Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Le col de la Faucille (Ain) : observer les oiseaux des alpages et des forêts montagnardes

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Le col de la Faucille (Ain) : observer les oiseaux des alpages et des forêts montagnardes

La fin du printemps est intéressante pour visiter cette partie de la réserve de la Haute Chaîne du Jura.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Le col de la Faucille (Ain) : observer les oiseaux des alpages et des forêts montagnardes

Paysage du col de la Faucille (Ain) : prairies et pessières.
Photographie : Ornithomedia.com

La réserve naturelle nationale de la Haute Chaîne du Jura, créée en 1993 et située dans le département de l’Ain, couvre 10 909 hectares et protège la partie la plus élevée du massif du Jura, qui culmine à 1 720 mètres d’altitude au Crêt de la neige. Les paysages et les milieux qui la composent sont variés et sa biodiversité est remarquable : 1 122 plantes ont été recensées, dont plusieurs "joyaux" comme le Chardon bleu, la Dryade à huit pétales, le Sabot de Vénus, l’Orobanche de Bartling ou encore le Lis de Saint-Bruno. Cette réserve accueille aussi des mammifères et des oiseaux, typiques des forêts et des crêtes de montagne, dont certaines sont emblématiques comme le Lynx boréal, le Chamois (plus de 600 individus), le Grand Tétras ou le Pic tridactyle.
Le col de la Faucille, situé à 1 323 mètres d'altitude, est le point de départ de nombreux sentiers de randonnées pédestres et routes forestières qui vous permettront d’observer des oiseaux des alpages comme le Venturon montagnard ou le Pipit spioncelle et des pessières comme la Gélinotte des bois ou le Cassenoix moucheté.

Abstract

The Haut-Jura National Nature Reserve, created in 1993 and located in the French department of Ain, covers 10,909 hectares and protects the highest part of the Jura range, which culminates at 1,720 meters above sea level at the Crêt de la neige. The landscapes and the habitats of the reserve are varied and the biodiversity is remarkable: 1,122 plant species have been recorded, and emblematic mammals and birds live there, such as the Eurasian Lynx, the Chamois, the Capercaillie or the Three-toed Woodpecker. The Col (Pass) de la Faucille, situated at an altitude of 1,323 meters, is the starting point for many hiking and snowshoe trails that will allow you to watch typical birds of Alpine pastures such as the Citril Finch or the Water Pipit and of forests such as the Hazel Grouse or the Spotted Nutcraker.

Situation du col de la Faucille (Ain)

Situation du col de la Faucille (Ain).
Carte : Ornithomedia.com

Le col de la Faucille, une bonne base pour découvrir la réserve de la Haute Chaîne du Jura

Le col de la Faucille est facilement accessible depuis Gex par la D 1005, c’est le point de départ de plusieurs sentiers de randonnée et pistes forestières, et la station de ski du col de la Faucille et le village voisin de Mijoux comptent plusieurs commerces, restaurants et structures d’hébergement. Pour toutes ces raisons, ce col constitue une bonne base pour découvrir la réserve nationale de la Haute Chaîne du Jura et plusieurs de ses habitats typiques : les alpages, les prairies d’altitude et les pierriers du Petit Montrond, qui culmine à 1 543 mètres d’altitude et sur lequel est visible une antenne TDF, et la forêt mixte de hêtres et d’épicéas du Turet. Depuis le sommet du Petit Montrond, on a en outre une belle vue à 360 degrés sur le plateau du Jura, le bassin de Genève, le lac Léman et les Alpes. 

Accès

Depuis Gex (à 20 kilomètres de Genève), suivre la D 1005 durant 11 kilomètres pour atteindre le col de la Faucille et se garer à gauche sur les aires de stationnement de la station de ski. Suivre ensuite les sentiers et les pistes de ski qui passent sous les téléskis et se diriger vers le Petit Montrond (antenne TDF).

Carte des environs du col de la Faucille (Ain)

Carte des environs du col de la Faucille (Ain) : nous vous conseillons d'observer les oiseaux autour du Petit Montrond (1) et dans la forêt du Turet, le long de la route forestière du Turet (2), d'où vous pouvez rejoindre la route forestière de la Divonne à Vattay.
Carte : Ornithomedia.com

Rejoindre ensuite le col de la Faucille, marcher à droite sur 100 mètres sur la D 1005 en direction de Gex et bifurquer à gauche sur un sentier balisé en blanc et en rouge (GR "Balcon du Léman") qui pénètre dans la forêt du Turet, rejoindre la route forestière et l’emprunter à droite en direction du Turet. Vous pouvez ensuite rejoindre les ruines du Turet et le belvédère du Turet (magnifique vue sur le lac de Divonne, très intéressant pour observer les oiseaux en automne et en hiver), ou bien continuer vers La Vattay et la route forestière de Divonne à Vattay (voir notre carte).
NB :  la route du Turet est fermée du 15 décembre au 15 avril car elle traverse une Zone de Quiétude de la Faune Sauvage (pour en savoir plus, lire l'arrêté préfectoral), et il ne faut pas la quitter (= il ne faut pas pénétrer dans le sous-bois) du 16 avril au 30 juin, mais on peut  tout à fait observer les oiseaux ainsi. Il est donc plus simple de visiter cette forêt à partir du 1er juillet, mais il faudra bien sûr toujours respecter la tranquillité des oiseaux.

Observer les oiseaux

La fin du printemps est une période intéressante pour visiter le col de la Faucille et ses environs. Les alpages, les prairies et les pistes de ski du Petit Montrond, accueillent notamment le Venturon montagnard (Carduelis citrinella) : ce beau passereau typiquement montagnard, parfois peu farouche, affectionne en particulier la lisière des boisements. Il peut être vu perché sur les épicéas et les câbles des téléskis ou se nourrissant au sol. Les environs immédiats de l’antenne TDF installée au sommet du Petit Montrond sont particulièrement favorables. À la fin de l’été et en automne, ils se regroupent et forment de petites bandes. L’Alouette des champs (Alauda arvensis), le Pipit spioncelle (Anthus spinoletta), le Merle à plastron (Turdus torquatus) et le Traquet motteux (Oenanthe oenanthe) partagent le même habitat.
Les Pipits des arbres (Anthus trivialis) (lire Distinguer les Pipits farlouse et des arbres) chantent en se laissant tomber en parachute sur la cime des épicéas poussant ça et là dans l’alpage. Le Pinson des arbres (Fringilla coelebs) et l’Accenteur mouchet (Prunella modularis) peuvent aussi être entendus.

Venturon montagnard (Carduelis citrinella)

Le Petit Montrond (Ain) est un bon site pour observer le Venturon montagnard (Carduelis citrinella) (photo prise dans les Pyrénées).
Photographie : Bertrand Vanderschueren

Levez les yeux et essayez de repérer éventuellement les Faucons crécerelle (Falco tinnunculus) et pèlerin (Falco peregrinus), le Milan noir (Milvus migrans) et le Vautour fauve (Gyps fulvus) (à la fin du printemps et en été, lire Les mouvements de vautours dans le centre et le nord de l'Europe sont naturels), voire l’Aigle royal (Aquila chrysaetos), une espèce très rare dans la réserve (deux à trois couples). Le Grand Corbeau (Corvus corax) et le Martinet à ventre blanc (Tachymarptis melba) sont aussi possibles.
Le Pluvier guignard (Charadrius morinellus) peut éventuellement faire une halte en août -septembre dans les alpages (lire Quelques conseils pour rechercher le Pluvier guignard en migration), mais le secteur des Voyrières à Crozet, plus au sud, serait plus favorable selon le site web du Groupe Ornithologique du Bassin Genevois. Toujours d’après cette association, il faut visiter plus au sud le Reculet et le Colomby de Gex, plus riches en falaises, pour avoir une chance de voir le Monticole de roche (Monticola saxatilis).
La forêt du Turet, située non loin du col de la Faucille, est une belle hêtraie-pessière mêlée aussi de sapins, d'érables et de sorbiers, et riche en arbres morts.
Une promenade printanière le long de la route forestière du Turet sera accompagnée des chants et des cris du Pinson des arbres (très commun), des Grives musicienne (Turdus philomelos) et draine (T. viscicorus), du Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula), du Roitelet huppé (Regulus regulus), des Mésanges noire (Periparus ater), huppée (Lophophanes cristatus) et nonnette (Poecile palustris), du Rougegorge familier (Erithacus rubecula), de l’Accenteur mouchet, de la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), du Grimpereau des bois (Certhia familiaris) (lire Distinguer les Grimpereaux des bois et des jardins), des Pouillots véloce (Phylloscopus collybita) et siffleur (P. sibilatrix), du Pigeon ramier (Columba palumbus) et du Geai des chênes (Garrulus glandarius). Le Bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra) est également présent : il est parfois vu perché au sommet des épicéas et ou se déplaçant en petites bandes repérables à leurs cris métalliques.

Route forestière du Turet (Ain)

Route forestière du Turet (Ain) : la forêt qu'elle traverse accueille une belle variété d'oiseaux de moyenne montagne.
Photographie : Ornithomedia.com

Les Pics noir (Dryocopus martius) et épeiche (Dendrocopos major) sont assez communs et bruyants, tandis que le Pic tridactyle (Picoides tridactylus) est plus rare et plus discret (mais parfois peu farouche) : on peut essayer de repérer les trous alignés horizontalement, appelés cernes ou anneaux qu'il a percés dans les troncs des conifères pour recueillir leur sève. Attention, le Pic épeiche utilise aussi la même technique….
Une rencontre avec la Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia) est toujours possible le long de la piste forestière, surtout en juillet. Une confusion avec la femelle du Grand Tétras (Tetrao urogallus) n’est pas à exclure, mais elle est peu probable car cette dernière espèce est beaucoup plus rare, et l'on a un peu plus de chance de l’observer dans la forêt du Risoux, au nord du lac des Rousses (lire Observer les oiseaux dans la forêt du Risoux). Dans tous les cas, il ne faut pas pénétrer dans le sous-bois pour éviter tout dérangement.
La Bécasse des bois (Scolopax rusticola) se reproduit aussi dans la forêt du Turet, et sa croule peut être entendue en mai et en juin (lire Photographier la croule de la Bécasse des bois).
Les Chouettes de Tengmalm (Aegolius funereus) et la Chevêchette d’Europe (Glaucidium passerinum) sont deux autres habitantes remarquables de la forêt. Si la première est très nocturne et donc difficile à observer, la seconde est un peu plus active le jour et chante au printemps et en automne : elle attire alors des passereaux qui tentent de la chasser (lire À propos du houspillage de la Chevêchette d'Europe par les passereaux), ce qui peut aider à la repérer, surtout quand elle est perchée au sommet d’un conifère. La Bondrée apivore (Pernis apivorus), la Buse variable (Buteo buteo), l’Autour des palombes (Accipiter gentilis) et l’Épervier d’Europe (Accipiter nisus) (lire Différencier l'Épervier d'Europe de l'Autour des palombes) nichent aussi dans la forêt du Turet.
Le Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes) pourra être repéré à ses cris roulés et mécaniques, mais il est plus actif (et donc plus visible) à la fin de l’été et en automne, quand il fait des réserves de graines (lire Une mémoire de Cassenoix moucheté).

Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia)

La Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia) peut être aperçue (souvent en vol) depuis la route forestière du Turet (Ain) (photo prise en Finlande).
Photographie : Marc Fasol
Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes)

Le Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes) est présent dans la forêt du Turet (photo prise en Haute-Savoie).
Photographie : Pascal et Fabienne Cordier / PFTC

À lire sur Ornithomedia.com

Dans les forums d'Ornithomedia

Participez à la discussion "Observer les oiseaux dans le Haut-Jura"

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Le col de la Faucille (Ain) : observer les oiseaux des alpages et des forêts montagnardes"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest