Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Les dunes de Prunete (Corse), un remarquable site de suivi de la migration prénuptiale

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Les dunes de Prunete (Corse), un remarquable site de suivi de la migration prénuptiale

Depuis ce site, il est possible certains jours d'avril d'observer plusieurs Busards pâles et Faucons kobez en migration.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Les dunes de Prunete (Corse), un remarquable site de suivi de la migration prénuptiale

Vue des dunes de Prunete (Haute-Corse).
Photographie : Guillaume Peplinski

Malgré les pressions touristiques et immobilières et les incendies, les paysages corses ont été relativement épargnés jusqu'à présent, et de nombreux visiteurs se rendent chaque année sur l'île de Beauté pour découvrir sa flore et sa faune endémiques, dont la "vedette" est bien sûr la Sittelle corse.
Du fait de sa proximité géographique avec l'Italie et dans une moindre mesure avec l'Afrique du Nord, la Corse est également intéressante pour observer des oiseaux migrateurs peu communs à l'ouest de l'Europe, comme le Faucon kobez, le Busard pâle, la Bécassine double ou le Pipit à gorge rousse. Le suivi du passage prénuptial en Corse est toutefois ponctuel et irrégulier en dehors du camp de baguage de Barcaggio, situé à l'extrémité nord de l'île. Suite à des discussions avec Gille Faggio, Guillaume Peplinski a identifié un autre secteur potentiellement intéressant, les dunes de Prunete, situées à l'est de Cervione (Haute-Corse). Pour vérifier l'intensité du flux des migrateurs (en particulier des guêpiers et des hirondelles), les trajectoires suivies et les pics de passage, un suivi a été organisé, et les observateurs n'ont pas été déçus : ce site méconnu semble être l'un des meilleurs de France pour assister au passage printanier du Busard des roseaux, du Guêpier d'Europe et de plusieurs espèces orientales : à titre d'exemple, cinq Busards pâles et six Faucons kobez ont été comptés durant la journée du 16 avril 2018.
Dans cet article, Guillaume Peplinski nous présente ce site et nous propose un compte-rendu du premier suivi complet de la migration prénuptiale organisé du 28 mars au 15 mai 2014.

Abstract

Despite several threats (touristic and real estate pressures and fires), the Corsica's landscapes have been relatively spared so far, and many visitors come every year to discover the endemic flora and fauna, whose star is of course the Corsican Nuthach. Due to its geographical proximity to Italy and to a lesser extent to North Africa, the island is also interesting for watching migrants that are rare further west, such as the Red-footed Falcon, the Pallid Harrier, the Great Snipe or the Red-throated Pipit. The survey of the prebreeding passage in Corsica is punctual and irregular outside the Barcaggio ringing camp, located at the northern end of the island.
Following discussions with Gille Faggio, Guillaume Peplinski identified another potentially interesting sector thanks to its geographical and topographical characteristics: the dunes of Prunete, situated east of Cervione (Haute-Corse). To check the intensity of the migration (especially bee-eaters and swallows), the directions and the peaks of the passage, continous watching sessions were organized, and the volunteers were not disappointed: this site seems to be one of the best in France to survey the prebreeding passage of the Marsh Harrier and the European Bee-eater and several Eastern birds: for example, 5 Pallid Harriers and 6 Red-footed Falcons were counted on the 16th of April 2018.
In this article, Guillaume Peplinski describes this site and its ornithological interest and it offers us a report of the first complete follow-up of the prenuptial migration carried out from the 28th of March to the 15th of May 2014.

Présentation des dunes de Prunete

Situation des dunes de Prunete (Haute-Corse)

Situation des dunes de Prunete (Haute-Corse).
Carte : Ornithomedia.com

Les dunes de Prunete sont situées au sud du hameau du même nom, dans la commune de Cervione (Haute-Corse), dans la zone Natura 2000 des dunes de Prunete-Canniccia.
Il s'agit d'un cordon sableux dunaire relativement haut, étroit (250 mètres dans sa partie la plus large) et disposé parallèlement à la mer sur 2,5 km de long. Les dunes, sur lesquelles poussent par endroits des fourrés de genévriers (Juniperus sp.), atteignent jusqu'à 11 mètres de haut et 100 mètres de large.
On y trouve aussi plusieurs petites zones humides : des dépressions arrière-dunaire et les embouchures de trois petits fleuves côtiers (Prunello, Chebbia et Alesani), où l'eau stagne en été. Le long de ces cours d'eau se développent par endroit des forêts alluviales résiduelles à Aulnes glutineux (Alnus glutinosa) et à Saules roux (Salix atrocinerea). Le marais de Caniccia s'étend en outre quelques centaines de mètres plus au sud.
Des prairies pâturées, des champs de céréales et des vergers de clémentiniers s'étendent de part et d'autre de la RN 198.
La flore de la zone est intéressante, avec quatre espèces végétales protégées au niveau national, dont deux sont inscrites sur le Livre Rouge de la flore menacée de France : l'Euphorbe peplis (Euphorbia peplis) et le Gattilier (Vitex agnus-castus). Une espèce végétale rare pour la Corse, la Canne de Ravenne (Saccharum ravennae), est aussi présente.
Le point de suivi de la migration est situé à l'arrière d'une dune, en bordure d'un boisement de Chênes verts, à l'endroit où les dernières montagnes du petit massif de la Castagniccia sont les plus proches de la mer (à peine cinq kilomètres), créant ainsi un goulet d'étranglement pour les oiseaux migrateurs qui remontent au printemps le long de la plaine orientale pour éviter de traverser les reliefs du centre et de l'ouest de l'île.
Le site choisi offre un exceptionnel point de vue à la fois sur les montagnes et sur la mer Tyrrhénienne, et par temps dégagé, on peut apercevoir les îles italiennes de Monte-Cristo et Elbe.

Vue des dunes de Prunete (Haute-Corse)

Vue des dunes de Prunete (Haute-Corse) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Guillaume Peplinski
Vue des dunes de Prunete (Haute-Corse)

Vue des dunes de Prunete (Haute-Corse) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Guillaume Peplinski

Accès

Carte du site de suivi de la migration des dunes de Prunete

Carte du site de suivi de la migration des dunes de Prunete (Haute-Corse).
Carte : Ornithomedia.com

Depuis Bastia, suivre la nationale N 198 vers Porto-Veccio, dépasser Prunete (situé au niveau du rond-point vers Cervione) sur environ 1,5 km, puis prendre la piste à gauche au niveau de l'embranchement vers Santa-Ghiulia. Se garer au bout de la piste au niveau d'une barrière verte et rejoindre à pied la plage. Traverser le fleuve Prunello et remonter vers le nord (donc à gauche) sur une centaine de mètres jusqu'à voir à la fois la mer et les montagnes.
Le point de suivi de la migration est public : il est situé derrière une ganivelle protégeant la végétation dunaire, il faut donc faire attention à la fragile végétation. 

Un site attractif d'un point de vue ornithologique

Grâce à sa situation géographique, les dunes de Prunete constituent un excellent site de suivi de la migration prénuptiale. La diversité des habitats (dunes, marais, fleuves, prairies, cultures et mer), qui permettent aux oiseaux de s'alimenter et de se reposer, contribuent aussi à l'attractivité des lieux : les prairies sont ainsi particulièrement attrayantes pour les busards en chasse lors de leur halte ou même en migration active, les berges des rivières accueillent quelques limicoles et Ardéidés et la roselière sert de lieu de repos pour les rapaces, les fauvettes aquatiques ou les hirondelles.
En dehors des passereaux, la majorité des oiseaux de passage peuvent être observés dans de bonnes conditions quand ils longent le littoral et peuvent donc souvent être identifiés (si nécessaire à l'aide d'une longue-vue), même si les martinets et certains rapaces comme la Bondrée apivore (Pernis apivorus) survolent plutôt les montagnes.
L'orientation et la vitesse des vents sont déterminantes pour déterminer l'importance du passage : les conditions météorologiques sont idéales quand les vents porteurs proviennent des secteurs Sud ou Sud-est qui poussent les oiseaux d'Afrique vers la Sardaigne. Quand le vent souffle du Nord, les oiseaux passent très bas et très près mais le passage ne dure jamais très longtemps. Il n'est pas rare que la migration soit quasiment nulle plusieurs jours de suite.
130 espèces d'oiseaux ont été observées lors du premier suivi de la migration prénuptiale, du 28 mars au 15 mai 2014. Le site est particulièrement intéressant pour l'observation du passage des hirondelles (cinq espèces), du Busard des roseaux (Circus aeruginosus) et du Guêpier d'Europe (Merops apiaster).

Busard pâle (Circus macrourus) mâle adulte

Le Busard pâle (Circus macrourus) est vu régulièrement en mars-avril depuis les dunes de Prunete (Haute-Corse).
Photographie (prise dans l'Essonne) : Thibaut Chansac

Le passage du Busard des roseaux atteint un maximum à la fin du mois de mars et au début du mois d'avril (2077 oiseaux comptés durant le suivi du printemps 2018). Le Busard cendré (Circus pygargus) est aussi régulier au printemps (189 comptés durant le suivi 2018). Au cours du mois d'avril, la diversité des espèces est remarquable ; les Guêpiers d'Europe passent en nombre entre la dernière décade d'avril et le 10 mai environ. Certaines journées, on peut compter plus de 2 000 individus, volant parfois très près du sol.
Les hirondelles (cinq espèces) sont de loin les oiseaux migrateurs les plus abondants à Prunete au printemps, et leur passage est quotidien.
La situation géographique de la Corse permet d'observer régulièrement (parfois avec des effectifs records pour la France) des espèces aux voies de migration plutôt orientales, comme le Busard pâle (Circus pallidus) régulier en mars-avril : durant le suivi du printemps 2018, 52 Busards pâles ont été comptés, un record pour la  France (voir une liste d'observations récentes). Le Faucon kobez (Falco vespertinus) (216 en 2018) et le Pipit à gorge rousse (Anthus cervinus) (13 en 2014) sont aussi réguliers
D'autres migrateurs peu communs ont déjà été notés, comme le Faucon crécerellette (Falco naumnanni), le Crabier chevelu (Ardeola ralloides), la Sterne caspienne (Hydroprogne caspia), le Goéland railleur (Chroicocephalus genei), la Glaréole à collier (Glareola pratincola), le Traquet oreillard, le Gobemouche à collier (Ficedula albicollis) ou le Martinet pâle (Apus pallidus).
Jetez aussi un coup d'oeil en mer pour observer des groupes de Puffins yelkouan (Puffinus yelkouan) (lire Identifier les Puffins des Anglais, yelkouan et des Baléares) et cendré (Calonectris diomedea) (lire Distinguer les Puffins cendré ou de Scopoli et boréal).
Les oiseaux sédentaires sont aussi intéressants : le Milan royal (Milvus milvus), le Goéland d’Audouin (Ichthyaetus audouinii) (lire Identifier et chercher le Goéland d'Audouin au printemps en France), les Fauvettes sarde (Sylvia sarda) et mélanocéphale (Sylvia melanocephala) et le Venturon corse (Carduelis corsicana) peuvent par exemple être vus quotidiennement.

Historique et découverte du site

Malgré le potentiel de l'île, le suivi de la migration prénuptiale en Corse n'a jamais été réalisé de façon poussée et continue, et la majorité des efforts ont été portés sur le cap Corse : le choix d'un nouveau site à la topographie idéale (la plaine orientale, s'étendant entre montagnes et mer) et sur une période longue était donc nécessaire pour mieux comprendre la phénologie de la migration printanière insulaire.
Le site des dunes de Prunete a été sélectionné car la migration y est plus concentrée qu'au cap Corse. Le but du premier suivi, mené du 28 mars au 15 mai 2014, du lever au coucher du soleil, avec l'aide des bénévoles motivés du Conservatoire des Espaces Naturels (CEN) de Corse, avait pour but de mieux évaluer l’intensité des flux, d'identifier les espèces, les directions suivies (de nombreux oiseaux passent en mer) et les périodes de passage.
Un nouveau suivi a été organisé au cours du printemps 2018 avec le soutien du Conservatoire des Espaces Naturels de Corse jusqu’à mi-mai. Téléphone pour toute demande de renseignement : 04 95 32 71 63. Les résultats sont publiés sur www.migraction.net.

Le suivi du printemps 2014 : présentation et protocole

Observateurs

Observateurs sur le site des dunes de Prunete (Haute-Corse) (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie :Guillaume Peplinski

Guillaume Peplinski a organisé un suivi quasiment continu du 28 mars au 15 mai 2014, à l'exception de quelques jours où la migration était presque nulle après de forts passages et des changements de vent. Les passereaux étaient notés uniquement s'ils avaient été détectés à l'oeil nu. Les autres oiseaux ont été observés avec des jumelles. Les observations étaient notées heure par heure dans un carnet dédié à cet effet et en temps universel (GMT). Toutes les heures, un point météorologique était réalisé, et d'autres éléments étaient notés : pression d'observation (nombre d'observateurs présents et actifs), direction du vent, force du vent en mètre/seconde, visibilité en kilomètres, couverture nuageuse et types de nuages rencontrés.
Tout les éléments possibles ont été notés : âge, sexe, comportement inhabituel, statut, direction suivie (terre ou mer). Des données ont été régulièrement publiées sur blog Corse-ornitho et sur le site web du Conservatoire des Espaces Naturels de Corse afin d'informer les naturalistes, ce qui a accru la fréquentation du site au début du mois de mai.
N'ayant pas de logement sur place, Guillaume Peplinski a dormi dans son camping-car.

Les résultats du suivi du printemps 2014

Plongeon arctique (Gavia arctica)

Un oiseau vu le 28/03 et un autre le 30/03.

Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo)

1 219 individus ont été observés. Des oiseaux ont été vus dès le début du suivi. Le passage était significatif jusqu'à la mi-avril. Un pic a été atteint le 28/03 avec 253 oiseaux. Beaux passages entre la fin mars et la première décade d'avril. À titre de comparaison, les dates moyennes de passage sont le 24/03 au col de l'Escrinet (Ardèche) et le 25/03 depuis la pointe de Grave (Gironde). Des passages plus importants ont probablement lieu au début du mois de mars, et un suivi plus précoce permettrait de le vérifier. Il s'agit probablement d'oiseaux hivernant en Sardaigne voire en Afrique du Nord, et il serait intéressant de suivre ce passage pour comparer les dates avec celles d'autres populations plus continentales.

Labbe pomarin (Stercorarius pomarinus)

10 individus ont été comptés. Premier contact le 29/03, avec trois oiseaux (pic journalier). Le passage se déroule principalement durant la première décade de mai. Il s'agit d'une espèce migratrice peu commune et peu suivie en Corse, et ces données sont donc intéressantes.

Cigogne noire (Ciconia nigra)

Deux juvéniles vus le 01/05.

Hibou des marais (Asio flammeus)

Un individu le 13/04 et un autre le 22/04.

Busard des roseaux (Circus aeruginosus)

Busard des roseaux (Circus aeruginiosus) mâle adulte

Les dunes de Prunete sont importantes pour le suivi du passage prénuptial du Busard des roseaux (Circus aeruginosus).
Photographie (prise en Loire-Atlantique) : Marc Le Moal

Une vingtaine d'espèces de rapaces a été observée, avec des chiffres intéressants pour certaines espèces comme le Busard des roseaux : le site est un point de passage très important pour cette espèce, avec 1147 individus comptabilisés. Un premier pic concernant des adultes a été noté le 30/03, et un second pic inattendu et plus important que le premier a été constaté le 07/05, avec 120 oiseaux comptés, essentiellement composé d'individus de deuxième année. Le suivi ayant débuté le 28/03, à quelques jours du premier pic, il est fort probable qu'une partie importante du flux soit passée au cours du mois de mars. En comparant ces effectifs avec ceux des principaux sites français de suivi de la migration des rapaces, comme Gruissan (Aude) (lire Le suivi de la migration des oiseaux à Gruissan), col de l'Escrinet (Ardèche) et Pierre-Aiguille (Drôme), Prunete constituerait un site d'importance nationale pour le passage prénuptial du Busard des roseaux. Précisons qu'un mâle mélanique a été observé.

Busard pâle (Circus macrourus)

17 individus ont été comptés, essentiellement au mois d'avril, ce qui constitue un record pour la France (lire À propos de la migration printanière du Busard pâle). Le passage des mâles adultes a été principalement marqué durant la première décade du mois, suivi par ceux des individus de 2ème année et quelques femelles. Le passage s'est échelonné entre le 03/04 et le 07/05. Trois oiseaux ont été observés le 04/04 et trois le 20/04. Premier contact le 03/04. La phénologie du passage semble assez bien définie chez cette espèce qui est régulière en Corse mais tout de même assez rare.

Busard cendré (Circus pygargus)

Avec 49 oiseaux observés, les dunes de Prunete pourraient faire partie des sites de suivi prénuptial les plus importants de France, après la pointe de Grave, Gruissan et le col de l'Escrinet. Le passage s'est déroulé principalement entre le 15/04 et les premiers jours de mai. Un pic de sept individus a été noté le 27/04. Premier contact le 03/04. La brièveté de certaines observations, ainsi que des conditions d'observation parfois défavorables (contre-jour l'après-midi) ont fait que plusieurs busards (12 oiseaux) n'ont pas pu être identifiés.

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)

Il s'agissait du deuxième rapace le plus observé durant le suivi 2014, avec 276 oiseaux notés : cela pourrait peut-être s'expliquer par le fait que cette espèce a une tendance marquée à longer les côtes durant le passage prénuptial. Un pic de 21 individus a été noté le 30/03. L'espèce a été observée régulièrement tout le long du suivi, mais principalement au cours des deux dernières décades du mois d'avril et au début du mois de mai.

Faucon crécerellette (Falco naumanni)

24 individus, souvent observés en petit groupes (de deux à quatre oiseaux), ont été comptés. Le passage s'est déroulé au cours des deux premières décades d'avril, avec des pics de quatre oiseaux le 12 et de 19 et 20/04. Les problèmes d'identification (lire Distinguer les Faucons crécerelle et crécerellette) et les conditions d'observation parfois défavorables (brumes de chaleur, contre-jour ou éloignement) font que 38 oiseaux n'ont pas pu être identifiés avec certitude : toutefois, les dunes de Prunete constituent un endroit privilégié pour l'observation de la migration printanière de ce petit faucon en France.

Faucon kobez (Falco vespertinus)

Faucon kobez (Falco vespertinus)

Le Faucon kobez (Falco vespertinus) est régulier au printemps depuis les dunes de Prunete.
Photographie (prise dans le Tarn) : Claude Daussin

Avec 29 oiseaux, les dunes de Prunete constituent un site privilégié pour l'observation de ce faucon oriental en France. Un pic a été observé le 07/05. Le passage s'est déroulé principalement durant la première décade de mai. Le premier individu a été noté le 11/04. Les groupes ne dépassaient pas les deux oiseaux, ce qui reste faible par rapport aux groupes pouvant être notés en Corse au printemps (voir une synthèse d'observations récentes). Beaucoup d'oiseaux étaient de seconde année et les mâles adultes étaient rares. Cette espèce est régulière sur le site en mai, mais le nombre d'oiseaux dépend en partie du régime des vents.

Autres rapaces

Des espèces ayant un front de migration plus large, comme le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) (27 individus comptés) ou le Faucon hobereau (Falco subbuteo) (19 individus) ont été contactées en faible nombre. C'est le cas aussi de migrateurs partiels comme le Faucon émerillon (Falco columbarius) (14 individus), l'Épervier d'Europe (Accipiter nisus) (54) ou le Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) (10 individus).
Peu de grands planeurs, comme le Milan noir (Milvus migrans) (dix oiseaux), le Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus) (deux) et l'Aigle botté (Aquila pennata) (un), ont été observés, car ils préfèrent suivre des passages plus encaissés.

Mouettes

Dix espèces de Laridés ont été observées, avec de faibles effectifs. Le passage prénuptial de la Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus) ayant lieu plutôt au début du mois de mars (date moyenne du 14 mars pour la pointe de Grave et du 5 mars pour Pierre-Aiguille), les oiseaux notés ont été peu nombreux (huit). Neuf Mouettes mélanocéphales (Ichthyaetus melanocephalus) ont par ailleurs été observées. Un suivi étendu au mois de mars permettrait d'évaluer plus précisément l'intensité de la migration de ces deux espèces.

Goéland railleur (Chroicocephalus genei)

Goéland railleur (Chroicocephalus genei)

Le Goéland railleur (Chroicocephalus genei) est un migrateur peu commun visible depuis les dunes de Prunete.
Photographie (prise en Tunisie) : El Golli Mohamed

22 oiseaux ont été observés, dont un groupe de trois individus noté le 12/04 et un de 19 le 07/05. Migrateur peu commun et rarement observé sur les sites de comptages, ces observations sont donc intéressantes.

Goéland brun (Larus fuscus)

Le passage de cette espèce se déroule de la fin mars à la première décade d'avril. 88 individus ont été comptés seulement, certainement parce que cette espèce passe principalement en mars en Méditerranée. Pic journalier atteint le 28/03. Un possible adulte de la sous-espèce nordique L. f. fuscus a même été vu.

Sternes et guifettes

Peu de sternes en migration active ont été observées, en dehors de deux Sternes caspiennes (un migrateur rare en Corse) le 16/04 et le 07/05. Deux Sternes pierregarins (Sterna hirundo) ont été vues en halte le 02/05. Quelques Sternes caugeks (Thalasseus sandvicensis) ont été vues, mais jamais en migration active (individus notés le 28/03 entre autres). Un groupe de trois Guifettes noires (Chlidonias niger) a été observé le 14/05.

Échasse blanche (Himantopus himantopus)

Les limicoles observés étaient variés, avec toutefois des effectifs très faibles. Avec 28 oiseaux, l'Échasse blanche était l'espèce la plus nombreuse : premier contact le 04/04, pic journalier (groupe de 20) le 12/04 et dernier contact le 22/04.

Glaréole à collier (Glareola pratincola)

Deux oiseaux ont été observés : un le 25/04 et un autre le 08/05, des dates classiques pour l'espèce en France. La Glaréole à collier reste un migrateur rare en Corse.

Chevaliers

Plusieurs  espèces ont été observées : Chevaliers culblanc (Tringa ochropus) (sept oiseaux), guignette (Actitis hypoleucos) (trois oiseaux) et sylvain (T. glareola) (21).

Hirondelle rustique (Hirundo rustica)

Hirondelle rustique (Hirundo rustica)

Plus de 40 000 Hirondelles rustiques (Hirundo rustica) ont été comptées au printemps 2014 depuis les dunes de Prunete.
Photographie (prise dans l'Aisne) : Augustin Le Roux

Les hirondelles étaient de loin les oiseaux les plus abondants vus durant le suivi, avec plus de 60 000 individus comptabilisés. Les cinq espèces étaient représentées et pouvaient être vues le même jour.
42 236 Hirondelles rustiques ont été observées, contre 79 000 individus en moyenne sur dix ans depuis la pointe de Grave et 24 000 depuis Gruissan. 18 139 hirondelles ont été qualifiées "d'indéterminées" faute de temps et de moyens pour confirmer leur identification. Cette espèce a été observée tout au long du suivi, avec deux pics le 17/04 et le 07/05. La phénologie de passage s'est déroulée en deux temps : une première vague durant toute la deuxième décade d'avril, et une seconde vague durant la première décade de mai.
Concernant les autres espèces, les chiffres ont été faibles : 577 Hirondelles de rivage (Riparia riparia), avec un pic au début du mois de mai, 1 279 Hirondelles de fenêtre (Delichon urbicum), avec un pic le 14/04 et le gros du passage entre le 10/04 et le 10/05, trois Hirondelles de rochers et 18 Hirondelles rousselines (Cecropis daurica), avec un pic de quatre oiseaux le 01/05 et un premier contact le 30/03.
 
Pipit farlouse (Anthus pratensis)

1 757 individus ont été observés. Il s'agit du second passereau le plus abondant du suivi. Le passage s'est déroulé essentiellement entre la fin du mois de mars et la première semaine d'avril, avec un pic de 1 205 oiseaux le 06/04. Ces dates sont cohérentes avec les dates moyennes de passage observées pour la pointe de Grave (29/03) et le col de l'Escrinet (27/03).

Pipit à gorge rousse (Anthus cervinus)

13 oiseaux ont été comptés, essentiellement durant la dernière décade d'avril, avec un pic de quatre le 25/04. La Corse confirme sa position privilégiée pour l'observation de cette espèce au printemps. Il s'agit d'un record national en ce qui concerne le nombre d'oiseaux en migration active observés depuis un site de suivi.  
Remarque : signalons le possible hivernage d'un Pipit de Richard (Anthus richardi) dans un secteur proche du lieu d'observation et présent au moins durant tout le mois d'avril.

Bergeronnette printanière (Motacilla flava)

1 111 individus ont été observés durant tout le mois d'avril, avec un pic journalier atteint le 06/05. Premier contact le 29/03. Plusieurs sous-espèces peuvent être observées, dont M. f thunbergi, M. f. superciliaris, M. f. iberiae et M. f. cinereocapilla (lire Identifier les mâles des différentes sous-espèces de la Bergeronnette printanière).

Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris)

370 individus ont été comptés. L'essentiel du passage a eu lieu au mois de mars, ce qui explique peut-être ces chiffres faibles étalés sur deux jours seulement. Le pic a été atteint le jour le 29/03 avec 336 oiseaux.

Pinson des arbres (Fringilla coelebs)

1 618 individus ont été comptés. Le passage est concentré durant la première semaine d'avril. Pic de 1 039 oiseaux le 06/04.

Linotte mélodieuse (Linaria cannabina)

Linottes mélodieuses (Linaria cannabina)

1 580 Linottes mélodieuses (Linaria cannabina) ont été comptées au printemps 2014 depuis les dunes de Prunete (Haute-Corse).
Photographie (prise dans le Morbihan) : Marc Le Moal

1 580 oiseaux ont été comptés, avec un pic de 589 individus. Comme pour le Pinson des arbres, le passage a eu lieu principalement durant la première semaine d'avril, mais des individus ont été notés jusqu'au 20/04.

Autres fringilles

192 Serins cinis (Serinus serinus), 420 Verdiers d'Europe (Chloris chloris) et 85 Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) ont été comptés. Précisons qu'un vent de face favorise la détection des passereaux et les force à voler bas.

Alouette calandrelle (Calandrella brachydactyla)

30 oiseaux ont été comptés, souvent en petits groupes de deux à six individus. Le passage a été noté du 10/04 au début du mois de mai. Premier contact le 07/04 et pics journaliers de six oiseaux les 22/04 et 04/05.

Fauvette des Balkans (Sylvia cantillans albistriata)

Un mâle adulte a été noté le 30/03 (lire Distinguer les mâles des Fauvettes passerinette, de Moltoni et des Balkans au printemps).

Traquet oreillard (Oenanthe hispanica)

Un vu le 05/04 sur la dune.

Guêpier d'Europe (Merops apiaster)

Guêpier d'Europe (Merops apiaster)

Les dunes de Prunete (Haute-Corse) sont d'importance nationale pour le suivi de la migration prénuptiale du Guêpier d'Europe (Merops apiaster).
Photographie (prise en Allemagne) : Kaiserstuhl1 / Wikimedia Commons

9 513 individus ont été comptés : il s'agit du chiffre le plus important pour un site de migration français ! Le premier contact date du 11/04. Un premier passage important de 384 oiseaux a été noté  lors de la deuxième journée de passage, et des guêpiers ont été vus tous les jours jusqu'au 13/05. Le passage s'est intensifié nettement à partir du 1er mai (1 087 oiseaux comptés). Pics de 2 360 oiseaux le 05/05 et de 2 131 oiseaux le 07/05. Les oiseaux suivaient la côte et survolaient parfois la mer. Certains groupes pouvaient compter 90 individus. Ils étaient relativement faciles à détecter. L'effet "d'entonnoir" du site a un effet clair sur cette espèce.

Les espèces locales

Les observations de Puffins yelkouans étaient quasiment quotidiennes, tandis que celles des Puffins cendrés étaient plus irrégulières. Le Goéland d'Audouin était aussi très régulier. L'Aigle royal (Aquila chrysaetos) a été observé une fois au début du suivi, au-dessus des montagnes les plus proches. La Fauvette sarde a été notée jusqu'à la mi-avril, c'est-à-dire avant de rejoindre ses sites de reproduction en altitude. 

Conclusion 

Durant les 49 jours du suivi du printemps 2014, plus de 98 000 oiseaux de 130 espèces ont été comptés, et l'importance du passage prénuptial le long du littoral de la plaine orientale a pu être confirmée. Le site s'est révélé être particulièrement intéressant pour le passage du Busard des roseaux et du Guêpier d'Europe. L'effet de goulet d'étranglement du point de suivi, situé entre montagnes et mer, fonctionne très bien pour la plupart des espèces, sauf pour certains rapaces et le Martinet noir. Ce site pourrait tout à fait accueillir des groupes d'élèves ou des animations organisées par Conservatoire des Espaces Naturels de Corse.

D'autres sites intéressants pour observer les migrateurs en Corse

D'autres sites sont également très intéressants pour observer les oiseaux migrateurs en Corse au printemps, comme l'étang de Biguglia (lire Observer les oiseaux dans la réserve naturelle de l'étang de Biguglia), Barcaggio (et plus généralement le cap Corse), Macinaggio et les embouchures du Liamone et du Fango (lire Où observer les oiseaux migrateurs en Corse au printemps ?). Et bien entendu, toute visite de l'île de Beauté doit inclure une promenade dans certaines forêts de Pins laricios (Pinus nigra corsicana) à la recherche de la Sittelle corse (Sitta whiteheadi) (lire Où chercher la Sittelle corse ?).

Contact

Pour plus d'informations ou pour participer au suivi de la migration, vous pouvez contacter le Conservatoire des Espaces naturels de Corse.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Les dunes de Prunete (Corse), un remarquable site de suivi de la migration prénuptiale"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest