Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Où observer les oiseaux dans le massif du Vercors (Isère/Drôme) ?

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Où observer les oiseaux dans le massif du Vercors (Isère/Drôme) ?

Juillet est un bon mois pour visiter le Vercors : à l'occasion de la parution en mai 2019 du guide "Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho", nous vous proposons deux des textes consacrés à ce massif préalpin dans cet ouvrage.

| En cours de soumission au comité de lecture

Partager
Translate

Où observer les oiseaux dans le massif du Vercors (Isère/Drôme) ?

Paysage typique du Vercors au niveau de la prairie de Darbounouse, dans la réserve naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors (Isère/Drôme).
Photographie : Carine Lelaure

Le massif du Vercors est un vaste (près de 135 000 hectares) massif montagneux des Préalpes, à cheval sur les départements français de l'Isère et de la Drôme, et culminant à 2 341 mètres d'altitude au Grand Veymont. Territoire aux influences climatiques (océanique, méditerranéenne et alpine), altitudes (de 200 à plus de 2 000 mètres) et reliefs (gorges, plateau, falaises...) variés, il offre une large diversité d'habitats (forêts de feuillus, mixtes et de conifères, milieux humides, prairies, pelouses alpines, éboulis, falaises..), ce qui explique la richesse de sa flore (plus de 700 espèces) et de sa faune, protégées par le parc naturel régional du Vercors et la réserve naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors.
Ce massif accueille plusieurs mammifères remarquables, dont le Lièvre variable, le Loup d'Europe, le Bouquetin des Alpes (réintroduit) et la Marmotte des Alpes, mais aussi une avifaune montagnarde presque complète, parfois assez facilement visible depuis les routes départementales. Citons entre autres la Chevêchette d'Europe, la Chouette de Tengmalm, l'Aigle royal, le Gypaète barbu (réintroduit), le Lagopède alpin, la Perdrix bartavelle, le Tétras lyre, la Gélinotte des bois ou la Niverolle alpine.
Le Vercors fait partie des secteurs sélectionnés dans le guide pratique "Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho" paru en mai 2019 et rédigé par Jean-Yves Barnagaud, Nidal Issa et Sébastien Dalloyau et préfacé Jean-Philippe Siblet. Après une présentation de cet ouvrage utile pour préparer un séjour ou une sortie ornithologique dans l'Hexagone, nous publions deux des trois textes consacrés à ce massif : le nord du Vercors et le sud du Vercors.

Abstract

The Vercors is a vast (nearly 135 000 hectares) Prealps range, straddling the French departments of Isère and Drôme and culminating at 2341 meters altitude at the Grand Veymont Mount. Due to varied climatic influences (oceanic, mediterranean and alpine), altitudes (from 200 to more than 2,000 meters) and reliefs (gorges, plateau, cliffs ...), it offers a wide diversity of habitats (deciduous, mixed and coniferous forests, wetlands, meadows, alpine lawns, screes, cliffs ..), which explains the richness of its flora (more than 700 species) and its fauna, protected by a Regional Natural Park and a natural reserve of 17 000 hectares. The Vercors is home to several remarkable mammal species, including the Mountain Hare, the European Wolf, the Alpine Ibex (reintroduced) and the Alpine marmot, but also an almost complete mountain avifauna, sometimes easily visible from the departmental roads, such as the Eurasian Pygmy Owl, the Tengmalm's Owl, the Golden Eagle, the Bearded Vulture (reintroduced), the Rock Ptarmigan, the Rock Partridge, the Black Grouse, the Hazel Grouse or the Alpine Snowfinch.
The Vercors is one of the sites selected in the "Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho" book published in May 2019 and written by Jean-Yves Barnagaud, Nidal Issa and Sébastien Dalloyau, with a preface by Jean-Philippe Siblet.
After a presentation of this useful book for preparing a stay or an ornithological trip, we publish there two of the three texts devoted to the Vercors : the north of the Vercors and the south of the Vercors.

Le guide "Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho"

Le guide Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho)

La couverture du guide "Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho" de Jean-Yves Barnagaud, Nidal Issa et Sébastien Dalloyau.

En 1989, la Ligue pour la Protection des Oiseaux avait publié un guide intitulé "Où voir les oiseaux en France", qui présentait 278 bons sites de France métropolitaine pour préparer une promenade ou un séjour. Devant le succès de cette édition, une  seconde édition avait été imprimée en 2004, reprenant certains sites et en ajoutant de nouveaux, pour dépasser la barre des 300 lieux décrits. Près de 15 ans se sont écoulés depuis, des paysages ont changé, de nouveaux endroits ont révélé tout leur intérêt ornithologique, et le nombre d'observateurs a progressé : il fallait donc un nouveau guide, qui est sorti en mai 2019 sous le titre "Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho". Rédigé par Jean-Yves Barnagaud, Nidal Issa et Sébastien Dalloyau et préfacé Jean-Philippe Siblet, il présente 312 sites en France métropolitaine.
Après une partie introductive expliquant comment utiliser le livre (différents types de cartes, organisation de chaque fiche, types d'aires protégées, sites web et livres utiles...), quatorze chapitres régionaux, qui correspondent aux quatorze divisions de la France définies par les auteurs (Paris et les lacs-réservoirs de la Seine, la Bretagne, la vallée de la Loire, les Pyrénées...), se succèdent. Enfin, une section "espèces choisies" donne des conseils pour observer 50 espèces particulièrement recherchées comme la Harelde boréale (Clangula hyemalis), la Perdrix bartavelle (Alectoris graeca), le Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla)...
Les 14 régions sont composées de secteurs, qui regroupent plusieurs sites : par exemple, le secteur du Vercors, que nous présentons dans cet article, fait partie de la région 11 ("le Jura et les Alpes"), et est composé des sites "nord du Vercors", "sud du Vercors" et "plateau des Chaux - Gigors-et-Lozeron" (ce dernier site n'a pas été présenté dans cet article car significativement éloigné des deux premiers).
Pour chaque secteur sont proposés une carte générale, les "points forts" (utiles pour choisir une destination en fonction de ses priorités), la période conseillée pour le visiter, les espèces-clés (= les plus intéressantes), la durée conseillée du séjour, un paragraphe "planification" qui donne des conseils pratiques divers, puis les descriptions de chaque site. Pour chaque site, on a enfin une carte avec la localisation des points d'observation, et un texte présentant les espèces à voir et les accès. 

Dimensions du produit : 24 x 2 x 15 cm.
Broché : 351 pages.
Éditeur : Biotope Editions (18 mai 2019).
Prix public : 30 euros.

Notre avis

C'est un ouvrage utile et complet, qui présente une grande variété de sites différents, dont beaucoup sont peu ou pas connus. Les informations ornithologiques sont à jour (les auteurs se sont appuyés sur un réseau de correspondants régionaux), et les textes sont riches et denses, combinant les accès, les espèces à voir et des conseils divers. L'abondance des informations constitue peut-être le seul petit "défaut" de cet ouvrage, car les textes sont parfois assez longs. Par ailleurs, les cartes utilisées, bien que claires et colorées, sont moins précises que celles de l'édition de 1989 du livre "Où voir les oiseaux en France", qui utilisaient les fonds IGN au 1/25000 : cela est toutefois compensé par les explications données dans le texte et par la possibilité de télécharger sur son smartphone, son ordinateur ou son GPS le fichier des points d'observation géolocalisés disponible sur le site web des éditions Biotope. Ce fichier est compatible avec toutes les applications de navigation sur smartphone, les GPS portables, Google Earth, Google Maps... On navigue d’une carte à l’autre par un système de numérotation pour localiser précisément les points.

Conseils pratiques pour observer les oiseaux dans le Vercors

Chevêchette d'Europe (Glaucidium passerinum)

Chevêchette d'Europe (Glaucidium passerinum) dans le parc naturel régional du Vercors le 01/05/2014.
Photographie : Thomas Cugnod

Le Vercors reste le plateau de moyenne altitude le plus accessible si vous venez du sud de la France. Il est surtout connu pour ses forêts bien préservées où la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) et la Chevêchette d'Europe (Glaucidium passerinum) sont presque faciles à trouver les nuits claires de fin de printemps (lire À propos du houspillage de la Chevêchette d'Europe par les passereaux), en plus des espèces habitant les vastes alpages et les pierriers d'altitude. Au regard de sa localisation et de son large gradient d'altitude, le Vercors abrite l'une des avifaunes les plus riches des Alpes, des espèces méditerranéennes qui nichent en plaine jusqu'au Lagopède alpin (Lagopus muta) et à la Perdrix bartavelle  (Alectoris graecasur les plus hautes crêtes.
Les sites à visiter proposés sont organisés selon un transect (= ligne) orienté nord-sud, mais les espèces-clés peuvent être trouvées dans tous les habitats favorables. Le plus simple est de vous garer quelque part et de monter en altitude via les chemins de randonnée, en vous arrêtant ici ou là dès que l'habitat vous intéresse. Tôt en saison (jusqu'à la mi-juin), les routes d'accès peuvent ne pas être déneigées : prévoyez raquettes ou skis. Soyez à la limite des arbres aux toutes premières lueurs du jour et montez dans les alpages et les sommets rocheux avant que les randonneurs n'investissent les chemins. Réservez la visite des forêts pour le soir, et si possible, passez une nuit en refuge pour chercher les chouettes.
La Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia) et la Perdrix bartavelle sont intentionnellement exclues des descriptifs afin de préserver la tranquillité de ces espèces sensibles au dérangement, mais vous devriez pouvoir les trouver dans  les habitats favorables du plateau moyennant un effort substantiel de prospection.

Situation du Vercors (Isère/Drôme)

Situation du Vercors (Isère/Drôme).
Carte : Ornithomedia.com

Les points forts du Vercors

Le Vercors a plusieurs atouts pour les observateurs : un accès aux espèces de montagne plus facile que presque partout ailleurs dans les Alpes, une ornithologie hivernale possible avec un minimum d'équipement, et le meilleur secteur alpin pour chercher les deux petites chouettes de montagne.

Les espèces-clés du Vercors

Toute l'année : Vautour fauve (Gyps fulvus), Gypaète barbu (Gypaetus barbatus), Aigle royal (Aquila chrysaetos), Tétras lyre (Lyrurus tetrix), Lagopède alpin, Gélinotte des bois, Bécasse des bois (Scolopax rusticola), Grand-duc d'Europe (Bubo bubo), Pic noir (Dryocopus martius), Hirondelle de rochers (Ptyonoprogne rupestris), Grimpereau des bois (Certhia familiaris), Accenteur alpin (Prunella collaris), Grand Corbeau (Corvus corax), Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes), Bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra), Venturon montagnard (Carduelis citrinella), Niverolle alpine (Montifringilla nivalis), Moineau soulcie (Petronia petronia) et Bruant fou (Emberiza cia).

Durant la période de nidification : Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), Petit-duc scops (Otus scops), Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus), Martinet à ventre blanc (Tachymarptis melba), Monticole de roche (Monticola saxatilis), Merle à plastron (Turdus torquatus), Fauvettes babillarde (Sylvia curruca), passerinette (S. cantillans) et orphée (S. hortensis), Guêpier d'Europe (Merops apiaster), Pouillots de Bonelli (Phylloscopus bonelli) et siffleur (P. sibilatrix), Mésange boréale (Poecile montanus), Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) et Bruant ortolan (Emberiza hortulana).

Le nord du Vercors (site numéro 234)

Carte du Vercors

Carte du Vercors, avec les emplacements des 13 bons points d'observation cités dans les deux textes consacrés aux sites "nord du Vercors" et "sud du Vercors" dans le guide "Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho" (cliquez sur la carte pour l'agrandir).
Carte : Ornithomedia.com d'après deux cartes du guide "Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho"

Durée recommandée de la visite : un jour.
Le plateau des Ramées ou de la Ramée, à l'est de Lans-en-Vercors (Isère), est le site le plus proche de Grenoble (à 30 km, 40 minutes au sud de la ville par la D 106 via Seyssins) pour trouver toutes les espèces de montagne en une journée printanière. Garez-vous près de l'école d'alpinisme (point 1 sur notre carte) et empruntez les nombreux sentiers de montagne en direction de la Cabane des Ramées (point 2 sur notre carte), un petit refuge où vous pouvez passer la nuit, ou par les crêtes jusqu'à la Croix des Ramées (point 3 sur notre carte), avant de poursuivre vers l'est pour explorer le plateau. Les espèces communes sont typiques des forêts de montagne : Grimpereau des bois, Pic noir, Grand Corbeau et Mésange boréale.
Près de la limite des arbres, vous pouvez croiser un Tétras lyre (tôt le matin), une Bécasse des bois (matin et soir, en vol au-dessus des arbres) ou plus facilement des Cassenoix mouchetés, des groupes de Becs-croisés de sapins ou de Venturons montagnards, les trois dernières espèces étant actives toute la journée. Le Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) est abondant sur les alpages : recherchez-y aussi le rare Monticole de roche, le Merle à plastron sur les derniers arbres, la Fauvette babillarde (rare) dans les buissons et le Bruant fou sur les amas rocheux. Le Tichodrome échelette niche sur les falaises environnantes. De petites populations de Chouettes de Tengmalm et de Chevêchettes d'Europe vivent dans les forêts des environs.
Une alternative  pour voir toutes ces espèces, ainsi que la Gélinotte des bois, est la combe de Gève (point 4 sur notre carte), à l'extrémité nord du Vercors, au-dessus d'Autrans (à 10 km de Lans-en-Vercors) . Cette option est d'autant plus pertinente si vous restez une nuit dans le refuge de Gève (il faut réserver) pour tenter de voir ou d'entendre les deux petites chouettes : pour l'atteindre depuis Autrans, dépassez l'église, puis continuez sur 5 km vers le nord. Soyez dehors dès les premières lueurs du jour pour chercher la Gélinotte des bois.
Les gorges de la Bourne sont situées à 17 km d'Autrans via la D 106, en direction de Romans-sur-Isère : les forêts de feuillus de basse altitude et les falaises accueillent le Faucon pèlerin (Falco peregrinus), le Circaète Jean-le-Blanc, l'Hirondelle de rochers, le Tichodrome échelette et le Bruant fou, tous nicheurs. La Goule noir (point 5 sur notre carte) et le Cirque de Bournillon (point 6 sur notre carte) offrent de bons points de vue, mais ces espèces peuvent être vues tout le long de la D 106.

Le sud du Vercors (site numéro 235)

Paysage  de la réserve naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors

Paysage de la réserve naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors (Isère/Drôme), avec le Grand Veymont à l'arrière-plan.
Photographie : Carine Lelaure

Durée recommandée de la visite : un jour et une nuit.
Les pâtures à l'ouest de La Chapelle-en-Vercors (point 7 sur notre carte) méritent un arrêt en début de matinée ou en soirée pour chercher la Caille des blés (Coturnix coturnix), l'Alouette lulu (Lullula arborea), le Tarier des prés (Saxicola rubetra) et la Pie-grièche écorcheur. Les Pouillots de Bonelli et siffleur nichent dans les bois décidus environnants, et l'on trouve facilement les Bruants jaune (Emberiza citrinella), zizi (E. cirlus) et fou le long des haies et dans les zones rocheuses.
Le secteur du Grand Veymont, au-dessus de Saint-Aignan-en-Vercors, vous permet de couvrir un large gradient d'habitats, des forêts de conifères aux alpages d'altitude, que surplombent des crêtes rocheuses où l'on trouve toutes les espèces-clés de montagne : Tétras-lyre, Lagopède alpin, Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), Chocard à bec jaune (P. gracculus), Tichodrome échelette et Niverolle alpine, auxquels il faut ajouter les nicheurs forestiers communs : Venturon montagnard, Grimpereau des bois et Bec-croisé des sapins notamment.
Garez-vous près de la Maison forestière de la Coche (point 8 sur notre carte) (tournez à gauche 6 km au sud de Saint-Aignan sur une étroite route secondaire) et montez très tôt le matin en altitude le long des chemins de randonnée qui mènent au Pas de la Ville (point 9 sur notre carte) et au Grand Veymont (point 10 sur notre carte). Attendez-vous à une longue et relativement difficile randonnée de six heures pour arriver sur les sommets rocheux où niche le Lagopède alpin.

Lagopède alpin (Lagopus muta)

Le Lagopède alpin (Lagopus muta) est à rechercher sur le Grand Veymont, le point culminant du Vercors (Drôme).
Photographie (prise dans les Alpes) : Friedrich Böhringer

Afin d'être sur place dès l'aube, passez la nuit (réservation obligatoire) dans la cabane forestière (refuge) du Pré Grandu (point 11 sur notre carte). En revenant vers les forêts, en milieu d'après-midi, surveillez le ciel pour observer les grands planeurs comme le Vautour fauve, le Gypaète barbu et l'Aigle royal pour les plus fréquents. Attention : la route d'accès a récemment été fermée en période de nidification, en réponse à des comportements inappropriés de randonneurs, photographes et ornithologues de passage, et il est possible que cette restriction s'applique à nouveau dans le futur. Si vous visitez le secteur, soyez exemplaire et abstenez-vous de tout dérangement. Les espèces alpines sont particulièrement sensibles et nichent en très faibles densités.
À l'ouest du Grand Veymont, roulez jusqu'à Vassieux-en-Vercors et suivez la route sur 7 km pour vous garer dans la station de ski de Fond d'Urle (point 12 sur la carte). Il s'agit de l'un des rares secteurs d'intérêt ornithologique qui restent réellement accessibles toute l'année, et il vous donnera de bonnes chances d'observer dans d'excellentes conditions en plein hiver les espèces sédentaires : Accenteur alpin, Venturon montagnard et Niverolle alpine. Si vous êtes adepte du ski de fond ou des raquettes, vos randonnées dans la neige pourront aussi vous permettre, avec un peu de chance, de voir des Lagopèdes alpins en plumage hivernal. Au printemps, vous trouverez dans ce secteur une mosaïque de petits bois et de prairies fleuries où abondent Pipit spioncelle, Traquet motteux (Oenanthe oenanthe), Merle à plastron et Fauvette babillarde. Suivez les lisières pour repérer les groupes de Venturons montagnards et de Becs-croisés des sapins et tentez les deux petites chouettes à la tombée de la nuit. Les éboulis rocheux sont l'habitat du Monticole de roche (à partir de mai) et du Bruant fou. Les jours ensoleillés, des Martinets à ventre blanc, des Craves à bec rouge et des Chocards à bec jaune devraient vous survoler.

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

Le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) immature "Tussac" photographié dans le parc naturel régional du Vercors (Drôme) le 06/02/2014.
Photographie : Thomas Cugnod

Toujours plus au sud, le col de Rousset (point 13 sur notre carte) est la dernière localité en altitude avant d'entamer la lente descente vers les contreforts des Alpes sur la D 518, en direction de Die. C'est aussi l'un des rares sites où vous pouvez espérer voir quelques espèces alpines (Tétras lyre, Tichodrome échelette et Niverolle alpine) depuis une route carrossable. Le parking du col est un très bon point de vue pour observer les rapaces, notamment à la mi-journée : Vautours fauve (Gyps fulvus) et moine (Aegypius monachus), Gypaète barbu, Circaète Jean-le-Blanc, Aigle royal et Faucon pèlerin.

Le plateau des Chaux - Gigors-et-Lozeron (site numéro 236)

Dans le guide "Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho", le secteur du Vercors comprend un troisième site, le plateau de Chaux, situé à l'extrémité sud du massif, entre les villages de Gigors-et-Lozeron et de Beaufort-sur-Gervanne (Drôme). Étant donné la situation très méridionale de ce site par rapport aux deux précédents, nous ne l'avons pas présenté dans cet article : il permet toutefois de compléter un séjour dans le massif avec l'observation de plusieurs espèces thermophiles (= appréciant la chaleur) de plaine, comme le Petit-duc scops, l'Engoulevent d'Europe, les Fauvettes passerinette et orphée, le Moineau soulcie ou le Bruant ortolan. 
Pour observer ces espèces méridionales dans le sud du Vercors, nous vous conseillons le secteur d'Archiane, situé également dans le département de la Drôme (lire 
Randonnée ornithologique près d'Archiane).

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sites web utiles

Ouvrages recommandés

Source

Jean-Yves Barnagaud, Nidal Issa et Sébastien Dalloyau (2019). Le Vercors (sites 234-236, carte 328). Observer les oiseaux en France - Plus de 300 sites ornitho. Pages 245-248.

Vos commentaires sur :
"Où observer les oiseaux dans le massif du Vercors (Isère/Drôme) ?"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest