daniel Rodrigues : la mer de Glace est intéressante à condition de s’éloigner un peu de la partie la plus touristique. Le train à crémaillère de Montenvers mène à une forêt de mélèzes sublime en automne et où vit la Chevêchette d’Europe. Le Gypaète barbu et l’Aigle royal aiment également prospecter le long des pentes sauvages qui dominent le glacier. J’ai observé cette année un Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) chanteur sur ce site, ce qui n’est pas commun à cette altitude !  Le Montenvers, à l’ouest de la mer de Glace, est parfait pour allier visite touristique et ornithologie.

10. Le Loup gris (Canis lupus) est-il arrivé dans la vallée de Chamonix ?

Daniel Rodrigues : une seule chose est certaine, c’est qu’il est déjà passé par la vallée, mais il ne s’y est pas encore installé. Mais ce n’est qu’une question de temps car nous sommes "entourés" par des meutes (dans le Valais, en Savoie, dans le Val d’Aoste…). La nature chamoniarde ne sera que plus belle quand ce grand prédateur sera de nouveau présent !

"Origines : la faune venue du froid"

La couverture du futur film "Origines : la faune venue du froid" de Daniel Rodrigues (en cours de réalisation).

11. Nous vous avions interviewé en 2015 concernant vos activités (lire Daniel Rodrigues : écologue, photographe et guide) : comment ont-elles évolué ? Certaines se sont-elles plus développées que d'autres ?

Daniel Rodrigues : le problème avec ma triple activité est de trouver du temps pour tout faire ! Je développe beaucoup la partie photographie-vidéo car elle a un impact sur le public. Je suis en effet persuadé qu’on ne protège que ce que l’on aime, et pour aimer, il faut connaître. Je multiplie donc les expositions, les conférences et les films pour faire découvrir la nature montagnarde au plus grand nombre. Mon activité d’écologue (réalisation d’inventaires, d’études…) se développe également car j’ai la chance d’être reconnu dans le monde des spécialistes de la faune de montagne, et je réalise de plus en plus de travaux d’expertises naturalistes.

12. Quels sont votre actualité récente et vos projets ?

Daniel Rodrigues : en tant qu’écologue, je réalise notamment des inventaires de la faune de montagne, et en particulier de la Chevêchette d’Europe et de la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus). Je lance à la fin de l'année 2017 mon film "Origines : la faune venue du froid" consacrée aux reliques glaciaires (NDLR : des plantes ou des animaux dont la présence dans les Alpes s'explique par la succession des glaciations). Ce sera l’aboutissement de cinq années de travail, durant lesquelles je suis allé à la rencontre de scientifiques, de photographes naturalistes et de gestionnaires d’espaces naturels dont certains sont certainement connus par vos lecteurs, comme Jean-François Desmet ou Yves Muller. Je proposerai aussi à cette occasion une exposition qui sera accompagnée d’un livre et un film.
Sinon je travaille toujours en tant qu’accompagnateur en montagne, et je m’efforce de faire connaître et respecter la faune de montagne.

Contact

Daniel Rodrigues - Site web : www.daniel-rodrigues.fr - Page Facebook : www.facebook.com/rodrigues.daniel.photographe.naturaliste

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans les forums d'Ornithomedia.com

Participez à la discussion "bons sites en Haute-Savoie"

Ouvrages recommandés

Vos commentaires sur :
"Observer les oiseaux près de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) : Daniel Rodrigues nous en dit plus"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest