Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > Cendras (Gard), un bon site pour observer le Faucon d’Éléonore

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

Cendras (Gard), un bon site pour observer le Faucon d’Éléonore

En été, des dizaines de Faucons d’Éléonore chassent et se reposent dans cette commune du sud de la France.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Cendras (Gard), un bon site pour observer le Faucon d’Éléonore

Vue d'une zone de chasse estivale des Faucons d'Éléonore (Falco eleonorae) près de Cendras (Gard).
Photographie : Serge Roux

Le Faucon d’Éléonore (Falco eleonorae) niche à la fin de l'été et au début de l'automne en colonies sur des falaises et des îlots du bassin méditerranéen, ainsi que localement en bordure de l'océan Atlantique. Il quitte ses sites de nidification d’octobre à novembre et hiverne de l’Afrique de l’Est à Madagascar. Il ne se reproduit plus en France depuis le 18e siècle (il nichait sur les îles d'Hyères dans le Var), mais il peut être observé en migration d’avril à octobre, avec un pic durant la seconde partie du mois d’août : il est alors essentiellement noté le long des côtes de Méditerranée, mais il peut aussi passer à l'intérieur des terres : David Roux (voir sa page Facebook) note ainsi chaque été depuis 2013 le stationnement de plusieurs dizaines de Faucons d'Éléonore sur la commune de Cendras (Gard), et il a pu étudier leur comportement et faire de nombreuses photos.

Abstract

The Eleonora's Falcon (Falco eleonorae) breeds in late summer and early autumn in colonies on cliffs and islets of the Mediterranean basin and locally on the Atlantic Ocean. It leaves its breeding sites from October and winters from Eastern Africa to Madagascar. It is extinct in France since the 18th century, but it can be watched in migration from April to October, with a peak during the second part of the month of August. It is mainly found in migration along the coasts of the Mediterranean Sea, but it can also migrate more inland: David Roux has been watching this species every summer since 2013 near the village of Cendras (Gard), and he gives us several tips to find it in this area.

Le Faucon d'Éléonore, un rapace migrateur et sociable

Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae) adulte clair

Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae) adulte de forme claire, Les Courbessas/Clémentine (Gard), été 2016.
Photographie : David Roux

Longueur : 36 - 42 cm.

Envergure : 87 - 104 cm.

Description : un faucon de taille moyenne, aux longues ailes proportionnellement étroites, à la longue queue et au corps assez élancé. Il rappelle un grand Faucon hobereau (Falco subbuteo) ou un mâle élancé de Faucon pèlerin (Falco peregrinus), mais avec une plus longue queue.
Il existe deux formes de plumage, une claire et une sombre (lire La phase des oiseaux, un terme à bannir ?) : l'adulte de forme pâle a un plumage similaire à celui d'un jeune Faucon hobereau mais le contraste entre les couvertures sous-alaires sombres et la base gris clair des rémiges est plus net. En outre, le dessous du corps est chamois-roux plus terne ou brun rouille. L'adulte de forme sombre est uniformément brun noirâtre foncé mais, comme la forme pâle, il existe un contraste sous les ailes.
Le juvénile est assez semblable à celui du Faucon hobereau, mais il est plus grand et ses rémiges sous-alaires contrastent  davantage avec le bout des ailes et les couvertures alaires foncés. Le dessous du corps est chamois et finement rayé de sombre.

Voix : cris "kié-kié-kié-kié-kié" nasillards.

Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae) adulte sombre

Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae) adulte de forme sombre, Les Courbessas/Clémentine (Gard), été 2016.
Photographie : David Roux

Biologie : le Faucon d'Éléonore se reproduit autour de la Méditerranée, aux Canaries et localement sur la côte atlantique du Maroc (lire Les deux colonies marocaines de Faucons d'Éléonore se portent bien). Il niche plus tard que les autres rapaces, au cours du mois de juillet, et les poussins naissent à partir de la fin août : cette reproduction tardive permet aux adultes de profiter du passage des passereaux migrateurs le long des côtes pour nourrir plus facilement leurs poussins. Les oiseaux constituent leurs proies principales pendant la période de reproduction (lire Certains Faucons d'Éléonore conservent leurs proies vivantes), mais les chauves-souris et les insectes peuvent aussi figurer au menu, les invertébrés jouant un rôle très important en dehors de la saison de reproduction.
Le Faucon d'Éléonore hiverne à Madagascar, à La Réunion (lire Observer les oiseaux sur l'île de La Réunion) et à Maurice (lire Observer les oiseaux sur l'île Maurice) et le long des côtes d'Afrique orientale.

Statut en France : le Faucon d'Éléonore est un migrateur rare mais régulier dans le sud de la France, le long de la Méditerranée, mais des oiseaux sont aussi notés le long du littoral atlantique (lire Des Faucons d'Éléonore sur le littoral atlantique français en août 2012). Plusieurs bons sites sont connus, comme la Camargue (Bouches-du-Rhône) (lire Où observer les oiseaux en Camargue ?), le roc de Conilhac près de Gruissan (Aude) (lire Le suivi de la migration des oiseaux à Gruissan) ou l'étang del Sale en Haute-Corse (lire L'étang del Sale, l'un des meilleurs sites pour voir le Faucon d'Éléonore en France). Les observations sont concentrées entre avril et octobre, avec un pic les deuxième et troisième décades du mois d’août. Les données d’avril à juin correspondraient à un erratisme prénuptial ou à des migrateurs rejoignant leur site de nidification (lire Avant de rejoindre leurs colonies, les Faucons d'Éléonore ont la "bougeotte"), tandis que les données d’août à octobre concerneraient en majorité des oiseaux non reproducteurs ou des individus reproducteurs à la recherche de nouveaux sites de nidification.

Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae) immature

Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae) immature, Les Courbessas/Clémentine (Gard), été 2016.
Photographie : David Roux
Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae) adulte clair

Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae) adulte de forme claire, Les Courbessas/Clémentine (Gard), été 2016.
Photographie : David Roux

Les environs de Cendras, un bon secteur pour observer le Faucon d'Éléonore

Situation de Cendras (Gard)

Situation de Cendras (Gard).
Carte : Ornithomedia.com

Cendras, une commune de la vallée du Galeizon

Cendras est un village situé dans la vallée du Galeizon, en bordure du parc national des Cévennes. Les versants ouest de la commune, au sol schisteux, étaient autrefois en partie aménagés en terrasses et servaient à la culture du châtaignier, mais l'exode rural et les maladies qui ont frappé cette essence ont entraîné un fort exode rural et l'abandon de l'agriculture traditionnelle : la châtaigneraie a donc souvent été coupée et remplacée par des plantations de Pins maritimes. Les versants calcaires à l'ouest sont plus secs et leur végétation est plus nettement méditerranéenne. Le  Galeizon  est bordé d'Aulnes glutineux, de Saules marsaults et de Peupliers noirs.
La vallée du Galeizon est parcourue par de nombreux sentiers et constitue un lieu de promenade apprécié des habitants de l’agglomération alésienne voisine. Il fait partie de la zone périphérique du parc national des Cévennes et de la réserve mondiale de biosphère des Cévennes et est inscrit au réseau européen Natura 2000.

Accès

Bons secteurs pour observer le Faucon d'Éléonore près de Cendras (Gard)

Les deux bons secteurs pour observer le Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae)  près de Cendras (Gard).
Carte : Ornithomedia.com d'après Google Maps

Depuis Alès, il faut prendre la D 916 vers La Blaquière puis Cendras. Dans le centre de ce village, prendre une petite route vers les hameaux des Courbessas et Clémentine. Il faut ensuite se garer et chercher les rapaces en été dans le vallon déboisé. Les chemins qui sillonnent la zone sont parfaits pour voir et photographier les faucons.
En fin de journée, il est aussi intéressant d'essayer d'observer les faucons en pré-dortoir dans les champs au sud du hameau des Bédosses, à l'ouest du Puech.

Observer le Faucon d'Éléonore près de Cendras

La commune de Cendras (Gard) est favorable à l'observation du Faucon d'Éléonore en été. David Roux note chaque année depuis 2013 le passage et le stationnement de plusieurs dizaines de Faucons d’Éléonore entre juin et août dans un vallon déboisé près des hameaux des Courbessas et de Clémentine. Ce déboisement a été achevé au mois de janvier 2013, et les premiers rapaces ont stationné dès le mois de juin de la même année. Depuis, l'espèce y est vue chaque été dès la première semaine du mois de juin (aux alentours du 6 juin) jusqu'au début du mois de septembre. 

Deux secteurs sont en fait fréquentés dans la commune : un vallon déboisé près des Courbessas et de Clémentine, qui sert de terrain de chasse diurne, et des champs au sud du hameau des Bedosses, qui servent de pré-dortoir (lire Les pré-dortoirs, dortoirs et post-dortoirs chez les oiseaux).
Les cultures au sud du hameau des Bedosses (et à l'ouest du village du Puech) sont fréquentées en fin de journée et une partie de la nuit, les oiseaux les quittant parfois assez tard (après 23 heures) pour rejoindre leur vrai dortoir (dont l'emplacement est inconnu). Des rassemblements d’une vingtaine de Faucons d’Éléonore sur un arbre au milieu d’un champ de tournesol ont déjà été signalés sur ce site. Il était déjà occupé dans les années 1990 (jusqu'à 21 faucons comptés le 11/07/1992), mais aucun oiseau n'avait été noté entre 1993 et 2010. L'espèce y est vue à nouveau depuis 2011, avec les effectifs maximums suivants : 14 le 28/07/2011, 18 le 11/07/2012, 20 le 16/08/2013, 8 le 18/07/2014, 15 le 05/09/2015 et 8 le 30/07/2016.
David Roux nous précise que ces faucons chassent presque essentiellement des insectes, surtout des cigales. Il a également noté des captures d'odonates, d'éphippigères et de grillons. Ils mangent leurs proies en vol ou posés. Les chemins qui sillonnent les collines de Clémentine et des Courbessas sont parfaits pour voir et photographier ces rapaces.

Les autres oiseaux

Zone déboisée près de Cendras (Gard)

Vallon déboisé près des Courbessas (Gard) en septembre 2017 : les Faucons d'Éléonore (Falco eleonorae), crécerelle (Falco tinnunculus), hobereau (F. subbuteo) et pèlerin (F. peregrinus) y chassent en été.
Photographie : Serge Roux

Durant la période de présence des Faucons d'Éléonore, d'autres rapaces sont visibles : les Faucons crécerelle (Falco tinnunculus), hobereau (F. subbuteo) et pèlerin (F. peregrinus) partagent ainsi leur terrain de chasse. Des Bondrées apivores (Pernis apivorus) y cherchent aussi des hyménoptères. Le Milan noir (Milvus migrans) niche dans la vallée et peut être vu régulièrement en vol. Le Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), qui se reproduit dans les zones boisées du bassin du Galeizon, survole parfois les collines des Courbessas et de Clémentine, provoquant alors une certaine panique parmi les faucons.
David Roux a observé 17 espèces de rapaces depuis la terrasse de sa maison des Courbessas, dont le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus).
Le long du Galeizon, on peut chercher le Cincle plongeur (Cinclus cinclus), le Héron cendré (Ardea cinerea), les Pics vert (Picus viridis) et épeichette (Dendrocopos minor) et le Loriot d'Europe (Oriolus oriolus). Le Castor d'Europe (Castor fiber) est aussi présent. Le Guêpier d'Europe (Merops apiaster) passe parfois en vol.
Dans les collines boisées dans le environs de Cendras (le col d’Uglas, un peu au sud de la commune, étant particulièrement riche) nichent la Chouette hulotte (Strix aluco), le Circaète Jean-le-Blanc, la Bondrée apivore, l'Épervier d’Europe (Accipiter nisus), la  Buse variable (Buteo buteo), la Sittelle torchepot (Sitta europaea), le Grosbec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes) (beaux rassemblements  en dehors de la période de reproduction), quatre espèces de pics dont le Pic noir (Dryocopus martius), les  Fauvettes à tête noire (Sylvia atricapilla), passerinette (Sylvia cantillans) (par exemple dans la zone de chasse des Faucons d'Éléonore) et mélanocéphale (S. melanocephala), les Mésanges huppée (Lophophanes cristatus), noire (Periparus ater) et nonnette (Poecile palustris).
Le Martinet noir (Apus apus) et la Huppe fasciée (Upupa epops) nichent dans le hameau des Courbessas.
Plus généralement, le vaste et proche parc national des Cévennes comprend plusieurs zones intéressantes pour l'observation des oiseaux.

Contact

David Roux - Page Facebook : www.facebook.com/david.roux.501

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la galerie photos d'Ornithomedia.com

Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae)

Les observations sur Ornithomedia.com

Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae)

Ouvrages recommandés

Vos commentaires sur :
"Cendras (Gard), un bon site pour observer le Faucon d’Éléonore"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest