Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Observer les oiseaux sur l'île de Sein (Finistère)

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Observer les oiseaux sur l'île de Sein (Finistère)

Moins connue qu'Ouessant, l'île de Sein est pourtant aussi très intéressante pour observer les oiseaux migrateurs en automne : nous avons complété notre article avec quelques-unes des raretés vues depuis le début de l'automne 2017.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Observer les oiseaux sur l'île de Sein (Finistère)

Grive à joues grises (Catharus minimus) (une espèce nord-américaine), Ar Kestell, île de Sein (Finistère), le 20/10/2017.  
Photographie : Julien Birard

En automne, entre septembre à novembre, l'île bretonne la plus réputée pour l'observation des oiseaux rares est Ouessant, mais d'autres sont aussi très intéressantes durant la migration post-nuptiale, comme Hoëdic dans le Morbihan et Sein dans le Finistère, chère au Général de Gaulle...
L'île de Sein est toute petite (moins de 60 hectares) et avec son altitude maximale de 6 mètres et ses formes déchiquetées, elle semble fragile et prête à être submergée lors des tempêtes : pourtant, c'est une halte salutaire pour les oiseaux migrateurs, et des raretés venues d'Amérique et de Sibérie, voire du bassin méditerranéen, y sont découvertes chaque automne grâce à l'intérêt croissant des observateurs. Depuis le début de l'automne 2017, plusieurs espèces rares ont ainsi été observées comme le Bécasseau de Bonaparte, la Bécassine de Wilson, la Bartramie des champs, le Faucon gerfaut, la Grive à joues grises, la Macreuse à front blanc, le Pouillot brun et plusieurs Bruants nains, Gobemouches nains et Pouillots à grands sourcils !
Grâce à Marc Fasol, nous vous donnons des informations pratiques pour visiter l'île de Sein et y observer les oiseaux en automne. Nous remercions aussi Julien Birard et Pierre Rigalleau pour leurs photos.

 

Abstract

The île d'Ouessant, in Brittany, Western France, is certainly the most famous French island for watching vagrants form North America and Siberia during the fall migration. But there are other interesting islands in western France for birdwatching during the migrations, such as the île de Sein. For example, from the beginning of September to the 27th of October 2017, a Western Orphean Warbler, a Wilson's Snipe, and Upland Sandpiper, a Grey-cheeked Thrush, a Surf Scoter, a Gyrfalcon, a Lanceolated Warbler, a White-rumped Sandpiper, a Semipalmated Sandpiper, a Dusky Warbler, and several Buff-breasted Sandpipers, Little Buntings, Red-breasted Flycatchers and Yellow-browed Warblers have been recorded !
Thanks to Marc Fasol, we give you some pratical tips to visit and birdwatch in the île de Sein. We also thank Julien Birard et Pierre Rigalleau for their photos.

Présentation de l'île de Sein

Situation de l'île de Sein (Finistère)

Situation de l'île de Sein (Finistère).
Carte : Ornithomedia.com

L'île de Sein est située au large de la Pointe du Raz, non loin de la fameuse baie d'Audierne (lire Observer les oiseaux dans la baie d'Audierne), dans le Finistère (Bretagne). C'est une petite île aux formes déchiquetées de 58 hectares, d'une longueur de 1,8 km et d'une largeur allant de 50 à 500 mètres. Son point  culminant ne s'élève qu'à 6 mètres.
Cette île est ainsi beaucoup plus petite qu'Ouessant, plus célèbre d'un point de vue ornithologique (lire Benoît Hémidy et son livre "L’île d’Ouessant et ses oiseaux migrateurs"), mais elle devient peu à peu un autre site ornithologique breton incontournable en automne.
L’île est minuscule, mais les milieux naturels fort diversifié : bourg, jardins, plages, landes, massifs au pied du phare, rade, friches, terrain de foot (pour les pluviers), rochers avec vasières à marée basse…
La période d'observation la plus favorable est l'automne, entre la fin août et la mi-novembre principalement : poussés par les vents et attirés par les phares, des migrateurs parfois très rares s'arrêtent volontairement ou involontairement sur l'île pour reprendre des forces (lire Comment arrivent les oiseaux rares ?). Leur temps de séjour varie en fonction de la quantité d'insectes qu'ils trouvent à ce moment-là, mais aussi des conditions météorologiques.
Certaines journées, les arrivées des migrateurs "classiques" peuvent être importantes et variées : sur la liste de diffusion Coches-fr, on apprend par exemple que les 25 et 26/10/2017 ont été marqués par un passage important de Pinsons du Nord (Montifringilla fringilla) (plus de 1 000 le 25 et plusieurs centaines le 26/10) et de Pinsons des arbres (Fringilla coelebs), de Bruants des roseaux (Emberiza schoeniclus) (plusieurs dizaines) et de Roitelets triple-bandeau (Regulus ignicapilla). Durant ces deux jours, des Grives mauvis (Turdus iliacus), des Tarins des aulnes (Spinus spinus), un Sizerin flammé (Acanthis flammea), les premières Mésanges noires (Periparus ater), quelques Gros-becs cassenoyaux (Coccothraustes coccothraustes), des Fauvettes à tête noire (Sylvia atricapilla), quelques Troglodytes mignons (Troglodytes troglodytes) et un Hibou des marais (Asio flammeus) ont aussi été notés.
Plusieurs oiseaux très rares ont déjà été notés sur l'île de Sein, comme la Bartramie des champs (Bartramia longicauda), la Bécassine de Wilson (Gallinago delicata), le Faucon gerfaut (Falco rusticolus), les Grives à gorge noire (Turdus atrogularis) et à joues grises (Catharus minimus), la Rousserolle des buissons (Acrocephalus dumetorum) (lire Identifier la Rousserolle des buissons en main : un cas aux Pays-Bas), les Paruline rayée (Dendroica striata), à collier (Setophaga americana) et à flancs marrons (Setophaga pensylvanica) ou encore le Martinet ramoneur (Chaetura pelagica) (source : Comité d'Homologation National).

Informations pratiques

Carte de l'île de Sein et emplacements de plusieurs bons sites pour observer les oiseaux 

Carte de l'île de Sein et emplacements de plusieurs bons sites pour observer les oiseaux (cliquez sur la carte pour l'agrandir).
Carte : Ornithomedia.com

Transports maritimes

La compagnie maritime "Pen Ar Bed" propose toute l'année une liaison quotidienne depuis la baie d'Audierne et trois fois par jour en été. Site web : www.penn-ar-bed.fr

Hôtel

"Ar-Men" - Site web : http://hotel-armen.net

Location chez l'habitant

Pour obtenir des informations sur les possibilités de logement chez l'habitant, on peut consulter le site web de la mairie de Sein : www.mairie-iledesein.com.
Dans tous les cas (hébergement, transport maritime et restauration), il est conseillé de réserver à l'avance.

Restaurants

  • "Ar Men" : 02 98 70 97 77
  • "Chez Annick" : 02 98 70 90 79 -  Fax : 02 98 70 90 85
  • "Chez Brigitte" : 02 98 70 91 83 - Fax : 02 98 70 92 75
  • "Men Brial" : 02 98 70 90 87, - Fax : 02 98 70 91 40
  • "Crabe qui rit" : 02 98 70 92 42 - Fax 02 98 70 92 24
  • "Case de Tom" : 02 98 70 93 38.

Des informations pratiques sur les restaurants de l'île sont disponibles sur www.ilesein.com/se-restaurer.

Commerces

  • Épicerie "Votre marché" : 02 98 70 91 75 (il n'y a pas de boulangerie sur l'île, il faut commander le pain)
  • Presse, Souvenirs "Tom Pouce" : 02 98 70 93 12
  • Bar-Tabac : 02 98 70 93 05
  • Crédit Maritime : 02 98 70 92 61 (il n'y a pas de distributeur bancaire sur l'île de Sein).

Informations pratiques sur www.mairie-iledesein.com.

Phare de Men Brial, île de Sein

Phare de Men Brial sur l'île de Sein (Finistère) : son intérêt est assez limité pour les migrateurs car il est petit.
Photographie : Marc Fasol
Vue du secteur du phare de Goulénez

Vue du secteur du phare de Goulenez sur l'île de Sein (Finistère) : il est plus intéressant que le phare de Men Brial en automne.
Photographie : Marc Fasol
Vue du bourg de Sein

Vue du bourg de Sein (Finistère).
Photographie : Marc Fasol
Les jardins abrités du bourg de Sein

Les jardins abrités du bourg de Sein peuvent aussi accueillir des migrateurs intéressants.
Photographie : Marc Fasol
Les murets et buissons près de la viellle chapelle à l'ouest de l'île

Les murets et buissons proches de la vieille chapelle à l'ouest de l'île peuvent aussi attirer les migrateurs : il faut se poster et attendre.
Photographie : Marc Fasol
Vue de la côte, Sein, novembre 2005

Vue d'une partie de la côte de l'île de Sein (Finistère) en novembre 2005.
Photographie : Marc Fasol


Observer les oiseaux en automne

Phalarope à bec large (Phalaropus fulicarius)

Phalarope à bec large (Phalaropus fulicarius), île de Sein (Finistère), novembre 2005.
Photographie : Marc Fasol

Si à première vue l’île est minuscule, Marc Fasol nous signale que les six jours qu'il y a passés à la fin du mois d'octobre 2005 ont  été à peine suffisants pour bien la découvrir. Si la diversité en espèces d'oiseaux est moindre que sur Ouessant, l’île a son charme propre, il n'y a pas de voiture  et elle mérite vraiment d'être découverte.
Jacques Petit, l'un de nos lecteurs, nous rappelle d'autre part qu'il faut être discret et respectueux pour ne pas déranger les habitants : il ne faut bien sûr pas pénétrer dans les jardins sans autorisation, et il faut éviter de pointer les jumelles vers les maisons. 
La période de migration post-nuptiale, de la mi-août à la première moitié de novembre, est de loin la période la plus intéressante pour se rendre sur Sein. Quelques oiseaux peuvent toutefois être vus toute l'année comme le  Cisticole des joncs (Cisticola juncidis) : elle peut être cherchée par exemple dans les friches proches du bourg de Sein.
Dès l'arrivée du bateau à l'embarcadère du quai des Paimpolais dans le bourg de Sein, il faut ouvrir l'oeil : après une tempête, à partir de la fin octobre, il est en effet possible de tomber sur un éventuel Phalarope à bec large (Phalaropus fulicarius) venu se réfugier à l'abri des puissantes déferlantes.
Le long des côtes, parmi les rochers ou sur les plages encombrées de laisses de mer, plusieurs limicoles réguliers sont visibles, comme les Bécasseaux sanderling (Calidris alba), variable (C. alpina) et violet (C. maritima), le Tournepierre à collier (Arenaria interpres) et le Grand Gravelot (Charadrius hiaticula).
Le grand phare de Goulenez, à l'ouest de l'île, est particulièrement intéressant : lors de son séjour en novembre 2005, Marc Fasol y a trouvé presque chaque matin des oiseaux intéressants dans les buissons, comme un Gobemouche nain (Ficedula parva) trouvé le 2/11. Des passereaux migrateurs réguliers (linottes, pinsons...) sont aussi visibles.
Le phare de Men Brial est plus petit et son intérêt ornithologique est moindre, même si un Martinet ramoneur (Chaetura pelagica) y a été découvert à la fin du mois d'octobre 2005...

Martinet ramoneur (Chaetura pelagica)

Martinet ramoneur (Chaetura pelagica), île de Sein (Finistère) le 01/11/2005.
Photographie : Yves Trévoux

Tous les secteurs avec des buissons permettant aux oiseaux de s'abriter un peu des vents réguliers, comme dans les jardins du bourg de Sein, à An Niou, au Lenn ou autour de la vieille chapelle (ouest de l'île), doivent être prospecter et peuvent accueillir des espèces remarquables, comme des pouillots sibériens ou un éventuel Gobemouche nain.
Les secteurs découverts (landes, dunes, plages, vasières), comme la plage du Sphinx, doivent aussi être visités, notamment en septembre, pour observer et inspecter les traquets, les alouettes, les pipits... Les secteurs de La Croix, d'Ar Kestell et de Beg ar C'Hale sont aussi à visiter (voir plus bas la liste des espèces rares observées en otobre 2017).
Le terrain de foot peut être attractif pour les pluviers rares et un Bécasseau rousset (Tryngites subruficollis) y a été observé en septembre 2005.
Les pointes (phare de Goulenez notamment) peuvent être très intéressants entre la mi-août et la fin-octobre pour observer les oiseaux marins comme les Puffins des Anglais (Puffinus puffinus), Baléares (P. mauretanicus) (lire Identifier les Puffins des Anglais, yelkouan et des Baléares), fuligineux (P. griseus) et majeur (P. gravis) (lire Le Puffin majeur : peu connu et pourtant abondant en août dans l'Atlantique Nord), le Fou de Bassan (Morus bassana), la Mouette de Sabine (Xemus sabinii) et les océanites. En novembre, après une tempête, le Phalarope à bec large (Phalaropus fulicarius) (lire Différencier les Phalaropes à bec large et à bec étroit en automne et en hiver) ou plus rarement le Mergule nain (Alle alle), sont possibles.
En octobre et surtout en novembre, des Bruants des neiges (Plectrophenaux nivalis) peuvent être vus le long des digues et sur les plages.

Martinet ramoneur (Chaetura pelagica)

Martinet ramoneur (Chaetura pelagica), île de Sein (Finistère), le 01/11/2005.
Photographie : Yves Trévoux
Gobemouche nain (Ficedula parva)

Gobemouche nain (Ficedula parva), phare de Goulenez, île de Sein (Finistère), le 02/11/2005.
Photographie : Marc Fasol
Gobemouche nain (Ficedula parva)

Gobemouche nain (Ficedula parva), phare de Goulenez, île de Sein (Finistère), le 02/11/2005.
Photographie : Marc Fasol
Bruant des neiges (Plectrophenax nivalis)

Bruant des neiges (Plectrophenax nivalis), île de Sein (Finistère), novembre 2005.
Photographie : Marc Fasol
Bruant des neiges (Plectrophenax nivalis)

Bruant des neiges (Plectrophenax nivalis), île de Sein (Finistère), novembre 2005.
Photographie : Marc Fasol
Phalarope à bec large (Phalaropus fulicarius)

Phalarope à bec large (Phalaropus fulicarius), île de Sein (Finistère), novembre 2005.
Photographie : Marc Fasol


Les raretés

Bartramie des champs (Bartramia longicauda)

Bartramie des champs (Bartramia longicauda), île de Sein (Finistère), le 24/10/2017.
Photographie : Pierre Rigalleau

Comme sur l'île d'Ouessant, septembre est plutôt le mois des raretés américaines, et notamment des limicoles comme les Bécasseaux semipalmé (Calidris pusilla), tacheté (Calidris melanotos) et rousset (Tryngites subruficollis) : en 2017 par exemple, un Bécasseau semipalmé (Calidris pusilla) a été trouvé sur la plage du Sphinx le 23/09 et un Bécasseau rousset à Biladog le 15/09.
Les mois d'
octobre et de novembre sont plutôt favorables à l'observation d'oiseaux occasionnels venus de Sibérie ou d'Asie, voire du bassin méditerranéen, mais tout dépend des conditions météorologiques, et notamment des vents dominants. 
Octobre est le certainement mois le plus attractif, avec une grande variété de pouillots sibériens à chercher : Pouillots à grands sourcils (Phylloscopus inornatus), brun (P. fuscatus), boréal (P. borealis) et de Pallas (P. proregulus) ont déjà été vus au moins une fois chacun, et même plusieurs fois pour les deux premiers (lire notre article Identifier les pouillots sibériens).
C'est aussi un mois favorable pour observer le Pipit de Richard (Anthus richardi) et le Gobemouche nain (Ficedula parva), annuels tous les deux. Des espèces plus rares ont déjà été vues en octobre, comme le Pipit de Godlewski (A. godlewskii), les Rousserolles des buissons (Acrocephalus dumetorum) et isabelle (Acrocephalus agricola), la Grive à gorge noire (Turdus ruficollis atrogularis), le Tarier de Sibérie (Saxicola maurus), l'Étourneau roselin (Pastor roseus), la Paruline rayée (Setophaga striata) ou les Bruants rustiques (Emberiza rustica), nain (E. pusilla) et auréole (E. aureola). Un Martinet ramoneur (Chaetura pelagica), une espèce nord-américaine, a stationné autour de l'embarcadère du phare de Men Brial du 29/10 au 01/11/2005 : il s'agissait d'une première française (les jours suivants, des dizaines d'autres Martinets ramoneurs ont été signalés ailleurs en Europe, notamment en Irlande et dans les Açores).
Durant le mois d'octobre 2017, la liste des oiseaux rares signalés a été impressionnante, avec entre autres un Pouillot de Pallas (Phylloscopus proregulus) près de l'hôtel Ar Men le 30/10, un Gobemouche nain (et un Pouillot à grands sourcils) au Niou le 28/10, un Pouillot brun (Phylloscopus fuscatus) sur la plage du Sphinx le 27/10, un Bécasseau tacheté et un Ibis falcinelle (Plegadis falcinellus) le 26/10, une Fauvette orphée (Sylvia hortensis) également le long de la plage du Sphinx le 26/10, une Bécassine de Wilson (Gallinago delicata) à Beg al Lann les 26 et 27/10, un Bruant nain (Emberiza pusilla) près de l'église le 25/10 (lire Distinguer les Bruants nain et des roseaux), une Bartramie des champs (Bartramia longicauda) trouvée sur un muret du cimetière le 24/10 (elle s'est ensuite posée dans des jardins proches, puis au Nifran et à Ar Kestell) le 24/10, une Grive à joues grises (Catharus minimus) à La Croix et à Ar Kestell les 20, 21 et 22/10, une Macreuse à front blanc (Melanitta perspicillatta) à Beg ar C'Hale le 20/10 (lire Identifier les macreuses dans des conditions difficiles), un Faucon gerfaut (Falco rusticolus) à Ar Kestell le 15/10, une Locustelle lancéolée (Locustella lanceolata) le 09/10, un Bécasseau de Bonaparte (Calidris fuscicollis) dans la baie du Gueveur le 08/10 et un Bécasseau rousset (Calidris subruficollis) sur la plage du Sphinx le 01/10 (sources : Faune-bretagne.org, Coches-fr) !

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la rubrique Observations d'Ornithomedia.com

Une synthèse des observations remarquables réalisées dans le Finistère

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Vos commentaires sur :
"Observer les oiseaux sur l'île de Sein (Finistère)"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest