Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Observer les oiseaux de l'étang de Canet ou de Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales)

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Observer les oiseaux de l'étang de Canet ou de Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales)

Charles Navarro nous a signalé qu'une Marouette de Baillon adulte et ses deux poussins avaient été observés le 12 août 2019.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Observer les oiseaux de l'étang de Canet ou de Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales)

Marouette de Baillon (Zapornia pusilla) de première année le 02 août 2019 (photo prise dans la réserve naturelle régionale du marais de Brière en Loire-Atlantique). La nidification de cette espèce a aussi été constatée en août 2019 sur les rives de l'étang de Canet.
Photographie : Marc Le Moal 

L’étang de Canet ou de Saint-Nazaire s'étend le long du littoral des Pyrénées-Orientales, entre les villages du Canet-en-Roussillon, de Saint-Cyprien et de Saint-Nazaire. Cette lagune peu profonde de 480 hectares est séparée de la Méditerranée par un lido sablonneux interrompu par un chenal et il est alimenté en permanence en eau douce par plusieurs cours d’eau. Elle est d'une grande richesse ornithologique grâce à des habitats variés (dunes, bosquets méditerranéens, forêt alluviale, prés salés, sansouires, prairies humides, roselières, friches, cultures, mares et canaux) et à sa situation le long d'un axe migratoire important et au pied des Pyrénées (c'est la première zone de repos que rencontrent beaucoup de migrateurs qui viennent de franchir la chaîne de montagnes). Plus de 246 espèces d'oiseaux y ont déjà été observées. Elle accueille des nicheurs intéressants comme le Blongios nain, la Talève sultane ou la Lusciniole à moustaches. Mais c'est surtout la diversité de l'avifaune lors des passages qui attirera le visiteur, en particulier de la mi-février à la mi-mai : parmi les milliers de migrateurs classiques, on peut voir des espèces peu communes ou rares comme le Faucon kobez, le Pipit à gorge rousse, la Glaréole à collier ou le Goéland d'Audouin.
Grâce à Charles Navarro, un observateur local, nous vous présentons plusieurs bons points d'observation afin de découvrir les oiseaux de l'étang de Canet.

Abstract

The lake of Canet or Saint-Nazaire stretches along the coastline of the French department of the Pyrénées-Orientales, between the villages of Canet-en-Roussillon, Saint Cyprien and Saint-Nazaire. This shallow lagoon of 480 hectares is separated from the Mediterranean by a sandy lido interrupted by a channel and is permanently supplied with fresh water from several rivers. It is a very interesting birding place due to its variety of habitats (dunes, shrubs, floodplain forest, salt marshes, sansouires, flooded grasslands, reedbeds,  cultures, channels and ponds) and its location along an important migration and at the foothills of to the Pyrenees (it is the first resting area for many migrants having crossed this mountain range).
Over 246 bird species have been watched there. Several interesting bird species breed along its shores such as the Little Bittern, the Purple Gallinule or the Moustached Warbler. But it is especially for the birds diversity during the passages that many visitors will come and visit this wetland, especially from mid-February to mid-May: among the thousands of regular migrants, one can see unusual or rarer species such as the Red-footed Falcon, the Red-throated Pipit, the Collared Pratincole and the Audouin's Gull.
Thanks to Charles Navarro, a local birder, we present in this article several good birding points.

Présentation

Situation de l'étang du Canet ou de Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales)

Situation de l'étang de Canet ou de Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales).
Carte : Ornithomedia.com

L’étang de Canet ou de Saint-Nazaire est une lagune saumâtre peu profonde de 480 hectares située dans la plaine du Roussillon, à 25 km au nord de la frontière espagnole, entre les villages du Canet-en-Roussillon, de Saint-Nazaire, de Saint-Cyprien et d’Alénya. Il est séparé de la Méditerranée par un cordon dunaire (lido) de 3 km de long, et il ne communique avec elle que par un chenal, le grau des Basses.  
Cette zone humide se caractérise par une grande variété de biotopes : plages, dunes mobiles et fixées, lagune, mares permanentes et temporaires, canaux et cours d'eau, sansouires, prés salés, prairies humides, roselières, cultures, ripisylves, bosquets et fourrés méditerranéens.
La flore est intéressante avec 40 espèces végétales remarquables et protégées à l’échelle nationale et régionale inventoriées dont le Bassie couché (Bassia prostrata) (dunes), la Bellevalia de Rome (Bellevalia romana) (prairies), le Chiendent à feuilles de Scirpe (Elytrigia elongata) (sansouires), le Buplèvre glauque (Bupleurum semicompositum) (dunes et prairies maritimes), la Corrigiole à feuilles de Téléphium (Corrigiola telephiifolia) (zones sablonneuses), la Cutandie maritime (Cutandia maritima) (dunes), l’Oeillet de Catalogne (Dianthus pyrenaicus attenuatus) (dunes), le Pourpier des marais (Lythrum portula) (fossés et mares), le Scamonée de Montpellier (Cynanchum acutum) (fossés), le Sérapias à petites fleurs (Serapias parviflora), l'Euphorbe maritime (Euphorbia paralias) ou l’Orchis des marais (Orchis palustris) (prairies humides).
À cause de la salinité relativement importante des eaux, les larves de libellules et de demoiselles ne peuvent pas se développer, mais on note toute de même la présence de l'Aeschne affine (Aeshna affinis) et de la Leste sauvage (Lestes barbarus).
Parmi les amphibiens recensés, citons la présence de la Grenouille de Pérez (Pelophylax perez), une espèce menacée, et celle dans les mares temporaires, les roselières et les prairies humides d'une petite population de Discoglosses peints (Discoglossus pictus), une espèce originaire d'Afrique du Nord peut-être introduite sur le site.
Les Lézards ocellé (Timon lepidus) et vert (Lacerta viridis), la Couleuvre de Montpellier (Malpolon monspessulanus) et le Psammodrome des sables (Psammodromus hispanicus) ont été inventoriés.

Plusieurs protections

Village des pêcheurs (Le Canet-en-Roussillon)

Un centre d'information a été installé dans le village des pêcheurs, situé près du grau des Basses. Le mont Canigou est visible à l'arrière-plan.
Photographie : Charles Navarro

L'intérêt écologique de cette zone humide est reconnu, et elle bénéficie donc de plusieurs classements et protections. La lagune et ses environs, soit près de 1 100 hectares, appartiennent au Conservatoire du littoral et des espaces lacustres, ont été désignés comme Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF), font partie du réseau européen Natura 2000 au titre des Directives Oiseaux et Habitat et constituent une Zone de Protection Spéciale depuis 2006. L'ensemble est géré par la communauté d'agglomération "Perpignan Méditerranée". Au nord de la lagune s'étend la réserve de chasse de l'Esparrou (255 hectares) et au sud celle du golf de Saint-Cyprien (90 hectares).
En 1993 a été lancée une première opération de gestion, la réhabilitation de 11 cabanes de pêcheurs près du chenal reliant l'étang à la mer.  L'une d'entre elles est devenue un centre d'accueil et d'information et propose des expositions et des visites guidées.
Le jumelage de l'étang avec le parc naturel des Aiguamolls de l'Empordà en Catalogne (lire Observer les oiseaux dans le parc naturel des Aiguamolls de l'Empordà) permet un échange fructueux d'informations.
Un suivi de la migration prénuptiale est organisé chaque année par des ornithologues locaux sur la colline de La Passe (La Passa) près de Saint-Nazaire. 

Accès et hébergement

Depuis Perpignan à l'ouest, rejoindre Le Canet-en-Roussillon par la D617, puis visiter les différents points d'observation présentés plus bas et situés sur notre carte. La plupart sont accessibles sans restriction particulière, à part bien sûr la nécessité de respecter les propriétés, les habitats et la tranquillité des oiseaux.
Le Canet-en-Roussillon est une station touristique où existent de nombreuses possibilités d'hébergement et de restauration. La brasserie du village de Saint-Nazaire est aussi conseillée.

Les oiseaux migrateurs

Faucon kobez (Falco vespertinus)

Le Faucon kobez (Falco vespertinus) est vu chaque année en avril-mai (photo prise dans le Cantal).
Photographie : Henri Verne

L'étang de Canet est l'un des meilleurs sites ornithologiques littoraux dans le département des Pyrénées-Orientales, avec plus de 246 espèces déjà observées. Il est particulièrement intéressant lors des passages pré- et postnuptiaux, c'est-à-dire de la mi-février à la mi-mai et d'août à octobre. En effet, grâce à sa situation géographique particulière, au pied des Pyrénées et le long d'une importante voie de migration entre l'Europe et l'Afrique, il joue un rôle important pour le repos et de nourrissage de milliers d'oiseaux.
Entre février et mai, la diversité ornithologique est impressionnante (rapaces, cigognes, hérons et aigrettes, mouettes et sternes, limicoles, passereaux...). Précisons que la force et la direction des vents dominants peuvent influencer significativement le nombre d’oiseaux lors des migrations pré et postnuptiales, les meilleures conditions étant rassemblées lorsque souffle la Tramontane (vent de nord-nord-ouest).
La Bondrée apivore (Pernis apivorus), le Milan noir (Milvus migrans), le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), l'Épervier d'Europe (Accipiter nisus), la Buse variable (Buteo buteo) et le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) sont les rapaces migrateurs les plus nombreux. Plusieurs Balbuzards pêcheurs (Pandion haliaetus) font une halte. Des espèces plus rares, comme le Busard pâle (Circus macrourus) (lire À propos de la migration printanière du Busard pâle) et le Faucon kobez (Falco vespertinus) (lire Pourquoi voit-on des Faucons kobez au printemps en France ?), sont vues chaque année en petit nombre (un Faucon kobez le 1er juin 2019 par exemple), et des "raretés" comme l'Élanion blanc (Elanus caeruleus) et le Faucon d’Éléonore (Falco eleonorae) ont déjà été notées.

Bergeronnette printanière ibérique (Motacilla flava iberiae)

Au printemps, plusieurs sous-espèces de la Bergeronnette printanière (Motacilla flava) sont visibles, comme M. f. iberiae (photo prise dans l'Aude).
Photographie : Dominique Clément

De nombreuses Cigognes blanches (Ciconia ciconia) et un effectif moindre de Cigognes noires (Ciconia nigra) sont comptées chaque année. Des Flamants roses (Phoenicopterus ruber) peuvent être vus toute l'année, mais surtout de novembre à mars. Des Grues cendrées (Grus grus) s'arrêtent parfois dans les prairies. La plupart des Ardéidés (hérons et aigrettes) européens peuvent être notés lors du passage de printemps, dont le Crabier chevelu (Ardeola ralloides). De plus en plus d'Ibis falcinelles (Plegadis falcinellus) visitent l'étang.
Des marouettes et le Râle d'eau (Rallus aquaticus) peuvent être vus le long des berges des mares et des cours d’eau, notamment en mars-avril.
Les Laridés sont bien représentés : plusieurs sternes, dont la Sterne caspienne (Hydroprogne caspia) (une le 27 juin 019 par exemple) et la Guifette leucoptère (Chlidonias leucopterus), ainsi que des mouettes et des goélands visitent l'étang de Canet lors des passages. Parmi les nombreux Goélands leucophées (Larus michahellis), il faut essayer de repérer les quelques Goélands d'Audouin (Ichthyaetus audouinii) (lire Identifier et chercher le Goéland d'Audouin au printemps en France) et railleur (Chroicocephalus genei) souvent notés en avril-mai.  
La diversité des limicoles est remarquable lors du passage prénuptial : chevaliers, bécasseaux, pluviers, barges, combattants… Parmi les espèces classiques, des échassiers moins communs sont notés chaque année comme le Chevalier stagnatile (Tringa stagnatilis) et la Glaréole à collier (Glareola pratincola) (une le 9 juin 019 et une le 10 mai 2019 par exemple). 
Des dizaines de milliers de passereaux (alouettes, martinets, hirondelles, pinsons, serins, bergeronnettes, pipits...), de Guêpiers d'Europe (Merops apiaster), de Rolliers d'Europe (Coracias garrulus) et de Huppes fasciées (Upupa epops) survolent ou s'arrêtent sur le site. Au printemps, l'étang de Canet est un bon secteur pour voir des espèces orientales comme la Bergeronnette des Balkans (Motacilla flava feldegg) (lire Identifier les mâles des différentes sous-espèces de la Bergeronnette printanière) et le Pipit à gorge rousse (Anthus cervinus).
Au printemps, des plongeons (parfois en plumage nuptial), des sternes, des Mouettes mélanocéphale (Ichthyaetus melanocephalus) et pygmée (Hydrocoloeus minutus) (parfois nombreuses) longent le lido qui sépare l’étang de la Méditerranée.
Entre août et octobre, les migrateurs sont variés, mais leur diversité est moindre qu'au printemps. Dans notre rubrique Observations, Charles Navarro nous a toutefois transmis plusieurs données intéressantes durant cette période, par exemple une Cigogne noire (Ciconia nigra) et cinq Spatules blanches (Platalea leucorodia) le 12 août 2019.
Depuis la plage, on peut chercher des oiseaux marins de passage, des puffins notamment, entre septembre et novembre.

Les oiseaux nicheurs

Talèves sultanes (Porphyrio porphyrio)

La Talève sultane (Porphyrio porphyrio) se reproduit dans la grande roselière près du golf de Saint-Cyprien, au sud de l'étang de Canet (photo prise dans le Gard).
Photographie : Vincent Palomares

Parmi les nicheurs remarquables, citons le Blongios nain (Ixobrychus minutus), le Butor étoilé (Botaurus stellaris) (rare), le Héron pourpré (Ardea purpurea) (petite colonie dans le marais d'El Cagarell), la Talève sultane (Porphyrio porphyrio), le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), la Panure à moustaches (Panurus biarmicus), les Rousserolles turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) et effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), le Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus), la Locustelle luscinoïde (Locustella luscinoides) et la Lusciniole à moustaches (Acrocephalus melanopogon) dans les roselières, l'Échasse blanche (Himantopus himantopus), l'Avocette élégante (Recurvirostra avosetta), le Chevalier gambette (Tringa totanus) le Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus), le Vanneau huppé (Vanellus vanellus) (rare) et la Sterne naine (Sternula albifrons) dans la végétation halophile, l'Alouette calandrelle (Calandrella brachydactyla) dans les dunes, l'Oedicnème criard (Burhinus oedicnemus) dans les prairies rases pâturées, la Huppe fasciée (Upupa epops), la Fauvette mélanocéphale (Sylvia melanocephala), les Pies-grièches méridionale (Lanius meridionalis) et à tête rousse (Lanius senator) et le Coucou geai (Clamator glandarius) dans les bosquets de chênes, et le Rollier d'Europe (Coracias garrulus) dans les ripisylves.

Nidification de la Marouette de Baillon au printemps 2019

Marouette de Baillon (Zapornia pusilla) de première année

Marouette de Baillon (Zapornia pusilla) de première année dans la réserve naturelle régionale du marais de Brière (Loire-Atlantique) le 02/08/2019. Un adulte et deux poussins ont été vus sur les rives de l'étang de Canet le 12/08/2019.
Photographie : Marc Le Moal

Dans notre rubrique Observations, Charles Navarro nous a signalé qu'une Marouette de Baillon (Zapornia pusilla) adulte et deux poussins avaient été observés furtivement à plusieurs reprises le 12 août 2019 dans une roselière basse inondée bordant l'étang de Canet, après plusieurs semaines de suivis réguliers dans des zones favorables. Suite à la baisse du niveau de l'eau, ils n'ont toutefois pas été revus par la suite.
Cette nidification remarquable fait suite à l'afflux de marouettes au printemps 2019 dans le sud de la France (
Sélection de bons coins pour observer les marouettes dans le sud de la France) et en Catalogne espagnole, notamment dans le parc naturel des Aiguamolls de l'Empordà (lire Observer les oiseaux dans le parc naturel des Aiguamolls de l'Empordà). En Grande Brière (Loire-Atlantique), onze mâles chanteurs (et également des cris du type femelle) de Marouettes de Baillon ont été entendus et enregistrés durant la nuit du 8 au 9 juin 2019 dans un secteur inondé le long du Chenal neuf, et dans cette zone humide, un oiseau de première année a été découvert le 28 juillet 2019 dans le site Pierre Constant (lire Observer les oiseaux au pays du roseau : la Grande Brière Mottière). 
Signalons qu'un couple de Marouettes de Baillon et au moins trois poussins ont été observés le 17 juillet 2019 
dans les marais d'Harchies (Belgique).

Les oiseaux en hiver

En hiver, des Grèbes huppé (Podiceps cristatus) et à cou noir (Podiceps nigricollis), des Foulques macroules (Fulica atra), des Nettes rousses (Netta rufina), des Canards souchets (Anas clypeata) et des Fuligules milouins (Aythya ferina) (en baisse) et morillons (Aythya fuligula) se rassemblent sur l'étang. Quelques Fuligules nyrocas (Aythya nyroca) sont vus chaque année. Lors des vagues de froid, des harles, des plongeons et des Garrots à oeil d'or (Bucephala clangula) sont possibles. Le Flamant rose est commun à cette saison. Des Grands Cormorans (Phalacrocorax carbo) forment un dortoir au milieu du plan d'eau du golf de Saint-Cyprien. Le Butor étoilé, le Râle d'eau (Rallus aquaticus), la Lusciniole à moustaches, la Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) et la Rémiz penduline (Remiz pendulinus) fréquentent les roselières entre novembre et mars. Des rapaces sont aussi présents durant la mauvaise saison : Busard des roseaux, Faucon pèlerin (Falco peregrinus) et parfois Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus). Côté mer, on peut alors rechercher le Harle huppé (Mergus serrator), le Puffin des Anglais (Puffinus puffinus), le Fou de Bassan (Morus bassanus) et le Pingouin torda (Alca torda).

Les bons sites d'observation de l'étang de Canet

Voie des Flamants roses / Le Canet-en-Roussillon  

Carte de l'étang de Canet ou de Saint-Nazaire et bons sites d'observation

Carte de l'étang de Canet ou de Saint-Nazaire et bons sites d'observation (cliquez sur la carte pour l'agrandir).
Carte : Ornithomedia.com d'après Charles Navarro

Un petit observatoire surélevé situé avant le camping Mar Estang qui permet de dominer l’anse de l’Esparrou, au nord de l'étang de Canet.

Accès : depuis Le Canet-en-Roussillon, rejoindre le quartier de la Côte Radieuse. Stationner le long de la voie des Flamants roses (voir sa situation sur Google Maps) peu avant le camping Mar Estang.  
Point GPS : 42°40'43.54"N / 3° 1'41.47"E.

Oiseaux visibles : la roselière à droite de l'observatoire est le domaine de plusieurs fauvettes paludicoles comme la Rousserolle effarvatte, la Locustelle luscinoïde et le Phragmite des joncs. En hiver, l’anse de l’Esparrou accueille des anatidés (dont régulièrement le Fuligule nyroca et la Nette rousse), des Foulques macroules, des Ardéidés et des Flamants roses.

Les Prés de la Ville (Els Prats de la Vila) / Le Canet-en-Roussillon

Un ensemble de prairies humides et de prés salés au sud du Canet-en-Roussillon.

Accès : depuis Le Canet-en-Roussillon, suivre la rue de Saint-Nazaire (D11) en direction de Saint-Nazaire. Au niveau de la pépinière "Espaces verts Peyret", prendre le chemin de terre qui s’enfonce dans les prés humides. Point GPS : 42°41'42.63"N / 42°41'42.63"N. Il faut rester près de son véhicule et ne pas pénétrer dans la zone humide pour ne pas déranger les oiseaux.

Oiseaux visibles : la meilleure période d’observation se situe entre la mi-février et mi-mai, le matin et de 13 h à 15 heures. Il est préférable que la zone soit partiellement inondée. Une grande variété d'oiseaux est visible durant les migrations : canards, marouettes, limicoles, Ardéidés, Cigogne blanche, parfois Grue cendrée, Ibis falcinelle, passereaux... En avril-mai, des espèces peu communes sont notées chaque année comme le Busard pâle, la sous-espèce badius de la Pie-grièche à tête rousse (lire Identifier la sous-espèce badius de la Pie-grièche à tête rousse), le Pipit à gorge rousse (petits groupes), la Glaréole à collier, le Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola) (chante parfois dans la scirpaie), l’Hypolaïs ictérine (Hippolais icterina)... Un Pouillot à grands sourcils (Phylloscopus inornatus) a été vu le 29 octobre 2013.

Avenue de l’hippodrome / Le Canet-en-Roussillon

Vue depuis l'avenue de l'hippodrome (Le Canet-en-Roussillon)

Depuis l'avenue de l'hippodrome (Le Canet-en-Roussillon), on a une bonne vue sur le marais d'El Cagarell (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Charles Navarro

Cette avenue longe le marais d'El Cagarell, une zone humide privée

Accès : depuis le centre du Canet-en-Roussillon, rejoindre le quartier de La Figarrasse et suivre l'avenue de l'hippodrome (voir sa position sur Google Maps) jusqu'à une petite aire de stationnement en bordure d'un marais. Point GPS : 42°41'55.18"N / 3° 0'32.97"E. Il faut rester près de son véhicule et ne pas pénétrer dans la zone humide.

Oiseaux visibles : une grande diversité d'oiseaux peut être observée depuis ce site, en particulier de la mi-février à la mi-mai (canards, marouettes, limicoles, Ardéidés, Cigogne blanche, Ibis falcinelle, passereaux...).

Camping Las Founts  / Le Canet-en-Roussillon

Un site intéressant pour les passereaux migrateurs.

Accès : depuis Le Canet-en-Roussillon, suivre la rue de Saint-Nazaire (D11) en direction de Saint-Nazaire. S'arrêter au niveau du camping.

Oiseaux visibles : grande diversité de migrateurs en avril-mai, dont parfois des raretés comme la Fauvette de Moltoni (Sylvia moltonii/subalpina) (lire Distinguer les mâles des Fauvettes passerinette, de Moltoni et des Balkans au printemps).

Embouchure de la Fauceille (La Fossella) / Saint-Nazaire

Prés salés, roselières et tamaris en bordure de l'étang de Canet.

Accès : depuis le centre de Saint-Nazaire, rejoindre le camping "Les Flamants roses" (voir sa localisation sur Google Maps). Stationner à côté de l’entrée du camping et suivre la piste qui longe le cours d'eau La Fauceille jusqu’à son débouché dans l'étang de Canet (10 minutes de marche). Point GPS : 42°59'55.48"N / 2°59'55.50"E. Observation conseillée le matin et le soir (site peu intéressant en milieu de journée en raison de la fréquentation).

Oiseaux visibles : grande variété d'oiseaux migrateurs au printemps et en automne (limicoles, passereaux...).

Colline de La Passe (La Passa) / Saint-Nazaire

Colline de La Passe

La colline de La Passe (Saint-Nazaire) constitue un très bon point de suivi de la migration (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Charles Navarro

Une petite colline dans une friche qui domine l’étang de Canet et les prairies humides alentours. C’est un très bon site pour le suivi de la migration au printemps et en automne.  

Accès : depuis le centre de Saint-Nazaire, suivre la rue du Littoral puis celle de l'Étang (voir sa localisation sur Google Maps) jusqu'à son extrémité (cinq minutes de marche). Point GPS : 42°40'5.67"N / 2°59'55.48"E.
Il est conseillé d'être sur place le matin au lever du jour et entre 11 h et  14 h pour les grands voiliers (rapaces, cigognes). Les oiseaux sont plus nombreux lors des journées ensoleillées et venteuses (quand souffle la Tramontane), mais le site est peu abrité et les oiseaux passant à l’Est sont souvent en contre-jour le matin.

Oiseaux visibles : il s'agit de l'un des meilleurs points d'observation de la migration prénuptiale (du 20 février au 20 avril), et des milliers d’oiseaux (rapaces, cigognes, grues, passereaux...) survolent le site. Des oiseaux peu communs sont possibles comme la Spatule blanche, le Faucon kobez (un le 3 mai 2019 et deux le 29 avril 2019 par exemple), le Busard pâle (un le 29 avril 2019 par exemple), le Martinet pâle (Apus pallidus) ou l'Hirondelle rousseline (Cecropis daurica).
Des surprises sont toujours possibles au printemps, comme le montre l'observation d'un Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus) haut dans le ciel le 6 mai 2019.

Mas de Las Puntes / Saint-Nazaire

Une zone de prés salés, de bosquets et de roselières.

Accès : depuis le centre de Saint-Nazaire, prendre le chemin de las Pountes (voir sa localisation sur Google Maps) jusqu'au premier gué sur le Réart (sous le platane), puis longer la rive de ce cours d’eau sur la digue. Point GPS : 42°39'30.74"N / 2°59'57.26"E.

Oiseaux visibles : durant les migrations, observation notamment de fauvettes paludicoles et de limicoles.

Le Réart / Saint-Nazaire

Un cours d'eau torrentiel canalisé débouchant dans l'étang de Canet qui traverse des prairies humides et des prés salés.

Accès : depuis le centre de Saint-Nazaire, prendre après la station-service le chemin à gauche, traverser les vergers et laisser sa voiture. Longer à pied le Réart vers son embouchure.

Oiseaux visibles : au printemps, grande diversité d'oiseaux (Hérons cendré, pourpré et gardeboeufs, Aigrette garzette, marouettes, limicoles, alouettes, pipits, bergeronnettes...). En avril-mai, les environs de l'embouchure constituent un bon secteur pour voir le Pipit à gorge rousse et des sous-espèces peu communes de la Bergeronnette printanière.

Ancien hippodrome / Alénya  

Paysage de roselières et de tamaris

Roselières et bosquets de tamaris près de l'étang de Canet (Pyrénées-Orientales).
Photographie : Wayne77 / Wikimedia Commons

Une zone de prairies humides et de prés salés.

Accès : depuis le village d’Alénya, suivre le chemin Colomine del Paré (voir sa localisation sur Google Maps) jusqu'à son extrémité.

Oiseaux visibles : un très bon site pour voir une grande diversité d’oiseaux migrateurs au printemps (surtout en avril-mai) et en automne, dont des espèces peu communes comme les Faucons kobez et crécerellette (Falco naumanni), les Pipits à gorge rousse et de Richard (Anthus richardi) (deux le 13 avril 2019 par exemple), le Martinet pâle, l'Hirondelle rousseline...

Embouchure et roselière de l'Agouille de la Mar (Aquila de la Mar) / Le Canet-en-Roussillon

Prés salés, roselières et mares en bordure de l'étang de Canet.

Accès : depuis Alénya, prendre la direction de Saint-Cyprien et stationner au début de la piste qui longe la rive gauche de l'Agouille de la Mar, puis marcher jusqu'à son débouché dans l'étang de Canet (15 minutes de marche). Il est conseillé de visiter ce secteur le matin.

Oiseaux visibles : nombreuses espèces, principalement au printemps. C’est notamment un bon secteur pour rechercher des sous-espèces peu communes de la Bergeronnette printanière, comme celle d’Italie (Motacilla flava cinereocapilla) (lire Identifier les mâles des différentes sous-espèces de la Bergeronnette printanière).

Golf et plan d’eau du golf de Saint-Cyprien  / Le Canet-en-Roussillon

Un golf au sud de l'étang de Canet. Il est bordé à l'ouest par une grande roselière et au sud par un plan d’eau créé pour les activités nautiques au milieu duquel se trouve un petit îlot.

Accès : depuis le centre de Saint-Cyprien, rejoindre la rive sud du plan d'eau et se garer le long de la rue du Lotissement du Stade II. Point GPS d'observation : 42°38'19.55"N / 3° 1'30.28"E.

Les oiseaux : en automne et en hiver, un dortoir de Grands Cormorans, de Hérons gardebœufs (Bubulcus ibis), d'Aigrettes garzettes (Egretta garzetta), parfois rejoints par quelques Ibis falcinelles, se forme sur le petit îlot. Un Cormoran pygmée (Phalacrocorax pygmeus) y a été vu en mars 2012 (lire Pourquoi le Cormoran pygmée nichera sûrement un jour en France). Des Fuligules milouins, parfois rejoints par un ou plusieurs Fuligules nyrocas, sont aussi visibles durant la mauvaise saison. C’est également un site de nidification pour le Héron cendré (Ardea cinerea). Les mares et les pelouses du golf attirent au printemps (mars-mai) des migrateurs variés, et des oiseaux peu communs y ont déjà été observés comme la Bécassine double (Gallinago media) (lire Identifier et observer la Bécassine double en Catalogne au printemps), la sous-espèce badius de la Pie-grièche à tête rousse, le Crabier chevelu ou la Glaréole à collier. Des Talèves sultanes nichant dans la roselière voisine de l'Agouille de la Mar, s'aventurent parfois sur le golf.

Village des pêcheurs et grau des Basses / Le Canet-en-Roussillon

Vue du village des pêcheurs

Vue du village des pêcheurs (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Charles Navarro

Un groupe de cabanes de pêcheurs réhabilitées de façon traditionnelle (avec des roseaux)  au nord du grau des Basses. Un centre d'information a été installé dans l'une d’entre elles.

Accès : depuis Canet-Plage au nord, suivre la D 81A en direction de Saint-Cyprien. Le village est situé sur la droite, un peu avant le grau des Basses (le chenal reliant l'étang et la Méditerranée). Il est possible de stationner près du centre d'information et d'observer en direction de l'étang , de la mer et du grau. Les deux observatoires publics sont peu intéressants. Point GPS : 42°39'32.22"N / 3° 1'46.75"E.

Oiseaux visibles : ce site est très intéressant lors du passage prénuptial, surtout en cas de forte Tramontane. On peut alors s'installer à l’abri d’une cabane et observer certaines journées des milliers de migrateurs luttant contre le vent au ras du sol. Des raretés ont déjà été notées en avril-mai et en août-septembre, comme le Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae), la Fauvette de Moltoni ou la Bergeronnette citrine (Motacilla citreola).
En hiver et au printemps, il est conseillé de scruter la mer pour voir des oiseaux marins (plongeons, parfois macreuses, Fou de Bassan, Puffin des Anglais, Pingouin torda, Mouettes mélanocéphale et pygmée, sternes, Harle huppé...). Une colonie de Sternes naines s'installe au printemps au bord de l'étang.

Auteur

Charles Navarro - Courriel : navarro.c@orange.fr

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la rubrique Observations d'Ornithomedia.com

Observations remarquables dans les Pyrénées-Orientales

À lire sur le web

Sources

Vos commentaires sur :
"Observer les oiseaux de l'étang de Canet ou de Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales)"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest