Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Observer les migrateurs au printemps au cap Corse : Macinaggio et Barcaggio

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Observer les migrateurs au printemps au cap Corse : Macinaggio et Barcaggio

Ces deux secteurs situés à l'extrémité nord de la Corse sont incontournables pour observer les oiseaux durant la migration prénuptiale.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Observer les migrateurs au printemps au cap Corse : Macinaggio et Barcaggio

Vue du marais de Macinaggio (Haute-Corse) : à l'arrière-plan, on distingue l'extrémité de la digue du port.
Photographie : Valentin Spampani

Au printemps, la Corse constitue un lieu de passage privilégié pour les oiseaux migrateurs traversant la Méditerranée pour se rendre sur leurs sites de nidification européens. La péninsule du cap Corse (Haute-Corse) agit comme un véritable "entonnoir" en raison de sa situation à l’extrême nord de l’île, de sa forme allongée et de sa topographie (une chaîne montagneuse la parcourt sur toute sa longueur). À son extrémité, des habitats variés (petites zones humides, maquis, oliveraies, dunes) se succèdent et invitent de nombreux oiseaux à faire une halte, parfois pour quelques jours voire quelques heures seulement, afin de reprendre des forces avant de poursuivre leur périple au-dessus de la mer. C’est entre le début du mois d’avril et le milieu du mois de mai que la diversité ornithologique est la plus grande. En outre, les falaises et des îlots rocheux proches accueillent plusieurs oiseaux marins nicheurs (Goélands d’Audouin et leucophée, Puffin cendré et Cormoran huppé de Méditerranée).
Dans cet article, Valentin Spampani (voir sa page Facebook), un observateur connaissant bien l'île, nous présente deux sites incontournables du cap Corse à visiter au printemps pour assister au spectacle de la migration prénuptiale : le marais de Macinaggio et les environs de Barcaggio (commune d'Ersa).

Abstract

In spring, Corsica is a privileged place for watching migrants crossing the Mediterranean Sea to join their European nesting sites. The peninsula of the Cap Corse acts as a real "funnel" because of its location in the extreme north of the island, its elongated shape and its topography (a mountain range runs along its entire length). At its end, various habitats (small wetlands, scrubs, olive groves, dunes) invite many birds to stop, sometimes for a few days or even hours, to regain strength before continuing their journey above the sea. It is between the beginning of April and the middle of May that the birder can enjoy the greatest ornithological diversity. In addition, cliffs and rocky islands host several breeding seabirds (Audouin and Herring Gulls, Scopoli's and Yelkouan Shearwaters).
In this article, Valentin Spampani presents us two key sites of the Corsica cape to visit in the spring to watch the spring migration: the marsh of Macinaggio and the surroundings of Barcaggio (in the municipality of Ersa).

Le marais de Macinaggio

Situations de Barcaggio et de Macinaggio (Haute-Corse)

Situations de Barcaggio et de Macinaggio (Haute-Corse).
Carte : Ornithomedia.com

Présentation

Le petit village de Macinaggio est situé au fond d’une petite baie au nord-est du cap Corse et il est bordé d'une belle plage, derrière laquelle s'étendent des prairies humides, des jonchaies et des roselières. Ce site est très apprécié de nombreuses espèces migratrices (Ardéidés, limicoles, Rallidés, passereaux) au printemps.

Accès

Depuis la sortie nord de Bastia, il faut suivre les panneaux indiquant la direction du cap Corse et emprunter la D80 sur environ 35 km jusqu’au village de Macinaggio. Traverser le village, puis tourner à gauche au carrefour. Au bout de 150 mètres, tourner à droite en direction en la plage de Tamarone. Le meilleur point d’observation se trouve juste après le camping (observer depuis la piste, une longue-vue est recommandée). Il est également possible d’observer depuis la plage.

Hébergement et restauration

Le camping "U Stazzu", situé à Macinaggio, est idéalement placé à proximité de la zone d'observation. De petits hôtels et des locations saisonnières sont aussi disponibles. Le restaurant "U Scalu", situé sur le port, est parfait pour le déjeuner ou le dîner.

Les oiseaux migrateurs

Carte de Macinaggio (Haute-Corse)

Carte de Macinaggio (Haute-Corse) : en rouge, le circuit à suivre.
Carte : Ornithomedia.com

Si l'intérêt ornithologique du marais de Macinaggio est limité en automne et en hiver, il est très attractif au printemps (lire Où observer les oiseaux migrateurs en Corse au printemps ?). Il est notamment connu comme étant l’un des meilleurs sites français pour observer le Pipit à gorge rousse (Anthus cervinus) : ce passereau, qui niche dans la toundra arctique, est régulier entre la fin du mois d’avril et le début du mois de mai et doit être recherché dans les prairies humides. Il est en principe facile à voir depuis la piste qui borde le marais, et une bonne connaissance de son cri fin et perçant ("psiiih !") est un atout pour le repérer.  Il aime suivre les chevaux qui paissent sur le site. Des Bergeronnettes printanières (Motacilla flava) se nourrissent aussi dans les prairies et on aura parfois la chance de découvrir une Bergeronnette des Balkans (M. f. feldegg) ou nordique (M. f. thunbergi) (assez fréquente : trois oiseaux ont par exemple été vus le 21/04/2018) parmi les oiseaux des sous-espèces M. f. flava et M. f. cinereocapilla plus communes (lire Identifier les mâles des différentes sous-espèces de la Bergeronnette printanière).
Plusieurs espèces de passereaux paludicoles font une halte dans les roselières et les jonchaies du marais : Rousserolles effarvatte (Acrocephalus scirpaceus) et turdoïde (A. arundinaceus), Phragmite des joncs (A. schoenobaenus) et Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) (surtout en mars).
Le Tarier des près (Saxicola rubetra) et le Traquet motteux (Oenanthe oenanthe) sont nombreux en avril dans les champs et les prés.

Marais de Macinaggio

Roselière dans le marais de Macinaggio (Haute-Corse) au printemps 2018.
Photographie : Valentin Spampani

Dans le marais, les Marouettes ponctuée (Porzana porzana) et poussin (M. parva), très discrètes, se montrent parfois en bordure de roselière entre mars et mai. La Marouette de Baillon (P. pusilla) a déjà été vue (par exemple un oiseau le 2 mai 1997).
La Guifette leucoptère (Chlidonias leucopterus) est possible en mai (mais elle est rare).
Plusieurs espèces de hérons peuvent être vues au printemps : Crabier chevelu (Ardeola ralloides), Hérons pourpré (Ardea purpurea) et cendré (A. cinerea), Aigrette garzette (Egretta garzetta) et Blongios nain (Ixobrychus minutus).
Les limicoles, dont les effectifs et la diversité varient en fonction du niveau de l'eau, font une halte en avril et en mai. Les chevaliers sont les mieux représentés : aboyeur (Tringa nebularia), culblanc (T. ochropus), arlequin (T. erythropus), gambette (T. totanus) et guignette (Actitis hypoleucos). Le Chevalier stagnatile (T. stagnatilis) a déjà été trouvé.
Parmi les autres échassiers plus ou moins réguliers, citons l'Échasse blanche (Himantopus himantopus), le Petit Gravelot (Charadrius dubius), le Grand Gravelot (Charadrius hiaticula), les Bécasseaux minute (Calidris minuta) et de Temminck (C. temminckii) (lire Identifier le Bécasseau de Temminck) et la Bécassine des marais (Gallinago gallinago). La Bécassine double (Gallinago media) a été notée à plusieurs reprises (lire Identifier et observer la Bécassine double en Catalogne au printemps).
Les dunes de Prunete (lire Les dunes de Prunete, un remarquable site de suivi de la migration prénuptiale) et le site de Barcaggio sont plus intéressants pour observer la migration des rapaces, mais l'on peut tout de même observer des Busards des roseaux (Circus aeruginosus) (parfois plus d'une dizaine par jour en avril), cendré (C. pygargus) et Saint-Martin (C. cyaenus). Le Busard pâle (C. macrourus) est rare mais possible : par exemple, un immature a été vu le 22/04/2018.
Les Faucons pèlerin (Falco peregrinus), émerillon (F. columbarius) et kobez (F. vespertinus) passent aussi au printemps. En particulier, le Faucon kobez est régulier à partir de la fin du mois d'avril, en général en petits groupes, et ils profitent alors de l’abondance de proies qu’offre le site. Le Faucon crécerellette (F. naumanni) est régulier, même s'il est un peu plus rare que l'espèce précédente, et il migre plutôt en avril. Le Faucon d'Eléonore (Falco eleonorae) est possible au début de l'été, comme ailleurs en Corse (lire L'étang del Sale, l'un des meilleurs sites pour voir le Faucon d'Eléonore en France).
De belles surprises sont toujours possibles dans le marais de Macinaggio, comme en témoigne l’observation d’un Ibis chauve (Geronticus eremita) le 24/03/2018 !

Marouette ponctuée (Porzana porzana)

Marouette ponctuée (Porzana porzana) à Macinaggio (Haute-Corse) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Valentin Spampani
Bergeronnette des Balkans (Motacilla flava feldegg) mâle

Bergeronnette des Balkans (Motacilla flava feldegg) mâle à Macinaggio (Haute-Corse) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Valentin Spampani
Busard pâle (Circus macrourus) immature

Busard pâle (Circus macrourus) immature à  Macinaggio (Haute-Corse) au printemps 2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Valentin Spampani
Ibis chauve (Geronticus eremita)

Ibis chauve (Geronticus eremita) à Macinaggio (Haute-Corse) le 24/03/2018 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Valentin Spampani


Les oiseaux nicheurs

La Foulque macroule (Fulica atra) et le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis) sont nicheurs dans le marais, si le niveau de l'eau le permet. La Fauvette de Moltoni (Sylvia subalpina), commune et dont le trille fait penser au Troglodyte mignon (lire Distinguer les mâles des Fauvettes passerinette, de Moltoni et des Balkans au printemps), ainsi que la Fauvette mélancéphale (S. melanocephala), nichent dans les arbustes proches du marais, tandis que les Fauvettes pitchou (S. undata) et  sarde (S. sarda) sont plutôt à rechercher le long de la côte rocheuse : le sentier douanier, qui permet de rejoindre Barcaggio, est favorable.
Le Goéland d'Audouin (Ichthyaetus audouinii) est visible toute l'année, mais il est plus rare qu'autrefois depuis que la colonie des îles Finochiarola, un archipel proche du site, a disparu. Il est plus facile à voir à Barcaggio, proche de la colonie de l'îlot de Capense. Cette espèce est en déclin en Corse, à cause principalement de la concurrence du Goéland leucophée (Larus michahellis), alors qu'elle se porte plutôt bien en Espagne (lire La plus grande colonie mondiale de Goélands d'Audouin est installée dans le port de Castellón). Il faut aussi scruter la mer pour observer le Cormoran huppé de Méditerranée ou de Desmarest (Phalacrocorax aristotelis desmarestii), les Puffins cendré (Calonectris diomedea) (lire Distinguer les Puffins cendré ou de Scopoli et boréal) et yelkouan (Puffinus yelkouan) (lire Identifier les Puffins des Anglais, yelkouan et des Baléares).

Les autres animaux

Même si Barcaggio est plus intéressant que Macinaggio pour voir des reptiles, le Lézard sicilien (Podarcis sicula), dont le mâle arbore une belle teinte verte, est facile à observer dans la maigre végétation dunaire. En mer, de Grands Dauphins (Tursiops truncatus), sédentaires dans les eaux corses, peuvent être aperçus.

Le site de Barcaggio

Carte de Barcaggio (Haute-Corse)

Carte de Barcaggio (Haute-Corse) : en rouge, le circuit à suivre. point rouge : emplacement de l'aire de stationnement de Foce.
Carte : Ornithomedia.com

Présentation

Barcaggio est situé à l'extrémité du cap Corse, et on y trouve une mosaïque d'habitats : le minuscule delta de l'Acqua Tignese (face à l’île de Giraglia), la petite lagune temporaire d'A Cala, des dunes couvertes de genévriers, un maquis bas et des oliviers. L'intérêt de ce site pour les oiseaux migrateurs est reconnu depuis de nombreuses années, et il a fait l’objet d’un suivi de la migration entre 1979 et 2004, et un camp de baguage coordonné par l'Association des Amis du Parc Naturel Régional de Corse y a été organisé pendant plusieurs années de la mi-avril à la mi-mai. Des filets étaient disposés dans la saulaie, le maquis, les oliviers, le long du fleuve et sur la lagune. L'association a remis en état un ancien pressoir à huile pour en faire une "maison des oiseaux " et accueillir les bagueurs. En 1991, le camp de Barcaggio a été intégré dans le programme de recherche italien "Piccole Isole" lancé en 1988 par l’Istituto Nazionale per la Fauna Selvatica de Bologne.
Au total, près de 50 000 oiseaux ont été bagués. Le suivi a permis de recenser 236 espèces.

Accès

Depuis Macinaggio, il faut suivre la D80 sur 10 km jusqu’au hameau de Botticella. Tourner à droite et suivre la direction de Barcaggio le long de la D153. Se garer sur l'aire de stationnement de Foce, près de l'embouchure de l'Acqua Tignese. Une passerelle permet de traverser le cours d'eau. Suivre ensuite le chemin qui mène à la lagune d'A Cala, puis au cap Corse et à la tour d'Agnello.

Hébergement

Vue de la lagune A Cala à Barcaggio (Haute-Corse)

Vue de la lagune A Cala à Barcaggio (Haute-Corse) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Valentin Spampani

Il est plus facile de séjourner à Macinaggio.

Les oiseaux migrateurs

Comme Macinaggio, Barcaggio est surtout intéressant en avril-mai. Le long de l’Acqua Tignese, on recherchera des limicoles : Bécasseaux minute, de Temminck, cocorli (Calidris ferruginea) et variable (C. alpina), Chevaliers sylvain et guignette, Combattant varié (Philomachus pugnax)...
La petite lagune temporaire située derrière la paillote A Cala est un site privilégié pour l’observation des oiseaux aquatiques. Les Marouettes ponctuée et poussin sont régulières mais discrètes, et la Marouette de Baillon, bien que plus rare, a déjà été observée et capturée. Le Râle d'eau (Rallus aquaticus) peut aussi faire une halte dans la lagune. Plusieurs espèces d'Ardéidés (hérons et aigrettes) sont aussi visibles au printemps.
La variété des passereaux visibles durant le passage prénuptial est remarquable : ils recherchent des insectes dans la saulaie bordant l'Acqua Tignese et dans les arbustes du maquis. Les Fauvettes grisette (Sylvia communis), des jardins (S. borin) et à tête noire (S. atricapilla) et les Pouillots siffleur (Phylloscopus sibilatrix), véloce (P. collybita) et fitis (P. trochilus), le Gobemouche noir (Ficedula hypoleuca) et le Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) passent en nombre en avril-mai. Le Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos) fait souvent une halte dans les saules. La Tourterelle des bois (Streptopelia turtur), le Pipit rousseline (Anthus campestris), la Huppe fasciée (Upupa epops) ou les Bruants ortolan (Emberiza hortulana) et zizi (E. cirlus) sont réguliers.

Gobemouche à collier (Ficedula albicollis) mâle

Gobemouche à collier (Ficedula albicollis) mâle sur le cap Corse (Haute-Corse) au printemps 2018.
Photographie : Valentin Spampani

Du fait de la situation géographique orientale de la Corse, des espèces migrant à l'est de la France continentale y sont régulièrement notées, comme le Gobemouche à collier (Ficedula albicollis) (surtout à la mi-avril : 14 au printemps 2004) et l’Hypolaïs ictérine (Hippolais icterina) (par exemple, 21 ont été notées au printemps 2004).
Les Hirondelles rustiques (Hirundo rustica), de fenêtre (Delichon urbicum) et de rivage (Ripara riparia) passent en grand nombre, parmi lesquelles il faudra repérer les Hirondelles rousselines (Cecropis daurica) (lire La population française d'Hirondelles rousselines est-elle nettement sous-estimée ?). Ces oiseaux dorment régulièrement dans la saulaie. Les Martinets noir (Apus apus) et à ventre blanc (Tachymarptis melba) survolent aussi le site.
Des passereaux rares ont déjà été vus : par exemple, une possible Bergeronnette grise (Motacilla alba) de la sous-espèce marocaine subpersonata a été capturée le 15/05/1997 près de la mare d'A Cala, et un mâle de Bruant mélanocéphale (Emberiza melanocephala) a été vu le même jour dans le champ à vaches derrière la plage.
Les nombreux insectes peuplant le maquis font le régal du Guêpier d'Europe (Merops apiaster), du Rollier d'Europe (Coracias garrulus) et des Pie-grièches écorcheur (Lanus collurio) et à tête rousse (L. senator) de passage. Il faut chercher la sous-espèce locale badius (lire Identifier la sous-espèce badius de la Pie-grièche à tête rousse). Le chant des Cailles des blés (Coturnix cotunix) migratrices s'élève des buissons denses en avril-mai.
Barcaggio constitue un bon site pour observer les rapaces, notamment tous les busards "européens", y compris le Busard pâle (de la fin mars à avril), l'Épervier d'Europe (Accipiter nisus), la Bondrée apivore (Pernis apivorus) (mi-mai), le Milan noir (Milvus migrans) et les Faucons hobereau (Falco subbuteo) et kobez. À partir de la fin du printemps et en été, Barcaggio accueille parfois le Faucon d’Eléonore : par exemple, deux individus ont été observés aux environs du village voisin de Tollare le 12/07/2017.
Des Cigognes blanche (Ciconia ciconia) et noire (C. nigra) sont vues chaque printemps.
En mer,  les Puffins yelkouan et cendré et le Fou de Bassan (Morus bassanus) sont réguliers en migration.

Les oiseaux nicheurs

Les Fauvettes pitchou, sarde, mélanocéphale et de Moltoni chantent et nichent dans le maquis, tout comme les Bruants zizi et proyer (Emberiza calandra). Les Venturons corses (Carduelis corsicana) se repèrent à leurs cris lorsqu’ils se déplacent en petits groupes à la recherche de nourriture. Ce passereau endémique de l'île peut être vu toute l'année, mais surtout au printemps, et il n'est pas rare (la connaissance de son cri typique, une sorte de petit grelot aigu et tremblé, est utile).
Le Puffin cendré (ou de Scopoli), nicheur sur l’île toute proche de la Giraglia, est facile à voir en mer. Le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), le Goéland d’Audouin et le Cormoran huppé de Méditerranée sont parfois vus en mer, profitant des eaux poissonneuses du cap Corse. La côte rocheuse du cap Corse et de la pointe voisine d’Agnello accueille le Monticole bleu (Monticola solitarius), les Faucons pèlerin et crécerelle (Falco tinnunculus) et le Grand Corbeau (Corvus corax).
Les chants du Petit-duc scops (Otus scops) et de l’Engoulevent d’Europe (Caprimulgus europaeus) animent les soirées de mai. Le Milan royal (Milvus milvus) niche dans l'arrière-pays.

Les autres animaux

Les séances de baguage organisées à Barcaggio ont permis de révéler la richesse du site en chauves-souris : Pipistrelles commune (Pipistrellus pipistrellus) et de Kuhl (P. kuhlii), Vespère de Savi (Hypsugo savii), Oreillard gris (Plecotus austriacus) et Molosse de Cestoni (Tadarida teniotis).
Le long du ruisseau, sur les rives de la lagune ou à l'arrière des dunes, les amateurs de reptiles et d'amphibiens pourront chercher la Cistude d'Europe (Emys orbicularis), la Tortue d'Hermann (Chersine hermanni), le Discoglosse sarde (Discoglossus sardus), la Rainette sarde (Hyla sarda), le Crapaud vert (Bufotes viridis) et les Lézards tyrrhénien (Podarcis tiliguerta) et sicilien.
En mer, les Grands Dauphins sont assez faciles à voir. Le Rorqual commun (Balaenoptera physalus), qui hiverne au large de l'Afrique du Nord, remonte au printemps dans le golfe Ligure pour chercher de la nourriture, et il peut être vu en mai.

Auteur

Valentin Spampani - Page Facebook : www.facebook.com/valentin.spampani

À lire aussi sur Ornithomedia.com

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Observer les migrateurs au printemps au cap Corse : Macinaggio et Barcaggio"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest