Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Où observer les oiseaux près d'Ajaccio (Corse-du-Sud) ?

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Où observer les oiseaux près d'Ajaccio (Corse-du-Sud) ?

Une grande diversité d'oiseaux migrateurs et nicheurs peut être observée au printemps dans les zones humides, le maquis et les zones rocheuses dans les environs de la ville natale de Napoléon Bonaparte.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Où observer les oiseaux près d'Ajaccio (Corse-du-Sud) ?

Vue de la mare de Buddici, située près du centre équestre de Bastelicaccia (Corse-du-Sud), au printemps 2018.
Photographie : Jacques Artieda

La ville d'Ajaccio est surtout connue comme étant le lieu de naissance de l'Empereur Napoléon Bonaparte. Outre cette particularité historique, elle est également intéressante pour l'observation des oiseaux : en effet, une dizaine de zones humides de taille variable sont dispersées dans la petite plaine littorale où a été construit l'aéroport d'Ajaccio-Napoléon-Bonaparte. La plus vaste d'entre elles est formée par les estuaires de la Gravona et du Prunelli (près de 50 hectares), mais la plupart font à peine un hectare et sont temporaires. Au printemps, et particulièrement du 15 avril au 31 mai, ces sites concentrent les oiseaux migrateurs arrivant directement de Sardaigne ou d’Afrique et qui ont besoin de reprendre des forces. Du fait de la situation géographique excentrée de la Corse, à la longitude de Stuttgart (Allemagne) et à la latitude de Rome (Italie), on peut régulièrement observer des espèces orientales qui empruntent le couloir migratoire passant par le cap Bon en Tunisie, comme la Marouette poussin, le Pipit à gorge rousse ou la Bergeronnette des Balkans. Pour l'ornithologue et biologiste Bernard Recorbet, le passage migrateur prénuptial autour d'Ajaccio pourrait être qualifié "d'ornithologie qualitative à dose homéopathique'' : en effet, à part la Sarcelle d'été (Anas querquedula) qui stationne parfois en grand nombre en mars (record de 2 460 oiseaux le 30 mars 1996), la plupart des espèces migratrices sont vues en petit nombre.
L'ornithologue Bernard Recorbet et Jacques Artieda, créateur du site web Nudipassion.fr, nous proposent une sélection de secteurs intéressants pour observer les oiseaux près d'Ajaccio.

Abstract

The city of Ajaccio is best known as the birthplace of the Emperor Napoleon Bonaparte. In addition to this historical feature, it is also interesting for birdwatching: indeed, a dozen wetlands of varying size are scattered in the small coastal plain where was built the airport of Ajaccio-Napoleon-Bonaparte. The largest of these is the estuary and the surrounding marshes of the Gravona (nearly 50 hectares), but most of them are small and temporary. In spring, and particularly from the 15th of April to the 31th of May, they concentrate migratory birds arriving directly from Sardinia or Africa. Due to the geographical location of Corsica, in the longitude of Stuttgart (Germany) and the latitude of Rome (Italy), one can regularly watch Eastern species that use the migratory corridor through Cape Bon in Tunisia, such as the Little Crake, the Red-throated Pipit or the Balkans Wagtail. For the biologist Bernard Recorbet, the prenuptial migratory passage around Ajaccio could be qualified as "qualitative ornithology with a homeopathic dose": indeed, excepted the case of the Garganey, which sometimes gathers in large numbers in March (up to 2,460 at the same time), most migratory bird species are seen in small numbers.
Jacques Artieda, creator of the website Nudipassion.fr, and Bernard Recorbet present us a selection of several interesting areas for birdwatching near Ajaccio.

La zone humide de Gravona-Prunelli 

Présentation

Situation d'Ajaccio (Corse-du-Sud)

Situation d'Ajaccio (Corse-du-Sud).
Carte : Ornithomedia.com

Les fleuves côtiers de la Gravona et du Prunelli ont formé au sud-est d'Ajaccio une zone humide dominée par la tour de Capitello et composée de prairies inondables, de pâtures, de cultures, de marais, de l'étang de Casavone (sept hectares), de dunes et de maquis. Avec près de 50 hectares répartis sur les communes d’Ajaccio, de Bastelica et de Grosseto-Prugna, il s'agit de l'une des plus importantes zones humides de la côte occidentale corse, après l'embouchure du Liamone, distante d’environ 20 km.
Les aménagements et les perturbations (détournement du cours naturel de la Gravona, aménagements aéroportuaires, carrières dans la partie amont, prises de sable sur la plage, urbanisation partielle et circulation anarchique des véhicules à moteur jusqu'en 2000) ont appauvri le milieu et causé la diminution de certaines espèces, comme l'Escargot de Corse (Helix ceratina), qui est maintenant au seuil de l'extinction : l'une des dernières populations de ce gastéropode endémique survit dans la lande à Genêts de Salzmann (Genista salzmanni) située derrière la plage de Porticcio. Une autre population est présente dans la plage de Campo de'll Oro, qui a été réhabilitée. Le Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) hivernait dans la basse vallée de la Gravona au début du XXe siècle.
Les 50 hectares qui subsistent aujourd'hui sont tout de même d'une grande richesse. On y recense près de 25 espèces végétales remarquables comme l’Euphorbe peplis (Euphorbia peplis), rare en Corse, ou la Linaire de Sardaigne (Linaria flava sardoa). La Cistude d’Europe (Emys orbicularis), une tortue protégée au niveau national, et un poisson rare, la Blennie fluviatile (Salaria fluviatilis), sont aussi présents.   
Des mesures ont été prises pour mieux connaître et protéger ce site : un tiers de sa surface a été acquis par le Conservatoire du Littoral (le Conseil Général de Corse-du-Sud assurant la gestion des terrains), et des inventaires, un suivi des populations d’Helix ceratina, une sensibilisation du public (pose de panneaux d’information, distribution de plaquettes, encadrement des activités de loisir...) et un entretien courant du site (police de la nature, maintenance, nettoyage des déchets…) ont été réalisés.

Embouchure de la Gravona

Vue de l'embouchure de la Gravona près de Porticcio (Corse-du-Sud) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jacques Artieda
Vue de la tour de Capitello (Corse-du-Sud)

Vue de la tour de Capitello près de Porticcio (Corse-du-Sud) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jacques Artieda


Accès

Carte des environs de l'aéroport d'Ajaccio (Corse-du-Sud)

Carte des environs de l'aéroport d'Ajaccio (Corse-du-Sud) et bons sites d'observation.
Carte : Ornithomedia.com

Depuis Ajaccio, prendre la direction de Porticcio en empruntant la T40 puis la D 55. Peu après le quartier de Résidence Capitello, suivre la première route (route de Capitello) à droite vers l'étang de Casavone et la plage de Porticcio. Garer son véhicule. Environ 100 mètres après l'accès au CCAS, il faut suivre le sentier passant derrière l'étang de Casavone bordé d'un beau marais (coordonnées : 41° 54’02 51’’ N et  8° 48’19 60’’ E), rejoindre la tour de Capitello et observer les oiseaux du marais s'étendant à l'arrière de celle-ci. Rejoindre enfin l'embouchure de la Gravona. Il faut aussi visiter la mare près du Prunelli (coordonnées : 41° 54’22 30’’ N et 8° 48’09 15’’).

Les oiseaux

Cette zone humide est favorable à la nidification de plusieurs espèces et au stationnement d'une grande diversité de migrateurs. Plus de 200 espèces d'oiseaux ont été recensées (Bonaccorsi 1994,
Thibault et Bonaccorsi 1999). Le Guêpier d'Europe (Merops apiaster) (colonie à proximité de l'embouchure), le Blongios nain (Ixobrychus minutus) et le Pipit rousseline (Anthus campestris) font partie des nicheurs remarquables, mais ce site est surtout intéressant au printemps (et dans une moindre mesure en automne) pour la diversité des migrateurs que l'on peut y observer : hérons et aigrettes (presque toutes les espèces européennes), limicoles dont la Bécassine double (Gallinago media) qui a déjà été notée à plusieurs reprises, Marouettes poussin (Porzana parva) et ponctuée (P. porzana), très régulières, Râle d'eau, canards de surface dont la Sarcelle d'été, passereaux migrateurs variés... Des visiteurs plus inattendus en Corse ont déjà été vus, comme la Grue cendrée (Grus grus).  
La petite mare temporaire (deux hectares environ) située le long du Prunelli est un très bon site pour observer au printemps le Râle d'eau (Rallus aquaticus) et les Marouettes poussin (Porzana parva) et ponctuée (P. porzana). Le marais à scirpaie et roselière bordant l'étang de Casavona est très favorable au stationnement printanier des Marouettes poussin et ponctuée, du Râle d'eau, du Héron pourpré (Ardea purpurea), du Crabier chevelu (Ardeola ralloides), du Pipit à gorge rousse (Anthus cervinus) et des fauvettes paludicoles.
Le Goéland d’Audouin (Ichthyaetus audouinii), le Cormoran huppé de Méditerranée (Phalacrocorax aristotelis desmarestii) et le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) visitent régulièrement l'embouchure de la Gravona ou passent près de celle-ci. En hiver, le Puffin yelkouan (Puffinus yelkouan) est un visiteur régulier en mer.

Vue de la basse vallée inondée de la Gravona (Corse-du-Sud)

Vue de la basse vallée inondée de la Gravona (Corse-du-Sud) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Bernard Recorbet
Huîtriers pie (Haematopus ostralegus)

Huîtriers pie (Haematopus ostralegus) dans l'embouchure du Prunelli (Corse-du-Sud) (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jacques Artieda
Marouette ponctuée (Porzana porzana)

Marouette ponctuée (Porzana porzana) dans le marais de Capitello (Corse-du-Sud) (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jacques Artieda
Râle d'eau (Rallus aquaticus)

Râle d'eau (Rallus aquaticus) dans le marais de Capitello (Corse-du-Sud) (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Jacques Artieda


Prairie inondable près du siège d'Air Corsica

Présentation

Vue de la prairie inondable près d'Air Corsica (Corse-du-Sud)

Vue de la prairie inondable près d'Air Corsica (Corse-du-Sud) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda

Au fond du golfe d'Ajaccio s'étend une plaine alluviale aujourd'hui en partie occupée par l’aéroport d'Ajaccio-Napoléon-Bonaparte et des zones d'activités et résidentielles : toutefois, quelques espaces naturels de taille variable subsistent, dont plusieurs petites zones humides temporaires dont l'alimentation est liée aux précipitations. Leur intérêt ornithologique dépend du niveau d'eau : quand il est trop bas ou trop haut, les oiseaux sont peu nombreux, mais quand il est "idéal", avec quelques microvasières, des limicoles, des passereaux peu communs et parfois des marouettes peuvent être observés. La période la plus favorable est comprise entre le 15 mars et le 10 mai.
Un exemple de ces zones humides est la prairie inondable située près du siège de la compagnie aérienne Air Corsica (coordonnées : 41° 55’03 96’’ N et 8° 48’14 89’’E) : ce  site a été très attractif durant le printemps 2018 grâce aux pluies de mars et d'avril. 

Accès

Depuis la route T40 reliant Ajaccio et Propriano, il faut sortir à Bastelicaccia, puis prendre la petite route vers la zone aéroportuaire et le siège d'Air Corsica. La prairie inondable est située à gauche de l'entrée du siège d'Air Corsica.

Les oiseaux

Ce site est essentiellement attractif au printemps, quand il est partiellement inondé. Depuis cinq ans, Jacques Artieda et Bernard Recorbet y ont observé une grande diversité de limicoles, dont des espèces peu fréquentes comme le Bécasseau de Temminck (Calidris temminckii) et le Chevalier stagnatile (Tringa stagnatilis), plusieurs ardéidés dont le Crabier chevelu (Ardeola ralloides) (fin mai plutôt), l'Ibis falcinelle (Plegadis falcinellus), la Cigogne blanche (Ciconia ciconia), des canards de surface, dont notamment la Sarcelle d'été (Anas querquedula) (parfois des dizaines d'oiseaux ensemble), des sous-espèces peu communes de la Bergeronnette printanière (Motacilla flava) comme celle des Balkans (M. f. feldegg), ou le Pipit à gorge rousse (Anthus cervinus). Parmi les nicheurs locaux visitant régulièrement la mare, citons l'Étourneau unicolore (Sturnus unicolor) et le Moineau cisalpin (Passer italiae). Les Guêpiers d'Europe (Merops apiaster), nicheurs près de l'embouchure de la Gravona, survolent parfois le site.
Le Hibou des marais (Asio flammeus) peut faire une halte en mars-avril sur les pelouses de l'aéroport, où niche l'Oedicnème criard (Oedicnemus burhinus). En hiver, quatre espèces de grives se nourrissent parfois dans la prairie.

Chevalier aboyeur (Tringa nebularia)

Chevalier aboyeur (Tringa nebularia) dans la prairie inondable près d'Air Corsica (Corse-du-Sud) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda
Combattant varié (Philomachus pugnax)

Combattant varié (Philomachus pugnax) dans la prairie inondable près d'Air Corsica (Corse-du-Sud) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda


La mare aux chevaux de Buddici à Bastelicaccia

Présentation

Vue de la mare de Buddici (Corse-du-Sud)

Vue de la mare de Buddici à Bastelicaccia (Corse-du-Sud) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda

Cette mare d'environ un hectare, située près du centre équestre de Bastelicaccia, est un autre exemple des petites zones humides temporaires éparpillées dans la plaine littorale près d'Ajaccio. Jacques Artieda y a observé près de cent espèces en cinq ans. Les conditions d'observations sont très bonnes car on peut observer depuis sa voiture à partir du chemin d'accès, sans effrayer les oiseaux (il vaut mieux rester dans son véhicule). 

Accès

Depuis la route T40 (2x2 voies) reliant Ajaccio et Propriano, sortir à Bastelicaccia et rejoindre le centre équestre. La mare est située à proximité, non loin de la route T40 (coordonnées : 41° 55’26 19’’ N et 8° 48’49 32’’E).

Les oiseaux

La variété des espèces observées sur ce petit site est assez étonnante : des limicoles dont l'Avocette élégante (Recurvirostra avosetta), la Barge rousse (Limosa lapponica), le Bécasseau de Temminck et la Bécassine sourde (Lymnocryptes minimus), le Fuligule nyroca (Aythya nyroca), le Héron pourpré (Ardea purpurea), le Blongios nain (Ixobrychus minutus), le Crabier chevelu, l'Ibis falcinelle, des rapaces comme le Busard des roseaux (Circus aeruginosus) et le Milan royal (Milvus milvus) (nicheur dans les environs), la Marouette poussin (Porzana parva) ou la Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator). La Corneille mantelée (Corvus cornix), le Moineau cisalpin (Passer italiae) et le Venturon corse (Carduelis corsicana) sont des visiteurs réguliers. La Bécassine des marais (Gallinago gallinago) est une hivernante régulière, et la Bécassine sourde (Lymnocryptes minimus) est parfois notée.

Hérons gardeboeufs (Bubulcus ibis)

Hérons gardeboeufs (Bubulcus ibis) dans la mare de Buddici à Bastelicaccia (Corse-du-Sud) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda

Crabier chevelu (Ardeola ralloides)

Crabier chevelu (Ardeola ralloides) dans la mare de Buddici à Bastelicaccia (Corse-du-Sud) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda


La prairie inondable De Vignetta près d'Ajaccio

Carte des environs du Ricanto (Corse-du-Sud)

Carte des environs du Ricanto (Corse-du-Sud) et emplacements de la prairie de Vignetta et de la digue d'Aspretto.
Carte : Ornithomedia.com

Présentation

Une petite prairie (un hectare) inondée après les pluies de fin d'hiver. 

Accès

Depuis Ajaccio, prendre la direction de l'aéroport. La prairie inondable de Vignetta est située après Le village du Ricanto, le long de la D503 (= l'ancienne route de Sartène), près du stade De Vignetta (coordonnées :  41° 55’40 69’’ N et 8° 46’49 68’’E).

Les oiseaux

Au printemps, quand le niveau d'eau est correct, cette prairie peut être intéressante : les Marouettes poussin et ponctuée et plusieurs espèces de limicoles ont déjà été observées.

La digue d'Aspretto

Présentation

La digue d'Aspretto fait partie de la base aéronavale d'Aspretto. Elle est faite de blocs de rochers et ferme le port militaire. Elle est colonisée par endroits par une végétation éparse. Une colonie de Goélands d'Audouin (Ichthyaetus audouinii) s'y est établie depuis les années 1990, et elle comptait 56 couples en 2017 (record de 67 couples en 2012) (lire La plus grande colonie mondiale de Goélands d'Audouin est installée dans le port de Castellón). Les rochers en contact avec l'eau présentent un nombre important d'anfractuosités et de cachettes possibles pour les jeunes. Les premiers nicheurs s’installent à la mi-avril, les pontes sont déposées de la fin avril à la mi-mai, et l'envol des juvéniles s'effectue durant la première décade de juillet (le site est déserté à la mi-août). En juin, les jeunes sont bagués avec l'aide de bénévoles. La colonie est suivie par la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement qui conseille la Marine Nationale pour la gestion, avec la collaboration de  l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. La présence de ce laridé rare est à l'origine de l'inscription de ce site au réseau Natura 2000. Les mouvements importants des bateaux et d'hélicoptères militaires ne semblent pas déranger les goélands. Il s'agit de la première colonie française et elle assure la quasi totalité des jeunes à l'envol de France chaque année.

Accès

La base d'Aspretto est située à l'est de la ville d'Ajaccio. Ce terrain militaire est interdit d'accès au public.  La jetée fait l’objet d’une interdiction d’accès au personnel de la base, du 1er avril au 31 juillet (une grille cadenassée ferme son accès) et des panneaux d’information ont été disposés. On peut toutefois observer les Goélands d'Audouin quotidiennement et sans aucune difficulté depuis les plages voisines, dans le port d'Ajaccio et à l'embouchure de la Gravona.

Les oiseaux

Le Goéland d'Audouin est la "vedette" de ce site, mais d'autres espèces d'oiseaux sont régulièrement vues depuis la digue, comme le Goéland leucophée (Larus michahellis) (quelques couples), l’Aigrette garzette, le Chevalier guignette (Actitis hypoleucos), la Corneille mantelée (Corvus cornix), la Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), le Cormoran huppé de Méditerranée (Phalacrocorax aristotelis desmaresti) et plus rarement le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus).

La pointe de la Parata (non placée sur notre carte)

Présentation

Fauvette pitchou (Sylvia undata)

Fauvette pitchou (Sylvia undata) sur la pointe de la Parata (Corse-du-Sud) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda

Située à une quinzaine de kilomètres à l'ouest d'Ajaccio, à l’entrée ouest du golfe, la pointe rocheuse de la Parata, qui se prolonge au large par l'archipel des îles Sanguinaires, forme un beau paysage malgré les aménagements (route côtière et vaste aire de stationnement de la chapelle SainteAntoine) et la fréquentation touristique importante. La tour génoise de la Parata, construite en 1608, domine un maquis dense soumis aux embruns. Parmi les arbustes (lentisques, calycotomes, oliviers, myrtes et bruyères), on trouve quelques plantes rares ou menacées comme le Succowia des Baléares (Succowia balearica), l'Épiaire à feuilles de marrube (Stachys marrubiifolia), le Triglochin à fleurs lâches (Tri­glochin bulbasum laxiflorum) et l'Iris fétide (Iris foetidissima), dont il ne reste que quelques pieds.

Accès

Depuis le centre-ville d'Ajaccio, suivre jusqu'au bout la route côtière DIII, dite "des Sanguinaires". Le stationnement se fera de préférence dans l'aire de la chapelle Saint-Antoine. Suivre ensuite le sentier qui monte vers la tour, depuis laquelle on a un beau panorama sur les îles Sanguinaires. On peut prolonger sa promenade jusqu'au capo Di Feno, situé au nord de la pointe (2 heures 30 de marche environ).
Pour visiter l'archipel des Sanguinaires, il faut prendre un bateau depuis l'embarcadère situé au niveau de l'aire de stationnement de la Parata, à partir du port Tino Rossi à Ajaccio ou depuis celui de Porticcio. Les passagers sont déposés sur l'île de Mezzu Mare pendant environ une heure.

Les oiseaux

La pointe de la Parata est le domaine des Fauvettes sarde (Sylvia sarda), pitchou (S. undata) et mélanocéphale (S. melanocephala). Depuis le sentier du littoral, vous verrez certainement le Faucon pèlerin (Falco peregrinus) (deux couples), le Milan royal (Milvus milvus) (un couple), le Goéland leucophée, le Cormoran huppé de Méditerranée, le Monticole bleu (Monticola solitarius) et le Grand Corbeau (Corvus corax). Le Balbuzard pêcheur et le Goéland d'Audouin sont visibles le long du littoral, ainsi que de nombreux Pigeons bisets (Columba livia) (sauvages), qui circulent entre la pointe et les îles. Une petite colonie de Martinets à ventre blanc (Tachymarptis melba) s'est établie en 2018 dans la tour génoise, où niche aussi un couple de Faucons crécerelles (Falco tinnunculus). Au printemps, vous pourrez voir des passereaux migrateurs (pipits, traquets, gobemouches..), voire des Faucons kobez (Falco vespertinus).
Le Cormoran huppé de Méditerranée (grande colonie visible depuis le phare de Mezzu Mare), le Goéland leucophée (grande colonie) et le Faucon pèlerin nichent dans l'archipel des Sanguinaires. Les Rats noirs (Rattus rattus) empêchent peut-être l'installation des Puffins cendré (Calonectris diomedea) et yelkouan (Puffinus yelkouan), mais pendant la traversée en bateau depuis Ajaccio ou Porticcio, vous pourrez observer parfois des Puffins yelkouan (par exemple : une centaine pêchant le 19/05/2018) et cendré, voire parfois l'Océanite tempête (Hydrobates pelagicus) (un ou deux le 2/06/2018).

Monticole bleu (Monticola solitarius)

Monticole bleu (Monticola solitarius) sur la pointe de la Parata (Corse-du-Sud) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda

Martinet à ventre blanc (Tachymarptis melba)

Martinet à ventre blanc (Tachymarptis melba) nicheur sur la tour de la Parata (Corse-du-Sud) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda


Le mont Gozzi (non placé sur notre carte)

Présentation

Milan royal (Milvus milvus)

Milan royal (Milvus milvus) à Santa Lina près d'Ajaccio (Corse-du-Sud) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Jacques Artieda

Le mont Gozzi, ou Rochers des Gozzi, est un ensemble remarquable de falaises granitiques culminant à 716 mètres d'altitude, aux pentes couvertes de maquis, et situé à seulement 10 km au nord d’Ajaccio.

Accès

Depuis Ajaccio, il faut prendre la direction de Cargese, puis rejoindre le village d'Appietto en passant par le col du Listincone. Se garer dans l'aire de stationnement de la chapelle San Chirgu (fin du XIVe siècle), point de départ du sentier de randonnée jusqu'au sommet (5,5 kilomètres). La promenade est facile.

Les oiseaux

Une promenade au printemps est intéressante car elle permettra d'observer un cortège presque complet d'espèces rupicoles nicheuses : Monticole bleu, Hirondelle de rochers (Ptyonoprogne rupestris), Martinet alpin, Faucon pèlerin, Grand Corbeau et Aigle royal (Aquila chrysaetos), régulier en chasse.
Le maquis accueille le Milan royal (Milvus milvus) (plus de 50 couples dans les environs d'Ajaccio), le Venturon corse, l'Alouette lulu (Lullula arborea), les Fauvettes sarde, mélanocéphale et pitchou, le Bruant zizi (Emberiza cirlus), le Pigeon biset (l'une des dernières populations pures de France) et le Gobemouche gris de Corse (Muscicapa striata tyrrhenica) (lire Identifier le Gobemouche gris "corse").

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sur les forums d'Ornithomedia.com

Participez à la discussion "Observez les oiseaux en Corse du Sud"

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Où observer les oiseaux près d'Ajaccio (Corse-du-Sud) ?"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest