Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Observer en France > La baie de Douarnenez (Finistère), la baie des canards marins

Observer en France

Retour à la liste des articles de Observer en France

La baie de Douarnenez (Finistère), la baie des canards marins

Cette baie du Finistère est particulièrement intéressante en hiver, quand stationnent de nombreux canards marins, alcidés, limicoles et goélands, parmi lesquels on peut trouver des espèces peu communes.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

La baie de Douarnenez (Finistère), la baie des canards marins

Vue de la plage du Ris, dans la baie de Douarnenez (Finistère).
Photographie : Henri Moreau / Wikimedia

Le littoral de Bretagne représente près d'un tiers de la longueur totale des côtes françaises : sur 1 772 km se succèdent escarpements rocheux, plages de sable fin, cordons de galets, îles, marais salants et rias. Malgré une forte pression immobilière, il accueille encore une avifaune nicheuse, migratrice et hivernante remarquable. La baie de Douarnenez, située dans le Finistère, est délimitée au sud par la pointe du Raz et au nord par le cap de la Chèvre. Elle est bordée par de grandes plages de sable, des pointes rocheuses, des dunes, des petites embouchures de fleuves côtiers et des petits marais résiduels. Grâce à des ressources alimentaires importantes, elle attire tout au long de l’année, et tout particulièrement durant les migrations et en hiver, de nombreux oiseaux aquatiques et marins (plongeons, canards marins, pingouins, guillemots, cormorans, goélands et mouettes, puffins, limicoles...). La période hivernale est particulièrement intéressante car on peut alors notamment observer de grands rassemblements de Macreuses noires, parmi lesquelles se joignent des espèces moins communes comme la Harelde boréale, voire la Macreuse à front blanc. Et dans le port de Douarnenez, les Goélands à ailes blanches et bourgmestre sont possibles parmi les nombreux Goélands argentés. Dans cet article, nous vous présentons cette zone assez peu connue et plusieurs bons sites d'observation.

Abstract

The coastline of Brittany represents nearly a third of the total length of the French coasts, with nearly 1,772 km. Despite a strong real estate pressure, rocky cliffs, sandy beaches, pebble strands, islands, salt marshes and rias still host a remarkable breeding, migrating and wintering avifauna. The bay of Douarnenez, located in the department of Finistère, is bounded to the south by the point of the Raz and to the north by the Cape of the Goat. It is bordered by large sandy beaches, rocky points, dunes, small mouths of coastal rivers and small residual marshes. Thanks to important food resources, it attracts throughout the year, especially during migrations and in winter, many aquatic and marine birds (divers, sea ducks, Common Scoters, among which one can find less common species such as the Long-tailed Duck or even the Surf Scoter. And in the port of Douarnenez, arctic gulls are watched nearly every winter. In this article, we present this relatively unknown area and some good watching points.

Présentation de la baie de Douarnenez

Situation de Douarnenez (Finistère)

Situation de Douarnenez (Finistère).
Carte : Ornithomedia.com

La baie de Douarnenez, située entre la presqu'île de Crozon au nord et le cap Sizun au sud, dessine un immense bassin semi-circulaire de plus de 16 kilomètres de large sur 20 kilomètres de profondeur. Elle est connue pour ses grandes plages de sable blanc, notamment Saint-Anne-la-Palud, Ploeven et Kervijen : elles se succèdent entre Douarnenez et Crozon, seulement séparées par des pointes rocheuses. La plage de Saint-Anne-la-Palud, la plus vaste, est délimitée par un cordon dunaire et de galets. La plage de Ploeven est bordée par  une digue de gros blocs rocheux, une petite roselière et une  zone de prairie de fauche. La plage de Kervijen est délimitée par un cordon dunaire semi-naturel qui sépare la plage du marais de Kervijen, et par une petite digue. Un petit fleuve côtier se jette dans chacune d'entre elles.
Le fond de la baie comprend aussi quelques petites zones humides : le marais de Kervijen est situé sur les communes de Plomodiern et de Ploeven et il s’étend sur 23 hectares. Il  est composé d’une juxtaposition de formations végétales : haies buissonnantes (ronciers, saulaies) et grande roselière humide fauchée en partie ponctuée de prairies flottantes et d’espaces d’eau libre. Le Conseil général du Finistère a acquis et protégé ce site, dont la gestion a été confiée à la Communauté de Communes du Pays de Châteaulin et du Porzay. Le marais de Ty Anquer d’une superficie de cinq hectares, est situé sur la commune de Ploeven : il est composé d'une ancienne roselière sèche non fauchée évoluant vers une  mégaphorbiaie (prairie dense de roseaux et de hautes plantes herbacées vivaces, un stade floristique de transition entre la zone humide et la forêt) bordée d'une haie de feuillus. Non loin s'étend une mare profonde entourée par une petite roselière humide et un boisement  (peupliers, bouleaux, saules).  
Dans la baie s'étend le banc de maërl (formé par l'accumulation d'algues corallinacées riches en calcaire) de Telgruc, qui favorise le développement d'algues et d'invertébrés.

Accès

Pointe de Talagrip

La pointe de Talagrip (Finistère).
Photographie : Ollamh

Depuis Quimper, rejoignez Douarnenez (visitez le port) et longez la baie vers Pentrez en faisant des haltes le long de la plage du Ris, la pointe de Trefeuntec, la plage de Sainte-Anne-La-Palud, la pointe de Talargrip (Tal Ar Grip) et la plage de Pentrez.

Durant les migrations

Entre 1999 et 2008, l'association Grumpy Nature a recensé 111 espèces d’oiseaux dans la baie de Douarnenez. Ce site est attractif durant les migrations, principalement à la fin de l'été et en automne, même si le printemps (avril-mai) peut aussi être intéressant. Des limicoles (17 espèces recensées) se nourrissent le long des plages : ils s'y nourrissent à marée basse, puis se réfugient à marée haute sur des reposoirs tranquilles. Les espèces les plus fréquentes sont les Bécasseaux sanderling (Calidris alba), variable (Calidris alpina) et maubèche (Calidris canutus), l'Huîtrier pie (Haematopus ostralegus), le Grand Gravelot (Charadrius hiaticula), le Pluvier argenté (Pluvialis apricaria), le Vanneau huppé (Vanellus vanellus), le Tournepierre à collier (Arenaria interpres) et la Barge rousse (Limosa lapponica). Le Bécasseau violet (Calidris maritima) est à chercher sur les pointes rocheuses.
Des groupes de laridés se nourrissent dès l'automne sur les plages et les vasières, mais aussi les prés, les champs cultivés et les chaumes céréaliers et se rassemblent le soir sur les jetées et en mer. Les espèces les plus nombreuses sont la Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), les Goélands argenté (Larus argentatus) et brun (Larus fuscus) et la Mouette mélanocéphale (Larus melanocephalus); cette dernière est présente toute l'année, mais surtout de la fin de l'été à la fin de l'hiver, des centaines d’individus étant alors observables sur les différentes plages de la baie.  

Puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus)

Des centaines de Puffins des Baléares (Puffinus mauretanicus) se rassemblent dans la baie de Douarnenez en automne et en hiver (photo prise en Charente-Maritime).
Photographie : Nathalie Santa Maria / Birdwatching and Photography

Les marais de Kervijen et de Ty Anquer sont intéressants à la fin de l'été et en automne car ils accueillent alors des espèces variées comme le Héron pourpré (Ardea purpurea), les hirondelles (dortoir dans les roselières) et des passereaux paludicoles en halte migratoire comme les Rousserolles effarvatte (Acrocephalus scirpaceus) et verderolle (A. palustris), les Locustelles tachetée (Locustella naevia) et luscinioïde (Locustella luscinoides), la Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) ou le Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus).
On peut observer dans la baie à cette période de l'année le passage de plusieurs oiseaux pélagiques comme le Fou de Bassan (Morus bassanus), le Pingouin torda (Alca torda) et le Guillemot de Troïl (Uria aalge), mais la "vedette" est le Puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus) (lire Identifier les Puffins des Anglais, yelkouan et des Baléares) : des oiseaux se rassemblent à partir du mois d'octobre, avec par exemple près d'un millier d'oiseaux en octobre 2012. Des oiseaux restent ensuite durant l'hiver, avec par exemple 250 individus durant l’hiver 2009-2010.
A la fin de l'été, des cétacés, notamment le Marsouin commun (Phocoena phocoena), le Dauphin de Risso (Grampus griseus) et le Globicéphale noir (Globicephala melas) (plutôt des jeunes en voie d'émancipation), se nourrissent de céphalopodes dans la baie.

Les oiseaux en hiver

La baie de Douarnenez est particulièrement intéressante en hiver : on peut alors observer de grands groupes de limicoles et de laridés. Des centaines de Mouettes mélanocéphales sont alors visibles sur les plages.

Mouette de Ross (Rhodostethia rosea) de 1er hiver

Mouette de Ross (Rhodostethia rosea) de 1er hiver, port de Douarnenez (Finistère), le 1er janvier 2008.
Photographie  : Thierry Quelennec

Parmi les nombreux Goélands argentés et Goélands bruns qui se rassemblent dans le port de Douarnenez, il faut rechercher les Goélands bourgmestre (Larus hyperboreus) et à ailes blanches (L. glaucoides), notés presque chaque année. Notons que la Mouette de Ross (Rhodostethia rosea) y a été observée en 2006 et en 2007-2008.
La baie est célèbre pour ses rassemblements hivernaux de canards marins : des centaines de Macreuses noires (Melanitta nigra) y stationnent et se nourrissent de mollusques, essentiellement des tellines, voire des moules (lire Identifier les macreuses dans des conditions difficiles). Il faut alors rechercher d'autres canards marins moins communs comme la Macreuse brune (Melanitta fusca), l'Eider à duvet (Somateria mollissima), le Fuligule milouinan (Aythya marila), voire la Harelde boréale (Clangula hyemalis) et même la Macreuse à front blanc (Melanitta perspicillata), la baie étant l'un des meilleurs sites de France pour chercher ces deux espèces : des groupes de plus de six hareldes ont déjà été vus (lire Importante arrivée d'Hareldes boréales en France au cours de l'hiver 2007-2008), et trois Macreuses à front blanc du type femelle ont été observées de décembre 1999 à avril 2000, rejoints en fin d'hiver par un mâle de premier hiver. Une femelle d'Eider a tête grise (Somateria spectabilis) de premier hiver a même séjourné du 30 décembre 2000 au 7 avril 2001 (lire Un Eider à tête grise de premier hiver dans le Calvados) !

Macreuse noire (Melanitta nigra)

Macreuse noire (Melanitta nigra) mâle.
Photographie : David Rey

Le Phalarope à bec large (Phalaropus fulicarius) est noté régulièrement en hiver, y compris dans le port de Douarnenez (lire Différencier les Phalaropes à bec large et à bec étroit en automne et en hiver).
C'est la bonne saison pour observer les grèbes (cinq espèces), les Plongeons imbrin (Gavia immer), catmarin (G. stellata) et arctique (G. arctica) (lire Identifier les quatre plongeons "européens" en hiver), mais aussi des groupes de Pingouins tordas, de Guillemots de Troïl et de Macareux moines (Fratercula arctica). L'association Grumpy Nature recense chaque année en février et en mars les cadavres d’oiseaux de mer qui viennent s’échouer sur les plages de la baie, et ils ramassent principalement des alcidés et des Mouettes tridactyles (Rissa tridactyla), particulièrement nombreux certaines années comme en 2014 (lire Important échouage de Macareux moines le long du littoral atlantique français).  
Sur les plages, on peut rechercher le Bruant des neiges (Plectrophenax nivalis), et le Hibou des marais (Asio flammeus) chasse dans les prairies littorales et les dunes.
Plusieurs espèces fréquentent les marais de la baie en hiver, comme le Canard colvert (Anas platyrhynchos), la Foulque macroule (Fulica atra), la Gallinule poule-d’eau (Gallinula chloropus), le Râle d’eau, la Bécassine des marais (Gallinago gallinago), le Héron cendré, le Bruant des roseaux, la Bouscarle de Cetti et la Panure à moustaches (Panurus biarmicus). Le Butor étoilé (Botaurus stellaris) a déjà été vu.

Bons points d'observation dans la baie de Douarnenez (Finistère)

Bons points d'observation dans la baie de Douarnenez (Finistère).
Carte : Ornithomedia.com

Quelques bons points d'observation

Port de Douarnenez

Les bassins, jetées et autres édifices du port de Douarnenez sont particulièrement intéressants en hiver : Guillemot de Troïl, Pingouin torda, plongeons, Phalaropes à bec large et parfois étroit (Phalaropus lobatus), laridés dont parfois les Goélands bourgmestre et à ailes blanches.

Plage du Ris  

Cette plage est très intéressante durant les migrations pour les limicoles. En hiver, grands rassemblements de laridés, dont des centaines de Mouettes mélanocéphales. Le Goéland à bec cerclé (Larus delawarensis) a été observé à plusieurs reprises (lire Comment identifier et où chercher le Goéland à bec cerclé en France ?). En mer, il faut inspecter les troupes de Macreuses noires pour rechercher d'éventuelles raretés, mais une longue-vue est nécessaire étant donné la distance d'observation. Des alcidés (trois espèces) sont aussi visibles depuis la plage.

Pointe de Tréfuntec

Cette pointe accessible depuis le village de Tréfuntec est un bon point d'observation en hiver pour les grèbes, les macreuses et les plongeons. Le Plongeon à bec blanc (Gavia adamsii) a déjà été noté sur ce site ! Recherchez le Bécasseau violet, le Tournepierre à collier et l'Huîtrier pie sur les rochers.

Plage de Sainte-Anne-La-Palud

On peut observer sur cette plage les mêmes espèces que depuis la plage du Ris. Le Goéland à bec cerclé y a en outre été noté à plusieurs reprises.

Marais de Kervijen

Situé près du hameau de Penhoat, ce petit marais mérite une visite, notamment à la fin de l'été.

Pointe de Talagrip (Tal Ar Grip)

Située sur la commune de Plomodiern, cette pointe est un bon point d'observation des oiseaux marins en migration (puffins) et en hiver.

Plage de Pentrez

C'est le meilleur site de repos des Macreuses noires de la baie. Côté terre, le Bruant des neiges et le Hibou des marais sont possibles.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans le forum d'Ornithomedia.com

Participez à la discussion "Observer les oiseaux dans la baie de Douarnenez"

À lire sur le web

Le site web de l'association Grumpy Nature : https://associationgrumpynature.wordpress.com

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"La baie de Douarnenez (Finistère), la baie des canards marins"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest